08/07/2014

Israël réceptionne son premier M-346 !

M-346-LAVI_680-1.jpg

 

L’avion école Alenia Aermacchi M-346 «Advanced Jet» d'entraînement de l’armée de l'air israélienne (Heyl Ha'Avi) a atterrit sur la base aérienne d’Hatzerim. Les 29 autres appareils suivront avant la fin de l’année 2016. 

 

L’arrivée du M-346 au sein de la Heyl Ha'Avi en lieu et place des vénérables TA-4 «Skyhawk», permettra changement profond dans les méthodes de formation de la force aérienne. Actuellement, les nouveaux pilotes de chasse reçoivent un enseignement à un stade avancé de leur vol en utilisant le Lockheed-Martin F-16A /B. Dorénavant, il sera possible de pratiquer ces entrainements sur les systèmes radar et les armes avancées dès la transition sur le M-346. Le contrat pour israël comprend également un simulateur de pointe.

 

M-346 «Lavi» : 

En israël, le M-346 prendra la dénomination de «Lavi» (lion en hébreu) en mémoire du chasseur développé par Israel Aircraft Industries basé sur le F-16, mais doté de la géométrie du Saab J-37 Viggen suédois. Cet avion pourtant en avance sur son temps (qui intéressa la Suisse à l’époque) ne fut jamais produit sous la pression des Etats-Unis.

Israël a passé commande pour 30 M-346 «Lavi» en remplacement des actuels Douglas TA-4 2 «Skyhawk». Ces appareils viendront compléter la formation des pilotes qui débutent sur HawkerBeechraft T-6 Texan II.

Le M-346 :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multi-fonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.


M-346-LAVI_617-1-1024x682.jpg


 

Photos : M-346 israélien @AleniaAermacchi

07/07/2014

Le Meteor opérationnel sur le Gripen !

IMG_0092.JPG

La société de défense et de sécurité Saab et FMV ont conclu les derniers tirs d'intégration du missile Meteor BVRAAM (Beyond Visual-Range Air-to-Air Missile) sur l’avion de combat  Gripen en collaboration avec MBDA.

Ces derniers tirs, ont permis de vérifier la performance et l’intégration du nouveau missile sur les avions de la famille Gripen. C'était la dernière grande tâche d'essais requise pour  rendre opérationnel le missile Meteor sur les  Gripen C/D  et sur son successeur le Gripen E.


9cbbf306415eea25_800x800ar.jpg


Dorénavant, le Meteor sera disponible sur les JAS-39C/D Gripen MS20 qui équipent la Suède. Le Gripen devient le premier avion au monde à être doté du nouveau missile de référence de type BVRAAM. Le Meteor deviendra l’arme clef du combat aérien longue portée sur le Gripen E.

Rappel : 

 

Le premier tir d’un Meteor «inerte» avait déjà été réalisé avec un Gripen A/B en 2005, suivi   en juillet 2013 par une série de tir permettant de valider l’emploi du Meteor de série (actif).

La dernière phase qualifie ainsi le missile sur la famille «Gripen».

 

Le missile Meteor produit par le MBDA  alimenté par statoréacteur est destiné à des missions de défense aérienne. Il va intercepter des cibles à très longue portée. Produit conjointement par l’Angleterre, la France, l’Italie, l’Espagne et la Suède, il est doté d’une zone d'interception assurée nettement supérieure à celle des missiles de même gamme actuellement en service.


3006309492.jpg


 

 

Le missile Meteor : 

 

Le Meteor  sera prioritairement réservé aux missions d'interception à grande distance, au-delà de la portée optique (BVR) de tout type d'aéronefs. Son utilisation sera privilégiée pour les cibles de haute valeur telles que l'attaque à plus de 100 km d'avions radar ou de ravitailleurs.

Ce missile doit pouvoir assurer une efficacité de destruction à des distances aujourd'hui encore importantes, de l'ordre de 50 Nm (entre la cible et l'avion tireur au moment de l'impact). 

