27/07/2015

Nouvelle livraison de Su-34 "Fullback"!

355987-admin.jpg

 

 

Moscou, les livraisons se suivent en Russie, la société Sukhoi a remis un autre lot de Su-34 « Fullback » de première ligne au ministère de la Défense de la Fédération de Russie.

L'usine aéronautique de Novossibirsk fonctionne avec un maximum d'efficacité à l'heure actuelle. Le contrat d'Etat avec le ministère de la Défense de la Fédération de Russie, pour les livraisons de Su-34 à la Force aérienne, garantit une charge de travail jusqu’en 2020.

 

Le Sukhoi Su-34 «Fullback» : 

 

Le Su-34 peut  attaquer des cibles terrestres, maritimes et aériennes, de jour comme de nuit et par tous les temps, en utilisant l’ensemble des types de munitions en service en Russie. En termes de capacités opérationnelles, il s'agit d'un appareil de génération 4+. Son système de sécurité active avec les nouveaux ordinateurs, fournit des capacités supplémentaires pour le pilote et le navigateur, pour effectuer des bombardements précis et à manœuvrer sous le feu ennemi. L’excellente aérodynamique de l’avion, les grands réservoirs de carburant de capacité interne, la nouvelle génération de moteurs plus économe en carburant, doté d’une commande numérique. Font que le Su-34 de bombardement tactique, se trouve très proche de la catégorie de bombardier stratégique de classe moyenne.

 

Le Su-34 dispose également d’un système de communication et le système d'échange d'informations de type liaison16 (Link16) lui permettant une interface avec des troupes terrestres et des navires de surface, ainsi qu’avec d’autres aéronefs.

 

Question armement, le Su-34 met en oeuvre des missiles à longue portée air-surface et air-air ainsi que d'armes guidées multicanal. Il est équipé d'un système de contre-mesures de dernière génération. Rappelons que le cockpit est blindé. L'avion peut effectuer des missions à basse altitude de type « by-pass et fly-by». A noter, que les pilotes disposent d’un petit cabinet WC, pour les longues missions.

 L’avion a des capacités de lutte antinavire et dispose d’un rayon d'action de 4.000 km, sa vitesse maximale.

 

su34-0.jpg

Photos : Sukhoi Su-34 « Fullback »@ Sergy

 

Essais canon pour le F-35A !

 

yourfile.jpg

 

Lockheed-Martin a débuté les essais du canon de bord sur le F-35A en collaboration avec l'US Air Force.  Le F-35A no° AF2 a reçu un canon General Dynamics GAU-22 en interne et a débuté une série de tirs sur les installations de la base d'Edwards en Californie.

 

Cette série de tirs au canon doit se poursuivre jusqu’à la mi-août pour ensuite, permettre des essais de tirs en vol en septembre. Le canon GAU-22 est une version améliorée du GAU-12 monté à bord des AV-8B  « Harrier» F-16 et F-15.

Les tests sont conçus pour s’assurer que le système d’intégration du canon fonctionne correctement et que l'aéronef supporte les vibrations dues aux tirs. Les essais en vol permettront ensuite valider l’intégration complète sur le F-34A. A noter que les versions F-35B/C ne seront pourvues du canon en interne, mais uniquement en nacelle extérieure. Cette solution ajoute à la polémique sur le F-35, car une fois de plus la furtivité de celui-ci, sera remise en question.

 

Photo : essais de tirs au canon au sol @ Lockheed-Martin

 

 

26/07/2015

Premières photos du Ka-52 « Katran » !

webka-52k-on-display.jpg

 

 

Saint-Pétersbourg, l’hélicoptériste Kamov a présenté officiellement, ce mois pour la première, fois le prototype de la version navale du Ka-52, le « Katran ». L’aéronef a volé pour la première fois en mars de cette année.

 

Selon son concepteur le Ka-52K dispose d’un système de rotor retravaillé avec des roulements élastomères dans les points de fixation qui permettent un poids décollage plus élevés. De plus, les raccords d’ailes sont également renforcés pour permettent l’emport des charges plus lourdes dont notamment des missiles à grandes portées. Lors de la présentation du Ka-52K « Katran », celui-ci était entouré des missiles Kh-38MLE et Kh-35VE. Le Kh-38MLE supersonique à guidage laser permet des tirs contre des cibles blindées terrestres, ainsi que des cibles durcies à une distance de 40km. Le Kh-35VE est un missile antinavire subsonique d’une portée de 120km Les données concernant la cibles peuvent être entrées dans la mémoire du missile depuis l'avion tireur ou depuis d'autres sources externes. Les données concernant son propre vol sont introduites après celles de la cible. Un système de navigation inertielle dirige le vol du missile pendant la première partie de son vol, le stabilisant à une altitude donnée et le dirigeant vers la zone approximative dans laquelle navigue sa cible. En approchant d'une certaine distance de la cible, l'autodirecteur actif est allumé pour trouver, verrouiller et poursuivre la cible. La centrale inertielle du missile le dirige alors en direction de sa cible et diminue son altitude jusqu'à un niveau extrêmement bas (de l'ordre de quelques mètres). Lorsqu'il vole ainsi au-ras de la surface de l'eau, sa détection par les radars du navire visé devient très difficile, à-cause de la quantité importante d'échos parasites générés par les vagues juste en dessous de lui. À cette altitude, le missile continue sa séquence de guidage vers sa cible en corrélant les données reçues par le radar avec celles de la centrale inertielle, jusqu'à obtenir un impact.

