19/09/2013

Le F-35 imposé à la Belgique !

F16-Force-Aérienne-Belge.jpg



 

BRUXELLES, la Belgique par l’intermédiaire de son ministre de la Défense Pieter De Crem envisage de proposer l'acquisition de chasseurs F-35 «Lightning II» pour remplacer la flotte de F-16 A/B «Fighting Falcon». La Belgique a-t-elle le choix de son futur avion de combat ? Vraisemblablement pas !

 

 

La pression de Lockheed-Martin : 

 

Les F-16 belges sont appelés à être progressivement remplacés à compter de 2023. Le constructeur américain du F-35, Lockheed-Martin, prévoit toutefois déjà un délai de huit ans entre la commande ferme et la livraison effective des appareils selon les dernières informations disponibles. 

La Belgique semble se diriger vers l’achat du F-35 sans même lancer une compétition. Pourtant, ce ne sont pas les candidats de choix européens qui manquent avec le Rafale F3 de Dassault et l’Eurofighter T3 d’EADS et le Gripen E de Saab.

Mais, il se trouve que la machine à vendre «made in USA» de Lockheed-Martin est déjà en marche. L’objectif du constructeur américain est très clair : «vendre du F-35 à tous les utilisateurs du F-16» ! Et si par bonheur, l’utilisateur du «Fighting Falcon» est en plus un membre de l’OTAN, cela ne fait qu’arranger les choses. Nous sommes aujourd’hui en Belgique en face du même scénario que celui mis en place en Norvège, aux Pays-Bas et au Danemark. 

Lockheed-Martin dispose également d’un atout majeur, puisque les Etats-Unis appuie la campagne du ministre de la Défense belge à devenir secrétaire-général de l'Otan. 

 

Une bataille politique en vue : 

En Belgique, la bataille pour le nouvel avion de combat se fera sur deux fronts, il faudra imposer le choix tout fait du F-35 à la gauche et puis il faudra financer l’achat. La Belgique avait acheté en son temps 160 F-16 au début des années 1980. Par suite de restructuration de l'armée de l'air devrait aboutir à un parc d'une soixantaine d'exemplaires. La Belgique devrait donc commander près de 50 à 55 F-35 pour maintenir ses escadrilles actuelles. Sauf, que le prix du F-35A n’est toujours pas connu, que les Pays-Bas estiment le coût par appareil à près 62 millions d’euros (sans la logistique, l’armement, la formation) et que cette estimation tient compte du milliard d’euro déjà investit dans le programme, ce que la Belgique n’a pas fait. Bref, on parle en fait de 35 F-35, si la Belgique trouve l’argent, soit un programme à plus de 6 milliards d'euros !

 

Eliminer la concurrence européenne : 

La pression américaine pour remplacer les flottes de F-16 en Europe se fait particulièrement forte, à tel point, que l’on peut considérer que si Dassault, EADS et Saab n’étaient pas en mesure comme c’est le cas de proposer trois solutions européennes, l’industrie aéronautique militaire européenne serait aujourd’hui morte et enterrée par le géant américain. Fort heureusement la résistance des trois industriels n’est pas vaine, mais fort compliquée, notamment du fait que certains pays sombrent un peu trop rapidement aux chants de la sirène US.

 

F35.jpg


Photos : 1 F-16A du Solo Display belge @ FAB 2 F-35A @ Lockheed-Martin

 

 

 

Lufhansa commande des B777-9X & A350-900 !

6395957-lufthansa-commande-34-boeing-777-9x-et-25-airbus-a350-900.jpg

 

 

FRANCFORT - La compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé ce jeudi  matin ce une importante commande d’un total de 59 avions long-courriers qui concerne les deux géants de l’aéronautique Boeing et Airbus, pour un montant de 14 milliards d'euros prix catalogue, en vue de renouveler sa flotte. Cette commande comprend 34 Boeing B777-9X et 25 Airbus A350-900, qui seront livrés à partir de 2016. Ces appareils vont progressivement remplacer les Boeing B747-400 et Airbus A340-300 d'ici 2025.

 

Client de lancement pour le B777-9X :

 

Avec ce choix, Lufthansa devient le client du B777-9X. Le B777-9X (407 sièges), sera une version allongée du B777-300ER (76,4m), les deux possédant un rayon d’action approchant les 15‘000 km. La particularité provient des ailes qui seront en matériaux composite, plus légers et engendrant une moindre consommation de carburant. Boeing exploite ainsi ce qu’il fait déjà avec le «Dreamliner».

Pour motoriser cette nouvelle gamme B777X, Boeing travaille avec le motoriste General-Electric. Qui travaille prépare la mise au point du GE-9X qui sera le successeur du bestseller GE90. Pour équiper le B777-8X, GE prépare une version du G9X d’une poussée de 88 000 livres. Le B777-9X disposera lui de deux GE 9X de 99 500 livres.

