15/08/2013

Vueling, grosse commande d’A320 !

 

vueling_airbus_a320_sharklets_j5de4-e1363981011492.jpg

 

TOULOUSE, IAG, la maison-mère de British Airways et d'Iberia a commandé 220 appareils de la famille A320 dont 158 options au constructeur européen Airbus. Ces appareils voleront sous le pavillon de la « low cost » Vueling.

 

La compagnie à bas coûts espagnole Vueling du groupe IAG (International Airlines Group), la maison-mère de British Airways et d'Iberia, devrait à l’avenir s’attaquer aux deux principales compagnies « low cost » en Europe que sont Ryanair et Easyjet. IAG a annoncé une commande de 220 Airbus A320 principalement pour Vueling dont 62 fermes et 158 options. Au prix catalogue, le montant de cette commande (qui n'a pas été communiqué) tourne autour d'une vingtaine de milliards de dollars. Mais IAG a assuré avoir obtenu une "réduction très substantielle" par rapport au prix catalogue des appareils qui coûtent 81,8 millions de dollars (61,6 millions d'euros) pour un A320 CEO et 92 millions de dollars (69,3 millions) pour un A320NEO

 

Des A320 Neo et CEO :

 

Dans le détail, la low-cost espagnole recevra entre 2015 et 2020 32 A320 NEO et 30 A320 CEO) et a pris 58 options. IAG a en outre pris une option sur 100 A320  qui pourront être affectés, selon les besoins, à l'une des trois compagnies du groupe, British Airways, Iberia ou Vueling.

 

 

Photo : A320CEO de Vueling @ Airbus

12:50 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : airbus, a320neo, a320ceo, vueling |  Facebook | |

14/08/2013

La Corée du Sud veut des avions ravitailleurs !

[images.4ever.eu] cabine, avion ravitailleur, f-15 eagle, boeing kc-135 stratotanker, usaf 148476.jpg



SEOUL, la Corée du Sud prévoit d'acquérir quatre avions ravitailleurs en vol. Le choix devrait intervenir en 2015. L'administration des programmes d'acquisition de la défense élabore en ce moment un cahier des charges, Séoul estime l’achat à près de 900 millions de dollars. L’Armée de l’air désire recevoir ses appareils pour 2017.

 

Trois concurrents : 

 

Bien que la compétition ne soit pas encore ouverte, trois concurrents sont à mêmes de pouvoir répondre aux besoins de la Corée du Sud: l’Européen Airbus Military avec l’A330 MRTT, qui a une solide carte à jouer pour pénétrer ce marché. L’américain Boeing avec son nouveau KC-46A qui bénéficie d’un fort lobbying dans la région et puis, il y a l’israélien  IAI avec son B767 MMTT particulièrement attractif et qui a déjà damné le pion, par deux fois, aux deux grands constructeurs, en Colombie et dernièrement au Brésil.

 

 

Airbus Military A330 MRTT : 


 

saudi-arabia-a330-mrtt.jpg


 

L’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières. L’A330 MRTT totalise à ce jour 28 commandes émanant de quatre clients.

 

Boeing KC-46A NGT : 


 

1487745-main.jpg


 

Le Boeing KC-46A NGT ( Next Generation Tanker) Le B767 «New Gen Tanker» est un gros porteur multi-mission, basé sur la cellule du B767 commercial. Certes, il existe déjà une version du B767 Tanker, mais cette nouvelle version répond complètement au cahier des charges de l’US Air Force.

 

Pour ce faire, l’avion reprend les dernières innovations en matières d’écrans multifonctions actuellement sur le B787 « Dreamliner ». Un nouveau système de ravitaillement permettra une augmentation du rythme de transfert de carburant, de plus, les charges et les opérations en sont simplifiées. Le NewGen Tanker se caractérise par une conception du contrôle de vol qui place l‘équipage aux commandes de l’ensemble de l’appareil, au lieu de permettre aux logiciels de limiter la manœuvrabilité au combat. Le NewGen Tanker met à la disposition des pilotes un poste de pilotage numérique avancé, équipé des affichages électroniques du Boeing B787 «Dreamliner». Le New Gen Tanker dispose d’une technologie de ravitaillement en vol éprouvée et d’une perche KC-10 NewGen modernisée avec des capacités de ravitaillement étendues, un débit accru pour le transfert du carburant et un système à commandes de vol électriques (Fly by Wire).

