03/01/2017

La Chine a défini ses exigences pour son bombardier stratégique !

image.jpg

Beijing, la Force aérienne de l'armée populaire de libération (PLAAF) a fourni des informations supplémentaires sur ses exigences pour son nouveau bombardier stratégique.

Le général Ma Xiaotian, Commandant de l'Armée de libération populaire (PLAAF) a confirmé que son pays est en train de mettre au point un nouveau bombardier stratégique à long rayon d'action. Deux projets sont actuellement à l’étude, le H-18 et le H-20. Selon lui, les «missiles de croisière, armes nucléaires et autres armes et équipements qui seront portés par ce futur bombardier stratégique sont tous en place, le moment est venu pour la Chine de développer son nouveau bombardier stratégique.

Les bombardiers actuels à long rayon d'action de la Chine, tel que le Xian Corporation H-6 (un dérivé modernisé de Tupolov Tu-16 « Badger ») n'était pas vraiment un bombardier stratégique et a suggéré que le nouvel avion aura des caractéristiques comparables à celles du Northrop-Grumman B-2 « Spirit » américain.

Pour la Chine, le concept de bombardier stratégique doit permettre d’atteindre une cible à 8.000 km sans ravitaillement avec une capacité de transporter une charge utile de plus de 10 tonnes de munitions air-sol.

Le Shenyang H-18 :

4102680089.jpg

En parallèle au H-20, la société Shenyang Aircraft Corporation une filiale de la China Aviation Industry Corporation (AVIC) semble préparer également un projet de futur bombardier stratégique nommé H-18.

Le Xian H-20 :

h20stealthbomber.jpg

La Xian Aircraft Corp H-20 est justement un projet de bombardier stratégique qui ressemble effectivement au B-2 américain. Il semble que cette « copie » chinoise du bombardier conçu par Northrop-Grumman est le fait de la vente d’informations classifiées à la Chine d’un ingénieur du nom de Noshir Gowadia. Celui-ci avait en son temps été employé chez l’avionneur américain. Cette personne a été condamnée depuis à 32 ans de prison.

Les deux projets doivent permettre d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires.

Les difficultés avenir :

Pour concevoir son futur bombardier, la Chine va devoir redoubler de travail. Si celle-ci peut compter sur l'expérience et la connaissance de la conception des avions furtifs obtenus grâce au développement des avions de combat J-20 et F-31, associée à la compréhension et à l'application technologies de matériaux de pointe. Les enseignements acquis avec les appareils de transport militaire XAC Y-20 et de l'avion commercial Comac C919 reflètent les progrès réalisés par l'industrie aéronautique du pays pour acquérir l'expertise technique requise pour entreprendre un tel projet de développement. Cependant un gros travail reste à faire en ce qui concerne la motorisation et la production des systèmes de furtivité.

 

Photos : 1 Vue d’artiste du futur bombardier chinois 2 Possible design du H-18 3 Possible design du H-20

02/01/2017

Corée du Sud, la Marine commande le Surion !

4sKeq4cr.jpg

Séoul, Korea Aerospace Industries a obtenu un contrat d’un montant 523 millions de dollars pour la fourniture de 30 hélicoptères KUH « Surion » de transport destinés à la Marine. Les livraisons vont débuter cette année pour se terminer en 2023.

A noter que la l’Armée sud-coréenne avait exigé un remplacement des boîtes de vitesses. En effet, Selon un rapport 57% datant de cet été, les « Surion » en service dans l’armée coréenne avaient besoin de remplacer les boîtes de vitesse défectueuses.

La version Marine du KUH « Surion » dispose de pales du rotor pliable. En plus de quatre membres d’équipage (deux pilotes et deux canonniers) il peut transporter neuf marines entièrement armés. L’hélicoptère dispose également de flotteurs d'urgence qui ont peuvent être déployé sur simple pression d'un bouton. Les équipes peuvent également ajouter rapidement des réservoirs spéciaux de carburant à longue portée interne.

Historique du KUH «Surion» :

Le programme coréen pour un hélicoptère multirôle (KMH) fut lancé le 12 mars 2004 avec comme objectif le développement d’un hélicoptère polyvalent entièrement Coréen. Compte tenu des besoins financiers énormes pour le développement d’une telle machine, le programme fut réorienté afin de répondre aux besoins utilitaires (KUH) de l’armée coréenne en priorité. 

