19/08/2015

La Business Class de SWISS à nouveau primée !

 

800px-HB-IJJ_A320_Swiss_(9483685065).jpg

 

 

Zürich, les professionnels de la branche voyage, viennent à nouveau de primé la « Business Classe » de la compagnie SWISS. Elue meilleure d’Europe, une nouvelle fois.

 

Ce nouveau titre a été attribué en raison de nombreux points :  le confort offert aux passagers avec un siège voisin libre, une cuisine raffinée, ainsi qu’un enregistrement, un embarquement et un traitement des bagages prioritaires.

 

L’offre SWISS Business comprend :

 

Repas et boissons

2x bagages à main (max. 8 kg)

2x bagages en soute (max. 32 kg)

Enregistrement prioritaire

Embarquement prioritaire

Dépôt de bagages prioritaire

Accès au salon

Siège voisin libre

Réservation de siège

Changement de réservation

Annulation

Journaux: sélection du jour en plusieurs langues

Miles & More: Miles supplémentaires pour les membres

 

Le siège SWISS Business peut se transformer, selon les besoins, en un espace de travail spacieux ou en une couchette de deux mètres. Il permet de se relaxer grâce à la fonction de massage intégrée, afin d'arriver parfaitement détendu sur votre lieu de destination.

Sur les vols au départ de Zurich, SWISS offre des plats de saison créés par de grands chefs suisses.

En classe Business, le passager peut  emporter suffisamment de bagages à main (2x8kg) et de bagages en soute (2x32kg).

 

 

swiss.jpg

 

18/08/2015

Le Chengdu J-20 futur avion polyvalent chinois !

8762.jpg

 

Beijing, le Chengdu J-20 sera bien le premier bombardier chinois furtif. Lors de l’apparition des premières photos en janvier 2011, celles-ci avaient suscités diverses appréciations, concernant le futur rôle de celui-ci. A l’époque, j’avais esquissé l’idée que celui-ci devrait répondre à divers rôles à long rayon d’action, ce qui vient d’être confirmé par l’avionneur chinois Chengdu Aircraft Corporation.

 

Le Chengdu J-20, soit un appareil de la cinquième génération de combat furtif produit en Chine devra répondre à trois rôles bien précis. Celui-ci assurera le rôle d’avion à long rayon d’action. Dans un premier temps, les premières versions de séries seront dévolues aux frappes à longue distance. Le J-20 devrait donc entrer en service en temps que bombardier furtif. Puis celui-ci devrait avoir la capacité de mener des opérations de reconnaissance et de guerre électronique. Mais celui-ci pourrait intégrer en finalité le réseau de défense spatial chinois avec la capacité de tirer des missiles antisatellite.

 

ChengduJ-20.png

Le Chengdu J-20 :

 

Doté d’une aile de type delta et des plans canards à l'avant, le J-20 dispose de deux empennages verticaux en diagonale mobiles d'un seul bloc. Cependant, Il n'y a pas d'empennage horizontal mobile, les plans canards, les parties mobiles de l'aile delta et les deux empennages diagonaux suffisent à un contrôle optimum. L’avion est doté de la poussée vectorielle, permettant d'augmenter la maniabilité de celui-ci.

 

786.jpg

Photos : Chengdu J-20 @ Chinenouvelle

Le Dittingen Flugtage !

 

2946002201[1].jpg

 

 

Ce weekend se déroulera l’édition 2015 du Dittingen Flugtage, avec à nouveau un programme particulièrement complet du vendredi au dimanche avec :

 

Le F/A-18 Hornet Solo Display Pilot et le Super Puma Display Team, l’OV-10 Bronco d’Alain B, l’Antonov AN-2,  les Breitling Wingwalkers, Christian Moullec et ses oies, le Grumman TBF Avenger le le Dewoitine D.26, le Lockheed Super constellation,  le Sukhoi Su-26, Le Morane MS406 (D3801), l’Hawker Hurricane, les P-3 Flyers, De Havilland Vampire, DC-3. C-3603 et encore d’autres…

 

Les infos :

 

http://flugtage.ch/2015v3/index.php/fr/

 

 

17/08/2015

L’Iran aurait signé pour 24 J-10 « Dragon Véloce » !

Chengdu-J-10S.jpg

 

 

Le 9 août dernier, je vous révélait les première tractations en vue, suite à l’accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne qui prévoit une levée des sanctions internationales prononcées par les Nations Unies, les Etats-Unis et l’Union européenne, en échange du renoncement à fabriquer la bombe nucléaire. Hors, il semble que la Chine soit en passe de se positionner de manière particulièrement importante en Iran et de manière très rapide. On peut même se demander si ces négociations n’ont pas été engagées depuis plus longtemps qu’il n’y paraît ?

 

Un accord bien particulier:

L’accord signé entre Pékin et Téhéran est assez particulier, en effet, l’Iran ne devra pas payer un seul dollars pour ces 24 avions (et peut être d’autres), le contrat précise qu’en échange de la livraisons des avions, la Chine pourra exploiter le plus grand champ pétrolifère iranien d’Azadegan au cours des 20 prochaines années.

