24/01/2014

Ethiad Regional débute ses vols !

Etihad_Regional_2.JPG

 

Genève, le premier vol commercial d'Etihad Regional no : F7154 a pris son envol ce matin, avec un appareil de type Saab 2000 de 50 sièges nouvellement renommé. L'avion est parti du hub de la compagnie aérienne à Genève, en Suisse, et a atterri à l'aéroport de Rome Fiumicino en Italie.

 

Maurizio Merlo, Chief Executive Officer de Darwin Airline, a déclaré : « C'est un jour très stimulant pour nous et nous sommes ravis que le premier vol d'Etihad Regional ait été opéré sur cette route essentielle, reliant les deux villes importantes de Genève et de Rome.

Je suis convaincu que c'est le début d'une collaboration pleine de succès, qui profitera aux passagers des deux compagnies aériennes. Etihad Regional gagnera en opportunités de connectivité, proposera une meilleure experience de marque et bénéficiera de l'expérience d’Etihad Airways. »

James Hogan, President et Chief Executive Officer d’Etihad Airways, a déclaré : « L'intégration d’Etihad Regional dans notre alliance financière est conforme à notre approche d’expansion, qui repose sur la force de partenariats stratégiques à travers le monde. Ce partenariat aura un impact positif, stimulant la concurrence régionale en Europe et bénéficiera au final, aux voyageurs à travers le monde. »

 

Naissance d’Ethiad Regional :

 

Ethiad Regional est née le 16 janvier dernier, suite à l’acquisition de 33% des parts de Darwin Airlines (la compagnie suisse restera indépendante dans sa structure) par la compagnie nationale des Emirats Arabes Unis.Le premier appareil d’Etihad Regional a été dévoilé lors d'un prestigieux événement de lancement à Zürich mettant en vedette la nouvelle livrée de la compagnie aérienne et son tout nouveau logo. Les 10 avions de la flotte d’Etihad Regional porteront les nouvelles couleurs de la compagnie d’ici fin juin 2014.

 

 

Développement de l’offre :

 

Actuellement la compagnie propose 16 liaisons  en Europe. Mais celles-ci vont augmentés rapidement pour atteindre le nombre de 34, d’ici le mois de juin. En parallèle à l’augmentation des offres, Ethiad va relier sa ligne Abou Dhabi-Zurich au réseau d’Etihad Regional en Europe pour alimenter son propre réseau international.  le réseau d’Etihad Regional comprendra alors sept passerelles européennes desservies par Etihad Airways : Genève, Amsterdam, Paris, Düsseldorf, Belgrade, Zürich (en juin 2014) et Rome (en juillet 2014). En outre, le réseau d’Etihad Regional sera connecté à celui d’airberlin (compagnie acquise partiellement par Etihad Airways) à Berlin, Düsseldorf et Zürich, proposant une connectivité vers des destinations en Europe et en Amérique du Nord. Le partenariat prévoit également l’introduction progressive d’accords de partage de codes, sous réserve d’approbations réglementaires. Durant la première phase, Etihad Airways placera son code EY sur les 16 lignes d’Etihad Regional.

Commentaire :

Cette prise de participation d’Ethiad au sein de Darwin Airlines montre une fois de plus le resserrement des compagnies qui doivent faire face à une concurrence toujours plus forte. Les petites compagnies ne peuvent perdurer longtemps, sans être incluent dans un réseau plus important. En même temps, les grandes compagnies ont tout intérêts à intégrer les plus petites dont les réseaux régionaux bien implantés permet alors de tisser de nouvelles liaisons en direction des grands « hub ». La stratégie adoptée par Ethiad est par conséquent simple et permet une connexion rapide les lignes internationales.

Etihad_Regional_1.JPG

Photos : le premier vol d’Ethiad Regional avec un Saab 2000 @ Ethiad Regional

23/01/2014

Le Rafale dans sa charge maximale !

unnamed-1.jpg


 

Saint-Cloud, Dassault Aviation a effectué avec succès les premiers vols d’essais un avion de combat Rafale dans sa configuration maximum de charge. L’avion testé comprenait 6 missiles air-sol de précision AASM «Hammer», 4 missiles air-air moyenne et longue portée de la famille MICA, 2 missiles «Meteor» très longue portée ainsi que 3 réservoirs de 2’000 litres.