 

2228046419.jpg

Le Kamov Ka-53k « Katran» :

 

Le Ka-52K "Katran" est une version navalisée du Ka-52 destiné à être embarquée à bord des bâtiments de la marine russe. Le Ka-52K bénéficie de pales et d’ailes repliables, d’un train d’atterrissage renforcé, d’un traitement anticorrosion ainsi que de nouvelles capacités comme la lutte antinavire. Contrairement à son homologue le Ka-52 «Alligator», le Ka-52K emportera la version bibande du radar «Arbalet» de type AESA avec un capteur en bande Ka (cibles terrestres) et un autre en bande X pour les cibles marines.

 

 

1557533_original.jpg

Photos : 1 & 2 le prototype du Ka-52K « Katran »@ Sergy

25/07/2015

Arrivée d’un nouveau lot de Su-35 !

7_04_09_813.JPG

 

 

Moscou, la société Sukhoi a transféré un nouveau lot de Su-35 à la Force aérienne russe en cette fin de mois de juillet. Le nombre d’aéronef n’est pas communiqué. Les aéronefs ont été transférés depuis les installations de la Société Sukhoi, Y.Gagarin de Komsomolsk-sur-Amour. Ce nouveau lot de Sukhoi Su-35, fait partie du programme d'armement d’État pour 2011 - 2020.

 

Le Sukhoi Su.35 :

 

Le Su-35 est un appareil de la génération 4++.  Les caractéristiques de l'avion comprennent une nouvelle avionique numérique avec fusion des données, un nouveau réseau d'antennes radar progressive avec une longue portée de détection et de cibles aériennes. Son noyau est le système de gestion de l'information (SGI), qui intègre les sous-systèmes fonctionnels, logiques, d'information et de logiciels en un complexe unique qui assure l'interaction entre l'équipage et l'équipement. L'IMS comprend deux ordinateurs centraux numériques, dispositifs de commutation et de l'information. Le pilote dispose de deux écrans MFI affichage multi-fonctions de 9x12 pouces et une résolution de 1400x1050 pixels.

Le noyau du Su-35 dispose de deux doubles radars en bande X en réseau, à antennes progressives Irbis-E, soit un N-12 à l’avant et un N-011 dans la queue arrière. A l’avant le N-12 est monté sur une unité de commande hydraulique à deux étapes (en azimut et en rouleau). Le dispositif d'antenne scanne par un faisceau électronique dans l'azimut et l'angle d'élévation dans les secteurs non inférieure à 60°. L'unité d'entraînement en deux étapes électro-hydraulique tourne en outre l'antenne par des moyens mécaniques à 60 ° en azimut et 120 ° en roulis. Ainsi, en utilisant la commande électronique et mécanique tour supplémentaire de l'antenne, l'angle de braquage maximal du faisceau peut atteindre 120 °. Le radar Irbis-E détecte les cibles aériennes jusqu’à une portée maximale de 400 km. Le tout avec une nouvelle génération d'optique frontale.

La durée de vie de la cellule est de 6’000 heures de vol, soit un cycle de vie de 30 années d'exploitation. La durée de vie assignée des moteurs AL-117S dérivé de l’AL-31F avec poussée vectorielle est de 4’000 heures.

 

7_04_09_784.JPG

Photos : Sukhoi Su-35 @Sukhoi

Le JAGM opérationnel sur l’AH-64 E « Apache » !

mfc-jagm-photo-main-h.jpg

 

 

Lockheed-Martin a annoncé que les derniers essais en vol de son missile air-sol JAGM (Joint Air-to-Ground Missile) depuis un hélicoptère Boeing AH-64 E « Apache » ont été un succès, ouvrant ainsi la voie de l’entrée opérationnelle de celui-ci, sur l’hélicoptère d’attaque.

 

Lors des derniers essais, qui se sont déroulés sur les installations de tir de la base aérienne d’Eglin en Floride, un AH-64 E « Apache » a frappé par deux fois des cibles fixes avec le JAGM. Dans le premier test, le missile touché sa cible à 4 km, avec engagement du système laser semi-actif (SAL).

Durant le deuxième test à la même distance, le missile a acquis la cible avec le demandeur le laser (SAL) puis, a continué en guidage autonome avec son radar à ondes millimétriques (ROR), jusqu'à l'impact. Les capteurs SAL et ROR sont intégrés dans la section avant du missile et permettent au JAGM d’engager plusieurs cibles fixes et mobiles, en présence de conditions météorologiques défavorables et lors de contre-mesures avancées. Le laser couplé au mode radar permet ainsi une grande précision, tout en réduisant les dommages collatéraux.

 

A terme le Lockheed-Martin JAGM doit venir remplacer les actuels missiles « Hellfire », le BGM-71 TOW et les AGM-65 Maverick. Le JAGM équipera les AH-64 E « Apache », les Bell AH-1Z « Viper «  de l’USMC ainsi que les drones de type « Predator ».