15/01/2016

50 Sukhoi Su-35 supplémentaires pour la Russie !

userimage.php.jpeg

Moscou, la Force aérospatiale russe (VKS) a ordonné une commande portant sur un lot de 50 avions de combat Sukhoi 35 « Flanker-E ». Avec le contrat pour l’Indonésie et celui de la Chine, l’avionneur russe dispose de 134 commandes pour cet appareil d’ici 2020. A ce jour, 72 Su-35 ont été livré à la Force aérospatiale russe.

 

Le Sukhoi Su-35 « Flanker-E » :

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes, jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale. La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

 

1518069.jpg

Photos : 1 Su-35 Pavel Osipovitch/Sukhoi 2 Su-35 Sergy

 

14/01/2016

Premiers B-52 dotés de l’Internal Weapons Bay !

NR_01-16_high-res.jpg

 

Base aérienne de Barksdale, Boeing a livré les six premiers bombardiers B-52H dotés du nouveau système de chargements d’armes.

Internal Weapons Bay Upgrade :

L’arrivée du nouveau système de chargement « Internal Weapons Upgrade », soit le plateau rotatif de chargement en interne, permet dorénavant au célèbre B-52H « Stratofortress » d’augmenter de manière significative la capacité d’emport d’armes en soute.

Le système de plateau rotatif IWBU 1760 permet de charger différents types de missiles, tels que : l’AGM-158 JASSM-Extended (Joint air-to-surface standoff missile),ainsi que le brouilleur largable MALD-J (miniature Air Launched Decoy), ce dernier, une fois largué va se mettre à flâner dans la zone cible, pour une période de temps prolongée et brouiller les signaux adverses.

 

boeing,usaf,stratégique air command,bombardier stratégique,b-52h,stratofortress,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Modernisation :

Pour pouvoir rester en service actif, les B-52 n’ont cessé, de subir de nombreuses modifications, cellule, avionique, équipements électroniques et de survie. La dernière modernisation en date concerne la mise en réseau du système avec l’adjonction du système « CONNECT », installé sur les B-52, qui permet une liaison numérique avec l’ensemble des éléments de l’US Air Force, des centres de commandement et de contrôle, ainsi qu’avec les diverses forces terrestres. Ce système intégré et entièrement codé et protéger, contre les éventuelles tentatives de pénétration électronique.

Ces nombreuses modifications et modernisation doivent permettre à USAF et Boeing de garder le B-52 en service jusqu’en 2040.

 

boeing,usaf,stratégique air command,bombardier stratégique,b-52h,stratofortress,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

 

 

Photos : 1&3 Boeing B-52H @ USAF 2 Le plateau rotatif @ Boeing

 

 

Second A400M pour la Malaisie !

ob_03e169_rmaf-a400m-first-flight64348.JPG

La Royal Malaysian Air Force a accepté son deuxième avion de transport tactique A400M, lors d'une cérémonie qui s’est tenue à Kuala Lumpur. L'avion est arrivé en Malaisie à fin décembre, après un vol au départ des installations d’Airbus à Séville. Au total, la Malaisie a commandé quatre exemplaires de l’avion de transport.

 

L’A400M « Atlas» :

L’A400M est un avion de transport militaire polyvalent conçu par la division militaire d’Airbus (Airbus Military). Il est pour l'instant commandé à 174 exemplaires par huit pays différents, à savoir l’Allemagne (la France, l’Espagne, la Belgique le Luxembourg, le Portugal et l’Angleterre, qui ont été rejoints par la suite par la Malaisie et la Turquie qui ont reconnu le potentiel de ce nouvel avion pour leurs propres besoins. La polyvalence est ce qui caractérise le mieux l’A400M, qui est conçu pour offrir des capacités à la fois tactiques et stratégiques. L’appareil peut transporter 37 tonnes de charge utile sur au moins 4700nm (8700 km) de distance. Sa soute est dimensionnée pour accueillir tous les chargements et véhicules répertoriés  dans le cahier des charges européen ESR (Europen Staff Requirement). Cependant, l’A400M ne peut servir pour l’instant que de plateforme de transport aérien, le ravitaillement en vol n’étant, pour l’instant pas validé pour les hélicoptères et pose plusieurs problèmes. L’A400M incarne le premier avion de transport militaire lourd véritablement nouveau depuis ces trente dernières années. Offrant deux fois plus de performances et de capacités d’emport que les avions actuels qu’il remplacera.

 

Photo : A400M Malaysian Air Force @ Airbus Military

13/01/2016

Mise à jour des P-8A « Poseidon » !

Photo-P-8A-Poseidon.jpg

Boeing a reçu une commande de la part de l'US Navy en vue de la conception du futur standard « BlockII » destiné à l’avion de patrouille maritime P-8A « Poseidon ». Le P-8A a été déclaré opérationnel en 2013.

Amélioration de la détection :

Le futur standard « BlockII » doit permettre d’améliorer la capacité de détection des sous-marins et des cibles et des navires de surface. De plus, le système de liaison électronique devra être porté à un niveau de rapidité plus élevé. L’achèvement du programme devrait être effectué à la mi-2018, pour pouvoir être installé durant l’année 2020 sur la flotte de P-8A. L’étape suivante de la mise à jour du « Poseidon » concernera le nouveau radar de surface Raytheon AN/APS-154 (AAS), qui viendra équiper la flotte d’ici 2023. Ce nouveau radar sera nettement plus sensible que l’actuel APS-149 pour identifier et cibler les menaces sur terre et en mer.

Le Boeing P-8A «Poseidon» : 

Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et anti-surface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes. Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demandera moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US-Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin  de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage.

Cet avion équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration, avec la quarantaine de drones RQ-4N choisi dans le cadre du programme «Broad Area Maritime Surveillance».

 

p8a_harpoon_release_test.jpg

Photos : Boeing P-8A « Poseidon » @ US Navy

 

L’Algérie commande le Su-34 « Fullback » !

4118612330.jpg

 

Je vous l’annonçais il y a deux jours, cette fois-ci c’est officiel, l’Armée de l’air algérienne a commandé à la Russie 12 bombardiers tactiques Sukhoï Su-34 "Fullback" (version export Su-32). Ces nouveaux avions s’inscrivent dans un effort de modernisation de la flotte aérienne actuelle de l’Algérie.

Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 

Le Sukhoi Su-34 peut  attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs.

Question armement, le Su-34 met en oeuvre des missiles à longue portée air-surface et air-air ainsi que d'armes guidées multicanal. Il est équipé d'un système de contre-mesures de dernière génération. Rappelons que le cockpit est blindé. L'avion peut effectuer des missions à basse altitude de type « by-pass et fly-by». A noter, que les pilotes disposent d’un petit cabinet WC, pour les longues missions. L’avion a des capacités de lutte antinavire et dispose d’un rayon d'action de 4.000 km, sa vitesse maximale.