06/07/2013

Premier catapultage électromagnétique !

800px-US_Navy_101218-N-0000X-002_An_F-A-18E_Super_Hornet_is_launched_during_a_test_of_the_Electromagnetic_Aircraft_Launch_System_(EMALS)_at_Naval_Air_Sys.jpg


 

Patuxent River, Maryland, L'US Navy vient de réussir le lancement d’un F/A-18 «Super Hornet» à l’aide d’une catapulte électromagnétique. La technologie EMALS (Electromagnetic Launch Aircraft System) doit  remplacer les catapultes à vapeur des porte-avions de la Navy à terme.

 

Ce test marque la 2ème phase des essais de lancement d’avions pilotés. Le développement du système EMALS est prévu pour être achevé à la fin de 2015. Il sera intégré sur les futurs porte-avions nucléaires de la classe Gerald R. Ford.

Une nouvelle génération de catapulte : 

Les catapultes à vapeur actuelles actuelles, utilisent environ 615 kg de vapeur pour chaque lancement d’avion, laquelle est habituellement livrée par canalisation à partir du réacteur nucléaire. Il faut y ajouter l’hydraulique requis et les huiles, l’eau nécessaire pour freiner la catapulte et des pompes associées, les moteurs et les systèmes de contrôle. Cela représente un système lourd, et un entretien intensif, avec des chocs soudains qui peuvent raccourcir la durée de vie de la cellule du porte-avions.


 

thumb_Growler_EMALS_Title_1.png


Le système EMALS :

L’EMALS (système de lancement avec appareil Electro-Magnétique) utilise une méthode analogue à un canon sur rail électro-magnétique pour accélérer la vitesse du sabot qui lance l’aéronef. Cette approche fournit un lancement plus lisse, tout en offrant jusqu’à 30% d’énergie supplémentaire au lancement notamment pour les avions lourds. Ce système occupe aussi moins d’espace et réduit les besoins d’entretien car il dispense de la plupart des tuyauteries pour la vapeur de la catapulte, mais aussi les pompes, les moteurs, et les systèmes de contrôle, et à terme un personnel plus restreint.

Le générateur du système EMALS pèse plus de 80.000 livres, et mesure 13,5 pieds de long, pour 11 pieds de large et près de 7 pieds de haut. Il est conçu pour délivrer jusqu’à 60 mégajoules d’électricité, et 60 mégawatts maximum. En 3 secondes, il doit délivrer une quantité d’énergie équivalente à celle de 12.000 foyers pour lancer un seul avion sur le pont. Or, chaque nouveau porte-avions de la classe Gerald R. Ford devra posséder 12 générateurs EMALS.

Ce système marque un gros changement, mais c’est une technologie essentielle pour l’US Navy qui souhaite livrer sa nouvelle classe de porte-avions dans les délais et le budget prévus et tenir les promesses de réduction des coûts du programme CVN-21. 


 

emals1.jpg


Photos : 1 & 2 Premier catapultage d’un Super Hornet avec EMALS 2 Image de synthèse @ US navy 

05/07/2013

Arabie Saoudite : seconde tranche d’Eurofighter !

Eurofighter-Saudi.jpg


 

 

BAE Systems progresse avec la livraison de la deuxième tranche de 48 Eurofighter «Typhoon» destiné à l'Arabie Saoudite. En effet, au début du mois de juillet, l’Arabie Saoudite a commencé à percevoir le second lot de l’avion de combat européen.

 

Deux Eurofighter «Typhoon II» faisant partie des 48 appareils de la seconde tranche destinée à la Force aérienne saoudienne (RSAF) ont quitté les installations de Warton pour rejoindre le royaume saoudien. 24 Eurofighter équipent déjà l’Arabie Saoudite depuis la première livraison en 2009.

 

Rappel :

 

L’Eurofighter Typhoon II  est un avion de combat polyvalent extrêmement agile, doté de capacités en réseau et conçu pour les opérations multi-rôle dans des scénarios complexes de combat air-air et air-sol. Il est capable d’effectuer des missions de combat supersonique au-delà de la portée visuelle, combat rapproché subsonique, interdiction aérienne, destruction de défense antiaérienne et attaque maritime et littorale. L’Eurofighter est le couronnement de la coopération technologique britannique, allemande, italienne et espagnole en termes d’avionique, aérodynamique, matériaux, techniques de production et motorisation. En janvier 2013, plus de 350 aéronefs avaient déjà été livrés. La tranche T3A de production est assurée jusque fin 2017.

Production de série à plein régime

Cassidian en Allemagne et en Espagne est le principal actionnaire du consortium (46%), qui réunit également BAE Systems au Royaume-Uni et Alenia Aermacchi en Italie. Ces quatre nations ont commandé 620 appareils. Quinze Eurofigher ont été livrés à l’Autriche. L’Arabie saoudite et le Sultanat d´Oman ont commandé respectivement 72 et 17 appareils. L’assemblage final des appareils de série tourne à plein régime. Cassidian est responsable de la section centrale du fuselage, du système de commandes de vol, des sous-systèmes d’attaque, d’identification et de communication, de la fabrication de la voilure droite et des becs de bord d’attaque de l’ensemble des Eurofighter, ainsi que de l’assemblage final des appareils commandés par les forces aériennes allemandes et espagnoles.