Ces travaux préliminaires sont financés sur fonds propres par Dassault Aviation et qui aboutiront à une ouverture complète du domaine de vol, sont le fruit d’une collaboration avec la Direction Générale de l’Armement.

En démultipliant les capacités de ses 14 points d’emport dont 8 sous voilure, le Rafale devient ainsi le seul chasseur au monde capable de porter 1,5 fois sa propre masse. Cette configuration maximale pour l’avion français va lui permettre d’atteindre sa pleine capacité de chargement pour remplir l’ensemble des missions dévolues jusqu’alors à 7 types d’avions différents en France.

Cette configuration doit permettre au Rafale d’agrandir sa polyvalence en matière d’armement avec actuelle avec 2 missiles de croisière «Scalp» et 3 réservoirs de 2’000 litres, utilisée par les armées françaises lors de l’opération Harmattan en Libye en 2011.

Capacité d’armement du Rafale : 

Le Rafale peut désormais a accomplir toutes les missions de l’aviation de combat suivantes :

  • interception et combat air-air avec canon de 30 mm, missiles Mica IR/EM et missiles Meteor (à partir de 2018).
  • appui au sol avec canon de 30 mm, bombes guidées laser GBU-12/24, bombes guidées GPS AASM et GBU-49 (utilisés en Afghanistan, en Libye et au Mali).
  • frappes dans la profondeur avec missiles de croisière Scalp-Storm Shadow (utilisés en Libye).
  • attaque à la mer avec missile Exocet AM39 Block 2 et autres armements air-surface.
  • reconnaissance tactique et stratégique en temps réel avec nacelle Areos (utilisée en Afghanistan, en Libye et au Mali).
  • ravitaillement en vol d’un Rafale à un autre (« buddy-buddy »).
  • dissuasion nucléaire avec missile ASMP-A.

 

Le Rafale est entré en service en 2004 dans la Marine nationale et en 2006 dans l’armée de l’Air française pour remplacer peu à peu les sept types d’avions de combat de générations précédentes. Sur les 180 RAFALE commandés par la France à ce jour, 126 ont été livrés. La flotte Rafale totalise actuellement près de 120’000 heures de vol, dont 16’000 en opérations. 


 

unnamed.jpg


Photos : Rafale en configuration maximale @ Dassaut-Aviation

Modernisation des Tu-160 & Tu-22M !

2078943.jpg

 

 

Moscou, la Russie a débuté la modernisation de sa flotte de bombardier stratégique Tupolev Tu-16 « Blackjack » et Tu-22M. Avant 2020, se sont au minimum 10 Tu-160 et 30 Tu-22M ces qui seront livrés à l'aviation russe.

 

 

Modernisation des bombardiers :

 

 Le nouveau standard « M » des Tu-160 est deux fois plus efficaces que les actuelles Tu-160. Ils seront dotés d'un nouveau système d'armement permettant d'utiliser des missiles de croisière et des bombes de nouvelle génération. L'avionique des appareils fera l'objet d'une modernisation complète. En parallèle, une trentaine de Tu-22M seront portés au standard « M3M » qui seront munis de nouveaux équipements, moyens de liaison et avionique modernisée.

