10/04/2014

Passagers indisciplinés, le ras-le-bol des compagnies !

87310_1329969773.jpg


 

Vols déroutés, passagers débarqués, l’indisciplines d’une minorité de passagers pose de gros problèmes aux compagnies aériennes en matière de sécurité mais aussi de coûts. Selon les statistiques disponibles au niveau mondial, on recense près de 5’000 incidents graves par an.

 

Trois catégories :

 

Les récentes études sur le sujet démontre trois types de passagers à problèmes : 

 

  1. Le passager indiscipliné et réfractaire aux procédures et aux consignes de sécurité, il refuse d'attacher sa ceinture, de présenter sa carte d'embarquement.  Avec lui, ordre est donné au personnel navigant de privilégier la patience et le dialogue.
  2. Le passager qui perturbe ses voisins l'équipage : il parle haut et fort, harcèle le personnel, exige des prestations qui ne sont pas prévues, veut boire plus d'alcool que ce qui est autorisé. On avertit celui-ci dans sa langue maternelle de manière écrite sur les poursuites judiciaires auxquelles il s'expose.
  3. Le passager dangereux. Il fait preuve de violence à l'égard des autres, s'en prend physiquement à l'équipage. Détectée, sa présence déclenche d'ailleurs immédiatement le verrouillage du cockpit. La seule solution est sa neutralisation rapide avec des menottes du ruban adhésif, ou des sangles.

 

Drogue et alcool : 

 

Les phénomènes d’indisciplines sont souvent liés à la consommation abusive d’alcool, mais également de drogues. Il faut tenir compte qu’en altitude la diminution d’oxygène a des conséquences fâcheuses sur l'organisme : à plus de 10’000 pieds, un verre d'alcool compte… pour deux. Le mélange alcool-médicament forme un cocktail encore plus explosif


 

tp13378_f.jpg


 

Des lois renforcées :

 

L’Association du transport aérien international (IATA) appelle les gouvernements à ratifier les modifications importantes à la Convention de Tokyo de 1963 qui ont été convenues lors d’une conférence diplomatique à Montréal la semaine dernière. Cette convention fournit le cadre juridique pour le traitement des passagers dont le comportement indiscipliné ou perturbateur conduit à une agression physique ou constitue une menace pour la sécurité d’un vol.

 

Cet accord est une bonne nouvelle pour tout le monde, passagers et équipage. Les modifications et les mesures déjà prises par les compagnies aériennes, fourniront un moyen de dissuasion efficace pour un comportement inacceptable à bord des avions. Reste aux Etats la responsabilité de ratifier.

 

Il faut comprendre que cet accord permet notamment d’étendre la compétence du pays d’immatriculation de l’aéronef dans le pays de destination. Ce protocole comble un vide qui a permis à de nombreuses infractions graves d’échapper à une action en justice.

De plus, les modifications apportées offre une plus grande clarté de la définition de comportement indiscipliné.

 

En marges de ces décisions, les compagnies aériennes ont adoptées des formations adaptées pour le personnel, allant de la capacité à calmer une situation par le dialogue en passant par des cours de self défense. 


 

art-Hong-Kong-Airlines-Flight-Attendants-20-7--620x349.jpg


 

Photos : 1 A319 TACA @ Fabricio Jimenez 2 Avertissement Air Canada 3 Cours de self défense Hon kong Airlines

 

 

 

09/04/2014

Entrée en service du «Samson» !

Israeli_C-130J_650.jpg


 

Tel Aviv, l’Armée de l’Air israélienne met en service cette semaine le Lockheed-Martin C-130J «Super Hercules» en service. sous la dénomination de «Samson», le nouvel appareil offrira de multiples avantage.

Lors d’une cérémonie militaire à laquelle a participé le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Benny Gantz, que le premier  “Samson” a rejoint la flotte d’avion de transport. Les pilotes de la H’eil Ha’Avir s’entrainent depuis plusieurs mois aux Etats-Unis et en Italie pour se familiariser avec les nouvelles technologies qui composent l’avion. Le C-130J a des capacités de transport améliorées de plus de 30% avec notamment la possibilité d’emporter 94 parachutistes et leur équipement qui pourront voler à bord du «Super Hercules» D’autre part, il peut transporter quatre Jeep militaires au lieu de trois auparavant ou transporter 128 passagers et combattants en un même et seul vol. Plus important encore, la portée de cet avion de transport atteint aujourd’hui près de 4000 km, permettant à l’armée israélienne de neutraliser toutes les menaces, peu importe où elles se trouvent.

Le «Samson» se distingue des C-130J : 

Le “Samson” dispose de nombreux systèmes informatiques supplémentaires conçus par Israël qui sont ajoutés à l’avion afin de le rendre unique au monde. De plus, le ravitaillement en vol des avions et des hélicoptères se fera d’une manière plus précise que ses prédécesseurs. 


 

israel_c130J.jpg


Photos : Lockheed-Martin C-130J «Samson» @ Lockheed-Martin


Bombardier lorgne le marché asiatique !

 

20130226-global6000_800.jpg

Bombardier Aéronautique a annoncé aujourd’hui qu’elle présentera trois de ses avions d’affaires emblématiques de leurs catégories respectives au salon annuel de l’aviation d’affaires asiatique (ABACE) à l’aéroport Hongqiao de Shanghai, en Chine, du 15 au 17 avril 2014. Les avions Challenger 300, Challenger 605 et Global 6000 de Bombardier y seront exposés.