A cette fin, le système d'arme comporte :

 

 Un radar de bord qui doit fournir des informations précises sur la cible avant le départ du missile, et une liaison de données de type Link16 assurant les mêmes fonctions en retransmettant vers l'avion tireur les informations d'un capteur porté par un autre aéronef.

 

  1. Des systèmes d'identification des cibles à des distances compatibles avec la portée du missile.
  2. Une manœuvrabilité suffisante du missile dans toutes les phases de vol, pour toutes les distances de tir, qui doit lui assurer une grande probabilité de destruction des cibles. 

 

La propulsion de ce missile est également un défi technologique du fait du concept retenu : celui d'un statoréacteur. Ce statoréacteur à propergol solide et à poussée régulée (Throttleable Ducted Rocket ou TDR) dans sa phase de croisière comporte un accélérateur à poudre intégré dans la chambre de combustion, ce qui permet de donner une impulsion initiale suffisante pour atteindre une vitesse compatible avec le fonctionnement du statoréacteur.


270874267.4.jpg


 

 

Photos : 1 Gripen F avec Meteor 2 Finalisation de tir sur Gripen C 3 Essais sur Gripen A Tir depuis un C @ Saab

06/07/2014

50 Hawkeye E-2D Advanced pour la Navy !

27333.jpg

 

Falls Church en Virginie, la marine américaine a attribué à Northrop-Grumman Corporation un contrat de 3,6 milliards de dollars pluriannuel pour la fourniture de 25 nouveaux avions d’alerte E-2D « Hawkeye Advanced ». A terme la marine américaine disposera d’un total de 70 E-2D « Hawkeye Advanced ».

 

 

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain, en s’intégrant totalement dans les nouveaux systèmes, mis en oeuvres par l’US Navy, que ce soit en matière de bâtiments de surface que de nouveaux appareils tels : les Super Hornet et le futur F-35.


2561069281.jpg


Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA  AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne de type mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique, ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données. 

Le premier escadron de la marine à recevoir l'E-2D « Advanced » est l’Airborne Early Warning Squadron « One Two Zero (VAW-120), basé à Norfolk. 


2146968739.jpg


 

Photos : 1 E-2D en vol  2 Le premier E-2D Advanced @ Northrop-Grumman


Forte demande du transport aérien !


DSC_3891 2.jpg



Genève, l’Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques sur le transport mondial de passagers en mai, qui indiquent une croissance de la demande de 6,2 % par rapport à mai 2013. Bien qu’il s’agisse d’un ralentissement par rapport au taux de 7,6 % en glissement annuel observé en avril, ce résultat démontre que les facteurs de la demande s’améliorent. La capacité a augmenté de 5,2 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 0,7 point de pourcentage pour atteindre 79,0 %. À l’exception de l’Afrique, toutes les régions ont connu une croissance du trafic.

« Nous constatons une saine demande dans le secteur aérien, qui vient appuyer et favoriser le maintien de la reprise de l’activité économique mondiale », a déclaré M. Tony Tyler, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Marchés passagers internationaux:

Le trafic de passagers internationaux en mai a augmenté de 7,0 % par rapport à l'année précédente. La capacité a augmenté de 6,0 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 0,8 point de pourcentage pour atteindre 78,1 %. Toutes les régions ont enregistré une croissance de la demande en glissement annuel.


DSC_3897 3.jpg


Les transporteurs d’Asie-Pacifique ont enregistré une croissance de 7,3 % par rapport à mai 2013, soit la plus importante croissance parmi les trois plus grandes régions. Ce bon résultat semble indiquer que la pression à la baisse résultant de la stagnation de l’économie chinoise s’atténue. Selon JP Morgan/Markit, l’activité manufacturière a rebondi en mai, soutenue par une forte augmentation de la croissance des commandes d’exportation. La capacité a augmenté de 7,5 %, faisant fléchir le coefficient d’occupation de 0,1 point de pourcentage, à 74,1 %. 