 

IAI B767 MMTT : 


 

1810666.jpg


 

L’IAI (Israël Aerospace Industries) B767 MMTT (Multi-Mission Tanker Transport) est un concept qui permet à l’avion d’être configuré simultanément pour le ravitaillement en vol, le transport de fret, VIP et les passagers, comme souhaité par l'opérateur. L’avion dispose également d’une porte cargo permettant le transport de palettes. Les sièges passagers et les consoles de guidage au ravitaillement en vol, peuvent être rapidement installées ou enlevées. A l’origine, le B767 MMTT est une réalisation israélienne faisant suite à une demande du gouvernement colombien pour la transformation de B767 en version transport et ravitaillement en vol. Le MMTT est configuré avec deux nacelles de ravitaillement Wing (funes) du modèle ARP3, développé et fabriqué par IAI. Le MMTT peut également être configuré avec une flèche ou une flèche mixtes et un système de ravitaillement de type «Drogue». 

 

Photos : 1 F-15 ravitaillés par un KC-135 USAF @ USAF 2 A330 MRTT Saoudien en exercice @ Airbus Military 3 Image de synthèse Boeing KC-46 NGT @ Boeing 4 IAI B767 MMTT colombien @ Y. Mossi

L’Il-112 est relancé !

 

800px-Maquette_Ilyushin_Il-112.jpg

 

MOSCOU, le premier vice-ministre de la Défense Iouri Borissov a pris la décision de relancer le programme, achevé en 2011, de conception et de production de l'avion de transport militaire léger Il-112, a annoncé Viktor Livanov, directeur général du groupe Iliouchine. Selon une source de la Compagnie aéronautique unifiée (OAK), la décision a été effectivement adoptée.

 

L'avion de transport militaire léger Il-112 destiné à remplacer l'obsolète An-26 était développé par Iliouchine d'après le cahier des charges du ministère de la Défense datant de 2003. L'assemblage du premier exemplaire d'essai avait même commencé à l'usine de Voronej, mais en 2011 le ministre de la défense de l’époque avait décidé de mettre fin au projet.

 

 

il-112,armée russe,avion de transport militaire

 

 

A la fin de l'année dernière, lorsque la nouvelle direction du ministère de la Défense a revu les plans de commande d'avions de transport militaire, l'armée en a conclu qu'elle avait besoin d'un avion léger. Cependant, la question était de savoir quel appareil il fallait commander. La principale alternative à la reprise du développement de l'Il-112 était l'achat des An-140 construits à l'usine de Samara et dont 12 unités ont déjà commandées par le ministère de la Défense en version de transport de troupes.

 

Cependant, le ministère a finalement opté pour l'Il-112, car la mise au point de la version de transport militaire de l'An-140 aurait nécessité une augmentation du diamètre du fuselage et la création de facto d'un nouvel appareil, explique Viktor Livanov. De plus, il existe le risque d'une rupture des livraisons de pièces détachées en provenance d'Ukraine.

 

On ne connait pas le coût de la mise au point de l'Il-112. L'hiver dernier, une source du ministère de la Défense annonçait que le montant était estimé à près de 175 millions d'euros. Selon Livanov, Iliouchine a proposé de signer avant la fin de l'année deux contrats simultanément: un pour terminer la conception (travaux de recherche et développement) et un pour l'achat de 62 avions de série, ce qui permettrait de réduire le coût de ces travaux. Une source du ministère de la Défense a confirmé que cette proposition était examinée actuellement.

 

Les militaires russes insistent sur le début des essais de vol en 2015 et sur le lancement des livraisons en 2017.

 

 

 

Photos : Maquette du futur IL-112 @ Iliouchine

 

 

13/08/2013

Essais en vol pour l’Advanced Super Hornet !

Advanced-Super-Hornet-2.jpg


 

Boeing vient de débuter la première phase des essais  en vol de l’Advanced Super Hornet. Dans un article daté du 17 avril, je vous parlais des projets en cours au sein de l’US Navy dont le programme Advanced Super Hornet. La Navy et le constructeur Boeing viennent donc débuter les premiers vols d’essais.

 

L’Advanced Super Hornet :

 

Le projet «Advanced Super Hornet» est basé selon le constructeur Boeing sur le même principe que le F-15 «Silent Eagle». L’objectif étant de répondre aux besoins anticipés de la crise à des fins de coût-efficacité, concernant des technologies de furtivité. Cette solution permet avec un coût abordable de répondre aux futurs besoins de survie d’un avion de combat. Efficace et ayant donné de très bons résultats avec les essais du «Silent Eagle», le projet «Advanced Super Hornet» en reprendrait donc les lignes, pour une application sur les «Super Hornet» et autres «Growler» actuels. 