Bombardier veut profiter de la portée du salon ABACE pour se faire une plus grande place au sein de ce marché en plein expansion. Avec une flotte de plus de 105 biréacteurs d’affaires Learjet, Challenger et Global basés dans la région, l’avionneur canadien veut accroître sa présence actuelle dans la région. Au cours des 20 prochaines années, Bombardier prévoit plus de 2’420 livraisons d’avions pour l’ensemble de l’industrie de l’aviation d’affaires en Chine élargie. Cette demande, stimulée par la croissance économique, par la mondialisation et par l’accroissement du nombre de milliardaires sur ces marchés, devrait continuer d’augmenter.

Photo : le Global 6000 sera présent à ABACE @ Bombardier

13:59 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bombardier, global 6000, abace |  Facebook | |

08/04/2014

Oman reçoit sa seconde tranche de F-16!

415102868.jpg


 

FORT WORTH, Texas, le Sultanat d'Oman a accepté le premier des douze Lockheed-Martin F-16 C/D issus de la seconde tranche commandée en 2011. L’avion rejoindra l’émirat dans le courant de l’année.

 

Seconde commande: 

 

C’est en décembre 2011 que Le Sultanat d’Oman a confirmé une seconde commande de 12 avions de combat Lockheed-Martin F-16C/D Block 50 pour un montant de 600 millions de dollars. 

Le Sultanat d’Oman a opté pour le Lockheed-Martin F-16 C/D Block50, qui sera décliner comme suit : 8 monoplaces C et 4 biplaces D. Ces appareils seront optimisés en plus, de la supériorité aérienne, pour la destruction des radars, ainsi que pour la neutralisation des défenses ennemies (SEAD). Doté de moteurs General-Electric F110-GE-129 et du radar Raytheon AN/APG-68 (V), ils disposeront de pod de désignation SNIPER.

Les 12 nouveaux F-16 reprendront le même armement que les appareils de la première tranche, qui comprend des missiles AIM-120C7 «AMRAAM» et  AIM-9X «Sidewinder», missiles AGM-65D «Maverick»,  AGM-84D «Harpoon» anti-navires et des bombes GBU-10 et GBU-12 « Enhanced» à guidage laser.              

Rappel sur la version Block 50/52 :

F-16C/D Block 50/52 et une version dérivée du F-16CG/DG Block 40/42 encore améliorée pour l'attaque au sol : radar Raytheon AN/APG-68(V)7, écrans multifonction couleur et générateur d'affichage programmable, nouveau MMC, nouvelle carte numérique de terrain, nouvelle caméra vidéo couleur et magnétoscope pour enregistrer les images du HUD, un système de transfert de données plus rapide. Moteurs General-Electric F110-GE-129 (Block 50) ou Pratt&Whitney F100-PW-229 (Block 52) plus puissants. De plus, Oman a choisi la nacelle de reconnaissance Goodrich DB-110 pour équiper sa flotte de F-16.


 

unnamed-1.jpg


Photos : F-16 C Block50 Oman @ Lockheed-Martin

 


Coup de pouce israélien pour le Rafale !

Rafale.jpg

 

Le fabricant d’équipement israélien Rafael propose sa gamme de missiles air-air pour équiper les futurs avions Rafale destinés à l’Inde. Actuellement, l’avion de combat français ne peut emporter que des missiles français, produit à l'époque par Sagem  Matra, en l’occurrence la gamme « Mica » et d’ici 2017, le « Meteor » de MBDA.

 

On sait que l’Inde lorgne sur l’adaptation de divers armements, comme le missile de croisière supersonique russo-indien « Brahmos », dont l’intégration et la responsabilité de celle-ci, complique les négociations du contrat.

 

Avec l’offre du missilier israélien Rafael qui concerne les missiles air-air « Python 5 » et « Derby III » pour une possible intégration sur les 126 Rafale destinés à l’Inde, le team Dassault chargé des difficiles négociations, pourraient ainsi, recevoir un coup de pouce décisif pour clore définitivement cette importante vente, lors de l’ultime fenêtre qui s’ouvrira une fois les élections terminées.

 

En effet, l’Inde prévoit de doter son avion indigène HAL « Tejas » du  « Derby III » dont les essais d’intégration vont débuter cet été. L’Inde dispose depuis 2007 du « Python 4 » et semble également intéressée par la nouvelle génération « 5 ».

 

Les Rafael Derby III & Python 5 :

 

612.jpg

Le Derby est un missile de moyenne portée à guidage radar actif développé par Rafael). Il est issu de la famille des missiles « Python » : Ce missile est systématiquement proposé comme alternative à l'AIM-120 « AMRAAM.

Le Python 5 est le dernier né des missiles air-air à courte porte de la famille des Pythons.Il dispose d'une capacité de tir « au delà de la porté visuelle » de se verrouiller sur sa cible après le tir et d'un nouveau système de guidage électro-optique et infrarouge. Il dispose de plus de 18 surfaces de contrôles, ce qui le rend très manœuvrable.

 

000-Python-5-2.png

Commentaire :

Si l’intégration des missiles de l’équipementier Rafael se confirme dans les prochaines semaines, Dassault aura alors franchi une étape importante, tant en Inde, mais également en augmentant sensiblement la palette d’armement pour le Rafale. Un élément clef qui péjore l’avion français aujourd’hui, face aux larges possibilités qu’offrent l’Eurofighter et le Gripen à ce sujet. Certes, des systèmes israéliens ne seront pas de grandes utilités devant les clients potentiels du Moyen-Orient, mais à terme sur d’autres marchés, ceux-ci pourraient faire la différence. Espérons pour Dassault que les équipementiers français ne feront pas trop de résistance et sauront partager le gâteau.


* Je parle ici de la famille "MICA" avant que Matra ne fusionne avec BAe pour devenir MBDA. On ne parle ici que des missiles et non des bombes guidées US de la famille Paveway.

Photos : 1 Rafale @ Armée de l’air  2 Rafael Derby III 3 Rafael Python @ Rafael