15/01/2014

La RAF reçoit ses CH-47Mk6!

First-flight-of-newest-UK-Boeing-Chinook-Mk6-helicopter-completed.jpg


 

Les trois premiers hélicoptères Boeing CH-47MK6 destiné à la Royal Air Force ont été réceptionnés sur la base aérienne de Odiham. La RAF a engagé un contrat de 1,64 milliard de dollars (1 milliard d'euros) par le ministère britannique de la Défense (MOD) pour fournir 14 nouveaux hélicoptères  CH-47F «Chinook», désignés «MK6» au sein de la RAF.

 

Ces trois premiers «Chinook Mk6» sont arrivés directement depuis les installations de Boeing à Philadelphie. Les 11 autres appareils seront livrés d’ici la fin 2015.

 

Le CH-47 MK6 «Chinook» : 

Le CH-47 «Chinook» Mk6  est un dérivé du modèle CH-47F qui dispose d’une nouvelle cellule, d’une nouvelle société avionique, d’un FLIR, d’un nouveau treuil de sauvetage. Le CH-47 MK6 de la RAF disposeront d’un nouveau système de guerre  électronique et d’un système de communication intero-pérable doté d’une liaison électronique (Link16). Le Mk6 est comparable au CH-47F, mais se distingue par des équipements d’origine britannique. Les nouveaux hélicoptères seront compatibles avec la flotte  de Chinook britannique Chinook existant.


 

h47f_cabin.jpg


Photos : 1 Boeing CH-47 Mk6 «Chinook» de la RAF 2 Cockpit @ Boeing

21:11 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, raf, chinook, ch-47f, ch-47 mk6 |  Facebook | |

Alaska Airlines commande deux B737-900ER !

 

K66045_med.jpg

 

 

SEATTLE, Boeing et Alaska Airlines ont conclu une commande ferme pour deux autres B737-900ER supplémentaires. L'accord est évalué à près de 192 millions de dollars au prix catalogue.

 

Cette achat vient complémenter la grosse commande de la compagnie en octobre 2012 portant sur 50 appareils, soit 20 B737-800 »MAX », 17 B737-900 »MAX » et 13 B737-900ER « Next Generation ». Soit, la plus importante  commande dans l'histoire d’Alaska Airlines.

 

100e B737 pour Alaska Airlines :

 

Cette commande coïncide avec la livraison du 100e B737 « Next-Generation » à la compagnie Alaska Airlines.

 

« Cet avion offre une impressionnante efficacité opérationnelle et de nombreux avantages environnementaux et nos clients sont très satisfaits de ses commodités à bord." ! A déclaré a déclaré Mark Eliasen, vice-président de la compagnie, lors de la cérémonie de remise.

 

Photo : B737-900ER „ Next-Generation“ Alaska Airlines @ Boeing

 

 

14/01/2014

Gripen, les mensonges des référendaires !

sui.parsys.21050.3.photo.Photogallery.jpg


 

Dans le cadre de la campagne en vue de la votation sur le "fond Gripen", je vous propose une série d'articles, dans le but de clarifier les choses. Arguments, chiffres, nous passerons progressivement en revue ces éléments, tout comme, je reviendrais sur l'avion et les derniers développements disponibles.

 

Des mensonges pour des signatures :

 

Pour obtenir des signatures dans le cadre du référendum sur le "fond Gripen", les opposants (constitués du camps rose-vert et par le Groupe pour une Suisse sans Armée, GSsA) ont argumentés la récolte de la manière suivante :

 

"Pour la totalité de la période d’exploitation, les nouveaux avions de combat coûteront plus de 9 milliards de francs."! et d'ajouter : "ce gaspillage de milliards" qui pourraient être "mieux utilisés ailleurs" !

 

Un chiffre falsifié :

 

Premièrement, le chiffre avancé par les anti-avions, s'obtient en ajoutant au coût d'acquisition, les coûts d'entretien, de maintenance ... et d'exploitation de l'avion, du moins en théorie !

 

En effet,  en ajoutant au coût d'acquisition, les coûts d'entretien, de maintenance et d'exploitation de l'avion, l'enveloppe globale, financée sur le budget ordinaire de l'armée, rappelons-le, ne se montera pas à 9 milliards de francs, mais bien à 7,5 milliards !

Sachant que ce coût est quantifié selon les données du Gripen F, avion biplace et plus lourd,  de développement, alors qu'il n'y aura que des Gripen E monoplaces plus légers, les coûts d'exploitations seront par ailleurs sensiblement inférieurs et le chiffre de 7,5 milliards devra être revu à la baisse.