 

Nouveaux missiles :

 

kh55.jpg

 

Pour compléter cette modernisation des Forces stratégiques, de nouveaux missiles seront testés cette année sur les Tu-160M, Tu-22M3 et Tu-95MS. Actuellement se sont les missiles les Kh-55 et Kh-555 mis au point par le bureau de conception Radouga situé à Doubna, qui équipent majoritairement la flotte de Bombardier. Le premier peut transporter une ogive nucléaire jusqu’à la cible, le second un explosif conventionnel. En outre, la portée de ces missiles, se situe aux environs de 3’000 km. Ils sont équipés d'un système de guidage autonome avec correction de la trajectoire selon le relief des lieux, le programme intégré dans le missile contient une carte du relief le long du trajet. En outre, le système de guidage est capable d'effectuer des manœuvres pour contrer une interception. En outre, le Kh-555, possède un système de guidage supplémentaire: un système de correction électro-optique et de navigation par satellite. Si dans le Kh-55, le coefficient d'écart à mi-cible est de 100 mètres (pour une ogive nucléaire un tel écart n'a pas d'importance), ce chiffre est pour le « 555 » de 20 mètres seulement (pour une ogive explosive ou à fragmentation élevée d’un poids de 350-400 kg, cela signifie frapper dans le mille).

Pour compléter ces deux missiles, la Russie prépare l’arrivée des Kh-101 et le Kh-102, avec des ogives nucléaires et conventionnelles. La puissance des ogives nucléaires est estimée à 180-200 kilotonnes. En outre, leur portée atteint les 5’500 km. Toutefois, pour augmenter la portée, il a fallu augmenter la masse de lancement de missiles de 700-800 kg, bien que le poids de l'ogive soit resté le même - 400-410 kg. Mais les modifications dans la conception, l'utilisation d'un nouveau moteur et la mise à jour du système de navigation ont conduit à une augmentation de la vitesse maximale. Elle a atteint 950-970 kilomètres/heure.

 

IMG_2750-lj.jpg

Photos : 1 Tu-160M « Blackjack » @ Sergy 2 Tu-160 & missiles Kh-55 @ Tupolev 3 Tu-22M3M @ Mike Syritsa

 

22/01/2014

Gripen, un besoin fondamental !

Gripen%20NG.jpg

Ce second volet sur l’acquisition de l’avion de combat Gripen E a pour but d’expliquer, quels sont les besoins de nos Forces aériennes et de replacer cette acquisition dans un contexte opérationnel.

 

Contexte de l’actualité :

 

L’actualité nous donne un excellent reflet des situations auxquelles nos Forces aériennes doivent faire face. Les deux évènements que sont le WEF et la conférence sur la Syrie II qui débutent aujourd’hui ne sont possibles que grâce aux engagements de l’armée et à la forte contribution de notre aviation. Deux zones d’exclusion sont actuellement activées au-dessus des deux régions concernées, ce qui implique une capacité de surveillance et de réaction 24/24. Nos bons vieux F-5E/F participent à la surveillance, mais ne peuvent être engagés que de jour et par beau temps, de plus leur capacité de détection radar reste limitée. Par conséquent, la flotte de F/A-18 « Hornet » est quasi seule à pouvoir assurer de manière efficace cette tâche. Sachant que les équipages doivent continuer à s’entraîner en parallèle et qu’un certain nombre de Hornet n’est pas disponible étant en maintenance. Certes, cette situation ne va pas durer, mais clairement les limites imposées, par la petite flotte d’avions tout-temps dont nous disposons aujourd’hui !

 

Le rôle des Forces aériennes :

 

Dans le réseau sécuritaire suisse, les forces aériennes avec leurs moyens de transport et de défense aérienne, la défense aérienne basée au sol ainsi que les ressources de surveillance et de conduite de l'espace aérien, sont d'une grande importance.

 

Face aux menaces immédiates et aux attaques contre la Suisse, d’après le rapport de politique de sécurité de 2010, les forces aériennes sont nécessaire et efficace dans les quatre domaines de sécurité: dans le maintien de la supériorité aérienne comme action policière (zone A), dans la détection précoce et de sauvetage (B), dans le transport aérien et la reconnaissance (C) et dans leur tâche principale (D), la défense de l’espace aérien en cas d’attaque.

 

 

kompluftwaffe-f.jpg

 

Pour les Forces Aérienne, il n'existe aucun substitut dans leur domaine d'activité. Aucune autre organisation, aucun autre moyen ne peut couvrir leurs besoins et domaines d’intervention, même lors d’événements et de menaces bien en dessous du seuil de guerre. En outre, le principe de subsidiarité ne s’applique pas aux forces aériennes. En dehors des forces aériennes, rien ni personne ne peut assumer la surveillance, la protection ni la défense de l'espace aérien suisse.

