10/03/2014

A380 & B787 : maudites fissures !

Singapore_Airlines_Airbus_A380_woah!.jpg

L’arrivée à maturation d’un nouveau type d’appareil prend du temps, Airbus & Boeing en savent quelque chose. Problèmes de structures pour l’A380 et surchauffe des batteries pour le B787. Comme si cela ne suffisait pas, les deux grands avionneurs doivent faire face à la découverte de fissures sur les ailes.

Microfissures sur l’A380 :

 

Le problème n’est pas récent chez Airbus, la découverte de microfissures sur les ailes date de 2012 déjà. Un programme pour éliminer les risques est d’ailleurs validé par l'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) L'AESA avait annoncé le 15 avril dernier, son intention de certifier les nouvelles ailes de l'A380. Le projet de directive signifié par l'agence indique que les appareils ainsi modifiés ne seront plus soumis à des contrôles spéciaux. A compter du premier trimestre 2014, les A380 sortant d'usine incorporeront eux aussi le nouveau design des ailes.

Nouvelle découverte :

Airbus a ordonné des inspections accrues sur les ailes de son très gros porteur A380 après avoir découvert des niveaux inattendus de fatigue du métal durant des tests en usine.
L'avionneur a demandé aux compagnies aériennes d'inspecter les principales poutres internes des ailes durant les grandes visites de maintenance programmées après six ans de service, puis douze ans, et non plus à partir de la douzième année d'activité de l'avion, ont-elles ajouté. Cette fois, cependant, les signes de fatigue n'ont pas été découverts sur des appareils en activité. Une porte-parole de la filiale d'Airbus Group a confirmé la découverte des signes de fatigue durant des tests en usine, ajoutant que les inspections de maintenance de routine étudieraient ce point et que l'A380 était un appareil sûr.

 

aed3a0eaf7274ee9b5f40f2309b1df04b37cdc90.png

 

 

Autour du B787 :

Vendredi dernier, Boeing a annoncé que des "fêlures" avaient été découvertes sur les ailes de 40 exemplaires de son modèle B787 "Dreamliner" encore en production, ce qui pourrait retarder la livraison de certains d'entre eux sans pour autant remettre en cause son objectif de livraisons 2014. Boeing explique que le fabricant des ailes, Mitsubishi Heavy Industries, l'a informé de la découverte des fêlures après un changement du processus de fabrication. L'inspection et la réparation des fêlures prendra une à deux semaines, ajoute le groupe aéronautique américain. Le problème a été identifié le mois dernier et Boeing dit avoir immédiatement informé les clients concernés de l'éventualité de retards de livraison. Aucun des appareils susceptibles d'être concernés n'a pour l'instant été livré

Boeing prévoit de livrer 110 exemplaires du B787 cette année. Il en a livré neuf depuis le 1er janvier.

Commentaire :

Si ces microfissures ne mettent pas en danger la sécurité des vols dans l’immédiat, un correctif s’impose. Ce type de problème fait malheureusement partie des « maladies de jeunesses » que peut rencontrer un nouvel aéronef. Par contre, l’annonce d’une telle découverte provoque en général une chute de l’action en bourse de l’avionneur qui devra s’accompagner d’un surcoût afin de résoudre le problème.  

 

ANA_B787-8(JA801A)_(6302368225).jpg

Photos : 1 A380 Singapore Airlines @Rolf Wallner  2 B787 ANA « Dreamliner » @ Kenaro Lemoto

11:55 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : a380, airbus, boeing, b787, fissures, microfissures |  Facebook | |

08/03/2014

F-16 israéliens en alerte près de la Syrie !

AIR_F-16B_Israel_PMIV_on_Tarmac_lg.jpg


Vendredi, des chasseurs-bombardiers  de type Lockheed-Martin F-16 de l’aviation israélienne ont été déployés d'urgence vers le Golan pour dissuader des avions de combat syriens. Etonnamment cette information est passée sous silence !

Des chasseurs-bombardiers des forces aériennes israéliennes ont été déployés à quatre reprises vendredi matin en direction d'avions de chasse syriens qui s'approchaient de la frontière entre Israël et la Syrie (confirmation de l’Etat Major de défense de Tsahal).

Les avions israéliens, déployés à partir de la base aérienne Ramat David, se sont dirigés en direction nord dans le but de dissuader les avions syriens de s'approcher davantage de la frontière, alors qu'à un certain moment, ils n'étaient plus qu'à 2-3 kilomètres de la frontière israélienne.

Les avions syriens se seraient retirés lorsqu'ils ont noté la présence des F-16 israéliens. Une source militaire israélienne a déclaré que de tels incidents ne sont pas rares ces derniers temps. Des opérations semblables se sont produites à plusieurs reprises au cours des derniers mois. Plusieurs incidents ont été enregistrés au front nord lors des dernières semaines, dus en grande partie à des opérations du Hezbollah dans la région.