Le coût d'un seul J-10 est estimé à 40 millions dollars us, ce qui rend la valeur de la transaction autour des 1 milliard de dollars us. A ce prix on peut se demander si la Chine ne livrera pas d’autres appareils !

 

chengdu_j10a_weimeng.jpg

Jian J-10 :

 

Initialement le projet du J-10 de la CAC (Chengdu Aircraft Industrial Co) devait permettre à la Chine d’obtenir un appareil équivalent aux MiG-29 et Sukhoi 27 russe. Mais voyant le développement croissant d’avions de hautes technologies, dit multi-rôle en Occident (F/A-18, Rafale, Gripen, Typhoon II), le programme évolua vers un avion pouvant soutenir la comparaison. Mais les ingénieurs chinois se heurtèrent rapidement à des problèmes techniques insurmontables et durent faire appel à des entreprises étrangères pour mener à bien un tel projet. Le Pakistan tout d’abord, qui livra une cellule de F-16 A/B, puis le constructeur Israélien IAI qui venait d’abandonner son projet LAVI et qui accepta de vendre un peu de technologie à la Chine. Ce transfert de technologie a été particulièrement limité et ne touchait pas à des éléments sensibles ! Sans oublier, un peu d’espionnage industriel en Europe notamment.

Le premier prototype effectua son vol inaugural à la mi-1996, le second prototype, dont on ne connaît pas exactement la date du premier vol, fut perdu fin 1997, semble-t-il à cause d’une panne des commandes de vol électriques. C’est à partir de 1998 que la version dite officielle, du J-10 commença ses essais en vol. Il faudra attendre le 29 décembre 2006 pour la Chine reconnaisse officiellement l’existence de cet avion.
La première escadrille de transformation sur le Jian-10 commença sa transition en 2003 au centre de formation et d'expérimentation de Guangzhou, mais de façon pénible car la dizaine de machines ne disposaient pas de radar et de nombreux problèmes de mise au point du réacteur WS-10A chinois pénalisèrent la formation des pilotes. A ce jour, les J-10 ont reçu un réacteur russe de type Liulka Saliout AL-31F. Fait incroyable, le J-10 ne dispose pas d'aérofrein, mais utilise un bon vieux parachute de freinage, lors de l'atterrissage.
A ce jour, environ 300 exemplaires du Jian-10 « Dragon véloce » ont été construit.

 

Le Pakistan a reçu un premier lot de 36 avions J-10 «Dragon Véloce», le pays devrait à terme se doter d’une centaine d’appareils d’ici 2018.

 

Chengdu-J-10A-PL-11-PL-8-2S.jpg

Photos : Jian J-10 « Dragon Véloce » @ Weimeng

Des MiG-31 pour la Syrie !

mig-31_02.jpg

 

 

La Russie a honoré un contrat datant de 2007 en livrant au gouvernement syrien six MiG-31 « Foxhound ». Les appareils sont arrivés sur la base aérienne de Mezze à la périphérie de Damas.

La Syrie avait commandé un huit MiG-31 dans le cadre d'un accord plus large de défense avec la Russie en 2007.

 

Jusqu’ici, cette commande avait laissé de nombreux observateurs septiques, quand à la réalisation de cette vente. Il est également à noter que la situation actuelle du régime de Bachar El-Assad, laisse à penser que ces appareils ne seront pas d’une grande utilité, des Sukhoi Su-25 auraient été plus utiles. On évoque cependant, que le régime syrien espère pouvoir à terme, sauver ce qui peut l’être de son territoire et maintenir dans le futur une forte capacité aérienne.

 

Le MiG-31 syrien :

 

Selon Moscou, les MiG-31 livrés à la Syrie ne sont pas au standard le plus récent comme ceux de la Force aérienne russe (MiG-31 BM). La version syrienne garde le radar initial Zaslon-A à impulsions avec une matrice passive à balayage électronique (PESA) et l'antenne de traitement de signal numérique. L'antenne utilisée par le Zaslon est en fait un système multicanal comprenant deux tableaux commandés électroniquement séparées, un radar en bande X avec 1700 émetteurs et un transpondeur en bande L avec 64 émetteurs réunis en une seule antenne. L'antenne a un diamètre de 1,1 mètres et est fixé en position avec un secteur de +/- 70 degrés en azimut et + 70 / -60 degrés en élévation numérisation. Cette haute performance est l'un des grands avantages de radars à balayage électronique par rapport à la précédente génération de réseaux à balayage mécanique qui prennent plusieurs secondes pour effectuer les mêmes fonctions qu'un réseau phasé. La performance de détection du radar Zaslon est de 200 km contre une cible avec une section Radar (SER) de 16 m2, le radar peut suivre jusqu'à 10 cibles tout en engageant 4 simultanément. L’armement se compose de missiles R-33 guidé par radar ou R-40, R-60 IR.

 

Photo : MiG-31 Foxhound @RAC-MiG