09/05/2014

Trois C-295 de plus pour le Brésil !

CASA_C-105A_Amazonas_(C-295),_Brazil_-_Air_Force_AN2121232.jpg

Le Brésil va acquérir trois avions de transport supplémentaires C-295 d’Airbus Military. Ces appareils vont venir compléter les 12 appareils de ce type déjà en service au sein de la FAB. Cette commande est évaluée à 261 millions de dollars.

 

Par ailleurs, les C-295 brésiliens seront dotés de « winglets » et recevront une amélioration moteur qui permettra au C-295 d’allonger son rayon d’action de 320 kilomètres.

 

A propos du CN-295 :

Au début des années 1980, l'Espagne cherche un appareil complémentaire au C-212, le constructeur national CASA s'entend avec l'indonésien IPTN pour produire la version de base d'un appareil de transport tactique, les autres versions pouvant être produites nationalement. Le premier vol intervient le 11 novembre 1983 et l'avion entra en service dans l'Ejercito del Aire en 1988.
Le CN-235 reprend les éléments traditionnels du transport tactique : ailes et dérives hautes pour les protéger des projections venues des pistes non préparées, aile droite pour diminuer la vitesse d'approche, rampe de chargement à l'arrière. Le CN-235 peut ainsi transporter 51 combattants, 18 brancards ou 4 palettes.

En 1995, l'Espagne crée une version très modernisée, le C-295, pour compléter sa flotte. Le C-295 dispose d'une soute plus longue de 3 mètres, d'une nouvelle avionique, d'un train et d'une structure renforcés, de points d'emports sous les ailes et de moteurs Pratt & Whitney PW127G entraînant des hélices hexapales. Il peut ainsi transporter 71 combattants, 48 parachutistes, 24 civières ou 5 palettes. Il est également proposé en version Persuader pouvant accomplir des missions de chasse aux sous-marins. Le C-295 est vendu à une dizaine d'états, comme le Portugal, la Pologne, l'Algérie ou le Brésil.
Plus de 85 avions C295 sont en service aujourd’hui avec 14 opérateurs différents.

 

Photo : C-295 de la FAB @ FAB

11:57 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : casa, c-295, airbus military, fab |  Facebook | |

08/05/2014

Démonstration de force des Bombardiers russes !

2323588.jpg

 

Moscou, un bombardier stratégique russe Tu-95MS a tiré ce jeudi six missiles de croisière contre des cibles situées sur un polygone de la région militaire russe de l'Ouest, lors d'exercices dirigés par le président Vladimir Poutine, a annoncé le ministère russe de la Défense

 

Selon le ministère, tous les missiles ont détruit leurs cibles imitant des sites d'infrastructure militaire ennemie. Le président Poutine a dirigé des exercices réguliers des Forces armées russes en tant que chef suprême des armées. Ce bombardier faisait partie d'un groupe de plusieurs Tu-95SM en exercice stratégique.

Les présidents de quatre autres pays membres de l'Organisation du Traité de sécurité collective - Arménie, Biélorussie, Kirghizstan et Tadjikistan ont suivi le déroulement ces manœuvres.

 

Intimidation :

 

Les exercices de ce matin montrent une fois de plus la capacité d’engagement et de réaction à court terme des forces russes.

Cette démonstration est à mettre au crédit du bras de fer engagé entre Moscou et l’Otan dans le cadre de la situation en Ukraine. Soufflant le froid et le chaud, Moscou compte bien ne pas se laisser dicter sa politique.

 

Le Tupolev Tu-95 « Bear »* :

 

Le Tu-95 Bear a été conçu comme bombardier nucléaire dans les années 1950 et est aujourd’hui toujours en service au sein des forces aériennes russes dans sa dernière version : le Tu-95MS Bear H. Le Tu-95MS Bear H assure toujours les même missions avec des missiles AS-15 en place des bombes à chute libre initialement emportées par les Tu-95M Bear A. Ayant effectué son premier vol en 1952. Le Tu-95 est aisément reconnaissable à ses quatres turbopropulseurs entraînant chacun deux hélices quadripales contrarotatives. Tous les Tu-95 sont ravitaillables en vol grâce à une perche fixe placée à l’avant du fuselage. Environ 500 appareils ont été produits au total toutes versions confondues entre 1952 et 1992.