Le 3 mars dernier, Israël a effectué un raid nocturne contre des positions du Hezbollah dans la Békaa, près de la frontière syrienne où transitaient des armes pour le mouvement chiite.

Le Hezbollah n'a confirmé l'information que deux jours plus tard, indiquant mercredi dernier que l'aviation israélienne a effectué un raid contre une de ses positions à la frontière syro-libanaise, dans la région de Janta, dans la Békaa.

Des actions non divulguées : 


 

3171629_3_d132_lorsqu-israel-a-mene-des-attaques-aeriennes_5be644069a419958ad6819b665883ace.png


Depuis le début des troubles en Syrie, l’aviation israélienne à mené un grand nombre d’opérations notamment afin de neutraliser des sites d’armes chimiques. L’objectif étant d’une part d’empêcher l’utilisation de ceux-ci, mais également d’éviter la prolifération de telles armes aux mains de groupes terroristes.

En 2007 déjà, l’aviation israélienne avait détruit un site nucléaire syrien dans le désert à l’est du pays. La nuit du 27 au 28 avril 2013, la cible visée était un centre de commandement militaire en charge de la gestion des armes chimiques. 

Trois sites ont été visés entre jeudi soir et dimanche matin. L’un des raids a frappé le centre de recherches scientifiques à Jamraya, déjà visé fin janvier par une attaque israélienne. Deux autres objectifs militaires ont été bombardés, un important dépôt de munitions et une unité de la défense anti aérienne. L’état hébreu a voulu empêcher le transfert d’armes au Hezbollah libanais.


 

Capture-d’écran-2013-08-01-à-10.13.01.png


 

Photos : F-16 Israéliens @ Tsahal


22:16 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, tsahal, israël air froce, f-16 |  Facebook | |

Le PC-7 Team au Lenzerheide !

DSC_0224.JPG


Le PC-7 TEAM fera une démonstration aérienne lors de la finale de la coupe du monde de ski à Lenzerheide (GR). Plusieurs entraînements sont provisoirement prévus. Les conditions météorologiques pouvant influencer les heures d’entraînement.

Entraînement principal du mercredi 12 mars 2014, de 14h00 à 14h30 et de 16h00-16h30

Entraînement (réserve) du jeudi 13 mars 2014, de 14h00 à 14h30 et de 16h00 à 16h30

Entraînement (réserve) du vendredi 14 mars 2014, de 14h00 à 14h30 et de 16h00 à 16h30

Première démonstration aérienne du samedi :


15 mars 2014, de 10h45 à 11h30, en fonction de l’avancée de la course de ski.
Après la démonstration, le PC-7 TEAM se tient à disposition du public entre 14h30 et 15h30 environ dans la zone d’arrivée pour des questions, des entretiens et une séance d’autographes.

 

Deuxième démonstration aérienne du dimanche 16 mars 2014, entre 10h45 et 11h30, en fonction de l’avancée de la course de ski.

 

 

Le  PC-7 est un Turbo-Trainer biplace destiné à l'instruction moderne des pilotes. Dans le domaine strictement militaire, il sert à la formation de base, particulièrement à l'acrobatie aérienne et au vol sans visibilité. L'utilisation de la turbine à hélice donne à l'élève - pilote la possibilité de faire des premières expériences qu'il mettra à profit dans l'engagement ultérieur sur des avions dotés d'un moteur à réaction. Les avions d'écolage et d'entraînement PC-7 comptent dans le monde entier parmi les types d'appareils les plus performants et les plus modernes de cette catégorie; les Forces aériennes suisses les utilisent depuis 1982 au sein de leurs écoles de pilotes.

En octobre 2006, les Forces aériennes ont reçu les deux premiers PC-7 transformés et équipés du nouveau cockpit (NCPC-7). Le 29 février 2008, les 18 NCPC-7 au total ont été remis officiellement aux Forces aériennes à l’occasion d’une petite fête.


 

pc_7_team.parsys.69984.Image.jpeg


 

Photo : PC-7 «Team» à Sion @ Pascal Kümmerling

07/03/2014

La Bundeswehr reçoit ses Tigre ASGARD !

 

EC665_Tiger_GermanArmy.jpg

 

La Bundeswehr a réceptionné hier le dernier exemplaire des 12 hélicoptères EC665 Tigre au standard ASGARD. Une cérémonie de remise a eu lieu au sein des installations d’Airbus Helicopters à Donauwörth en Allemagne.

