14/01/2015

250’000 heures de vol pour le V-22 !

awesome-Boeing-V-22-Wallpaper.jpg

 

 

Fort Worth, Texas la flotte de Bell Boeing V-22 «Osprey» vient de passer les 250’000 heures de vol. "Ce bilan est impressionnant, un quart de million d'heures de vol n’est que le début», a déclaré le Colonel Dan Robinson du Corps des Marines. 

 

Le V-22 Osprey a été continuellement déployé depuis son entrée en service en 2007 au sein du Corps desMarine (USMC). L'aéronef a participé à de nombreuses actions en Afghanistan dans le cadre de l'opération «Enduring Freedom», en Irak dans le cadre de l'opération Iraqi «Freedom». De plus, en 2014, le V-22 a été déployé au sein de l’unité chargée d'appuyer le transport présidentiel et VIP. 

 

Bell-Boeing MV-22 «Osprey» :

 

Le V-22 Osprey est avion de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent.

Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

A ce jour, 230 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre.

En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de pré-série qui devra permettre la mise en service d’une escadrille «test». 

 

P1150434.jpg

 

 

Photos : 1 V-22 «Osprey» et CH-53 "Stallion"  2 V-22 d’appuis présidentiel @ Boeing Bell

2014, une année de rêve pour Airbus !

 

a350_xwb_qatar_first_flight___1_.jpg

Toulouse, Airbus publie ses chiffres pour 2014, et l’avionneur européen se porte bien, très bien même ! Après une année 2013 record, l’avionneur a encore ce matin des résultats 2014 des plus excellents.

Airbus engrange à nouveau un gros carnet de commande avec 1'456 appareils (contre 1'432 chez Boeing).En parallèle, l’avionneur a livré 629 appareils (723 pour Boeing). Airbus domine Boeing sur les monocouloirs ( 1'321 contre 1'196 pour Boeing) avec près de 60% de part de marché, et affiche un carnet de commandes historique: 6.386 avions, soit 919 milliards de dollars au prix catalogue.

Domination Airbus / Boeing :

L’année 2014 confirme une nouvelle fois la très nette domination des deux grands du secteur et ceci malgré les tentatives des autres constructeurs de se frayer plus de part de marché sur le secteur des monocouloirs.

Mais Boeing reste clairement le leader sur le marché des long-courriers. En 2014, toujours selon les chiffres,  Boeing a dominé le segment avec 73% des commandes nettes (grâce au B767, au B777 et B777X et au B787). Les A330 et A350 se répartissant les 27% restant.

Faiblesse des gros-porteurs :

Le talon d’Achille provient toujours des difficultés à vendre l’A380, dont les ventes stagnent dangereusement. Les vente du « Super Jumbo » atteignent 318 commandes dont seulement 14 pour l’année 2014, on est loin des objectifs de 38 appareils. Début décembre, le patron d’Airbus Group Tom Enders n’avait pas exclu un arrêt du programme, si le carnet de commande ne reprenait pas l’ascenseur.

Il faut dire que chez Boeing, on est pas mieux servit avec le B747 « Intercontinental », qui n’a engrangé aucune commande l’année dernière.

Second point faible :

Après l’A380, le second point faible de l’avionneur européen vient du fait qu’il n’y aura plus de nouvel avion, avant 2030. La stratégie actuelle étant de modernisé (re-motorisé) les familles existantes. Il faudra donc attendre avant de voir apparaître un remplaçant à la famille A320.

13/01/2015

Chine, le J-10B « Super Dragon Véloce » arrive en service !

1354156461181-1.jpg

 

Beijing, l’avionneur chinois Chengdu Aircraft Corporation (CAC) prépare en collaboration avec l’aviation militaire chinoise l’entrée en service de l’avion de combat Chengu J-10B (FC-21)« Super Dragon Véloce ». Les 14 premiers aéronefs sont actuellement stationnés sur l'aérodrome de l'usine 132 de la Chengdu Aircraft Corporation (CAC).

 

Les 14 premiers Chengdu J-10B sont aux couleurs officielles de la PLAAF, selon plusieurs sources chinoises, les appareils sont prêts pour la cérémonie de transfert au sein de la Force aérienne. A ce jour, la PLAAF dispose de 220 J-10A « Dragon Véloce ». Ce chiffre devrait atteindre 400 en 2020 avec l’arrivée progressive du standard J-10B « Super Dragon Véloce ».

 

Le J-10B (FC-21) «Super Dragon Véloce» :


1134340003_e08ef64e6ceed00cd792e61b1edb63d7.jpg


 

Cette nouvelle version se distingue assez facilement de l’ancienne, le «Super Dragon» dispose d'une entréed’air modifiée dotée d’un diffuseur supersonique (DSI) qui semble être du même modèle que celui testé sur le FC-1/JF-17 de type monobloc, celle-ci devrait réduire la surface radar (RCS). L’avion dispose d’un Infrared Search and Track (IRST), soit un système de capteur infrarouge passif, probablement issus du modèle russe qui équipe la version du Su-27 acquis par la Chine.

 

Ce premier lot de production du  J-10B est propulsé par des turboréacteurs russes Saturn AL-31FN. Il semble aujourd’hui que le moteur de conception chinoise Shenyang Liming-WS-10A souffre de problèmes de performance qui retardent son adoption.

 L’avion dispose également d’un nouveau rangement pour les systèmes de guerres-électronique monté en haut de la dérive. On remarquera les similitudes du haut de dérive avec les M2000 & Rafale. Le fuselage dispose également de quatre capteurs additionnels. Le nez du «Super Dragon véloce» a été redessiné avec une forme ovale et non plus ronde, ce qui laisse à penser que celui-ci dispose d’une antenne AESA.  Il semble également que le viseur HUD soit plus grand. 

