04/10/2018

Livraison du premier G500 !

1003864128.jpg

Gulfstream Aerospace a livré le premier exemplaire de son nouveau jet d’affaires le G500 à un client nord-américain, marquant ainsi officiellement l'arrivée d'une nouvelle génération d'avions d'affaires à grande cabine dans la société basée à Savannah, en Géorgie. Le client a réceptionné le Twinjet fly-by-wire quatre ans à peine après l'annonce du lancement du G500.

"Nous sommes fiers du travail accompli par nos fournisseurs et nous-mêmes pour fournir un avion à la fine pointe de la technologie qui dépasse les attentes de nos clients et perpétue la longue tradition d'excellence des avions Gulfstream", a déclaré le président de Gulfstream, Mark Burns.

Le G500, qui a reçu à la fois ses certificats de type FAA et de production le 20 juillet dernier, entre en service avec les garanties de performances et de confort de la cabine. Une flotte d'essais en vol de cinq G500 a enregistré plus de 5’000 heures de test de développement, de démonstration et de certification. En outre, le G500 a également établi plus de 20 nouveaux records de vitesse lors d'un tour du monde à grande vitesse plus tôt cette année.

Pendant ce temps, son grand frère le G600 progresse vers la certification d’ici la fin de l’année et les livraisons suivront en 2019.

2478255484.jpg

La nouvelle gamme G500 & G600 :

De conception entièrement nouvelle, ces deux nouveaux jets d’affaires entreront en service respectivement en 2018 et 2019. Le G500 et le G600 remplaceront respectivement dans la gamme de l’avionneur les actuels  G450 et G550. 

Le G500 et G600 représentent l'aube d'une nouvelle ère dans la conception du poste de pilotage, l'intégration, la fonctionnalité, l'ergonomie et même esthétique. Gulfstream intègre un nouveau mini-manches de contrôle actif sur les deux nouveaux avions.  L’avionique sera dotée du système Gufstream Symmetry Flight Deck dérivée du Primus  Epic d’Honeywell.

En matière de cabine, le G500 et G600 offrent un environnement de cabine pressurisée à l'altitude la plus basse de la cabine sur le marché. Alors qu'ils volent à 51’000 pieds ( 15’545 mètres), les passagers se sentiront comme s'ils étaient debout sur ​​la terre ferme  à peine 4’850 pieds (1478 mètres). Quant à l'air frais, les ingénieurs de Gulfstream ont mis au point, un moyen d'introduire 100% d’air frais dans la cabine. Ce système permettra de  renouveler l’air en cabine toutes les deux minutes. 

Le G500 est capable de voler 5,000nm (9260 km) G500 et reliera Doha non-stop avec Londres, Genève et Paris à Mach 0,90. Les G500 et G600 seront dotés de moteurs Pratt & Whitney Canada PW814GA, un changement important, puisque la gamme Gulfstream était fidèle à Rolls-Royce jusqu’ici. Le G600 sera capable de voler 6,200nm (11’482km). Les deux appareils pourront voler avec 19 passagers en configuration maximum. 

4077743099.png

Photos : 1le G500 présneté à EBACE @P.Kümmerling 2Intérieur 3G500 & G600 @ Gulfstream

 

03/10/2018

L’île Maurice arme ses Do228MPA !

coast girag mauricienne,dornier,do228mpa,surveilance frontières,blog défense,aviation et défense,ile maurice

La paisible île Maurice vient de prendre une décision qui en surprendra plus d’un, son escadron d'avions maritimes (MAS) au service de la Garde côtière mauricienne a acheté des unités de mitrailleuses de 7,62 mm pour son avion de patrouille maritime HAL Do-228.

Le plus récent des trois Do-228 (MP-CG-4) a été spécialement conçu pour le MAS par HAL et est entré en service en 2016. Il est équipé d'un radar de surveillance israélien Elta EL/M-2022A. Deux autres Do228 (CG-1 et CG-3) ont été mis en service en 1990 et 2004 vont également être doté d’un armement de bord. Les Gardes Côtes mauriciens prévoient d’acheter un quatrième Do228MPA également doté d’armes de bord.

La recrudescence de mouvements islamistes en provenances de Syrie et l’augmentation de la piraterie et du trafic de stupéfiant dans la région obligent les paisibles mauriciens à réagir et à se munir d’une capacité de nuisance. L’équipement militaire des Dornier Do228 semble n’être qu’un début de réarmement dans la région.

