21/11/2013

Les P-3 «Orion» brésiliens modernisés !

unnamed-2.jpg


 

L'armée de l'air brésilienne a retrouvé une capacité de lutte anti-sous-marine, après un déficit opérationnel de près de 15 ans. En 2005 la FAB a signé un contrat avec Airbus Military, pour la modernisation de ses neuf avions de patrouille maritime Lockheed P-3A «Orion». Le septième appareil modernisé vient d’être livré à la FAB.

 

Modernisation des P-3 brésilien : 

 

Les P-3A de la Força Aérea Brasileira (FAB) sont modernisés au sein des installations d’Airbus Military à Getafe en Espagne. Les appareils sont portés au standard «H» et intègre les modernisations suivantes : améliorations structurales sur les appareils selon les besoins (usure de la cellule) et installation du système tactique de mission entièrement intégré Integrated Tactical System (FITS). Modernisation de l’avionique avec la mise en place d’un cockpit numérique fournit par Thales. Installation d’un nouveau système de radar multi-mode EL/M-2022A (V) 3 de l’israélien ELTA Systems de surveillance maritime. Intégration d’un imageur thermique FLIR SAFIRE II. 

 

En matière d’armement, les P-3H de la FAB emportent désormais le missile anti-navire AGM-84 «Harpoon», des torpilles Mk.46.

 

Zones d’utilisation : 

 

Les Lockheed P-3H «Orion» de la FAB sont utilisés pour la surveillance et la protection des zones maritimes et des ressources naturelles dont l'Amazonie et la région du plateau continental . En outre, l'appareil prend en charge les missions de recherche et de sauvetage (SAR) dans l'Atlantique Sud, qui sont sous la responsabilité du Brésil.


 

unnamed-1.jpg


 

Photos :1 Lockheed P-3H Orion de la FAB @ FAB  2 P-3H de la FAB @ Alejandro H. Leon

ATR42-600 pour Air Tahiti !

 

ATR-42-600-AirTahiti.jpg

 

Dans le cadre de la modernisation de sa flotte, Air Tahiti a pris livraison de son premier ATR 42-600. Il est l'un des sept avions ATR de dernière génération ayant fait l'objet d'une commande ferme en août 2010 et décembre 2012 (trois ATR 42-600 puis quatre ATR 72-600). Les autres appareils seront livrés au cours des trois années à venir. Outre cette livraison qui représente une remarquable première pour Air Tahiti, cet appareil est également le tout premier de sa série à desservir un des territoires d'outre-mer que compte la France.

L'arrivée de ces nouveaux ATR-600 marque le début du renouvellement de la flotte d'Air Tahiti qui permettra à la compagnie aérienne d’améliorer d’avantage ses performances opérationnelles, tout en réduisant ses couts de carburant et d’opération. Les nouveaux avions d'Air Tahiti, les plus économes en carburant de leur catégorie, entreront progressivement en service sur les liaisons régionales de la Polynésie française et seront également exploités pour les vols internationaux reliant Papeete et l'aéroport de Rarotonga, dans les îles Cook.

Ce premier ATR 42-600 peut accueillir jusqu'à 48 passagers. Agréable, spacieuse et silencieuse, la cabine « Armonia », dont l'espace a été optimisé, est équipée de sièges confortables, d'un éclairage d'ambiance à LED et de plus grands compartiments à bagages. Cet appareil offre un remarquable rendement énergétique ayant pour effet des frais d'exploitation et d'entretien réduits.

À l'instar de tous les avions ATR exploités par Air Tahiti, les ATR-600 font preuve d'une exceptionnelle polyvalence et peuvent s'adapter aux pistes les plus difficiles (courtes, étroites ou avec revêtement limité), permettant à la compagnie aérienne de desservir un grand nombre de destinations. Les ATR étant actuellement les seuls avions à turbopropulseurs à détenir la certification « ETOPS 120 minutes » (autorisation de survoler les mers et les océans pendant 2 heures en monomoteur, en cas de panne moteur), ils constituent la solution idéale pour les activités d'Air Tahiti en Polynésie française.

Air Tahiti couvre un réseau de 47 îles en Polynésie française, sur une surface vaste comme l’Europe (5 500 000 kilomètres carrés). La plus proche, Moorea, se trouve à 15 km de Tahiti et est reliée en 7 minutes de vol. La plus éloignée, Mangareva dans l’archipel des Gambier, est distante de 1 600 km de Tahiti et est reliée en environ 3h30 de vol (vol direct).

Le réseau Polynésien est pour le moins atypique. Parmi les 47 pistes, certaines ont des enrobées de goudron tandis que d’autres (en particulier les îles de l’archipel des Tuamotu Est) sont en soupe de corail.

Un avion adapté à la Polynésie :

 

imagesCAGYIQ8J.jpg

Voler en Polynésie peut s’avérer particulier, en effet, dans l’organisation de la desserte, avec par exemple le fait de tenir compte de l’heure du coucher du soleil. Car seules 11 pistes sont équipées de balisage permettant l’accès de nuit. Par mesure de sécurité, le survol de l'eau implique de ne jamais s'éloigner de plus d'une certaine distance des aérodromes dits "de dégagement". Compte tenu de cette contrainte, le trajet de certains vols peut ne pas être linéaire, mais en ligne brisée. Pour s’affranchir de cette contrainte, Air Tahiti a dû obtenir la certification ETOPS (Extended Twin Operation) sur les appareils de sa flotte. Elle est d’ailleurs la première compagnie à avoir obtenu cette certification sur ATR72.

Photos : 1 ATR 42-600 Air Tahiti @ ATR Aircraft 2 La descente d’avion est souvent vécue comme l’arrivée au paradis @Office du tourisme Papetee

12:04 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : atr aicraft, atr42-600, air tahiti |  Facebook | |

20/11/2013

Le Koweït cherche un nouvel avion de combat !

