19/03/2014

Comair commande le B737MAX !

 

original.jpg

 

Johannesbourg , Afrique du Sud , la compagnie Comair Limited a annoncé ce matin une commande pour huit B737-800 « MAX ». Cette commande est évaluée à 830 millions de dollars au prix catalogue.

Il s’agit de la première commande de la part d’un opérateur africain.

 


Comair (Kulula) basé à Johannesburg est la première compagnie à bas coût du continent, offrant des vols vers les grandes villes d'Afrique du Sud . Comair est également le partenaire de franchise de British Airways pour l'exploitation de ses routes d'Afrique australe locales et régionales. La compagnie dessert actuellement une flotte entièrement équipée d’avions Boeing.

 

Avec l'annonce d'aujourd'hui Comair aura un total de 12 avions en commande chez Boeing y compris les huit B737-800737 « MAX » et quatre B737-800 « Next-Generation».

 

Le B737 MAX :

 

Le B737 «MAX» sera 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs actuels avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille «MAX», un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol.

La famille B737 "MAX" comprend le B737-700 «MAX», le B737-800 «MAX» et le B737-900 «MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX » se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG. La première livraison du B737-900 «MAX» est prévue en 2018, suivie par la première livraison du B737-700 «MAX » en 2019.

 

Depuis son annonce de lancement en 2011, le B737 « MAX » a accumulé plus de 1’800 commandes dans le monde entier.

 

Photo : B737-800 NG Comair (Kulula) @ Comair

 

 

13:12 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : comair, kulula, boeing, b737max |  Facebook | |

18/03/2014

L’Australie opte pour le MQ-4C Triton !

4260686849.jpg

 

 

L'Australie a confirmé son intention d'acheter des drones Northrop- Grumman MQ-4C « Triton ». Le nombre de drone sera considéré le gouvernement en 2016, basé sur les résultats d'un « Livre blanc » sur la défense, qui sera publié au début de 2015.

 

P-8A «Poseidon» & MQ-4C «Triton» : 

 

L’Australie opte donc pour le même binôme que l’ US Navy, en effet, ce pays vient de commander 8 avions de patrouille maritime Boeing P-8A « Poseidon » (voir lien). Le drone MQ-4C «Triton» est destiné à la marine américaine pour travailler en binôme avec les nouveaux avions de patrouille maritime Boeing P-8A  «Poseidon». Les deux appareils vont permettre de quadriller efficacement les zones maritimes en envoyant en temps réel des informations aux unités de la flotte afin de soutenir la guerre de surface, les missions de renseignement et de recherche et sauvetage. Le MQ-4C permet la collecte de données de reconnaissance (ISR) et complète, les opérations de patrouille maritime et de la force de reconnaissance (MPRF).  Le Triton permettra également de relayer les signaux de communication.

 

Le MQ-4C «Triton» :

Ce drone de grande envergure (40 mètres) doit pouvoir venir épauler les nouveaux aéronefs de patrouille maritime que sont les Boeing P-8A «Poseidon». L’aéronef est un dérivé du drone Global-Hawk.  Avec un poids maximum au décollage de 14,6 tonnes, ce drone aura une endurance évaluée à près de 28 heures.

Actuellement, le MQ-4C (démonstrateur), est équipé de capteurs maritimes dont une tourelle offrant une vison à 360°couplée avec des capteurs Multi-Fonction (SCFM) et un radar en bande X et ainsi qu’une  antenne active à balayage électronique.

Caractéristiques :

 

Envergure: 130,9 pi (39,9 m)

Longueur: 47,6 pi (47,6 m)

Hauteur: 15,4 pi (4,6 m)

Brut au décollage: £ 32,250 (14.628 kg)

Max. Charge interne: 3,200 lbs (1452 kg)

Max Payload externe: £ 2,400 (1,089)

Auto Deploy: 8,200 nm (15186 km)

Max. Altitude: 56.500 m (17.22 km)

Max. Vitesse: 331 noeuds Vitesse air vraie (TAS)

Max. Endurance: 28 heures.

 

152979-f981cf06-78ce-11e3-ae56-4ce697eaa265.jpg

 

Liens sur le la commande de P-8A australiens :

 

 http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/24/l-australi...

