24/12/2013

Volotea de la mer à la montagne tout schuss...

photo2.jpg


 

 

La jeune compagnie espagnole fondée en 2011 continue d'étendre son réseau dans un créneau "famille" sur des aéroports "loisirs et vacances" en Espagne et en France.

 

Pour sa saison hivernale qui a débuté ce samedi, Volotea harmonise ses déplacements français de la mer vers les sommets enneigés et des plaines alpines vers les côtes de l'Atlantique et met en place ses Boeing 717-200, d'une centaine de sièges, sur des rotations Nantes - Grenoble et Bordeaux - Grenoble.

 

photo3.jpg

 

Ce type de vols "mer-montagne" calque un peu le modèle très anglais de se rendre fréquemment dans les stations de ski (Easy Jet et Monarch Airlines proposent d'ailleurs de nombreuses rotations quotidiennes à destination de Grenoble), au départ du Royaume-Uni.

 

L'aéroport de Grenoble (GNB) connait son pic d'activité les mois d'hiver et propose une capacité de rotation pouvant atteindre 55 appareils / Jour, et s'il y a lieu d'orienter vers l'aéroport de Chambéry en second choix.

 

Vinci Aéroports son gestionnaire continue l'amélioration des infrastructures, en s'adaptant même sur des détails comme des tapis mécaniques spécifiques pour les skis et les surfs réduisant ainsi le temps moyen au sol d'un appareil à une quarantaine de minutes, ce qui relève d'une très bonne performance pour un aéroport "hiver" sachant qu'il y a un contrôle Schengen et non-Schengen pour les passagers.

 

Pour les vacanciers, le Conseil Général de l'Isère, met en œuvre l'interconnexion vers les stations de ski par des acheminements en autocar, cinq compagnies de location de véhicules et un service de liaison hélicoptère est toutefois possible pour les particuliers et VIP.

 

A moins de heures de vol de Genève, Grenoble et ses destinations deviennent aussi des solutions à étudier pour beaucoup d'entre nous, surtout s'il y a une réelle politique de développement en saison été.

 

Tout cela a sans doute fortement contribué au choix de Volotea de placer ses deux liaisons sur l'Isère, tout en proposant en retour une fenêtre sur la cote Atlantique qui est une solution très intéressante pour traverser la France en peu de temps et sans escale, de ce que nous avons pu constater lors de notre vol retour, le taux de remplissage est très positif dans ce sens.

 

Reste à Volotea d'étudier la provenance de ses passagers et travailler sur des offres de fidélisation.


 

photo1v2.jpg


 

 

De la même façon, la compagnie planche sur son programme d'été et qui sait proposera une solution très intéressante vers le bord de mer, nous avons cru comprendre qu'une attention toute particulière sera portée sur les aéroports de l'île de beauté.

 

 

texte et photo © Paul Marais-Hayer


12:06 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volotea, transport aérien |  Facebook | |

23/12/2013

Brésil, Gripen C/D en location !

unnamed.jpg

 

 

BRASILIA, le Brésil annonce ce matin suite au choix du Gripen E pour remplacer les F-5 E/F, que celui-ci, louera une série de 12 JAS39 Gripen C/D pour compenser le retrait des Mirage 2000.

 

L’objectif de la FAB est de compenser au plus vite le départ à la retraite des Mirage 2000, pour ce faire le Brésil, désire donc (comme la Suisse) louer une douzaine d’avion Gripen C/D (standard actuel) afin de maintenir au minimum sa capacité de police aérienne dans l’attente de l’arrivée des Gripen E en 2018.

 

La FAB dispose de 10 Mirage 2000C monoplace et 2 biplaces 2000B (désigné localement comme F-2000C/B) qui servent au sein du 1er Escadron de défense aérienne, depuis la base aérienne d’Anapolis. La FAB ne disposera plus que des Northrop F-5EM/FM Tiger II pour l’interception et des AMX A1 pour l’attaque au sol. Les 57 F-5EM/FM ont été modernisés avec l’aide de l’israélien ELBIT.

 

 

Le choix du Gripen E :

 

gripen_ng_brasil1.jpg

 

On en sait donc un peu plus sur le choix du Brésil en ce qui concerne le Gripen E, si le prix à joué un rôle évident, d’autres éléments ont faits penché la balance en faveur de l’avion suédois.

