12/06/2014

Nouvelle série de Su-34 pour la Russie !

 

100614_2.JPG

Moscou, la société Sukhoi a transféré à l'Armée de l'Air russe (VVS), la première série de Su-34 « Fullback » bombardiers de première ligne de la commande 2014. Ces trois appareils font partie de la troisième série commandée en 2012. Pour l’instant la Russie a commandé un total de 92 Su-34 « Fullback »  pour remplacer les vénérables Su-24 « Fencer ».

Jusqu’à 200 Su-34 :

En parallèle à cette livraison le lieutenant-général Victor Bondarev, chef de la VVS a déclaré que l'armée de l'air prévoit, à terme une dotation entre 150 et 200 Su-34. La livraison des Su-34 «Fullback» s’effectue dans le cadre d’un des plus grands marchés de fournitures d’avion de combat, depuis la chute de l’Union Soviétique. Son accomplissement permettra de remplacer une grande partie des bombardiers Su-24 « Fencer » de première ligne actuellement en service. Il s’agit d’une modernisation sans commune mesure depuis la fin de la guerre froide.

 Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 


 

sukhoi,su-34 fullback,vvs,armée de l'air russe


 

Le Su-34 peut  attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

 

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs.

 

Question armement, le Su-34 met en oeuvre des missiles à longue portée air-surface et air-air ainsi que d'armes guidées multi-canal. Il est équipé d'un système de contre-mesures de dernière génération. Rappelons que le cockpit est blindé. L'avion peut effectuer des missions à basse altitude de type « by-pass et fly-by». A noter, que les pilotes disposent d’un petit cabinet WC, pour les longues missions.


100614_1.JPG


 

Photos : le troisième lot de Su-34 @ Sukhoi

 

 

 

 

 

11/06/2014

USA, augmentation de la dotation aérienne !

6673882647_7411c88712_z.jpg



Washington, le duel budgétaire pour 2015 est lancé avec l’approbation par la 

 entre le Lockheed Martin F-35 et Boeing EA-18G a produit deux vainqueurs dans la version du projet de loi budgétaire 2015 des dépenses de défense adoptées le 10 Juin par la House Appropriations Committee. Ce projet de loi d’acquisition sera prochainement envoyé pour le vote à la Chambre des représentants. 

 

 

Equilibre entre Boeing & Lockheed-Martin :

 

La loi fait une part belle, aux deux principaux avionneurs américains et se compose de la manière suivante : 

 

 

Lockheed Martin F-35

 

38

Boeing EA-18G Growler

 

12

Bell Boeing V-22

 

19

Boeing AH-64E Apache

 

28

Boeing CH-47F Chinoook

 

32

Airbus UH-72A Lakota

 

55

Sikorsky U/MH-60 Black Hawk

 

124

Bell Helicopter A/UH-1 Upgrades

 

27

Northrop Grumman E-2D Advanced Hawkeye

 

5

Boeing P-8A Poseidon

 

9

Sikorsky U/MH-60 Black Hawk

 

19

General Atomics AMQ-9 Reaper

 

24

Lockheed Martin C-130J Hercules

 

14

Boeing KC-46A Pegasus

 

7

 

 Cette loi demande 17 appareils de plus que la proposition initiale de la Maison Blanche, soit : 12 EA-18G (contre 0), 3 Apache supplémentaires, 1 E-2D et 1 P-8a supplémentaires.

AIR_EA18G_and_F-18F_Underside_lg.jpg

 

Analyse : 

 

Il faut noter que la commande de F-35 pour 2015 est inférieure de quatre appareils à ce qui avait été prévu sur le calendrier de commande du Pentagone en 2012. Par contre, avec la commande de 12 EA-18G «Growler», Boeing dispose d’un tout petit sursis d’une année avec une production allongée à 2017.

Le projet ne prévoyant rien à ce stade au maintien opérationnel des derniers A-10, seul le Sénat pourrait encore sauver pour quelques années le vénérable aéronef.