 

L’A350-900 :

 

800x600_1379577078_A350-Lufthansa_2.jpg

Autre point fort de cette commande le choix de l’A350-900, L’A350 XWB tire profit de la grande expertise d’Airbus en matière d’introduction de matériaux composites dans la structure de ses appareils. L’A350-900 propose 314 sièges, répartis sur 3 classes, pour une autonomie de 15 000km. L'Airbus A350 XWB est un avion de ligne long-courrier et moyen porteur. Initialement baptisé A350, il s'agit d'un modèle dérivé de la famille des A330 et A340 ; toutefois, suite aux remarques des compagnies aériennes, il a été décidé à la mi-juillet 2006 d'en revoir le concept et de le munir d'un fuselage plus large, à la fois par rapport aux A330 et A340, et surtout par rapport à son principal concurrent, le Boeing 787. Le projet a été ainsi rebaptisé « A350 XWB », pour eXtra Wide Body « fuselage extra-large 

Photos : 1 B777-9X Lufthansa @ Boeing 2 A350-900 Lufthansa @ Airbus

13:31 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lufthansa, b777-9x, a350-900, boeing, airbus |  Facebook | |

La Marine suédoise reçoit son AW139 !

yourfile.jpg

 

 

L’Administration maritime suédoise vient de prendre livraison de son premier hélicoptère AW139 de recherche et sauvetage (SAR). Au total se sont sept appareils qui ont été commandés par la Suède, ils seront tous livrés d’ici la fin 2014.

 

L'Administration maritime suédoise exploitera les hélicoptères AW139 à partir de 5 bases à travers le pays. Les AW139 suédois sont dotés d’équipements spécifiques de protection contre la glace (FIPS), ce qui leur permettra de voler en condition de givrage extrême alors, que d'autres types d’hélicoptères seraient confinés au hangar.
 

L’AgustaWestland AW139 :


L’AW139 est devenu l'hélicoptère le plus vendu de sa catégorie pour une variété impressionnante de rôles commerciaux et gouvernementaux qui répondent aux exigences les plus exigeantes à travers le monde. Depuis sa certification en 2003, l'AW139 a été constamment amélioré pour atteindre des niveaux toujours croissants de performances. L'AW139 établit de nouvelles normes de performance dans sa catégorie, avec la plus grande cabine, une vitesse de croisière maximale de 165 noeuds (306 kilomètres par heure) et une portée maximale au-delà de 570nm (1060 km) avec carburant auxiliaire. Le poste de pilotage intégré et avancé est doté d’une avionique de dernière génération qui minimise la charge du pilote permettant à l'équipage de se concentrer sur les objectifs de mission. Plus de 500 appareils sont déjà en service dans de nombreux  rôles y compris EMS / SAR, VIP / transport corporate, application de la loi et de transport militaire. Près de 170 clients de plus de 50 pays ont commandé plus de 640 hélicoptères AW139 jusqu'ici.

 

SMA_AW139.jpg

 

Photos :  AW139 SAR suédois @ AgustaWestland

 

18/09/2013

Singapour va moderniser ses F-16 !

RSAF_F-16D_Block_52%2B_Fighting_Falcon_with_Conformal_Fuel_Tanks_01.jpg


 

 

Singapour va procéder à la modernisation de sa flotte de Lockheed-Martin F-16 C/D « Fighting Falcon». Au total se sont 60 appareils qui seront concernés par une mise à jour importante comme nous allons le voir. Cette modernisation doit permettre également de standardiser les versions actuelles Block40 & Block50 en une seule. Par ailleurs, aucune information n’a filtré concernant un possible achat de F-35B pour l’instant.

 

Mise au standard «Viper» : 

 

Singapour vise la mise au standard «Viper» de ses F-16 soit le Block60. Le modèle «Viper» est en fait une modernisation destinée aux utilisateurs du F-16. L’appareil est cette-fois doté d’un nouveau radar avec antenne à balayage électronique (AESA) couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Cette modernisation doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++.

Cette mise à niveau de la flotte va mettre en concurrence plusieurs sociétés comme Lockheed-Martin et BAE Systems, Northrop-Grumman.

 

Deux radars AESA en concurrence : 

 

La pièce centrale de la modernisation des F-16 au standard «Viper» concerne le choix du nouveau radar à antenne à balayage électronique AESA. Deux concurrents sont aujourd’hui identifiés par Lockheed-Martin, le RACR de Raytheon et le SABR de Northrop-Grumman. Singapour devra choisir entre ces deux modèles. La décision concernant les équipementiers devrait être connue en 2014.

 

Le RACR :


 

f-16racr.png


Le RACR (Radar Raytheon Advanced Combat). Il s’agit d’une version dérivée de l’AN/APG-79 développé par Raytheon de type AESA dont la plateforme et l’antenne sont adaptés selon l’avion, soit le F-16, F-15 ou F/A-18.

Cette solution de radar AESA a été conçu, pour équiper l’ensemble des appareils de la gamme F-16, F-15 et F/A-18 soit neufs ou dans les cas de modernisation de flottes déjà en service.