 

Le Chef de la FAB M. Junto Saito annonçait ce matin que le choix faisait partie d’un ensemble particulièrement attractif pour le pays. Avec notamment la possibilité de produire de nombreux éléments au Brésil.

 

Le Brigadier Marcelo Damasceno, de la FAB, confirmait de son côté : « la très haute valeur technique du Gripen E », « ses capacités de détection radar permettent une vision très supérieure à ce que nous avons pu tester ailleurs, l’architecture et les combinaisons de l’électronique offre des possibilités aujourd’hui sans équivalence ».

 

Le Brésil mettra en œuvre le missile indigène A-Darter sur le Gripen E, celui-ci étant déjà intégré à la famille Gripen, aucun surcoût ne donc demandé contrairement à une adaptation sur d’autres appareils.

 

Le Brésil prévoit de commander 36 Gripen E, mais c'est un total de 120 appareils qui pourra être commandé d'ici 2025, sans oublier le développement du "Sea Gripen" pour la Marine.

 

 

On peut donc également en déduire, que l’opportunité de pouvoir louer des appareils en remplacement des Mirage 2000 et dans l’attente de l’arrivée du Gripen E a joué également un rôle dans le choix de l’avion suédois. On retrouve par ailleurs cette même flexibilité dans la décision en Suisse.

 

996676171.jpg

 

Photos : 1 Gripen C aux couleurs de la FAB 2 Gripen E brazil 3 Missile A-Darter @ FAB

 

 

Brésil, formation en vue des B767 MMTT !

Colombian_Air_Force_Boeing_KC-767-2J6ER_Lofting-1.jpg

 

 

La Force aérienne Brésilienne prépare le cursus de formation de ses pilotes en vue de la réception des futurs avions ravitailleurs IAI B767 MMTT. Au mois de mars, le Brésil dans le cadre du programme KC-X2 de remplacement des actuels ravitailleurs  KC-137 « Stratoliner», a choisi le concept d’Israel Aerospace Industries (IAI) B767-300 Multi-Mission Tanker Transport (MMTT). 

 

La FAB vient de définir la phase de formation qui comprendra un cours théorique de 1'500 heures en simulateurs, dix pilotes viennent d’être sélectionnés et formeront la première promotion à voler le futur IAI B767 MMTT. Cette première unité nommée « Corsaire » sera basée à Rio de Janeiro-

Gaelao.

 

 

L’IAI B767-300MMTT :

 

Le concept d’IAI concernant le B767-300 MMTT permet à l’avion d’être configuré simultanément pour le ravitaillement en vol, le transport de fret, VIP ou avec passagers, selon le souhait de l'opérateur. L’avion dispose également d’une porte cargo permettant le transport de palettes. Les sièges passagers et les consoles de guidage au ravitaillement en vol, peuvent être rapidement installées ou enlevées.

 

A l’origine, le B767 MMTT est une réalisation israélienne faisant suite à une demande du gouvernement colombien pour la transformation de B767 en version transport et ravitaillement en vol. Le MMTT est configuré avec deux nacelles de ravitaillement Wing (funes) du modèle ARP3, développé et fabriqué par IAI. Le MMTT peut également être configuré avec une flèche ou une flèche mixtes, le tuyau et un système de ravitaillement de type «Drogue».

Le Brésil devient le second client après la Colombie pour le concept IAI B767 MMTT.

 

Photo :  IAI B767MMTT colombien

 

22/12/2013

Le Pakistan lance le JF-17 block II !

2197906.jpg


 

 

Je vous l’annonçais en 2011, le Pakistan vient de lancer la production du chasseur JF-17»Thunder» block II en collaboration avec la Chine. Le nouveau standard du «Thunder» a pris un an de retard sur le calendrier officiel.

 

Le JF-17 «Thunder» va être produit dans un standard amélioré soit le Block II, qui comprendra une liaison de données (Link16) une meilleure capacité de guerre électronique. L’avion pourra être ravitaillé en vol et disposera d’un armement élargit, notamment avec le missile courte portée A-Darter conçu par le Brésil et l’Afrique du Sud (version pakistanaise uniquement). Le block II sera produit est livré pour 2016.