 

 

Photos : Drone Northrop-Grumman MQ-4C « Triton » @ Northrop-Grumann

 

 

16:03 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : raaf, deone, mq-4c triton, northrop grumman |  Facebook | |

Assemblage final pour l’A320NEO !

 

800x600_1395046535_FAL_A320neo__station_41_.jpg

 

Toulouse, Airbus a commencé l'assemblage final du premier A320NEO, cette phase permet la jointure des sections avant et arrière du fuselage. Une fois cette phase terminée, la prochaine étape consistera à joindre les ailes au fuselage.

 

Il faudra environ un mois pour compléter l'assemblage final de l’avion de la famille A320. Aujourd’hui  en moyenne, toutes les sept heures, un avion de la famille A320 quitte l'une des trois chaînes d’assemblage situées à Toulouse, Hambourg et Tianjin.

Le premier vol de l’A320NEO est prévu au 4ème trimestre 2014 et la première livraison au 4ème trimestre 2015.

 

L’A320NEO est une nouvelle option de motorisation pour la famille A320, dont la mise en service est prévue à compter de 2015. Les appareils sont équipés de réacteurs de la dernière génération et de “Sharklets”, grands dispositifs d’extrémité de voilure, deux innovations qui permettront une réduction de 15% de la consommation de carburant. Cela équivaut à une économie de 1,4 millions de litres de carburant, soit la consommation de 1’000 voitures de taille moyenne. L’A320NEO permet également une réduction annuelle de CO2 de 3’600 tonnes par appareil et par an. Les émissions de NOx sont inférieures de 50% à la norme CAEP/6, et le bruit perçu est considérablement réduit.

 

L’A320NEO offre deux motorisations à choix avec le Leap-X de CFm (Snecma-GE) et le nouveau moteur de Pratt&Whitney PW1100G-JM PurePower.

 

Photo : le premier A320NEO à Toulouse @ Airbus/P.Pigeyre

 

 

 

12:10 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : airbus, a320neo, assemblage a320 neo |  Facebook | |

17/03/2014

Ukraine, l’USAF déploie ses F-16 !

 

agfighter1720.jpg

 

Washington, le Pentagone a confirmé le déploiement d’une douzaine de chasseur-bombardier F-16 « Fighting Falcon » en Pologne, pays qui partage une longue frontière avec l'Ukraine.

 

Les responsables de la défense n'ont pas précisés les détails de l’opération. Toutefois, le porte-parole du Pentagone, le colonel Steve Warren a déclaré que les F-16 proviennent de la base aérienne d'Aviano en Italie et sont dorénavant positionnés au sein des installations de la base aérienne de Lask en Pologne.

En parallèle, trois cents membres du personnel sont également envoyés en Pologne dans le cadre de ce déploiement. Le Secrétaire à la Défense Chuck Hagel aurait accepté le déploiement au cours d'une conversation téléphonique avec le ministre polonais de la Défense nationale Tomasz Siemoniak..

Du jamais vu depuis la Guerre-froide :

 

La crise en Crimée accentue le redéploiement de troupes américaines dans plusieurs régions, en Pologne comme nous venons de le voir, mais également en mer Noire avec le destroyer USS Truxtun. Il devrait rejoindre la frégate USS Taylor dans cette zone. La Lituanie voit se renforcer considérablement le contingent américain stationné sur la base aérienne de Zokniai  et assurant le contrôle de l'espace aérien des pays Baltes. Les forces américaines ont reçu 8 autres avions militaires : six chasseurs F-15C « Eagle » et deux avions-citernes KC-135 qui ont atterri jeudi à Zokniai.

En Roumanie, on notera également la réorientation d’unités de transport américain qui ont quitté la capitale kirghize pour venir s’installer à Kogalniceanu en Roumanie.

Certes avec ces repositionnements limités de forces, nous ne sommes pas encore revenu à la situation qui prévalait en Europe, il y a une trentaine d’années, avant la chute du mur de Berlin. Cependant, le vieux continent et plus particulièrement sa partie Est, se retrouve à nouveau au milieu d’enjeux stratégiques importants. L’histoire nous l’a déjà démontré à mainte reprises, il n’est jamais bon de se reposer sur ses lauriers, de plus, à notre époque, la capacité de projection de force est telle, qu’elle peut en quelques jours, faire basculer l’équilibre des rapports de force.