 

AIR_Eurofighters_Saudi_at_Zeltweg_2011_Airshow_Geoffrey_Lee_Eurofighter_lg.jpg


Photos : 1 & 2 Eurofighter de la RSAF @ Cassidian

21:58 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cassidian, eurofighter typhoon 2, rsaf |  Facebook | |

Firefly reçoit son ATR 72-600 !

ATR-Firefly-1.jpg


 

Firefly, filiale régionale de la compagnie Malaysia Airlines, a aujourd’hui réceptionné son tout premier ATR 72-600. Ce tout nouveau modèle est le premier d’une commande ferme de 20 ATR dernière génération, assortie d’une option de 16 appareils passée par Malaysia Airlines en décembre 2012. À l’heure actuelle, Firefly exploite 12 ATR72-500. Avec l’arrivée des derniers ATR 72-600, la compagnie multipliera presque par trois sa flotte exclusivement composée d’ATR72, portant le total a plus de 30 avions.

 

Grâce à cette acquisition, Firefly pourra augmenter la fréquence de ses vols vers des destinations clés (Subang, Penang, Kota Bahru et Johor Bahru) et ainsi développer sa présence sur le réseau intérieur en un temps record. Par ailleurs, la compagnie se verra en mesure de dynamiser son offre régionale en assurant à ses clients une meilleure connectivité vers des pays de l’Asie du Sud-est, notamment l’Indonésie, Singapour et Thaïlande. Firefly bénéficiera ainsi d’une position privilégiée sur ces marchés et sur des routes commerciales clés.
Cette nouvelle génération d’ATR 600 est dotée d’un nouveau poste de pilotage tout-écran et dispose d’un aménagement au confort élevé offrant 72 places et des compartiments à bagages plus grands. Outre les avantages liés aux performances et au confort accru, ces appareils offrent une plus grande souplesse opérationnelle à la compagnie.


 

ATR-37956_MD.jpg


La mise en service de l’ATR 72-600 récemment livré est prévue ce mois-ci. Le premier vol commercial de l’appareil aura lieu peu après son arrivée à l’aéroport Sultan Abdul Aziz Shah de Subang, le 12 juillet 2013. L’ATR 72-600 s’envolera à destination de Johor Bahru en Malaisie.

Photos : 1 ATR 72-600 Firefly  2 intérieur @ ATR Aircraft

12:12 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : firefly, atr 72-600, atr airc5raftraft |  Facebook | |

Les premiers pilotes chinois qualifiés sur porte-avions !

Chinese-Aircraft-Carrier-Liaoning-J15-2-485x728.jpg


 

 

La Chine vient de confirmer la qualification des premiers pilotes opérationnels sur porte-avions. Cette qualification concerne les pilotes d’une escadrille officiellement opérationnelle sur avion de combat Shenyang J-15 sur le porte-avions Liaoning.

 

Cette qualification a été obtenue suite à un déploiement de 25 jours en opération sur le premier porte-avions chinois, le Liaoning. Durant la croisière, les pilotes ont exécuté plusieurs exercices continus de décollage et atterrissage sur porte-avions, faisant de la Chine l'un des rares pays au monde ayant la capacité de former ses propres pilotes de jet aux difficultés imposées en opération sur un bâtiment naval.


 

F201211280812111464047192.jpg


 

Shenyang J-15 «Flying Shark» :

Le Shenyang J-15 «Flying Shark» est un avion de chasse embarqué sur porte-avions, dérivé du Sukhoi 33. Bien que pendant un certain temps les rumeurs faisaient état d’un appareil semi-furtif, celui-ci est en fait une copie chinoise, mais dotée d’un équipement entièrement indigène. Pour développer le J-15, la Chine a acquis un modèle de SU-33 en 2001, auprès de l’Ukraine. A ce propos, il faut rappeler que la Russie avait refusé de vendre ce type d’appareil et l’épisode ukrainien avait profondément enragé Moscou à l’époque.
La Chine a activement cherché à acheter des SU-33 en provenance de Russie, à de nombreuses reprises, l’offre a été faite en mars 2009, mais les négociations se sont effondrées en 2006, après qu'il fut découvert que la Chine avait développé une version modifiée du Su-27SK désigné Shenyang J-11B, en violation des accords de propriété intellectuelle.

 

Porte-avions Liaoning : 

 Le porte-avions Liaoning est le premier porte-avions en service de la marine chinoise. Son nom, Liaoning officiellement annoncé le 11 septembre 2012, vient du nom de la province de Chine où il a été rénové. Il s'agit d'un navire construit à l'origine pour la marine soviétique et dénommé Varyag.