Radar intermédiaire :

Le JF-17 «Thunder» block II disposera d’un radar intermédiaire,  soit  le KLJ-7 fabriqué en Chine par CTEC et il est doté d’une antenne mécanique. Le KLJ est assez proche du RC400 de THALES. On se rappelle d’ailleurs que la société française était en course pour équiper la version pakistanaise de l’avion, mais les tensions entre les deux pays à propos de la vente de sous-marins ont fait avorter ce projet.

Préparer le standard block III :

En réalité, le standard Block II prépare l’arrivée d’un standard plus évolué du chasseur sino-pakistanais avec la version définitive de l’avion, soit le Block III qui sera produite à partir de 2020. Cette ultime version recevra un radar à balayage électronique (AESA) dérivé du modèle prévu pour équipe le J-10B chinois. Celui-ci, sera cependant plus petit et donc moins efficient.

En ce qui concerne la version pakistanaise, les block III seront produit de manière indigène mais recevront le radar AESA à Nanjing en Chine.

A propos du JF-17 « Thunder » / FC-1 Xiaolong :

Le JF-17 «Thunder» (Pakistan) ou FC-1 «Xiaolong» (Chine) est une association sino-pakistanaise. Conçu en Chine par le constructeur d’Etat AVIC, il est co-financé par le Pakistan et produit par  PakistanComlex (PAC). Chasseur mono-réacteur propulsé par une version chinoise du réacteur RD-93 dérivé du RD-33 russe, qui équipe le MiG-29. L’avion a effectué son premier vol en septembre 2003. Avion multirôles d’un faible coût, soit environ 20 millions de dollars, il est équipé d’une avionique moderne par rapport aux A-5C et F-7P (dérivés des MiG-19/21).

L’armement comprend deux canons GSh-23 (23mm), jusqu’à 3.700kg/£ 8150 de charge utile. Doté d’armement occidental pour la version JF-17 comme des Sidewinder AIM-9P ou des PL-7/8/9 chinois.

La version chinoise dispose d’une capacité de tir à grande distance avec le missile PL-12/SD-10.


 

Pakistan_Air_Force_Chengdu_JF-17_Gu.jpg


Photos : JF-17 «Thunder» @ Lihutao


21/12/2013

Gripen E : intégration du Meteor !

saab gripenf,gripene,meteor,mbda meteor,brazil giprn,swiss gripen,blog gripen


 

 

Saab va procéder suite à la commande de l’administration chargée des équipements de Défense, l’intégration définitive du missile Meteor de MBDA sur le Gripen E. Il s’agit là de la dernière phase d’installation qui fait suite aux nombreux essais. 

 

"La commande supplémentaire assure la mise en œuvre de l'intégration du missile Meteor sur le Gripen E », a déclaré Ulf Nilsson, chef de l'unité de produit Gripen de Saab. " Il confirme également la position du Gripen E, comme le premier système de combat avec une conception flexible qui offre de grandes possibilités d'intégrer de nouvelles fonctionnalités."

 

Phase finale : 


 

3006309492.jpg


 

L’intégration du missile Meteor sur le Gripen E arrive dans sa phase terminale. Le premier tir d’un Meteor «inerte» avait déjà été réalisé avec un Gripen A/B en 2005. Puis, en juillet de cette année, un Gripen C/D avait été le premier avion a tiré un Meteor «actif». Il fallait vérifier que le missile se sépare normalement de l’avion lanceur, contrôler le bon fonctionnement du système de transmission de données entre l’avion et le missile et s’assurer du parfait fonctionnement du radar du missile sur des cibles factices.

 

La famille «Gripen» C/D/E sera ainsi la première à bénéficier du nouveau missile européen. Elle sera ensuite rejointe par le Rafale puis l’Eurofighter et enfin, le F-35.

 

Le MBDA Meteor :


 

270874267.4.jpg


 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.

 

Le Meteor sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

 Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.


 

IMG_0207.PNG


 

Photos : 1 Gripen F de développement à Emmen @ PK 2 Meteor sur JAS39A/B en 2005 3 Tir d’un Meteor actif en 2013 4 Montage de Meteor sur le Gripen F @ Saab