A signaler la provision pour commande des 7 premiers nouveaux ravitailleurs Boeing KC-46A «Pegasus», dont on attend le premier vol en fin d’année.

 

Question hélicoptères, pas de nouvelle concernant le remplacement les OH-58 «Kiowa», mais une légère augmentation de la dotation d’AH-64E «Apache» avec 28 appareils au lieu de 25 programmés initialement.

 

Une nouvelle importante ponctue ces acquisitions, avec l’option envisagée au sein de l’US Air Force, de disposer d’une flotte mixte en matière de reconnaissance stratégique composée du vénérable Lockheed U-2 et du drone RQ-4. La raison invoquée, tient du fait que les systèmes du RQ-4 restent sensiblement inférieurs à ceux du U-2, lors de mauvaises conditions météorologiques. Il faudra donc les améliorer, avant de pouvoir retirer les U-2 du service.


 

u-2-dragon-lady.jpg


 

 

Photos : 1F-35 @ USAF 2 EA-18G Growler @ USN 3 U-2 @USAF

22:38 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : us air force, us navy, boeing, lockheed-martin |  Facebook | |

American Airlines a reçu son CRJ900NG !

original.jpg

Aéroport de Dallas-Forth Worth, la compagnie Americain Airlines a réceptionné son premier Bombardier CRJ900 « Next Generation ».L’avion volera sous la bannière American Eagle.

Americain Airlines a commandé un total de 30 CRJ900NG avec des options pour 40 aéronefs supplémentaires.

 

Le premier CRJ900 « Next Generation » avait été présenté le 26 mais dernier au employés ainsi qu’aux médias. Le nouveau CRJ900 « Next Generation » dispose de plusieurs améliorations, une buse d’échappement améliore le flux d’échappement et réduit la consommation de carburant. Le poste de pilotage dispose d’une avionique modernisée à six écrans doté d’une suite avionique intégrée Pro Line IV de Rockwell-Collins.

Bombardier a enregistrés des commandes fermes pour 1'817 appareils de la série CRJ, soit 343 CRJ900 et CRJ900 NG.


2287388943.jpg


 

 

Photos : 1 Cérémonie de livraison 2 présentation @ Bombardier

10/06/2014

Su-27 en renfort en Crimée !

2149097.jpg

 

Simferopol en Crimée, la Russie va déployer une vingtaine d’avions de combat Sukhoi Su-27SM selon confirmation ce matin au sein du ministère russe de la Défense.

 

D'ici la fin de l'année, les forces russes de défense aérienne stationnées à Belbek recevront environ 20 chasseurs Su-27 «Flanker» en renforcement. Il faut savoir, qu’avant l'adhésion de la péninsule de Crimée à la Russie, la base de Belbek abritait déjà, plus de 50 appareils, dont des chasseurs MiG-29 de l'Armée de l'air ukrainienne. A l'heure actuelle, la partie russe achève leur transfert à Kiev.

 

Sukhoi Su-27SM «Flanker» : 

 

 Le Su-27SM (3) a été structurellement renforcé et pèse trois tonnes de plus au décollage que le modèle précédent. Alimenté par deux moteurs Saturn AL-31F-M1. Le Su-27SM (3) est équipé d'une avionique moderne et de points d’attaches supplémentaires.

Cette dernière version du Sukhoi, dispose d’un cockpit doté de 4 écrans multifonctions couplés à un nouveau système de communication sécurisé et plus résistant au brouillage. Les logiciels radars ont été adaptés pour permettre l’utilisation de la gamme la plus récente en matière de missiles «air-air» et «air-surface» de longue portée.

Le Su-27SM (3) est une version polyvalente capable de remplir des missions de combat en utilisant efficacement et avec une haute précision les armes "air-surface» y compris par guidage avec GPS (GLONASS).
La Russie dispose d’un parc d’un plus de 350 Su-27 répartit entre 12 régiments en plus du centre de démonstration en vol de la patrouille des Chevaliers Russes (Russian Knights), les unités d’entraînements et le centre d’essais en vol des Forces aériennes.