 

Chinese_Shenyang-J-15_Liaoning-Carrier_301112.jpg


Photos : Shenyang J-15 sur le Liaoning @ China Navy


03/07/2013

Saab a débuté l’assemblage du Gripen E !

saab grpen,gripen e,gripen f,swiss air force,gripen suisse,gripen e suisse,gripen schweiz,swiss gripene,programme gripen,avia news gripen,avia news gripen e


 

Linköping, la société de défense et de sécurité Saab a commencé l’assemblage du Gripen  E de pré-production.  La première partie à être fabriquée est le fuselage de l’avion. Au début de cette année, Saab a débuté les demandes d’approvisionnement pour le lancement d’une pré-séries de trois appareils Gripen E, aujourd’hui commence l’assemblage des Gripen de nouvelle génération.

 

Suite à une période de conception intense et brève, qui a tiré parti d’outils et de méthodes à la pointe par l’utilisation du ‘Model-Based Design’ (conception basée sur modèle), la construction du Gripen E débute avec la fabrication et l’assemblage de tous les éléments du fuselage, l’élément le plus grand de la cellule et celui qui nécessite le plus de temps pour sa fabrication. Ces parties seront ensuite réunies et assemblées pour former une cellule d’avion complète. Une période intensive de construction s’ensuivra au cours de laquelle les câbles, les systèmes, le revêtement externe et d’autres équipements seront montés. Plus de 1'000 personnes chez Saab travaillent à l’heure actuelle exclusivement sur le développement et la production du Gripen E.


 

web_gripen--469x239.jpg


 

“L’expérience que nous vivons actuellement représente un saut technologique pour Saab et pour l’industrie aéronautique dans son ensemble, puisque l’on observe la construction de l’avion de chasse le plus récent et le plus moderne par l’utilisation des procédures, des méthodes et des outils les plus récents. Cette approche nous permet de produire un avion aux capacités encore plus développées, à un coût de cycle de vie encore plus avantageux », explique Lennart Sindahl, responsable de la division aéronautique de Saab. “Après des années d’investissements en R&D liés à la conception aéronautique, nous pouvons offrir des opportunités uniques pour le transfert du savoir-faire et de la technologie, en invitant les industries des pays de nos clients à participer au travail sur le Gripen. Le programme Gripen E continuera à être un moteur de développement technologique ainsi que de création d’emplois, aussi bien en Suède que dans d’autres pays. “


 

1555549412.jpg


 

Développé sur la base du design des versions précédentes du système Gripen, le Gripen E offre une série de capteurs de la prochaine génération, de nouvelles liaisons de communication, une architecture avionique révolutionnaire, une poussée accrue, un temps de vol plus long, davantage de stations d’armes et de capacité de charge, un cockpit entièrement digital y compris un HUD (Head-Up Display – Affichage tête haute) et un système de guerre électronique entièrement nouveau.


 

Gripen%20E.jpg


 

L’avion en cours de fabrication et les deux appareils suivant seront la première version complète pré-production du Gripen E, ils permettront à implémenter de nouvelles caractéristiques et de nouvelles capacités. Ces trois appareils serviront à réduire les risque de «bugs» sur les appareils de série, ils permettront également de préparer les pilotes suédois et suisses, ainsi que l’ensemble du personnel au sol à l’arrivée des avions de séries et des nouvelles technologies qui les équipent.

 

 

saab grpen,gripen e,gripen f,swiss air force,gripen suisse,gripen e suisse,gripen schweiz,swiss gripene,programme gripen,avia news gripen,avia news gripen e,gripen blog

 

 

 

Les sauts technologiques du Gripen E ont déjà fait leurs preuves au cours du programme de démonstration du Gripen, avec l’avion démo Gripen E/F qui a cumulé depuis 2008 plus de 250 heures de vol à son actif, notamment en  Suisse (à Emmen en Octobre 2012 puis en janvier et avril 2013).

 

Le 24 août 2012, la Swedish Defence and Security Export Agency (FXM) et sa contrepartie suisse armasuisse ont signé un accord-cadre sur l’acquisition de 22 avion Gripen E par la Suisse. Selon cet accord, les avions seront livrés de 2018 à 2021.

Le 15 février 2013, Saab a signé un accord avec le Swedish Defence Materiel Administration (FMV) portant sur le développement et la modification de 60 Gripen E pour la Suède au cours de la période 2013-2026.

 

irst.png

 

Liens sur les articles du dossier Gripen E : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/07/01/le-gripen-...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/06/23/gripen-rad...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/04/13/gripen.html

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/20/le-gripen-...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/05/18/gripen-l-i...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2012/11/20/le-gripen-...

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2013/01/17/le-gripen-...

 

 

 

 

 

Photos :  1 Image de synthèse Gripen E suisse 2 Assemblage Gripen C/D  3 lancement de l aproduction 4Gripen F de développement avec l’IRST et le radar AESA de série @ Saab Gripen