 

Les douze hélicoptères Tigre UHT au standard ASGARD (Afghanistan Stabilization German Army Rapid Deployment) vont rejoindre le 36e Régiment d'hélicoptères de combat. Cette version spécialement modifiée à la demande de l’Allemagne dispose de filtres anti-sable, d'une meilleure protection contre les tirs d'armes de petit calibre, d'un enregistreur de données de mission numérique, ainsi que de moyens de communication compatibles avec ceux utilisés par les autres forces internationales intervenant sur ce théâtre d'opérations en en Afghanistan. Les Tigre Allemand seront déployé depuis la base afghane de Mazar-e-Scharif.Depuis décembre 2012, leurs missions en Afghanistan consistent à appuyer les troupes au sol, protéger les convois et mener des reconnaissances aériennes.

 

L’hélicoptère Tigre :

 

Ex-Eurocopter devenu Airbus Helicopters, l'EC665 Tigre offre une excellente manœuvrabilité conséquence de sa cellule en composite, lui permet notamment de se déplacer agilement à travers les différents théâtres d'opération, notamment les montagnes. Le Tigre atteint la vitesse de 280 km/h pour une autonomie de 800 km, sans réservoirs de convoyage supplémentaires.

De par sa conception récente, il ne nécessite qu'une faible maintenance pouvant être effectuée directement sur le théâtre des opérations avec une équipe de 4 ou 5 personnes, quatre ou cinq fois moins importante que pour les hélicoptères concurrents. Comme sur la plupart des hélicoptères de combat, pilote et tireur sont placés l'un derrière l'autre, ce qui permet de réduire la largeur de l'appareil et donc sa vulnérabilité aux tirs frontaux ennemis. Le tireur est placé à l'arrière de l'appareil. Aussi, pour améliorer sa visibilité, son siège est légèrement surélevé par rapport à celui du pilote.

Les versions appui-protection (HAP, HAD, HAR) sont équipées d'un viseur placé sur le toit du poste de pilotage. La version allemande UHT (Unterstützungshubschrauber Tiger) étant plus spécialisée dans le rôle antichar, le viseur est monté au-dessus du rotor principal.

Le Tigre dispose, de jour comme de nuit, d'une grande précision de tir. Ses systèmes de visée calculent instantanément la trajectoire de la cible. À titre d'exemple, lorsque sa tourelle-canon THL 30, qui a un débattement de +/-90° horizontalement et -25/+28° verticalement, tire 1 obus de 30 mm, de jour ou de nuit, une cible mobile ou immobile, même distante de 1 km, n'a pratiquement aucune chance de survie sur un rayon de 3 m.

 

L'avionique comprend les éléments suivants :

  • une paire de bus de transfert de données redondants.
  • quatre écrans couleur multifonctions, deux pour le pilote et deux pour le tireur.
  • des systèmes de navigation autonome.
  • un système de pilote automatique.
  • un générateur de cartes numériques.
  • des détecteurs d'alerte.

img_8438_hubschrauber.jpg

Photos : Tigre UHT ASGARD @ Bundeswehr

06/03/2014

Premier vol d'un radar AESA sur Eurofighter!

eurofighter.jpg


 

Warton, BAe Systems a effectué le premier vol d'un Eurofighter «Typhoon II» doté d’un  prototype du radar AESA E-Captor. Ce premier vol préfigure le lancement à terme d’ici 2015 de la version définitive du radar à balayage électronique qui équipera en série le standard T-3 de l’Eurofighter d’ici fin 2017.

 

Selon le calendrier, le programme complet d’intégration du radar E-Captor devrait se situer en 2016. A cette date, une série d’au moins huit tirs devra avoir eu lieu, pour valider le radar. 


 

2670506904.jpg


 

Développé par Euroradar, un consortium international dont le maître d’œuvre est  SELEX Galileo, une société de Finmeccanica, aux côtés d'EADS Defence Electronics et Indra. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar ECR-90 «Captor»  actuel, mais est doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA. Cette nouvelle version du radar de l’Eurofighter est dotée d’une antenne à balayage électronique de Selex-ES. Pour permettre la mise en place du radar à antenne AESA, l’avion a reçu une capacité de puissance électrique additionnel, ainsi qu’une architecture de calcul offrant une vitesse supérieure. 


 

1895883014.jpg


 

 

Le nouveau radar pour l'Eurofighter Typhoon nommé «Captor-E» ("E" pour le balayage électronique) est en mesure de remplir plusieurs tâches simultanément . Le faisceau radar est à balayage électronique qui rend le radar extrêmement polyvalent. Contrairement aux radars classiques, la puissance d'émission est généré non pas dans un émetteur central, mais par plusieurs milliers de modules d'émission et de réception.


 

graphic-radar.png


 

Photos : 1 Eurofighter En vol  2 Radar Captor-E @ Airbus/Eurofighter

21:35 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : eurofighter, captor-e, radar aesa, airbus, euroradar |  Facebook | |