 

DSC_2798.jpg


 

Haute technologie et coûts inférieurs:

 

Le Gripen E offrira non seulement un apport de haute technologie pour nos forces aériennes et ceci au-delà du temps d'exploitation des F/A-18C/D "Hornet" actuelles, mais l'avion sera par ailleurs plus économe en ce qui concerne l'exploitation!

Les anti-avions, se sont entre autre basés sur les coûts du «Hornet» pour comparer le Gripen E, hors, le nouvel avion plus petit et mono-réacteur et plus moderne coûtera également moins cher en terme d'exploitation.


 

cost_janes.jpg

*

 

 

Concernant la seconde affirmation :

 

Les coûts d'acquisition du Gripen (3,1 milliards) comprennent les 22 appareils et leurs accessoires, l'équipement d'instruction et de maintenance, les armes et les munitions, ainsi que les pièces de rechange pour 10 ans !

 

L'achat du Gripen ne constitue pas un prétendu "gaspillage de milliards" qui pourraient être "mieux utilisés ailleurs" : le Gripen est exclusivement financé sur le budget ordinaire alloué à l'armée.

 

Le 18 mai prochain, nous voterons uniquement sur le fait de permettre à l'armée de réserver, sur 10 ans, 300 millions de francs par année pour financer l'achat du Gripen ! Si ces 300 millions de francs par an - soit le 6,4% du budget ordinaire de l'armée (4,7 milliards jusqu'en 2016) ou le 0,5% des dépenses ordinaires de la Confédération (61,7 milliards en 2012), sur 10 ans, ne sont pas utilisés par l'armée pour financer le remplacement des 54 Tiger par 22 «Gripen», l'armée les allouera à d'autres acquisitions.

Faire accroire que l'acceptation du référendum permettra d'investir ces milliards au profit de l’AVS, de la formation et de la recherche, des infrastructures publiques et du développement des énergies renouvelables c'est tromper nos concitoyen(ne)s en leur faisant prendre des vessies pour des lanternes !

 

En d'autres termes :

 

La loi sur le fonds Gripen règle le financement des 22 avions de combat. Celle-ci prévoit que l’armée prélève chaque année, entre 2014 et 2024, en moyenne près de 300 millions de francs sur son budget annuel global, qui s’élève actuellement à 4,7 milliards de francs, pour les verser dans un fonds de financement des jets. L’armée n’obtient donc pas 3,126 milliards de francs supplémentaires des finances fédérales : elle finance l’acquisition des 22 jets sur son budget ordinaire. Si la loi sur le fonds Gripen venait à être refusée, l’armée ne pourrait pas acheter ces 22 avions de combat, mais cela n’aurait strictement aucune influence sur son budget annuel. Comme à l’accoutumée, les modifications d’allocation des dépenses interviennent dans le cadre du processus budgétaire annuel.

 

Un avion qui ne vole pas :


 

axalp2012.parsys.66937.Image.jpeg


 

Toujours selon les référendaires, le Gripen ne vole pas ! Hors c'est faux, le Gripen F de développement reprend TOUS les systèmes et l'architecture de la version proposée à notre pays, ainsi qu'à la Suède et au Brésil. L'ensemble des systèmes sont aujourd'hui en phase d'industrialisation à taux faible ce qui préfigure la fabrication à large échelle. Par conséquent, plus aucun système n'est à l'état de prototype, l'affirmation comme quoi le Gripen est un avion de "papier" est mensongère !

 

Saab ne versera pas d'argent :

 

Nouvelle fausse information des anti-avions, l'avionneur suédois Saab ne versera pas un centime pour soutenir la campagne au sein de notre pays, le constructeur ne peut s'immiscer dans la campagne et d'ailleurs s'y refuse catégoriquement pour des questions d'éthique. Par contre, l'avionneur Saab tient à disposition toutes les informations nécessaires concernant l'avion, le contrat, les offsets à titre de transparence.


 

5775.hp_DSC9775.jpg-800x0.jpg


 

 

NON au référendum du mensonge, OUI aux avions !

 

Photos : 1, 3, 4 Gripen F en Suisse @ Swiss Air Force 2 Gripen F dans une halle à Emmen @ Pascal Kümmerling.  * Selon le site Jane's les coûts d'exploitation de la famille "Gripen" sont les plus bas du marché!

 

 

 

La Patrouille Suisse au Lauberhorn !

u3_patrouille_suisse_031620.jpg

 

 

La Patrouille de Suisse fera une démonstration, comme chaque année, lors de la course de ski du Lauberhorn, soit la plus longue descente à ski de la Coupe du Monde,

 

 

§  Pré-entraînement le jeudi, 16.01.2014
11.30 - 11.50 heures, atterrissage à 12.00 heures

§  Entraînement le vendredi, 17.01.2014
13.30 - 13.40 heures, take off 13.10 heures

§  Démonstration le samedi, 18.01.2014
11.40 - 12.00 heures, atterrissage 12.10 heures

Apparition sur scène de l’équipe de la Patrouille Suisse à Wengen le samedi, 17.00 - 17.20 heures.
Pour ces engagements, la Patrouille Suisse décollera de la Base aérienne d’Emmen.