 

 

su-27sm3_05_big.jpg

Photos : Sukhoi Su-27SM3 @ Sergey 

20:45 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, crimée, sukhoi, su-27sm3, su-27 flanker |  Facebook | |

Si le Canada optait pour un chasseur européen ?

image.png

Ce n’est pas un secret, le gouvernement Harper tient mordicus à l’achat du Lockheed-Martin F-35 pour le remplacement de la flotte actuelle de 65 CF-18A/B « Hornet ». Ce choix est intimement lié (soutenu) aux liens tissés avec le voisin et l’allié américain. Mais ce choix ne fait pas l’unanimité au pays de la feuille d’érable. Nous avons vu notamment les différences d’appréciation en matière de coûts (voir lien), soit la plus grosse épine dans le pied dans le choix de l’avion de combat américain.

 

Sans les moteurs :

 

Il faut rappeler qu’avec ces coûts, il faut également tenir compte du supplément moteur, en effet, un contrat additionnel, doit être signé avec le motoriste Pratt & Whitney pour doter les appareils du standard moteur correspondant, soit : CRTR 6, 23 F-35A à 103 millions de dollars par appareil, tandis que 6 F-35B coûteront 109 millions de dollars chacun. Les 7 F-35C coûteront 120 de dollars millions par jet.

 

En ce qui concerne la CRTR7, sans l'inclusion du moteur est de 98 millions de dollars chacun pour les 24 avions de modèle F- 35A, 104 millions de dollars pour chacun des sept modèles de F- 35B et 116 millions de dollars par avion pour quatre avions F-35C.

L’industrie bâillonnée :

Mais il y a un autre problème dans le choix du F-35, et qui concerne la nouvelle stratégie d'approvisionnement de la défense et qui permet aux entreprises d'investir au Canada par le transfert de la propriété intellectuelle, la création d'emplois qualifiés, les activités liées à l'innovation et à l'exportation et au développement international. Hors le « système » mis en place par Lockheed-Martin n’est de loin, pas le plus intéressant. En effet, le principe d’avion « joint » nuit à la base industrielle et la diversité de celle-ci en réduisant la compétition et l’innovation. En matière de collaboration industrielle, le système fermé du F-35 rend les clients totalement dépendant du fournisseur.

L’alternative européenne :

A contrario, les offres de  Dassault avec le Rafale F-3R et Airbus Group avec l’Eurofighter T3 block20/25 permettent justement une ouverture en matière de collaboration et de développement. Les offsets sont larges et ne concernent pas uniquement l’avion mais d’autres produits de l’aéronautique ainsi que d’autres secteurs.

Une bataille de fond :

Partant de l’hypothèse que le Canada opte finalement pour l’Eurofighter ou le Rafale, permettrait par ailleurs de casser, la toute dominance américaine à vouloir imposer « son » avion. Jusqu’ici, (Australie, Italie, Turquie et d’autres) se sont simplement ralliés à l’offre US sans même étudier sérieusement les autres options européennes que représentent le Rafale, l’Eurofighter et le Gripen. Une telle décision au Canada pourrait avoir certaines répercutions en Belgique par exemple, mais ailleurs également.

 

La décision canadienne sur le F-35 ou non, concerne donc directement l’industrie aéronautique européenne et son développement à court et moyen terme. La volonté de casser cette industrie est en soi un objectif américain, le lobbying de couloir reste très actif de la part de Lockheed-Martin pour tenter se s’assurer le choix canadien.


rcaf rafale.jpg


Lien :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/06/07/le-canada-devrait-opter-pour-le-f-35-856233.html




Photos : 1 Eurofighter aux couleurs du Canada @Airbus Groups 2 Rafale aux couleurs du Canada@ Dassault