07/01/2014

2013 une grande année pour Boeing !

444046134.jpg

Les deux grands avionneurs que sont Airbus et Boeing ont engrangés une nouvelle année exceptionnelle, dans l’attente des chiffres d’Airbus (qui devrait avoir dépassé son rival américain en terme de commandes) le constructeur de Seattle annonce un record qui dépasse son propre objectif pour l’année écoulée.

 

Le plein de commandes :

 

460240758.jpg

 

Boeing avait un objectif de 645 livraisons pour 2013 et l'a dépassé de trois unités. Il a précisé avoir livré 172 avions commerciaux sur le seul quatrième trimestre.

Sur l'ensemble de l'année, le groupe a enregistré un solde net de 1’355 commandes d'avions et son carnet de commandes s'élevait à 5080 appareils à fin décembre. Le constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé lundi qu'il avait livré le record de 648 avions en 2013 et engrangé 1355 commandes nettes, le deuxième montant le plus élevé de son histoire. Il a ainsi battu son record de 2012, quand il avait livré 601 appareils. Il avait par ailleurs reçu 1’203 commandes la même année. Le carnet de commandes total de Boeing a par ailleurs atteint un nouveau record de 5’080 appareils à la fin de l'année.

 

Un chiffre qui est également un sommet historique pour le groupe. En 2013, trois avions du groupe ont établi des records de livraison avec le B737 avec 440 appareils livrés, le B777 (98 appareils) et le B787, long courrier. L'appareil, qui avait commencé l'année avec une interdiction de vol mondiale qui a duré trois mois en raison de problèmes de surchauffe incontrôlable d'une batterie, a fini l'année avec 65 exemplaires livrés et au total 16 transporteurs dans le monde utilisant l'appareil dans leur flotte.

 

"L'année à venir va être excitante: nous nous préparons à livrer le premier B787-900, nous poursuivons notre travail de conception sur nos programmes les plus récents soit le B737 MAX, le B787-10 et le B777X, tout en augmentant notre rythme de production sur le B737", le monocouloir best-seller de Boeing, a commenté le directeur de la branche d'aviation civile de Boeing, Ray Conner.

 

ChinaSouthernMain.jpg

 

Photos : les trois familles qui portés Boeing B777X, B737MAX et B787 @ Boeing

 

 

11:26 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, b777x, b737max, b787 |  Facebook | |

06/01/2014

l’USAF réintègre le C-27J !


3652.jpg


 

L’US Air Force va réintégrer ses avions de transport  AleniaAermacchi C-27J «Spartan» pour 2014. L’USAF dispose d’un total de 28 C-27J «Spartan» en service depuis 2008.

 

Crise budgétaire :

 

En 2012, l’USAF est contrainte à faire des économies budgétaires et décide alors de stopper l’utilisation du C-27J. Sept avions sont transférés au sein de l'US Special Operations Command, les autres sont maintenus et stockés, pour un éventuel retour en opération au sein des installations de la base aérienne de David Monthan AFB en Arizona.

 

Les C-27J vont quitter la naphtaline :

 

Signé par le président Barack Obama le 26 décembre dernier, le projet de loi demande au secrétaire à la Défense des États-Unis, Chuck Hagel, la réintégration en service des C-27J «Spartan» au sein des gardes-côte (US Coast Guard). 

 

Les gardes-côtes vont se séparer de 7 Lockheed-Martin C-130J «Hercules» qui rejoindront l’USAF et recevront en contre-partie la flotte de C-27J «Spartan».

 

Le C-27J «Spartan» : 

 

Le C-27J « Spartan » est un aéronef à voilure fixe de transport tactique léger polyvalent pour diverses missions. Particulièrement maniable et polyvalent, le robuste C-27J offre un rapport  poids puissance le plus élevé de sa catégorie et avec la  capacité d'effectuer des manœuvres sous un facteur de charge de l’ordre de 3G, permettant des virages serrés et une montée rapide, ainsi que la descente. 

Le C-27J offre la capacité unique de faire varier la hauteur plancher, afin d’ajuster en permanence celui-ci pour faciliter le chargement et le déchargement de grands volumes, ainsi que les charges utiles à haute densité, sans équipement de soutien au sol et en facilitant le «drive-in/out» de véhicules, afin qu'ils puissent être utilisés immédiatement.


 

C-27J-cargo-plane.jpg


Photos : C-27J «Spartan» aux couleurs de l’USAF@ USAF


Le second CSeries a volé !

03_01_photo_ftv2_first_flight.jpg

                          

Montréal, Mirabel, Bombardier annonce la réussite du premier vol du second appareil d’essais CSeries. Le vol inaugural du FTV-2 a eu lieu le 3 janvier, soit près de trois mois après le début des essais du programme en vol de la gamme CSeries.

 

Bombardier a pu faire voler le second exemplaire de son Cseries après avoir reçu l’autorisation de vol d’essai de Transports Canada, en décembre. L’appareil n 2 (FTV2) a décollé le 3 janvier 2014 pour son vol inaugural sous un ciel dégagé. Le premier vol du FTV2 a été effectué sous le commandement du capitaine Andris ‘Andy’ Litavniks, pilote du Centre d’essais en vol Bombardier. Le capitaine Litavniks a été assisté par ses collègues, William ‘Muz’ Colquhoun et Ken Slaughter, respectivement copilote et responsable technique des essais en vol. Pendant son vol de 2h15m, le FTV2 a atteint l’altitude de 3,962 mètres (13,000 pieds) et une vitesse aérodynamique de 333 km/h (180 nœuds).

