06/01/2015

Israël, avionique des F-16 au plus haut niveau !

 

1708638142.jpg

L’Etat Hébreu maintiendra au plus haut niveau sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 C/D. La modernisation actuelle de la flotte touche à sa fin, mais Ministère de la Défense vient  d’accorder une Elbit Systems une enveloppe d’environ 90 millions de dollars en vue  de maintenir l'avionique de ses chasseurs.

L’objectif est de tenir l’avionique au plus haut degré de performance en assurant des mises à jour sur 11 ans. Par ailleurs, un centre national de maintenance destiné à la flotte de F-16 sera créé.  Cette méthode de service offre la disponibilité de modernisés les systèmes tout en économisant les coûts.

L’aviation israélienne dispose de 324 avions de combat F-16, ce qui en fait le premier utilisateur dans la région.

Photo : F-16C Block60 israélien

05/01/2015

Rafale, l’Inde met la pression !

1759.jpg

 

New Dehli, en ce début d’année l’Inde vient de lancer une petite bombe, concernant le programme d’avion de combat Rafale. En effet, la division de la communication du ministère indien de la Défense annonçait en fin de semaine dernière, que celle-ci, pourrait remplacer l’achat de l’avion de combat français, par des chasseurs russes Su-30 MKI.

 

Cette déclaration fait suite à l’annonce du ministre indien de la Défense concernant les «difficultés» rencontrées, dans les négociations qui portent sur l’achat de 126 avions Rafale, pour un contrat estimé  à plus de 20 milliards d'euros, armements et soutien compris. Pour le ministre indien de la défense: « la France refuse de respecter les conditions posées par l'Armée de l'air indienne lors de l'appel d'offres».

 

La Russie se profile : 

 

La Russie tente de jouer les troubles-fêtes avec en arrière plan, le conflit qui envenime ses relations avec la France, en ce qui concerne la livraison retardée du premier bâtiment de type Mistral. Le ministère indien de la Défense confirme pour sa part que la Russie a offert un lot de Sukhoi Su-30MKI, avec construction en Inde pour un prix de revient de l’ordre de de 56 millions de dollars, soit plus de deux fois moins cher que le prix d'un Rafale. L’Inde est déjà en contrat avec le Su-30MKI, il serait donc facile de compléter ceux-ci

 

Réelle menace ou coup de bluff ?

 

Si l’offre de Moscou doit être prise au sérieux, l’annonce indienne a de quoi surprendre. En effet, si des erreurs ont été commises de part et d’autres dans le cadre de la proposition du Rafale à l’Inde au début du projet. Les deux parties ont réussi ces 12 derniers mois, à faire avancer de manière positive le dossier. Le cadre du montage des Rafale par Hindustan Aeronautics LTD (HAL) n’est plus un problème aujourd’hui, par exemple. Les négociations franco-indiennes sont désormais entrées dans une phase terminale, qui doit conduire à la signature de l’ambitieux contrat Rafale, d’ici six mois au plus tard.

 

Alors pourquoi cette annonce ? Justement, nous voici arrivé dans le dernier carré des négociations, L’Inde se retrouve en situation de force face à l’avionneur français qui peine à vendre son fleuron. Les indiens mènent en parallèle plusieurs programmes militaires particulièrement coûteux, avec les avions de combat Tejas et T-50 PAK-FA, avions ravitailleurs, avion de détection avancée, nouveaux avions écoles et hélicoptères (sans oublier la modernisation des Mirage 2000 et des Jaguar). Ce pays a tout intérêt à faire pression sur le prix ! Cette annonce indienne est une tentative de faire baisser le prix du Rafale, ni plus ni moins.

 

Analyse  :

 

Cette dernière ligne droite pour le Rafale en Inde est aussi l’occasion d’un dernier bras-de-fer dans des négociations qui durent depuis plus de deux ans. L’Inde n’a pas intérêt à faire capoter cet achat, bien au contraire. L’offre de transfert de technologie est bien trop importante pour cela.

Finalement, le plus grand risque aujourd’hui, concerne une éventuelle vente à perte du Rafale (si le prix devait par trop baisser). Perte qui serait compensée par l’Etat français, soit le contribuable. La vente du Rafale à l’Inde comporte encore quelques embûches qu’il ne faut pas sous-estimés. 

 

su302.jpg

 

Photos : 1 Rafale aux couleurs indiennes, encore incertain ? @ Dassault 2 Sukhoi Su-30MK1 Indien@ IAF

 

Royal Air Maroc reçoit son B787 !

air-journal_Royal-Air-Maroc_787-8.jpg

Casablanca, la compagnie Royal Air Maroc a célébré ce week-end l'arrivée au Maroc de son premier B787 « Dreamliner ». La compagnie aérienne sera le premier transporteur dans la région méditerranéenne à mettre en service « 787 ».