Les Forces aériennes sont donc bien plus qu'un simple moyen militaire, elles jouent aussi un rôle fondamental dans les secteurs civils et, autant en temps de paix que dans les périodes de tensions temporaires et à risque. Il est donc essentiel pour la Suisse d'avoir des forces aériennes d’un niveau qualitatif élevé, ainsi que des équipements quantitativement suffisants, utilisables de manière opportune et efficace, pour n'importe quelle situation, quelles que soient les conditions et pour tout événement et menace imaginable.

 

Aux besoins urgents des forces aériennes, s’ajoute évidemment la capacité d’intervention QRA (Quick Reaction Alert) des Forces aériennes, l’organisation d’alerte reconnue et adoptée par le parlement comme une nécessité, sur une durée de 24 heures et par tous les temps. Si aujourd’hui, les FA ne volent pas le week-end, il en sera autrement d’ici 2016 avec la mise en activité permanentes QRA. Pour cela il nous faut une flotte moderne tout temps avec une dotation minimum en temps de paix de 5 escadrilles soit 3 sur F/A-18C/D et 2 sur Gripen E.

 

Ce bon vieux F-5 :

 

 

uebersicht_titleimage_Single_Image.gif

 

 

Les F-5 E/F  « Tiger II », déjà trentenaires, ne répondent plus aux exigences requises actuellement pour mener à bien des opérations. Le remplacement partiel des Tiger (remplacement de l’ensemble de la flotte des Tiger par un plus petit nombre d’avions de combat plus performants) combiné aux 33 F/A-18, qui pourront être exploités jusqu’en 2030 environ, doit permettre à l’armée de protéger l’espace aérien suisse dans toutes les situations. En outre, les capacités de base permettant la reconnaissance aérienne tactique et l’appui aux Forces terrestres dans des engagements air-sol, qui ont été temporairement laissées de côté avec la mise hors service du Hunter en 1994 et du Mirage-IIIRS en 2004, doivent être rétablies. On notera que nous ne somme pas les seuls à remplacer les F-5, le Brésil, la Thaïlande, la Malaisie, Corée du Sud sont autant d’exemples.

 

 

Evolution des menaces aériennes :

 

 

PROLIF~1.PNG

 

 

La grande majorité des forces armées sont actuellement en phase de modernisation et certaines s’activent à se doter de capacités de frappes à grandes distances. De fait, avec de nouveaux avions combinés aux missiles balistiques, l’acquisition de porte-avions pour certains et de sous-marins lanceurs de missiles, nous nous trouvons progressivement vers une menace croissante pour les populations, le territoire et les forces déployées en Europe. Plus de trente pays disposent déjà ou font actuellement l'acquisition de technologies de missiles balistiques qui pourraient, à terme, être les vecteurs non seulement de charges conventionnelles mais aussi d'armes de destruction massive. La prolifération de ces capacités n'implique pas nécessairement l'existence d'une intention immédiate d'attaquer nos voisins et indirectement notre pays, mais elle signifie que nous devons en tenir compte dans le cadre des missions de l’armée.

 

Un nouveau visage pour les FA :

 

En conséquence, l’acquisition du nouvel avions de combat Gripen E et des nouvelles capacités techniques qu’il offre, font partie d’une modernisation plus large de nos Forces aériennes. Notre armée de l’air s’apprête à connaître une profonde modernisation avec le programme DCA20. Les actuels systèmes de défense contre avions de type Rapier et canons de 35mm ainsi que les conduites de tir Skyguard vont être remplacés, par un nouveau système d’ici 2020. Ce futur système doit être doté d’une capacité de défense antimissile balistique (BMD) pour mener à bien la mission essentielle de défense collective et offrir à terme avec le Gripen E, une défense multicouche active contre les aéronefs, hélicoptères, drones, les avions bimoteurs civils kamikazes, porteurs ou non de charges rudimentaires et missiles balistique. Sachant que les FA vont augmenter la capacité de reconnaissance avec un nouveau drone et celle offerte avec le Gripen E.