 

L’appareil permet l’emport d’armes divers et notamment d’attaque au sol avec nacelle de désignation et de brouillage. Le J-10B dispose du même éventail d'armes air-air et air-sol que le J-10A. Par contre, il dispose d’un nouveau pylône double pour le missile air-air Luoyang PL-12 à guidage semi-actif. Quelques rares photographies disponibles montrent un J-10B, doté du tout nouveau missile anti-navires CDEAO CM-400AKG hypersonique.

 

Chengdu-J-10B-Prototype-1031-1S.jpg

 

Photos : 1 & 3 Chengdu J-10B (FC-21) 2 Prototype du J-10B @ ChineNouvelle/Xian Hui Chi

Premier vol pour l’A330 MTOW !

3405.jpg

 

Toulouse, Le premier Airbus A330-300-330 à masse maximale au décollage accrue (MTOW) a effectué avec succès son premier vol , l'atterrissage de retour à Toulouse-Blagnac a eu lieu à après un vol de 3 heures et 30 minutes.

L'A330-330 ayant une masse maximale au décollage de 242 tonnes est la plate-forme d’avenir qui offre une plus grande capacité à un coût d'exploitation inférieur avec une gamme étendue jusqu'à 500 miles nautiques, capable de voler jusqu’à 15 heures.

Le premier Airbus A330 à MTOW de 242 tonnes devrait être livré au second trimestre 2015 à Delta Airlines, compagnie de lancement de cette nouvelle version de l'Airbus A330. Le premier Airbus A330-200 à MTOW 242 tonnes devrait quant à lui, rentrer en service au début de l'année 2016. La version MTOW de 242 tonnes de l'Airbus A330 sera la base du futur Airbus A330neo. Le futur Airbus A330neo sera équipé de moteurs Rolls-Royce Trent 7000.

Photo : A330-300 MTOW @ Airbus

 

12/01/2015

Premiers Su-30MkI entièrement révisés en Inde !

1382047.jpg

 

 

Bengalore, L’avionneur indien Hindustan Aeronautics Limited (HAL) vient de remettre à l’Indian Air Force (IAF) le premier exemplaire d’un Sukhoi Su-30MKI entièrement révisé ce 9 janvier. Un second appareil entièrement rénové est également prêt à être livré.

 

Révision et modernisation complète en Inde : 

 

L’avionneur indien Hindustan Aeronautics Limited (HAL) qui dispose d’un important site de révision à Nashik en Inde occidentale. C’est dans ce complexe que l’Inde a débuté la grande maintenance de ces avions de combat Sukhoi Su-30.  Une fois entièrement révisé,  les Su-30MKI indiens peuvent encore voler 15 ans ou l’équivalent de 1’500 heures de vol. 

 

HAL ne procède pas seulement à la révision du Su-30MKI, mais le modernise en lui apportant les derniers développements et mises à jour de logiciels. Cette profonde mise à jour implique plus de 600 modifications, dont environ 2’500 processus distincts.

 

Lors de la remise du premier Su-30MKI «made in India», HAL a déclaré son intention d'augmenter sa capacité de refonte à 15 Su-30MKI par année et de doubler ce nombre d'ici 2030. Chaque Su-30 subit trois révisions au cours de sa durée de vie opérationnelle de 25 ans ou 6000 heures de vol.

 

Une première : 

 

Cette capacité à moderniser la famille Su-30 fait aujourd’hui de l’Inde le premier pays, après la Russie à disposer de cette précieuse compétence. Mais, il aura fallu à HAL plus d'une décennie, pour développer et être à niveau pour ce type d’entretien et de réparation et de révision (MRO) pour le Su-30MKI.

L’Inde se prépare à offrir ses services de maintenance et révision aux pays utilisateurs du Su-30, comme l'Algérie, la Malaisie, l'Ouganda, le Venezuela et le Vietnam.

 

49892jpg.jpg

 

Production sous licence :

 

Il faut également rappeler que l’Inde dispose d’une licence de production pour le Su-30MKI, ceux-ci sont livrés en «kit» depuis la Russie et le montage final s’effectue en Inde.

Par ailleurs, l'IAF d’ici à 2020, l’exploitation de 272 Su-30MKI ce qui en fera l’avion le plus utilisé en Inde.

 

Le Sukhoi SU-30MKI :

 

Le Sukhoi SU-30MKI bénéficie des capacités similaires à celle des avions de combat de cinquième génération. L’appareil est doté d’une avionique améliorée, d’un radar AESA de type Phazotron Zhuk-MA plus puissant, capable d’engager plus de quatre cibles simultanément et ceci également vers l’arrière. L’avion dispose une certaine capacité en matière de furtivité et ceci grâce à une diminution de la signature radar. L’autre nouveauté concerne l’adaptation des missiles indien BrahMos et KH-59M Ovod-M. L’avionique dispose d’un mode carte numérique avec une capacité de guidage longue portée TV. 

L’appareil est doté de la version des moteurs AL-31FP de Saturn corporation, dont la durée d’entretien est montée à 2000 heures en lieu et place des 1000 sur les versions plus anciennes. Un nouveau logiciel de contrôle de la poussée vectorielle (TVC) permet une meilleure sécurisation en cas de manœuvre  extrême.

1548.jpg

 

Photos : 1 Su30MKi IAF @ Chad Thomas/Jetwash 2 & 3 Sukhoi Su-30MKI de l’Indian Air Force @ IAF