Le Dornier Do228 :

Le Dornier Do228 est un biturbopropulseur construit par l’avionneur allemand Dornierde 1981 à 1998 dans l’usine de Oberpfaffenhofen. Dès 1986 une licence est accordée à l’avionneur indien HAL. Sur les 270 appareils réalisés, environ 190 sont encore en service dans le monde entier (en 2007). Il est surnommé "le camion du ciel" pour ses performances fulgurantes sur terrains courts voire inexistants.Le Do 228 est propulsé par deux turbopropulseurs Garrett AiResearch TPE 331-5 (racheté entre-temps par Honeywell) fournissant une puissance unitaire de décollage de 525 kW. À partir de la version Do 228-212, des moteurs plus puissants TPE 331-5-252D et TPE 331-10 fournissant une puissance unitaire de décollage de 579 kW furent disponibles.

En 2008 la société suisse RUAG Aviation a annoncé qu'il reprenait la production du Do 228 de nouvelle génération (NG) après la commande de six appareil par une compagnie asiatique. L'entreprise compte ensuite produire entre huit et dix appareil par an. Les ailes et le fuselage sont produits par HAL et l'assemblage final se fera dans l'ancienne usine Fairchild-Dornier à Pfaffenhofen en Allemagne.

Photo :Do228 de la Garde Côte mauricienne @ Mickael Payet

Eva Air réceptionne son premier B787-9 !

EVA Rollout.jpg

North Charleston en Caroline du Sud,  EVA Air a célébré hier la livraison de son premier B787-9 « Dreamliner », par l'intermédiaire de la société de location ALC, depuis le Delivery Center de Boeing. EVA Air prévoit de débuter la mise en service de l’avion en novembre sur les routes internationales. 

« Cette livraison d'étape marque le début d'une nouvelle ère pour EVA Air et l’évolution de l’industrie de l'aviation commerciale dynamique de Taiwan », a déclaré Steve Lin, président d'EVA Air.

Cette livraison marque la première des 24 « Dreamliner » pour la compagnie aérienne basée à  Taipei. En 2015, EVA Air a annoncé une commande historique pour 18 B787-10 ainsi que quatre B787-9 et deux B787-10 en location chez ALC. Cela reste le plus gros achat d'avions commerciaux dans l'histoire de Taiwan.

Membre de Star Alliance, EVA Air dessert les vols internationaux avec environ 565 vols par semaine. À bord du B787 « Dreamliner », les passagers peuvent découvrir de nouvelles places en classe affaires royale Laurel conçu par Designworks, une société du Groupe BMW. Avec 23 pouces de large, les nouveaux sièges comportent des panneaux de confidentialité, avec capacités de lits, ainsi que l'amélioration des systèmes de divertissement en vol. EVA Air est également associée à Teague, pour redessiner ses sièges en classe économique, qui sont produites par Recaro. Pour améliorer l'efficacité opérationnelle de ses B787, EVA Air prévoit d'utiliser une variété d'outils Boeing Global Services, y compris la maintenance, Gestion de santé de l’Avion et le produit de de vol électronique dont la tablette pour l’équipage. 

Le B787-900 :

Le B787-900 complète et étend la famille « 787 ». Avec un fuselage allongé de 6 mètres (20 pieds) par rapport au B787-800, l’avion peut emporter jusqu'à 20% de passagers en plus et 23 % de marchandises supplémentaire et ceci encore plus loin avec la même performance environnementale, soit 20 % d'émissions de CO2 en moins que les avions actuels. Plus de 60 clients provenant de six continents du monde ont placé des commandes pour plus de 1’100 « Dreamliner », ce qui fait du B787 bi-couloirs l’avion qui engrangé le vite des ventes dans l'histoire de Boeing. 

Le B787 est l'avion bicouloir ayant la vente la plus rapide dans l'histoire de Boeing. Depuis son entrée en service en 2011, la famille « 787 » vole plus de 1’500 routes et a rendu possible plus de 170 nouvelles routes sans escale à travers le monde.

Depuis son entrée en service en 2011, la famille 787 a volé près de 280 millions de passagers en économies estimées à 28,7 milliards de livres de carburant.

Photo :Le premier B787-9 d’Eva Air @ Boeing

 

 

02/10/2018

L’Australie lance le remplacement du Tigre !

3114915098.jpg

Canberra, cette fois c’est fait, l’Australie a publié une demande d'informations sur les "hélicoptères de reconnaissance" afin de soutenir les opérations spéciales. Le projet vise le remplacement de la flotte actuelle d’hélicoptères Airbus Tigre ARH de reconnaissance armée.