 

_dsc0177.jpg

Photos : La Patrouille Suisse devant le Cervin et ses pilotes  @ PS

 

 

13/01/2014

Le trafic aérien passagers s’essouffle !

b747_400.jpg


 

Genève, l’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur le transport mondial de passagers en novembre 2013, qui indiquent une atténuation du rythme de croissance de la demande observé récemment. Le nombre total de kilomètres-passagers payants a augmenté de 4,1 % par rapport à novembre 2012. Ce taux est inférieur à celui de 6,5 % enregistré en octobre.

 

En novembre, la capacité a été accrue de 6,1 %, dépassant la croissance de la demande. Cela a entraîné une diminution de 1,4 point de pourcentage du coefficient d’occupation des sièges, qui s’est élevé à 76,3 %.

Toutefois, les facteurs qui affectent la demande, comme la confiance des consommateurs et des milieux d’affaires, continuent de s’améliorer. Cela laisse entrevoir une accélération de la croissance au cours des prochains mois.

 

La demande dans le secteur passagers internationaux en novembre 2013 était en hausse de 4,8 % par rapport à novembre 2012. La capacité a augmenté de 6,3 % en glissement annuel et le coefficient d’occupation des sièges a perdu 1,0 point de pourcentage pour s’établir à 75,5 %. À l’exception de l’Afrique, toutes les régions ont enregistré des augmentations de la demande. Toutefois, si on compare à octobre, toutes les régions ont connu un ralentissement de la croissance en novembre.


A330-300.jpg

 

Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une croissance de la demande de 5,5 % par rapport à novembre 2012. Cette croissance était alimentée par une meilleure performance des grandes économies comme la Chine et le Japon. En raison d’une hausse de capacité de 6,8 % par rapport à l’année précédente, le coefficient d’occupation a perdu 0,9 point de pourcentage pour s’établir à 75,4 %.Chez les transporteurs d’Europe, la demande pour les vols internationaux a augmenté de 4,1 % en novembre 2013, par rapport à l’année précédente. L’augmentation de capacité a été supérieure, soit 4,8 %, entraînant une baisse du coefficient d’occupation de 0,5 point, à 77 %. De modestes améliorations de l’économie et une plus grande confiance des consommateurs et des milieux d’affaires ont favorisé la croissance de la demande.

Les transporteurs d’Amérique du Nord ont enregistré une croissance de 1,7 % par rapport à novembre 2012. Il s’agit d’un ralentissement par rapport au taux de 3,6 % observé en octobre. La capacité a augmenté de 4,7 %, entraînant une diminution de 2,2 points de pourcentage du coefficient d’occupation des sièges qui s’est élevé à 77,5 %. Les récents indicateurs économiques révèlent un solide quatrième trimestre, malgré les bouleversements associés à la fermeture du gouvernement en octobre.

Les transporteurs du Moyen-Orient ont enregistré la plus forte demande de la croissance, avec un taux de 9,7 % par rapport à l’année précédente. Les compagnies aériennes de la région ont profité durant toute l’année de la forte croissance des voyages d’affaires en classe premium, en particulier vers l’Afrique et d’autres marchés en développement. La capacité a augmenté de 12,8 % et le coefficient d’occupation des sièges a perdu deux points de pourcentage pour s’établir à 72,1 %.

Les transporteurs d’Amérique latine ont enregistré une croissance de 6,9 % en novembre. Ce taux de croissance vient au deuxième rang parmi les régions. La forte augmentation des voyages d’affaires est alimentée par les bonnes performances économiques en Colombie, au Pérou et au Chili. La capacité a augmenté de 3,6 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 2,4 points de pourcentage pour atteindre 79,4 %, le taux le plus élevé parmi toutes les régions.

L’Afrique est la seule région à avoir connu un déclin de la demande : le trafic en novembre était en baisse de 2 % par rapport à novembre 2012. La capacité a augmenté de 2,6 %, faisant fléchir le coefficient d’occupation qui s’est établi à 63,5 %, une perte de 3 points de pourcentage. Le coefficient d’occupation est le plus faible parmi toutes les régions. Ces faibles résultats pourraient traduire la volatilité des statistiques sur le transport aérien, plutôt que le début d’une tendance à la baisse, puisque l’environnement de demande est solide.


 

b777-300er.jpg


 

Photos : 1 B747-400 China Airlines @ TEK 2 A330-300 US Airways @ Weimeng 3 B777-300ER Air Canada @ R.S. King