10/03/2016

L’A321neo doté du Pure Power prend son envol !

cdhsuqnw8aawmkc.jpg_large.jpg

Le premier A321neo motorisé avec les nouveaux Pratt & Whitney PW1135G-JM « Pure Power » a pris son envol hier depuis les installations d’Airbus à Hambourg-Finkenwerden. L’avion immatriculé D-AVXA a décollé à 10H15 pour un vol d’essais d’une durée de 6 heures qui l’a conduit à Toulouse où se déroulera la suite des tests en vue de la certification.

Avec ce nouvel appareil re-motorisé, Airbus dispose maintenant de deux A321neo, le premier doté du nouveau moteur CFM International LEAP-A1 qui a débuté les essais le 9 février dernier. L’A321neo doit entrer en service à la fin de cette année, avec un total de 1’114 commandes fermes.

Le Pratt & Whitney 1000 PurePower (GTF) :

1188102369.2.jpg

La technique du « Geared Turbofan » (GTF) comprend un réducteur de vitesse entre le fan et le compresseur basse pression, il permet à chacune de ces parties de tourner à sa vitesse optimale et améliore donc les performances du réacteur dans tous les domaines (consommation, émissions et bruit).

Cette technologie qui s’inscrit dans sa démarche écologique et particulièrement au réducteur de vitesse capable d’absorber des niveaux de puissance plus élevés, que ceux atteints sur d’autres concepts de moteurs. Le P&W1000 a été, en plus de la famille A320, sélectionné pour le Mitsubishi MRJ, le C-séries de Bombardier et le MS-21 Irkut.

Photos : 1 Premier vol de l’A321neo Pratt &Whitney Pure Power@ Airbus / A. Doumenjou 2 Pratt & Whitney Pure Power @ PW

 

 

09/03/2016

Prudence pour la vente d’avions de combat au Moyen-Orient !

tdfrkl4tj4fso1mn9018.jpg

 

Washington, le département d’Etat se montre beaucoup plus prudent pour l’exportation d’avions de combat aux Moyen-Orient. La Maison Blanche a en effet émis des réserves sur divers programmes d’équipement et a fait la demande des garanties supplémentaires avant de donner le feu vert.

Les Etats-Unis se sont montrés plus méfiant qu’à l’accoutumée à vendre des avions et des hélicoptères de combat dans une région où les tensions ne cessent d’augmenter et ou le risque que certaines de ces armes puissent un jour se retourner contre le vendeur. Ces précautions ont même failli faire perdre certains marchés par manque de réactivité.

D’un autre côté, les avionneurs américains font le forcing, pour décrocher des contrats dans la région. Actuellement, il s’agit pour eux d’aboutir à la vente de 28 F/A-18 E/F « Super Hornet » au Koweït, d’une vingtaine de F-16 à Bahreïn et d’un nombre de 72 F-15 au Qatar.

Ces commandes ayant un double impacte, d’une part offrir la prolongation des chaînes de montage des trois appareils et de l’autre maintenir la présence américaine militaire au sein de ces trois pays.

Une situation qui se débloque :

Il semble, par ailleurs, que ces dernières semaines, les USA se montrent à nouveau disposer à accepter ces ventes et ceci avec en toile de fond la réponse à la modernisation des forces armées iraniennes via la Russie et la Chine.

F-15 pour le Qatar :

En effet, le Qatar a formellement demandé, il y a deux ans, une autorisation au gouvernement des Etats-Unis, pour l’achat de 72 avions de combat F-15 E « « Strike Eagle ». Le dossier semble donc avancé favorablement puisque le pays reste un proche allié des États-Unis dans la région, et que cette vente viendrait damné le pion aux avionneurs européens.

Du côté de Bahreïn :

3178248015.jpg

Le pays est actuellement en pleine phase de modernisation de sa flotte de F-16 et prévoit, depuis 2013 l’achat d’un nouvel avion de combat. Là encore, Lockheed-Martin compte placer son F-16 « Viper » avec l’autorisation de Washington.

Super Hornet au Koweït :

724756944.jpg

Le pays vient de finaliser politiquement l’achat de 28 Airbus DS Eurofighter et se trouve dans l’attente des autorités américaines pour la commande de 28 Boeing F/A-18 « Super Hornet ».

Photos : 1 F-15 E « Strike Eagle » @ Boeing 2 F-16 Viper @ Lockheed-Martin 3 Super Hornet @ Boeing

 

 

Le Challenger 650 certifié par l’AESA !

original.jpeg

Le biréacteur Challenger 650 vient d’obtenir la certification de type complète de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA). Avec cette obtention, l’avionneur canadien Bombardier va pouvoir livré les premiers exemplaires sur le continent européen très prochainement.

En 2018 à la REGA :

En Suisse, le Challenger 650 entrera en service au sein de la garde aérienne suisse de sauvetage (REGA), qui a signé une entente d’achat ferme pour trois avions appareils. La transaction est estimée à quelque 130 millions de dollars us, aux prix courants 2015 de l’avionneur canadien et comprend diverses modifications, comme l’installation d’un intérieur d’évacuation médicale. Les livraisons des avions Challenger 650 modifiés sont prévues pour 2018.