Un long différent :

Bien que récent, la flotte australienne d’hélicoptères Tigre ne satisfait pas aux exigences des militaires australiens. En février 2016, l’armée australienne parlait déjà de remplacer les Tigre ARH, si leurs performances ne répondaient pas aux exigences de combat et de maintenance. Pour l’Australie, la maintenance s’avère complexe, longue et difficilement inapplicable en combat réel, de plus l’hélicoptère ne satisfait pas aux exigences du combat actuellement. Le rapport annuel de la défense de l'Australie avait montré, que les hélicoptères Tigre avaient volé 3’000 heures dans une période de 12 mois, soit bien en dessous des 6.000 heures recherchés. L'armée dénonce notamment que la motorisation des Turbomeca MTR de l'hélicoptère, ont un coût plus élevé que prévu. L’Australie se plaint de la difficulté pour obtenir des pièces détachées et que plusieurs incidents impliquant de la fumée dans le cockpit ont été relevés.

Améliorations insuffisantes :

Canberra remet en cause, le programme d’améliorations mis en place avec les utilisateurs que sont : la France, l’Allemagne et l’Espagne. Pour les australiens ce programme ne va pas assez loin et ne permettra pas de répondre de manière satisfaisante aux besoins actuellement identifiés.

Le remplacement :

Publiée le 25 septembre dernier, la demande du département de la Défense sollicite des informations sur les hélicoptères en service "optimisés pour les environnements urbains denses" et pouvant être déployés par les transports stratégiques depuis l’avion de transport Boeing C-17.L’hélicoptère devrait être équipé d’équipements et de systèmes d’armes simples, éprouvés, de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR)", a déclaré le DoD. Par ailleurs, le nouvel aéronef devra pouvoir soutenir les opérations des forces spéciales, comme demandé dans le livre blanc de la défense australienne. Le futur hélicoptère pourra également être monomoteur. Le modèle choisi devra être livrable dès 2023.

Les concurrents :

Avec une telle demande de la part des australiens, plusieurs machines sont susceptibles de répondre à la demande, il s’agit pour les monomoteurs du Boeing AH-6 « Little Bird », de l’Airbus H125M. En ce qui concerne les hélicoptères bimoteurs, on retrouve Boeing avec son AH-64E « Apache », Bell avec l'AH-1Z. De son côté, il semble qu’Airbus tente de vouloir revenir en course avec les nouvelles mises à niveau disponibles pour le Tigre.

AH-64E 16 May 2017.jpg

Photos : 1 Tigre Australian Army @ Lance Broad 2l’AH-64 Apache @ Boeing

 

Vol inaugural pour le FTC-2000G d’attaque au sol !

345.jpg

L’avionneur chinois AVIC a réalisé le vol inaugural de la nouvelle version « G » du FTC-2000 spécialisée pour l’attaque au sol. L’avion a effectué son vol depuis l'aéroport d'Anshun près de la ville de Guizhou. Le pilote d'essai a déclaré que les systèmes sont normaux "et que le premier vol "s'est bien passé".

L’appareil, basé sur le FTC-2000, et dispose d’une capacité d’attaque au sol et vise le marché international.Il aura fallu sept mois pour construire le FTC-2000G. AVIC a indiqué qu’il apparaîtra au China Air Show à Zhuhai au début du mois de novembre.

Le FTC-2000G :

Le FTC-2000G est le dérivé du FTC-2000 Shanying (Mountain Eagle), soit un avion école connu également sous la désignation chinoise JL-9 est en fait un descendant du J-7, soit un MiG-21 sinisé. Cet avion d’entrainement biplaces en tandem, développé par Guizhou Aviation Industry Group Co (GAIGC) vola pour la première fois le 13 décembre 2003.

La version « G » dispsose de sept points d’emport contre cinq pour la version de base FTC-2000. Sa masse maximale au décollage est donc supérieure à 11’000 kg, contre 9’800 kg pour le FTC-2000. Il a une vitesse maximale de Mach 1,2, soit 1’470 km / heure, une masse maximale au décollage, une autonomie maximale de 2400 km et un plafond de vol opérationnel de 15 km.

Equipé de radars modernes et de systèmes de contrôle de tir, il est capable de rester en vol pendant trois heures en une seule opération et peut transporter trois tonnes de missiles, de roquettes ou de bombes, selon l’avionneur chinois.L'avion est  équipé d'une avionique en partie étrangère, telle que le radar italien Selex Galileo S-7 « Grifo ». Les autres équipements de l’avioniques comprennent un système d’échange de données de type 1553B MILSTD, un head-up display (HUD) viseur tête haute. L’avion dispose d’un affichage multifonctions (MFD).

21.jpg

Photos : Le FTC-2000G @ Zuai Li