Les transporteurs d’Europe affichent une croissance de 6,1 % en mai, par rapport à l’année précédente. La capacité a augmenté de 5,3 % et le coefficient d’occupation a gagné 0,6 point de pourcentage pour atteindre 80,3 %. L’activité économique dans la zone euro a connu une lente reprise et les dernières données suggèrent une solide augmentation de la production industrielle et du commerce, entraînant une accélération du PIB de la zone euro au deuxième trimestre. 

Les compagnies aériennes d’Amérique du Nord ont enregistré en mai une hausse de la demande de 4,4 % en glissement annuel, ce qui suggère des tendances de croissance économique positives et un allègement de la pression sur les niveaux d’emploi. La capacité a augmenté de 4,8 %, de sorte que le coefficient d’occupation des sièges a perdu 0,3 point de pourcentage. À 83,0 %, ce taux demeure le plus élevé parmi toutes les régions. 

Les transporteurs du Moyen-Orient ont connu la plus forte croissance de trafic, soit 13,2 % en glissement annuel. Les compagnies aériennes profitent encore de la force des économies régionales, y compris dans les secteurs non pétroliers, et de la solide croissance des voyages d’affaires Premium. La capacité a augmenté de 6,9 % et le coefficient d’occupation a gagné 4,4 points de pourcentage pour atteindre 78,0 %. 

Les compagnies aériennes d’Amérique latine affichent une augmentation de trafic de 9,1 %. La capacité a augmenté de 6,0 % et le coefficient d’occupation des sièges a gagné 2,2 points de pourcentage pour atteindre 79,6 %. La perspective demeure largement positive pour les transporteurs d’Amérique latine, alors que les solides résultats dans des économies comme la Colombie, le Pérou et le Chili contribuent à maintenir un fort environnement de demande. Par ailleurs, l’économie du Brésil demeure faible, et les bénéfices associés à la Coupe du Monde de la FIFA seront probablement temporaires. 

Les compagnies aériennes d’Afrique ont enregistré le plus faible taux de croissance de la demande, soit une hausse de 1,9 % par rapport à mai 2013. La capacité ayant augmenté de 4,7 %, le coefficient d’occupation des sièges a perdu 1,8 point de pourcentage pour s’établir à 64,4 %. Ce taux est le plus faible parmi toutes les régions. Les faibles résultats des transporteurs de la région au chapitre des voyages internationaux pourraient en partie refléter les problèmes économiques dans certaines parties du continent, notamment le ralentissement de la grande économie d’Afrique du Sud. 


DSC_3899.jpg


 

Photos : 1 A320 Swiss 2 ATR 72-600 Etihad 3 CRJ900 Lufthansa @ P.Kümmerling


05/07/2014

Nouvelle demande pour le CRJ900 !

bombardier-crj900-nextgen.jpg

 

Montréal, Bombardier Aéronautique a annoncé qu’un client, qui a demandé de garder l’anonymat pour le moment, a passé une commande ferme de 16 biréacteurs régionaux CRJ900 NextGen et pris des options sur huit autres avions de ligne du même type.

Au prix courant du CRJ900 NextGen, la commande ferme est estimée à 727 millions $ US. Cette valeur pourrait augmenter à 1,12 milliard de dollars, si le client exerçait ses options.

En incluant cette dernière commande, Bombardier a enregistré des commandes fermes de 1’833 avions de la série CRJ, dont 359 biréacteurs CRJ900 et CRJ900 NextGen. À l’échelle mondiale, des avions de la série CRJ sont en service auprès de plus de 60 sociétés aériennes et plus de 30 clients exploitent des variantes d’entreprise de ces avions. Ces avions sont exploités dans plus de 50 pays sur six continents et, en moyenne, un avion CRJ décolle toutes les dix secondes quelque part dans le monde. Les avions de la série CRJ ont transporté plus de 1,4 milliard de passagers et accumulé plus de 38 millions d’heures de vol et plus de 32 millions de cycles de décollage et d’atterrissage.

 

 

Photo: CRJ900 NG@Bombardier