Le second problème des coréens était de pouvoir compter sur la collaboration avec un constructeur étranger reconnu pour diminuer les risques industriels. La Corée lança le 15 avril 2005 un appel d’offre international pour permettre à un constructeur étranger d’intégrer le programme.  Plusieurs sociétés étrangères telles que Boeing, Bell Helicopter, Sikorsky aux États-Unis, Eurocopter, AgustaWestland en Europe, une société russe ont répondu à l’offre.

Le 13 Décembre 2005 déjà, le gouvernement coréen a annoncé le  choix d'Eurocopter comme partenaire principal de Korea Aerospace Industries (KAI) dans le programme KUH pour le développement du premier hélicoptère de transport militaire coréen.

 

Gkuh1-index-700x357.jpg

Photos : 1 KUH Surion Marine 2 KUH Surion Armée de terre @

01/01/2017

2017 sera une bonne année pour les compagnies aériennes !

Hero_thai.jpg

L’Association du transport aérien international (IATA) a annoncé qu’elle s’attendait à ce que l’industrie aérienne mondiale réalise en 2017 des bénéfices nets de 29,8 milliards de dollars. Avec des revenus anticipés de 736 milliards de dollars, cela représente une marge bénéficiaire nette de 4,1 %. Cette année sera la troisième consécutive (et la troisième dans l’histoire de l’industrie) où les compagnies aériennes obtiendront un rendement du capital investi (7,9 %) supérieur au coût moyen pondéré du capital (6,9 %).

L’IATA a revu légèrement à la baisse ses prévisions sur la rentabilité de l’industrie aérienne, à 35,6 milliards dollars (plutôt que les 39,4 milliards de la prévision de juin), en raison d’une croissance plus lente du PIB mondial et de la hausse des coûts. Ces bénéfices seront les plus élevés, en chiffres absolus, générés par l’industrie aérienne et la marge bénéficiaire nette de 5,1 % sera la plus élevée à ce jour.

Alors que les bénéfices de l’industrie aérienne devraient avoir atteint un sommet cyclique en 2016, à 35,6 milliards de dollars, on s’attend à un atterrissage en douceur sur le terrain de la rentabilité en 2017, avec des bénéfices nets de 29,8 milliards dollars. L’année 2017 devrait être la huitième année consécutive de rentabilité globale des compagnies aériennes, ce qui illustre la résilience aux chocs acquise par l’industrie. En moyenne, les compagnies aériennes obtiendront 7,54 de dollars pour chaque passager transporté.

Les prix plus élevés du pétrole auront l’impact le plus important sur les prévisions pour 2017. En 2016, le prix moyen s’est établi à 44,6 dollars par baril (Brent) et on s’attend à un prix moyen de 55,0 % en 2017. Cela fera passer le prix du carburant d’aviation de 52,1 dollars par baril (2016) à 64,9 dollars par baril (2017). Le carburant devrait représenter 18,7 % de la structure de coût de l’industrie en 2017, ce qui serait bien inférieur au récent sommet de 33,2 % atteint en 2012- 2013.

L’effet négatif de la baisse du coefficient d’occupation devrait être compensé par le renforcement de la croissance économique mondiale. Le PIB mondial devrait s’accroître de 2,5 % en 2017 (contre 2,2 % en 2016). S’ajoutant aux changements structuraux de l’industrie, cela devrait contribuer à stabiliser les rendements tant dans le secteur du fret que dans le secteur passagers. Il s’agit là d’un développement bien accueilli, puisque les rendements (calculés en dollars) ont diminué d’année en année depuis 2012.

Norwegian737800-4.jpg

Photos : 1 A380 Thaï Airways @ Thai Airways 2 B737-800 NG norwegian @ Norwegian

 

31/12/2016

Le prototype du M-345HET a effectué son vol inaugural !

aermacchi-m345het-1.jpg

Le prototype du jet léger Aermacchi M-345HET (Trainer High Efficiency) formateur de base a terminé avec succès son premier vol le 29 décembre. L’avion a décollé des installations d’Alenia-Aermacchi sur l’aérodrome de Venegono Superiore à Varese en Italie.

L'avion était piloté par Quirino Bucci et Giacomo Iannelli de la Division Avions Leonardo. Les deux pilotes d’essai ont exprimé une grande satisfaction à la fin du vol d’une durée de 30 minutes. L'avion s’est parfaitement comporté, répondant aux attentes des paramètres de conception tout en montrant d'excellentes performances. Le moteur en particulier offre une grande capacité à réagir à des changements de régime. Selon, le porte parole de Leonardo, le M345 doit avoir terminé ses tests à la fin de l’année 2017.