Tu-95MS_X-55.jpg


 

 

Photos : 1 Tupolev Tu-92SM @ Dmitri Pluchigin 2 Missile de croisière KH-55 @ Sergy

15:32 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : russie, ukraine, crimée, tupolov, tu-95sm |  Facebook | |

Sikorsky fournira le nouvel hélicoptère présidentiel !

yourfile.jpg

 

Je vous avais annoncé le choix en août 2013, la Marine américaine confirme aujourd’hui, le contrat de 1, 24 milliards de dollars pour l’achat six hélicoptères Sikorsky VH-92 (S-92). Cette confirmation clos définitivement le rocambolesque feuilleton du futur « Marine One » (indicatif lorsque le président est à bord).

 

On se souvient que sous l’Administration Bush (en 2005), le VH-71 « Kestrel » soit un AgustaWestland AW101 avait été choisi, puis recalé avec l’arrivée à la maison Blanche de l’équipe Obama. Celle-ci ayant par la suite modifié le cahier des charges pour favoriser le modèle américain, écartant ainsi les chances de l’hélicoptère européen.

 

Le VH-92 :


1065839996.jpg


 

Le Sikorsky VH-92 est un dérivé du S-92. Le premier appareil a été livré en septembre 2004. Principalement utiliser pour le ravitaillement des plates-formes pétrolière et en mode de recherche et sauvetage, il a été commandé par les Forces armées canadiennes au nombre de 28 exemplaires sous la désignation CH-148 Cyclone. Le Cyclone peut voler de jour comme de nuit, dans presque toutes les conditions météorologiques et par des températures variant entre - 51 °C et + 49 °C. Grâce à sa vitesse maximale de croisière de 250 km/h, le CH-148 est environ 10 % plus rapide que le Sea King. Le Cyclone peut aussi parcourir 450 km sans ravitaillement. Le Sikorsky S-92 est un hélicoptère de transport biturbine, muni d’un rotor principal et d’un rotor de queue quadripales, d’un train d’atterrissage tricycle rétractable et pouvant transporter jusqu’à 22 passagers. Cinq prototypes sont construits, un pour des tests au sol et les quatre autres pour les essais en vol, munis de turbines General Electric CT7-6D. Le premier vol est effectué au centre d’essais de Sikorsky à West Palm Beach, en Floride, le 23 décembre 1998. A partir du troisième prototype, le S-92 reçoit plusieurs modifications. Son fuselage est rallongé de 40cm, le stabilisateur horizontal est repositionné sur le côté gauche de la poutre de queue, qui elle, est raccourcie de 1,04m. Ces modifications permettent de résoudre des problèmes de stabilité en tangage, facilitant ainsi son utilisation dans des conditions de vols difficiles avec des vents importants. Cela a également permis de rajouter une rangée de trois sièges, portant la capacité de transport du S-92 à 22 passagers. La structure de l’appareil est en aluminium et en matériaux composites, ces derniers représentent 40% de la masse totale de l’appareil. 

Le poste de pilotage est équipé de systèmes de navigation modernes, ainsi que de quatre écrans multifonctions. Les pilotes sont assis sur des sièges Martin-Baker anti-crash et utilisent deux manettes qui permettent, grâce aux divers capteurs et de l’ordinateur de gestion du vol, de contrôler l’appareil en tangage, roulis et lacet. Le poste de pilotage est chauffé, ventilé et climatisé indépendamment de la cabine. Un équipement quasi complet permet une sécurité en vol maximale : deux systèmes automatiques de contrôle de vol (AFCS), des systèmes anticollision (TCAS) et d’avertissement de proximité du sol (EGPWS) et un radar météorologique placé dans le nez de l’appareil. Les systèmes vitaux de l’appareil sont redondants, la cellule offre une bonne résistance en cas de crash et la boite à vitesse peut fonctionner durant ½ heure sans huile. En cas d’amerrissage forcé, un système de flottaison se gonfle automatiquement, comprenant également deux radeaux d’une capacité de quinze personnes chacun à l’avant des flotteurs.

Dans le cadre du programme VXX, Sikorsky propose le S-92 dans le standard VH-92 aux moteurs plus puissants et entièrement construit par des entreprises américaines. Les systèmes électriques et hydrauliques sont installés en triple exemplaires et le système d’alimentation en carburant se fait par aspiration, ce qui évite d’éventuelles fuites dues à la pression. Les systèmes de pilotages sont également redondants. Les réservoirs de carburant auto-obturant, placés à l’extérieur de la cabine, sont capables de supporter des impacts d’obus de 23mm. L’appareil possède un système de dégivrage et est également protégé contre la foudre et les champs de rayonnement d’intensité élevée.