En ce qui concerne la variante RACR qui équipera les F-16, Raytheon a terminé le développement dans temps record de 24 mois, une série d'essais en vol ont été menés sur des appareils de l’USAF à Edwards Air Force Base, en Californie. Ces vols de démonstration ont mis en évidence les capacités multirôle dans les gammes air-air et air-sol.

Par rapport à l’ancien radar à antenne mécanique le radar AESA RACR apporte une détection étendue avec amélioration du suivi des cibles. La précision d’engagement est améliorée et le radar offre une nette amélioration des capacité de guerre électronique.

Le SABR : 


 

f-16sabr.jpg


 

Le SABR (Scalabre Agile Beam Radar) de Northrop-Grumman est conçu spécifiquement pour le F-16. Ce radar tire profit de la renommée de la gamme des radars de type l'APG- 77, -77 (V) 1 (F-22 Raptor) , -80 , -81 (F-35). Le SABR a fait ses débuts sur un F-16 en novembre 2009. En vol, ce radar a effectués 17 sorties avec les pilotes d'essais en vol de l'USAF avec un taux de réussite de 100%.


 

800px-RSAF_F-16_on_taxi.jpg


 

Photos : 1 F-16D Block50 RSAF @ RSAF 2 Le radar RACR @ Raytheon 3 Le radar SABR@ Northrop-Grumman  4 F-16C RSAF Block40 @ RSAF

 

 

 

 

 

Gripen E, le Conseil des Etats valide le OUI!

1972015905.jpg

 

BERNE, le Conseil des Etats a accepté ce mercredi matin de libérer les 3,126 milliards nécessaires pour acheter les 22 avions de combat Gripen E. Les Etats libèrent les 3,126 milliards pour le Gripen. Il fallait 24 voix pour lever le frein aux dépenses. La Chambre des cantons en a réuni 27 contre 17. En mars, une seule voix avait manqué. Cette décision fait suite au « OUI » du Conseil national effectuée mercredi dernier

 

Petit rappel :

 

Le Gripen E est un développement des appareils monoplaces Gripen A et Gripen C, qui ont fait leurs preuves. Il est conforme à l’état le plus récent de la technique et présente notamment les améliorations suivantes comparativement au Gripen C/D :

–Réacteur F414G plus performant avec mode « Supercruise ».

–Réservoirs de carburant internes de plus grande capacité. 

–Deux points d’ancrage supplémentaires pour des armes sous le fuselage 

–Structure modifiée du fuselage et de l’aile, train d’atterrissage principal modifié 

–Nouveau radar, ES-05 «RAVEN» disposant de la technologie AESA (Active Electronically Scanned Array) qui permet un balayage avec un débatement total de ± 100 ° (plage de détection sur 200 degrés contre 140 vis-à-vis de la concurrence) qui offre la possibilité de voir vers l’arrière et d’engager directement les adversaires et ceci grâce au système SWASHPLATE, couplé à un capteur passif fonctionnant sur une base infrarouge soit:  l’IRST sychronisé (Infra-Red Seach and Track) de type Skyward-G produit par SelexGalileo. 

 

 

1413981946.jpg

 

–nouvel équipement de guerre électronique (EW System MAW300) de type électro-optique qui fonctionne avec les lances-leurres Saab BOH/BOL de dernière génération (ADIS).

 

  • Une nouvelle architecture électronique (au minimum 10x plus rapide que la concurrence) et une avionique nouvelle génération dotée d’un cockpit avec grand écran qui offre la possibilité de personnalisation pour chaque pilote et l’adaptation immédiate en fonction de l’évolution de la mission (air-air, reco, air-sol).

 

Le Gripen E dispose d’une liaison électronique Link16 à large bande, d’un système de communication satellitaire SATCOM et de la fusion des données (Net Centric Warfare - NCW). La fusion de données complètement intégrée au système d'arme permet la fusion des informations  de la liaison 16 (pistes des équipiers, messages PPLI (Precise Participant Location and Identification) et relie l’ensemble aux pistes des capteurs internes et externes (RAVEN, IRST, EW300, pod ATFLIR, RecceLite).

Le pilote dispose d’une commande vocale et d’un HUD large également de la nouvelle génération. Grâce au regroupement et au traitement ciblés des données de tous les capteurs, le pilote dispose d’une excellente vue d’ensemble de la situation tactique momentanée, et donc d’un excellent soutien pour l’accomplissement de la mission et le pilotage de l’appareil. De plus, les données importantes pour l’engagement des armes sont projetées sur la visière du casque du pilote (viseur de casque COBRA II).

Enfin, un générateur d'oxygène embarqué (On-Board Oxygen Generation System, OBOGS) permet d’augmenter la teneur en oxygène de l'air prélevé au niveau d'un compresseur du moteur, afin, qu'il soit fourni directement aux pilotes. Avec l'OBOGS, la production d'oxygène est quasiment infinie et facilite la logistique : pas de production au sol, ni de chargement et d'installation des bouteilles à bord.

 

 

1994812890.jpg