 

« Nous sommes enthousiastes de ce vol inaugural sans problème du FTV2 », a déclaré Rob Dewar, vice-président et directeur général, Programme d’avions CSeries. « Tandis que le FTV1 est le véhicule d’essai initial ayant permis de valider le domaine de vol, les essais du FTV2 viendront compléter les connaissances existantes que nous avons tirées du FTV1, dont l’ensemble assurera l’exactitude et l’efficacité des données recueillies. Plus spécialement, nous utiliserons le FTV2 pour tester les systèmes avion et leurs redondances, notamment la toute nouvelle suite avionique, en plus de mesurer les performances de l’avion. L’élan soutenu du programme d’essais en vol des avions CSeries constitue une expérience stimulante pour l’équipe et nous sommes impatients d’appliquer les connaissances obtenues grâce au FTV1 et au FTV2 aux véhicules d’essais en vol qui suivront et voleront cette nouvelle année. »

 

Photo : le FTV2 lors de son vol inaugural @ Bombardier Aviation

11:18 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bombardier aviation, cseries, cseries100 |  Facebook | |

05/01/2014

Confirmation pour le CH-148 «Cyclone» !

AIR_CH-148_Arrives_CFB_Shearwater_lg.jpg


 

 

Ottawa, le gouvernement canadien a décidé vendredi dernier, de poursuivre les livraisons de l'hélicoptère maritime Sikorsky CH-148 «Cyclone». La décision annoncée le 3 janvier met fin à des mois de débat interne, sur l'opportunité d'annuler la commande d’une valeur de 4,7 milliards de dollars, du nouvel hélicoptère fabriqué par Sikorsky.

 

A l’origine, Sikorsky devait livrer les premiers exemplaires du CH-148 «Cyclone» en 2008,  mais des retards de développement et des différends contractuels ont reporté le programme de plusieurs années.

 

On note les problèmes suivants : 

 

  • Des complications dans le programme de construction (structures) des hélicoptères retardent l’entrée en service du premier hélicoptère Cyclones jusqu’en 2010.
  • Depuis cette date, divers retards et problèmes de certification empêchent les Forces canadiennes de prendre possession de sa flotte.

 

Mais sans décision définitive, les premiers pilotes de la RCAF débutent l’entraînement sur le «Cyclone» en août 2013.


 

S92-68t.jpg


 

Nouvel accord : 

 

Un nouvel accord entre Ottawa et Sikorsky datant du 31 décembre dernier, permettra à Sikorsky de fournir assez d’hélicoptères d'ici à 2015, afin de permettre aux forces armées canadiennes de mettre en retraite l’actuelle la flotte de CH-124 «Sea-King». De plus, les aéronefs en service continueront de recevoir les mises à jour, jusqu'à ce que la flotte de CH-148 soit considérée, comme pleinement capable, de répondre aux exigences canadiennes en 2018. De plus, il est stipuler dans le nouvel accord, que le Canada ne payera que lorsque l’ensemble des CH-148 seront livrés et jugés conformes.

 

Le Sikorsky CH-148 «Cyclone» : 

 

Le Sikorsky CH-148 "Cyclone" (dérivé de la version civile S-92) est un hélicoptère de transport susceptible de remplacer les H-3 Sea King. Principalement utilisé pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 «Cyclone».

Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le «Sea King». Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Actuellement, près de 200 appareils volent dans le monde.


 

CH-148-1.jpg


Photos : 1 Prototype du CH-148 «Cyclone» 2 Cockpit 3 CH-148 «Cyclone» @ RCAF

19:33 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sikorsky, ch-148 cyclone, rcaf |  Facebook | |

04/01/2014

Gripen dans les cieux slovène & islandais !

251986906.jpg


 

 

Depuis le premier janvier, des avions de combat Saab JAS39 C/D hongrois assurent la police du ciel en Slovénie, de même que des Gripen C/D tchèques exécutent les mêmes tâches en Islandes.

 

En Slovénie, les Gripen hongrois viennent de remplacer les Eurofighter italiens et en Islande les Tchèques remplacent les Allemand qui assumaient ce travail et ceci, dans le cadre de la coopération des pays de l'OTAN, pour protéger l'espace aérien des pays qui ne disposent pas de leur propre force aérienne. 

Un petit nombre de pays ne disposent pas d’une force aérienne, on compte notamment 

l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie. 

 

Pas d’avion, pas de souveraineté aérienne :

 

Cette actualité est l’occasion de rappeler qu’aucun pays ne peut se passer d’une force aérienne et que dans le cas où des pays ne peuvent pour des raisons financières et politiques assumer une telle mission, L’OTAN impose systématiquement une surveillance aérienne. Cette surveillance n’est pas gratuite, tant financière que politique. Le fait de sous-traiter la surveillance aérienne de son espace aérien diminue également la souveraineté de l’Etat en question. En effet, L’OTAN peut du même coup imposer ses vues et utiliser comme bon lui semble les voies aériennes qui traversent ces pays.

 

Voilà un élément à ne pas perdre de vue, lors de la prochaine votation en mai sur les Gripen en Suisse ! CQFD.


 

avion-chasse-gripen-1.jpg


 

 

Photos : 1 Gripen C hongrois @ Max Briansky 2 Gripen D tchèques @ Tchèque air forces