L'avion a été livré à la compagnie aérienne le décembre 31 à partir des installations de Boeing Everett, Wash. Delivery Center. Il  a volé sur 4,788 mile nautique (8867 km)  sans escale jusqu’à l'aéroport international Mohammed V.

La flotte actuelle de Royal Air Maroc compte près de 50 avions Boeing, constitué principalement de B737 Next-Generation, mais aussi B767-300, B747-400.Le transporteur exploite un réseau domestique à travers le Maroc et sert plus de 50 destinations en Afrique, Asie, Europe, et Amérique du Nord.

04/01/2015

L’Arabie Saoudite vend ses F-5 !

Saudi_Tiger_F-5.jpeg

Riad, l’Arabie Saoudite cherche à vendre sa flotte d’avions de combat Northrop F-5E/F «Tiger II». Ce pays n’utilise plus le F-5 en tant qu’avion de de combat depuis 2009. La flotte actuelle de 79 aéronefs est pour l’instant stockée dans l’attente d’une décision.

 

A l’époque, l’Arabie Saoudite avait acquis dans les années 1970, 110 avions de combat Northrop F-5E/F/RF-5E en vertu d’une commande au gouvernement américain.

 

L’offre de rachat :

 

L’offre d’achat n’est pas forcément dirigée en faveur d’un Etat. Le gouvernement d’Arabie Saoudite propose cette flotte avec un appel d'offres avec l'adjudication nécessaire d'inclure une garantie bancaire de 2% de la valeur de l'offre réelle. La date des enchère sera ouverte d’ici le 20 février 2015. Il sera possible à des particuliers et des musées d’acquérir une ou plusieurs machines, qui seront au préalable désarmées.

 

La fin des Northrop F-5E/F:

 

Avec notre pays d’ici deux à trois ans, le retrait programmé au Brésil (2022) en Thaïlande (2020), la flotte mondiale d’avions F-5 dont 200 à 250 appareils sont encore en état de vol, va progressivement continuer de diminuer pour finalement disparaitre. Le F-5 ne restera bientôt plus en service que comme avion d’exercice au sein de l’Académie de «Top Gun», et même là, la prestigieuse école prévoit déjà le remplacement d’ici quatre ans du «bon vieux» F-5 par des F-16.

 

Le Northrop F-5 «Freedom fighter» a été conçu et fabriqué par Northrop à partir de l'année 1962.  Fiable, performant et bon marché, il a rencontré un grand succès à l'export puisqu'il a été adopté par une trentaine de pays et construit à plus de 2’700 exemplaires. 

 

1280px-Saudi_Air_Force_Al_Shahrani.JPEG

 

Photos : 1 F-5F saoudien 2 Pilote de F-5 Saoudien @ RSAF

 

Début de formation des pilotes irakiens sur F-16 !

2496089597.jpg

 

Tucson en Arizona, les premiers pilotes irakiens ont débutés leur formation sur avion de combat Lockheed-Martin F-16.

 

F-16 pour l’Irak:

 

Cette formation fait suite à la commande de 36 Lockheed-Martin F-16C/D Block52 «Fighting Falcon» destiné à l'armée de l'air irakienne (IqAF).

 

Le F-16IQ :

 

Les F-16C/D Block52 irakiens (IQ) disposeront du radar Raytheon AN/APG-68 (V)9 à antenne mécanique. L’armement sera le suivant : missiles air-air AIM-9L/M-8/9 et AIM-7M-F1/H «Sparrow», missile air-sol AGM-65D/G/H/K Maverick, ainsi que des bombes à guidage laser de types : GBU-10 «Paveway II», GBU-24 «Paveway III» ainsi que des Mk 82 et 84. La nacelle sélectionnée est l'AN/AAQ-28 «Litening» et la nacelle de reconnaissance F-9120 (AARS). Les F-16 irakien disposeront du système de guerre électronique AN/ALQ-211 «ACES» couplé au lance-leurres AN/ALE-47.

La motorisation choisie concerne le Pratt & Whitney F100PW-229.

 

Commentaire :

 

Si les USA se sont réservés le droit de fournir la nouvelle aviation irakienne, ceux-ci n’ont cependant pas pris beaucoup de risque avec un radar et des missiles qui frôlent l’obsolescence à la mise en service. 

Il faut également se rappeler la décision de Washington à la mi-2014 de bloquer le transfert des F-16 à Bagdad suite aux nombreux différents avec le gouvernement actuel. Celui-ci avait alors décidé d’acquérir rapidement des Sukhoi Su-25 d'attaque au sol auprès de la Russie.

 

 

 

lockheed-martin,f-16,iraki air force,infos aviation,nouvelles aéronautique,blog f-16

 

Photos : F-16D irakiens @ Lockheed-Martin