800px-Kuwaiti_Air_Force_KC-18C.JPEG


 

 

La Force aérienne du Koweït (KAF) envisage d'augmenter ses capacités aériennes et terrestres. L’objectif étant de compléter la flotte actuelle de Boeing F/A-18C/D «Hornet» avec un appareil complémentaire.

 

En parallèle à cette décision, le Koweït va lancer un programme de modernisation de sa flotte actuelle de F/A-18C/D (32 F/A-18C et 8 F/A-18D). Les Hornet de la KAF ont été livrés à partir de 1993 et n’ont pas été modernisés à ce jour. Ce programme prendra en compte la modernisation de l’avionique, les logiciels, les systèmes de guerres électroniques ainsi que l’armement. Il s’agira notamment de remplacer les actuels missiles AIM-9L par l’AIM-9X avec dotation d’un viseur de casque et le remplacement des missiles «Sparrow» par des AIM-120 AMRAAM. 

 

 

Trois appareils en concurrences : 


 

FA-18_Hornet_VFA-41.jpg


 

Les informations concernant les besoins de la KAF, font mentions d’un appareil bimoteurs multirôle doté d’un radar AESA. Le nombre (peut-être 18 à 22) et le budget ne sont pas pour l’instant rendu publiques. Si une telle demande n’est pas foncièrement nouvelle, la confirmation de l’avancée de la compétition a été confirmée, lors du dernier Salon aéronautique de Dubaï.


 

RSAF_Typhoon_at_Malta_-_Gordon_Zammit.jpg


 

C’est donc tout naturellement que l’on retrouve en compétition le Boeing F/A-18E/F «Super Hornet», le Cassidian Eurofighter «Typhoon II» T3 Block15 et le Dassault Aviation Rafale F3.04T.

Aux dernières nouvelles, le Koweït vient de terminer la première phase d’évaluation des trois appareils. Les différents lobbying s’activent, depuis un certain temps en coulisses pour faire valoir leurs produits. La pression américaine se fait très forte avec dans l’idée la complémentarité qu’offre les systèmes entre le «Hornet» et le «Super Hornet». Côté français, une percée avait été réalisée à l’époque du gouvernement Sarkosy. Pour l’Eurofighter, la campagne de promotion est assurée par le tandem des anglais de BAe et des italiens d’ Alenia Aermacchi.


 

Rafale-en-vol1.jpg


 

Photos : 1 F/A-18C koweïtien @ KAF 2 Super Hornet @ USN 3 Eurofighter Saudi Arabia@ RSAF 4 Rafale B @ Armée de l’air


Le cinquième T-50 a rejoint le centre d’essais !

201113.jpg

 

Moscou, le cinquième appareil de 5ème génération Sukhoi T-50 PAK-FA a rejoint l'aérodrome de la MMGromov Flight Research Institute à Joukovski près de Moscou.

 

Le vol de l'aéronef a été réalisé avec trois escales intermédiaires au départ de Komsomolsk- sur-Amour. Le T-50-5 a été piloté par le pilote d'essai Yuri Vashchuk.

On notera un changement de livrée pour le T-50-5 avec non plus une séries de losanges, mais un fond bleu claire et du blanc aux extrémités.

 

L'avion a rejoint les quatre appareils précèdent pour  les essais en vol, depuis les installations de Joukovski. Actuellement, deux avions sont impliqués dans les essais au sol, l'un subit des essais d’intégration aux infrastructures, tandis que le second subit des essais statiques. Les deux autres T-50 continuent les essais en vol. À ce jour, plus de 450 vols ont été effectués dans le cadre du programme d'essais en vol.

 

Photo : Le T-50-5 lors de son départ pour Joukovski @ Sukhoi

 

16:22 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sukhoi, t-50 pak fa, t-50-5 |  Facebook | |

Envol du troisième B787-900 !

 

K66016[1].jpg

 

 

EVERETT, Washington, Boeing annonce que le troisième B787-900 « Dreamliner » no : ZB021 a effectué son vol inaugural. Ce B787-900 est également le premier appareil de cette version, doté d’une motorisation General Electric GEnx.

 

Le troisième B787-900 no : ZB021 a décollé de Paine Field à Everett, Washington, à 12h15 heure locale et a atterri deux heures et 44 minutes plus tard au sein des installations de  Boeing Field de Seattle.

Boeing va utiliser le ZB021, afin de tester les performances du moteur, ainsi que les caractéristiques de manipulation, tels que les performances à faible vitesse et le freinage.

 

A propos de la motorisation :

 

787genx.jpg

 

Le GEnx (General Electric Next-generation) est un turboréacteur basé sur la famille des GE90. Il remplacera la vénérable famille CF6, dont l'origine remonte aux années 1960 Il est destiné en particulier : aux appareils de la famille B787 & B747 et A350. La plupart des réacteurs d'avion pressurisent des fluides pour alimenter les systèmes de bord (commandes, dégrivrages des ailes). Le B787 n'a pas besoin d’air comprimé (ses systèmes étant « tout électrique »), la version du GEnx qui lui est destinée, tout comme le Rolls-Royce Trent 1000 n'aura donc pas cet équipement. Cependant, les versions destinées au B747-800 et à l'A350 en seront pourvues.

Le Trent 1000 et le GEnx partagent la même interface avion/moteur, ce qui les rend interchangeables. Il s'agit là d'une petite révolution, jusqu'ici les différents moteurs proposés sur un même avion demandaient toujours des mats d'accrochage différents.

 

 

Photos : 1 Le troisième B787-900 en vol 2 GEnx sous un B787 @ Boeing

 

 

11:27 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, b787-900, general electric, genx |  Facebook | |