 

ob_e121c3_crimea-01-03-2014.png

 

Voir également : Chasseurs russes en Biélorussie :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/13/chasseurs-...

 

 

 

 

 

Photo : Lockheed-Martin F-16 de l’USAF @ USAF

15:51 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ukraine, crimée, russie, us air froce, crise |  Facebook | |

16/03/2014

Gripen, Offsets sous garantie !


sui.parsys.16804.3.photo.Photogallery.jpg



 

Nouveau volet consacré à l’acquisition de l’avion de combat Gripen E, après les garanties du contrat offerts par le gouvernement suédois, je vous propose de découvrir les compensations industrielles et les garanties obtenues avec l’avionneur suédois Saab.

 

Compensations industrielles garanties par contrat :

 

Le contrat d’acquisition prévoit deux closes de sécurité pour notre pays et notre industrie, la première prévoit que l’avionneur suédois Saab doit apporter 10% de contrats de compensation à la conclusion du contrat Gripen. La seconde prévoit que l’avionneur dispose de 10 ans pour achever les 90% restant.

 

Si, dans 10 ans Saab n’a pas bouclé l’ensemble des 100% de compensation industrielle, l’avionneur devra alors payer de sa poche la différence à la Confédération.

 

Ce qui change : 

 

Pour la première fois nous avons la garantie sur contrat d’obtenir 100% de compensations industrielles.

 

Par le passé, les fournisseurs d’équipements militaires s’engageaient à fournir le plus possible de compensation, mais sans garantie. Trois exemples :

 

Boeing avec le F/A-18C/D : notre pays a obtenu 55% d’offsets.

Rheinmettall avec le char Leopard II : notre pays a obtenu 45% d’offsets.

Northrop avec l’avion F-5 Tiger II : notre pays a obtenu 15% d’offsets.

 

Les offsets étaient variables, car non garantie sur contrat.

 

Dès la remise de l’offre, la société Saab s’est engagée à compenser économiquement, par un programme industriel suisse, les flux financiers la concernant. En l’état actuel, le volume total est estimé à quelque 2,5 milliards de francs. Le programme industriel suisse porte sur toutes les parts de fournisseurs étrangers. Il s’agit des fabricants de missiles, en plus du fabricant des avions. Les parts de fournisseurs suisses et d’organes gouvernementaux ainsi que les acquisitions de moindre importance auprès de tiers ne sont pas prises en considération. Le crédit d’engagement demandé inclut toutes les taxes et redevances, aux taux actuellement connus. Pour les projets proposés, le renchérissement a été estimé jusqu’à la livraison complète du matériel et figure dans les demandes de crédit. Le renchérissement est fixé sur la base de l’indice des prix à la consommation et de l’évolution des prix des matières premières.

Le solde des affaires de participation directe et indirecte de l’industrie suisse devra être négocié après la signature du contrat, comme cela est usuel. Les affaires s’étendront sur une période d’environ 10 ans.


 

gripenof2.png


 

Le principe de compensations sur 10 ans : 

 

  • Implications de l’industrie suisse dans le programme Gripen E.
  • Intégration plus forte de l’industrie suisse dans la base des fournisseurs de Saab et de ses partenaires.
  • Promotion des exportations suisses à travers le réseau industriel de Saab.
  • Accroissement des capacités de l’industrie suisse grâce à des transferts de savoir-faire et de technologie.

gripenoffs3.png

 

Notre industrie participera directement à la fabrication de divers éléments du Gripen E, non seulement pour les 22  appareils destinés à notre pays, mais également pour les 60 Gripen E suédois, la première tranche de 36 Gripen E brésiliens et les suivantes (soit près de 100), il faut ajouter toutes les commandes qui pourront être passées par d’autres clients sur 10 ans.

 

Mais au final l’ensemble de notre industrie bénéficiera des contrats de compensation. D’ailleurs la majorité de ceux-ci reviendra à l’industrie civile.

 

Position de l’industrie suisse des machines, des équipements électriques et des métaux (SWISSMEM) :

 

Les affaires compensatoires (également appelées affaires offset) constituent un instrument important pour les entreprises suisses dans leurs efforts de participation à des programmes industriels internationaux.

 *Si la Suisse renonçait unilatéralement aux affaires compensatoires, ceci entraînerait des dé-savantages qu’on ne pourrait pas compenser par rapport à la concurrence internationale.