2553692609.jpg


Photos. VH-92 de Sikorsky @ Sikorsky

 

 

11:44 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : sikorsky, vh-92, vh-92 marine one, sikorsky s-92 |  Facebook | |

07/05/2014

Le premier F-16 irakien a volé !

536a3b299251a.jpg


 

Le premier des 36 Lockheed-Martin F-16C/D Block52 «Fighting Falcon» destiné à l'armée de l'air irakienne (IqAF) a effectué son premier vol.

 

L’avion, un biplace F-16D effectué son premier vol depuis les l'installations de production de Fort-Worth au Texas. Cet appareil fait partie d’un premier lot de 18 aéronefs commandés en septembre 2012. Au total avec le second lot, l’Iraq recevra 36 F-16C/D.

 

Le F-16IQ :

 

Les F-16C/D Block52 irakiens (IQ) disposeront du radar Raytheon AN/APG-68 (V)9 à antenne mécanique. L’armement sera le suivant : missiles air-air AIM-9L/M-8/9 et AIM-7M-F1/H «Sparrow», missile air-sol AGM-65D/G/H/K Maverick, ainsi que des bombes à guidage laser de types : GBU-10 «Paveway II», GBU-24 «Paveway III» ainsi que des Mk 82 et 84. La nacelle sélectionnée est l'AN/AAQ-28 «Litening» et la nacelle de reconnaissance F-9120 (AARS). Les F-16 irakien disposeront du système de guerre électronique AN/ALQ-211 «ACES» couplé au lance-leurres AN/ALE-47.

La motorisation choisie concerne le Pratt & Whitney F100PW-229.

 

Commentaire :

 

Si les USA se sont réservés le droit de fournir la nouvelle aviation irakienne, ceux-ci n’ont cependant pas pris beaucoup de risque avec un radar et des missiles qui frôlent l’obsolescence à la mise en service. 


 

yourfile-1.jpg


 

Photos : Le premier F-16D IQ @ Lockheed-Martin

Sortie de la cellule statique du MRJ !

 

536a0480c0580.jpg

 

Nagoya au japon, ce matin l’avionneur japonais Mitsubishi a dévoilé la première cellule de son MRJ (Mitsubishi Regional Jet) destinée aux essais de résistance statique. Cette cellule va débuter ses essais de résistance cet été.

 

Les tests de résistance statique doivent permettre d’inspecter que la cellule de l'aéronef est conforme aux normes de sécurité. Deux avions de test sont nécessaires pour les essais de la cellule. L'un est pour l'essai de résistance statique et l'autre pour les essais de fatigue.  En retard de près de deux ans sur son calendrier initial, le MRJ atteint enfin la phase d’essais de base qui sera suivie par le premier vol en fin d’année selon les dernières informations  transmissent par Mitsubishi.

 

536a04526f0e0.jpg

Mitsubishi Regional Jet (MRJ):

 

642600906.jpg

Mitsubishi Heavy Industrie décline sont MRJ en deux classes, soit : le MRJ 70 (72 à 76 places) et le MRJ 90 (92 à 96 places), les deux versions seront également proposées aux standards : ER (Extended Range) et LR (long Range.Le MRJ sera le «  Regional jet » qui comprendra le plus de matériaux composite afin de diminuer l’impact sur l’environnement. Des recherches ont été menées par l’Energy and Indusrial Development Organization en collaboration avec l’Agence spatiale japonaise JAXA à ce sujet.

 

Le MRJ devrait pouvoir concurrencer en matière de coûts les actuels Bombardier CRJ900 et Embraer E175 avec une consommation en kérosène inférieure de l’ordre de 11% au premier et 13% au second. Toujours selon le constructeur, le MRJ doté des moteurs Pratt & Whitney PurePower PW1217G réduira l'empreinte de bruit au décollage de 40% par rapport à l’Embraer E190. Le MRJ pourra effectuer des vols sans escale au départ de Denver à New York ou à Miami par exemple.


Question confort, la cabine du MRJ permet l’installation de la nouvelle génération de «sièges minces», qui disposent d'un dossier de siège plus fin et qui prendront moins de place entre les rangées, en offrant un espace pour les genoux des passagers de 31 pouces. Ces sièges contribuent également à la réduction du poids de l’avion.

 

 

Photos : 1 & 2 MRJ destiné aux essais statiques 3 Cockpit @ Mitsubishi Aero

 

 

 

 

13:02 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mrj, mitsubishi mrj, mitsubishi heavy |  Facebook | |