548.jpg

Le Challenger 650 :

Le Challenger 650 dispose d’une autonomie qui dépasse les 4’000 milles marins (7 400 km) le biréacteur Challenger 650 s’appuie sur la solide réputation de l’avion Challenger 605 et présente des caractéristiques améliorées telles que les tout nouveaux moteurs General Electric évolués offrant une poussée accrue et une distance de décollage plus courte, une capacité de charge payante supplémentaire et une plus grande autonomie potentielle sur des aéroports d’accès difficile. Le biréacteur Challenger 650 est également doté du poste de pilotage Bombardier Vision et d’une cabine entièrement redessinée, la plus large de sa catégorie, aux fauteuils d’un design moderne et ergonomique, d’un office repensé et des systèmes de gestion de cabine les plus évolués et les mieux équipés de l’aviation d’affaires, des écrans HD les plus grands de sa catégorie et la meilleure connectivité de l’industrie.

 

img-citat-avionics-longitude.jpg

Photos : 1 Challenger 650 2 Aux couleurs de la REGA image de synthèse 3 Cockpit @ Bombardier

 

08/03/2016

La liste des équipementiers du B-21 !

northrop grumman,lrs-b,bombardier b-21,us air force,bombardier furtif,blog défense,aviation militaire,nouveaux avions de comabt,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Northrop-Grumman va produire le futur bombardier stratégique furtif de l’US Air Force, le B-21. L‘US Air Force vient également, lors d’une conférence de presse, de révéler la liste des différents équipementiers qui vont participer à la fourniture des éléments du futur « Long Range Strike-Bomber » (LRS-B).

L’US Air Force a sélectionné le motoriste Pratt & Whitney, BAE Systems, GKN Aerospace, ATK, Rockwell Collins, Spirit Aerosystems, Janicki Industries, ce dernier est un spécialise dans les matériaux composites.

Sécurisation du programme :

Lors de la présentation des équipementiers, le Lt. Gen. Arnold Bunch, responsable de l’Air Force pour les acquisitions, a refusé de dire où le bombardier sera construit. Mais de l’aveu de l’avionneur Northrop-Grumman, le B-21 pourrait être construit dans le même établissement à Palmdale, en Californie, où a été assemblé le B-2.

Par ailleurs, il a été rappelé, que les entreprises participant au programme B-21 sont tenues d'avoir des plans de protection en place pour prévenir contre les fuites d'information.

La ressemblance avec le B-2 :

Lors de cette conférence de presse, de nombreuses questions ont portés sur la ressemblance du B-21 avec son prédécesseur le B-2 « Spirit » conçu à l’époque par Northrop-Grumman. La secrétaire de l’US Air Force Deborah Lee James, a rappelé que la conception de ce nouvel appareil doit s’appuyer sur des technologies existantes et matures, afin de réduire les coûts.

Rappel :

Le programme LRS-B prévoit de mettre au point une nouvelle génération de bombardier stratégique furtif capable d’emporter des armes conventionnelles et nucléaires. Il doit venir compléter le nouveau dispositif de l’USAF qui comprend l’arrivée du F-35, des nouveaux ravitailleurs KC-46A et la modernisation des F-15. Le programme LRS-B a été officiellement lancé en 2012. Le projet LRS-B est considéré, comme prioritaire, pour la future stratégie militaire américaine dans le Pacifique Occidental et le Moyen-Orient. Le budget estimé pour le développement et la production du B-21 s'élève à 33,1 milliards de dollars pour la période 2015-2024. Le coût unitaire estimé est 606 millions.

 

Photo : Northrop-Grumman B-21 @ USAF

Une version ambulance pour l’AW609 « Tiltrotor » !

678.jpg

Salon Heli-Expo 2016 (Louisville, Kentucky) Finmeccanica, par l'intermédiaire de sa division d'hélicoptères, a annoncé avoir signé un protocole d'accord (MoU) avec Era Group Inc., l'un des plus grands opérateurs d'hélicoptères dans le monde et le plus grand opérateur civil d'hélicoptères de type AgustaWestland, pour le développement de la variante médicalisée d'urgence (EMS) de l’AW609 « tiltrotor ».

 Le protocole d'accord représente la prochaine étape importante pour la première la commercialisation de l’AW609 de transport en mer, recherche et sauvetage et des missions de transport de passagers. A ce jour, AgustaWestland revendique 60 commandes pour son aéronef à rotors basculants AW609.

L’AW609 :

Les caractéristiques uniques du système à rotor basculant de l’AW609 combinent les avantages d'un hélicoptère et d'un avion à voilure fixe en un seul appareil. Cet appareil et l'équivalent en plus petit du V-22 « Osprey » américain. Décollage et atterrissage vertical, en volant au-dessus des conditions météorologiques défavorables avec jusqu'à neuf personnes et le confort d'une cabine pressurisée à deux fois la vitesse d'un hélicoptère, l’AW609 représente la prochaine génération d'aéronefs de transport destinés à des marchés gouvernementaux et militaires. L’AW609 certifié pour le vol aux instruments dans des conditions givrantes, dispose d'un fuselage en matériaux composites, un cockpit de pointe. Il est doté de commandes de vol numériques de type « Fly-by-Wire ». Permettant des vitesses de croisière de l'ordre de 275 noeuds et à des distances allant jusqu'à 700 miles nautiques, ce type d'appareil ouvre la voie à de multiples possibilités.

Ce type d'aéronef est susceptible de trouver plusieurs applications dans le civil avec les opérations SAR (Search and Rescue), ainsi qu'en transport ambulance version (SME). En transport passagers version taxi et de convoyage pour le personnel des entreprises. Mais les applications les plus vastes se situent du côté militaire avec les Forces spéciales, le soutien logistique d'unités au sol, le transport rapide et pratique qu'offre ce type de véhicule à des unités aéroportées. Les « tiltrotor » compléteront judicieusement les capacités de projection sur un théâtre d'opération en complémentarité des avions de transports et des hélicoptères.

 

64.jpg

Photos : l’AW609 tiltrotor@ AgustaWestland