*Les affaires compensatoires permettent une collaboration à long terme avec des fabricants leaders des secteurs civil et militaire.

*Afin de pouvoir positionner les entreprises suisses de manière optimale et de permettre aux fournisseurs étrangers de connaître l’industrie suisse, il est important d’intégrer l’industrie suisse dès les premières négociations d’acquisition.

*Un «Offset Controlling» correct est important. Il s’agit de profiter du potentiel d’optimisation existant. C’est pourquoi armasuisse, Swissmem et le GRPM ont créé le bureau des affaires compensatoires. Ce bureau a pour tâche de vérifier la pertinence des réactions de notre industrie et d’établir les évaluations et rapports correspondants.

 

Environnement international et national : 

 

La majorité des pays utilisent la possibilité des affaires compensatoires comme instrument indispensable pour les participations industrielles de leur industrie.

 

Si la Suisse renonçait unilatéralement à la possibilité des affaires compensatoires, ceci cause- rait à l’industrie un désavantage économique impossible à compenser vis-à-vis des concurrents internationaux.Prise de position Swissmem: 

 

Avantages pour la place industrielle suisse :

 

Les affaires compensatoires génèrent des commandes et de l’occupation pour les industries de chaque canton. Elles offrent également de bonnes chances pour l’acquisition de savoir-faire grâce à la coopération avec d’autres industries, centres de recherche et universités. Outre les entreprises, ce sont également les salariés, le fisc et les autorités qui profitent des commandes et de l’occupation supplémentaire. 15 à 20 centimes pour chaque franc généré par l’exportation vont dans la caisse des communes, des cantons et de l’Etat.

 

Exemples importants couronnés de succès dans l’industrie suisse :

 

De nombreuses entreprises suisses ont réussi à placer leurs diverses capacités dans des affaires compensatoires internationales. Un grand nombre a également développé de nouvelles activités et noué de bons contacts d’affaires durables dépassant largement le cadre des affaires compensatoires initiales. Grâce à la conscience de la qualité, au savoir-faire, à la flexibilité ainsi qu’à la fiabilité des fournisseurs suisses, les entreprises suisses sont compétitives au niveau international. Parmi les his- toires de succès d’entreprises membres de Swissmem, nous trouvons plusieurs exemples qui ont été possibles grâce aux affaires compensatoires.

 

Exemples de contrats :

 

Saab doit donc fournir 10% des contrats à la signature d’acquisition par notre pays, des contrats sont déjà sur les rails, en voici quelques exemples :

 

*Saab a signé avec la société Ruag d’Emmen (LU) un contrat évalué à 68 millions de francs pour le développement et la production des pylônes du Gripen E. 15,5 millions de francs prennent effet immédiatement. Ruag a convenu d’exécuter le contrat en y associant des sous-traitants de taille petite et moyenne de la Suisse Romande et de la Suisse italienne.

*La société neuchâteloise Orolia Switzerland SA a remporté un contrat d'une valeur de CHF 8 millions attribué par le fournisseur de matériel de défense, de sécurité et d'électronique spatiale Selex ES, une société du groupe Finmeccanica. Selex ES construit également le radar, le système de détection et de poursuite à infrarouge (IRST) et le système d'identification ami-ennemi (IFF) pour l'avion de chasse Gripen E de Saab. 

*General Electric Aviation a conclu un contrat évalué à presque 29 millions de francs avec Sauter Bachmann, une société de Glaris. Entre 2009 et 2012, GE Aviation, un partenaire de Saab, a déjà acheté des composants de moteurs et des équipements à cinq entreprises suisses pour un montant approximatif de 140 millions de francs.

 

gripen_ett07MHN_1094126c.jpg


Liens sur les articles du dossiers Gripen E : 

Les mensonges des référendaires : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/14/gripen-les...

Gripen, un besoin fondamental : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

Anti-Gripen, un comité de pieds-nickelés :

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/06/anti-gripe...

 

Gripen l’avenir des Forces Aériennes : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/13/gripen-l-avenir-des-forces-aeriennes-855166.html

L’obligation d’une police 24/24:

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/17/l-obligati...

Gripen, un contrat béton : 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/02/gripen-un-...


 

Slide001.png


Photos : 1 Gripen F de développement en Suisse @ Swiss Air Force 2 Chaine de montage Gripen à Linköping en Suède @ Saab