 

Un achat nécessaire :

 

En remplaçant partiellement ses Tiger, les Forces aériennes seront de nouveau aptes à mener à bien les reconnaissances aériennes tactiques et à combattre des cibles terrestres.

En cas de défense du pays, les Forces terrestres dépendent des FA, lorsqu’elles doivent engager leurs armes lourdes. Mais cela n’est possible que dans la mesure où :

 

• la protection offerte dans les airs est garantie ;

• la reconnaissance aérienne est assurée (avions et drones) ;

• des cibles terrestres peuvent être combattues depuis les airs.

 

Les Forces aériennes sont la seule institution étatique permettant de veiller à la sécurité dans la troisième dimension. Elles seules ont la compétence et les moyens d’y effectuer des missions de surveillance, de contrôle, d’aide, d’avertissement et d’intervention. Cette tâche ne peut pas être déléguée.

L’achat de nouveaux avions de combat est pertinent en termes de politique de paix, car ainsi nous préservons notre responsabilité et notre neutralité.

 

L’achat de nouveaux avions de combat est justifié en termes de politique de sécurité, car ainsi nous assurons notre liberté, notre indépendance et notre autodétermination.

 

L’achat de nouveaux avions de combat est logique en termes de politique économique, car les F-5 vieillissent et coûtent de plus en plus cher sans offrir de nouvelles capacités.

 

Gripen_NG_Demonstrator_01a.jpg

 

Lien :

 

Premier volet : Gripen les mensonges des référendaires :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/14/gripen-les...

 

 

Photos : 1 & 3 Gripen F de développement @ Saab 2 F-5E et Gripen C en Suisse @ DDPS

 

21/01/2014

Une bonne année pour le TBM 850 !

555dd0bb80045519b0735e500c97835d.jpg


 

 

Tarbes, Daher-Socata a annoncé aujourd'hui livré 40 exemplaires du TBM 850 durant l’année 2013, ce qui permet à l’avionneur français d’atteindre les 20% de part de marché dans sa catégorie.

 

Il s'agit de la quatrième meilleure année pour l’avionneur TBM depuis 1990 et consolide ainsi la valeur des petits aéronefs turbopropulsés dans un marché exigeant de jets d'affaires. Alors que la majorité des TBM 850 achetés en 2013 ont été vendus sur le marché américain soit 72%, l'Europe représente 10% des livraisons.  L’Amérique latine représente  7,5% des livraisons avec des avions remis au Brésil, au Chili et au Mexique. On retrouve également des TBM850 en Australie et pour la première fois au Moyen-Orient avec un premier client en Arabie Saoudite.

 

Le TBM 850 :

 

Le Daher-Socata  TBM 850 est le monomoteur le plus rapide du marché avec 320kt (soit 600 km/h) au niveau de vol 260 (7’800 m). Ses performances sont comparables à celles des jets légers pour une complexité inférieure et un coût d'exploitation réduit. Le TBM 850 est le dernier de la famille des TBM 700 qui vola pour la première fois en 1988 et fut certifié en France 1990. Le TBM-700 a été conçu avec l’avionneur américain Mooney qui se retira du projet juste après la certification. 

Le TBM 850 est doté du système d'avionique intégré Garmin G1000 comprenant trois écrans LCD de grandes dimensions et le pilote automatique numérique GMC 710, le premier sur un avion monomoteur. Le TBM 850 a reçu la plus récente version du G1000, personnalisée pour l'avion, présentant outre les informations de pilotage, de navigation, de météo et de circulation aérienne, les check-lists et des informations techniques sur l’état.

6d6330ddc23b73628ff13fd4e2b7fc17.jpg

Photos : Daher-Socata TBM 850 @ Daher-Socata

19:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : daher-socata, tbm 850, tbm 700 |  Facebook | |