 

Tout comme sur le «Silent Eagle», on applique une amélioration de la furtivité des revêtements et la signature de l'avion, avec le montage de trappes qui permettent le transport des armes en interne (CFTS). La particularité résident dans le fait, qu’il est possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnelle, soit : l’emport de carburant et armes en externes.


 

751560272648931.jpg


 

Une autre amélioration est l'aérodynamique Digital Flight Control System, qui améliore la fiabilité de l'avion et réduit le poids de la cellule. L’adoption d’une peinture absorbante sur l’ensemble de la cellule contribue également à la diminution de la signature radar.

 

Un nouveau système de guerre électronique Digital Electronic Warfare System (DEWS) qui travaille de concert avec le radar Raytheon Electronic Scanning Array (AESA) permet une optimisation des différents capteurs et senseurs. L’avionique n’a pas été oubliée, le cockpit est doté,  soit d’un écran géant ou de deux grands écrans couleurs. Les deux options seront dotées d’un mode tactile. L’Advanced Super Hornet est doté d’un IRST, installé sous le nez et non sur le-dessus, comme c’est le cas sur l’ensemble des aéronefs.

Les logiciels d’armement sont optimisés pour l’emploi d’armes futurs au sein de l’US Navy.

 

Boeing n'a pas l'intention de construire une nouvelle cellule, mais plutôt de développer une série de fonctionnalités modulaires, qui peuvent être installées directement sur le parc des Super Hornet de l'US Navy. Le constructeur n’exclut pas non plus la possibilité d’équiper les flottes de «Super Hornet» à l’étranger.


 

SH with CFTs.jpg


 

Photos : 1 Advanced Super Hornet en vol  2 & 3 Au sol @ Boeing

22:08 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, us navy, advanced super hornet, fa-18 |  Facebook | |

Un radar pour diminuer les risques aviaires !

 

 

large_avion-et-oiseaux-[1024x768]_124133.jpg

 

Les oiseaux ont inspiré l’homme dans sa quête du vol, mais ceux-ci peuvent malheureusement provoquer de graves avaries lorsqu’ il y a collision. Les impacts d’oiseaux représentent 40% des incidents aériens chaque année.

 

Chaque aéroport dispose d’une équipe chargée d’éloigner les oiseaux, en effet, les dégâts causés par des collisions entre des avions et des oiseaux coûtent des centaines de millions de francs aux compagnies aériennes et aux armées de l’air. Les statistiques de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) indiquent une moyenne de 8'458 impacts par année. On sait par expérience qu'en fait, ce chiffre est au moins quatre fois supérieur, soit près de 34'000 collisions par année, c'est-à-dire 93 impacts par jour.

L'aviation commerciale n'a pas eu à déplorer d'accidents très graves ces dernières années (le crash de l'Hudson aurait pu être autrement catasthrophique). Cependant, il convient de rester attentif à ce phénomène et de mettre en œuvre les moyens nécessaires pour garantir la sécurité des avions et de leurs passagers. Toute espèce d'animaux, même de petite taille, peut être à l'origine de dommages importants sur un avion. Toutefois, il s'avère difficile de nuancer clairement si une espèce donnée constitue un danger potentiel pour l'aviation, dans son sens le plus large.

 

 

aéroports,risques aviaires,sécurité aérienne

 

 

Une nouvelle solution :

 

L’objectif étant d’éloigner les oiseaux pour permettre les atterrissages et décollages en toute sécurité, divers moyens sont utilisés aujourd’hui (pétards, images et cris de prédateurs par exemple). La société XSight qui a développé un système de détection d’oiseaux, le BirdWize, soit un logiciel pour la réduction des impacts d'oiseaux par un suivi plus efficace des menaces au niveau du sol. Le système est construit autour d'un radar à ondes millimétriques et radar de pointe avec un traitement d'image pour détecter les dangers au sol. BirdWize inclut également une bande de données complètes qui documente tous les oiseaux.

Le but étant d’alerter de manière plus rapide les équipes au sol des aéroports et permettre une intervention préventive plus efficace. Car protéger les avions, préserve aussi les oiseaux !

 

Photos : 1 le risque aviaire peut avoir de graves conséquences. 2 Dégats sur le bord d'attaque d'une aile.