C0_7JATWgAA3BPI.jpg-large.jpeg

Le M-345HET :

Le M-345 est une modernisation du M-311, qui n’est autre qu’une version améliorée du S-211. Le SIAI-Marchetti S-211 est un développement qui date de 1976, sa voilure est positionnée en position haute et affecte une très légère flèche.  Cette voilure rendait le S-211 très manoeuvrant. Le cockpit est allongé et abrite un pilote et un instructeur, ce dernier occupant un siège légèrement surélevé. Chacun des membres d'équipages dispose d'un siège éjectable Martin-Baker. La motorisation est assurée par un unique moteur, un turbofan à double flux Pratt & Whitney, moins gourmand en carburant que la plupart des moteurs de l'époque. Mais, la faible puissance délivrée par ce moteur, utilisé initialement par des jets d'affaires, ne rend pas le S-211 très performant, bien au contraire.

En 2005 Alenia-Aermacchi tente une première fois de relancer le petit jet avec une nouvelle version, le M-311. Par rapport au S-211, les modifications aérodynamiques portent sur de nouveaux saumons de voilure, une modification des cloisons d’aile, l'apparition de quilles ventrales. La structure et le train d’atterrissage ont été renforcés pour autoriser des facteurs de charge de +7 G à -3,5 G à 3100 kg en configuration lisse au décollage. Le réacteur Pratt & Whitney JT15D-5C de 1450Kg  a une puissance supérieure de 30 %. L'avionique est entièrement revue : écrans multifonctions, affichage tête haute à l’avant avec reproduction au poste arrière, plate-forme GPS inertielle, deux ordinateurs de bord pour simuler les missions. L’accent a aussi été mis sur la maintenance, facilitée par une modification des trappes d’accès, l’installation d’un générateur autonome d’oxygène (OBOGS), afin d’améliorer la disponibilité de l’appareil.

Mais depuis plus rien, le projet M-311 a été mis en cocon, jusqu’au dernier Salon du Bourget, ou le constructeur italien a annoncé la relance du programme sous le nom de M-345.

Reprenant les mêmes arguments qu’en 2005, Alenia Aermacchi propose le M-345 en complément du biréacteur M-346 qui se place sur le haut de gamme de ce créneau. Le M-345 devant assurer la formation de base des pilotes. L’avion sera doté d'un nouveau réacteur plus économique et d'une avionique totalement rénovée qui nécessite, d'ailleurs, d'allonger le fuselage de l'appareil. 

 

alenia-aermacchi-m-345.jpg

Photos : 1 & 3 Le M-345 lors du premier vol 2 Prototype aux couleurs des Frecce Triccolori@ Leonardo

 

30/12/2016

Nouvelle livraison de Sukhoi Su-34 « Fullback » !

Sukhoi_Su-34_flight_display_at_2015_MAKS.jpg

Moscou, l’avionneur Sukhoi a livré un nouveau groupe bombardiers de première ligne Su-34 « Fullback » ai ministère russe de la Défense. Les avions (nombre non spécifié) ont décollé de l'aérodrome de la succursale de la compagnie Sukhoi à Novossibirsk et se sont dirigés vers le lieu de leur déploiement sur une bases aériennes des forces aériennes et spatiales russes. Cette livraison clos l'Ordre de Défense d'Etat pour 2016 en ce qui concerne ce type d’avion.

Le contrat d'État avec le ministère de la Défense de la Fédération de Russie pour les fournitures de Su-34 aux forces aériennes et spatiales russes continue jusqu'en 2020.

Modernisation prévue :

Le porte-parole des forces aériennes et spatiales russes a également profité d’annoncer que la flotte de Su-34 « Fullback » sera modernisée prochainement. Sans donner plus d’information, la mise à jour concernera principalement nouveaux systèmes d'armement et de systèmes de guerre électronique plus avancés.

Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 

Le Su-34 « Fullback »peut  attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne. L’avion dispose d'un système de brouillage numérique Khibiny L175V / KS418 grâce auquel l'avion peut être utilisé comme un brouilleur de combat aérien. Les deux radars (avant et arrière) sont couplés à un système de ciblage électro-optique qui est capable de capturer et de surveiller de façon continue plusieurs cibles simultanément.

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs. Les caractéristiques du Su-34 incluent un rayon d’action jusqu'à 4000 km, une vitesse maximale de 1900 km/h, et une charge utile de jusqu'à 8 tonnes. L'espace entre les sièges du cockpit permet de se coucher dans le couloir, le cas échéant. Un office et un WC sont situés derrière les sièges de l'équipage.

 

2914111682.jpg

Photos : 1 Su-34 @ Dmitry Terekhov 2 Su-34 en vol Dmitri Barashev