16/05/2014

Jet Airways enfin à Paris Charles de Gaulle !

9WCDG_004BD.jpg

Il en aura fallu des mois de négociations pour que la première compagnie privée indienne se pose sur le sol français, mais tout vient à point qui sait attendre.

 

Jet Airways, a depuis quelques mois, un positionnement moins solitaire, a réussi à s'ouvrir d'une façon intelligente pour qu'Etihad Airways rentre dans son capital.

 

Dès lors, tout s'est un peu accéléré, et qui dit Etihiad AIrways pense Sky Team et donc Air France pour Paris.

C'est ainsi que depuis hier, Jet Airways en code share Air France propose de rejoindre Mumbai (anciennement Bombay) à hauteur de deux rotations journalières,

une opérée par Air France et l'autre par Jet Airways, le tout alimenté par vingt-trois "correspondances optimales" sur l'Europe (y compris Genève et Zurich) pour

proposer ensuite un éventail de quarante-six correspondances indiennes, une fois posé à Mumbai.

 

Vols quotidiens à partir du 26 juin prochain, actuellement quatre par semaine.

 

Vols Allers :


Paris-CDG/Mumbai (Bombay) – AF 218 (Code 9W125) : Opéré par Air France
Départ de Paris-CDG à 10h50 / Arrivée à Mumbai (Bombay) à 23h25 

Paris-CDG/Mumbai (Bombay) – 9W123 (Code AF 5108) : Opéré par Jet Airways
Départ de Paris-CDG à 21h10 / Arrivée à Mumbai (Bombay) à 09h50 le lendemain 

Vols Retours :


Mumbai (Bombay)/Paris-CDG – AF 217 (Code 9W126) : Opéré par Air France
Départ de Mumbai (Bombay) à 02h15 / Arrivée à Paris-CDG à 08h10        

Mumbai (Bombay)/Paris-CDG – 9W124 (Code AF 5109) : Opéré par Jet Airways
Départ de Mumbai (Bombay) à 12h00 / Arrivée à Paris-CDG à 17h50                

 

Les voyageurs haute contribution auront accès, avant leur départ, au fabuleux lounge d'Ethiad de l'aérogare 2.

 

Nous avons eu le privilège d'assister à l'arrivée de l'appareil Airbus A330-200 accueilli comme il se doit par deux gerbes d'eau des pompiers de l'aéroport.

Ensuite nous nous sommes rendu dans la zone d'embarquement de l'appareil où fait unique, dans les anales d'Aéroport de Paris, une cérémonie multi-religieuse s'est déroulée pour bénir et protéger l'appareil, ses passagers et les membres d'équipage.

L'esprit "the joy of flying", à l'indienne, vient d'intégrer cet aéroport.

 

Seule question qui reste en suspend, que va devenir le hub indien de Bruxelles, et ses interconnexions vers les Etats-Unis et le Canada ?

L'aéroport étant devenu depuis le contrôle de Brussels Airlines par Lufthansa un lieu très "Miles & More"

 

 9WCDG_013BD.jpg

 

Texte et photos : Paul Marais-Hayer correspondant avia news en France

11:56 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jet airways, paris charles de gaulle |  Facebook | |

15/05/2014

Modernisation des F-16 belges !

belgique-dr_f16.jpg


 

Dans l’attente du choix d’un nouvel avions de combat, la Belgique se lance dans un ultime programme de modernisation de sa flotte d’avions 54 Lockheed-Martin F-16A/B Block15. Le montant de ce programme est estimé à près de 113 millions de dollars.

 

Modernisation limitée :

 

Cette ultime mise à jour des F-16 «Fighting Falcon» belges doit permettre à ceux-ci d’améliorer sensiblement leurs autodéfense et maintenir la capacité d’interopérabilité avec  les appareils en service au sein de l’Otan. Pour une durée de 10 ans et ceci jusqu’à l’arrivée du futur avions de combat qui doit encore être choisi.

 

Les équipements demandés par la Belgique concernes : 

 

69 centrale de navigation inertielle LN-260 couplée à un GPS, 8 équipements de liaison vidéo ROVER IV JTAC (transfert au sol de vidéo de désignation laser), 62 nouveaux émetteurs IFF  ami/ennemi  mode 5 AN/APX-125-62, 32 système de cryptage COMSEC KY-V78. Un système de planification de mission (JMPS), 4 pylônes BRU-61/A pour bombes SDB (Small Diameter Bomb) et finalement 43 nouvelles radios Rockwell-Collins UHF/VHF AN/ARC-210 (V) RT-1990 (C).

 

Les F-16A/B belges :

 

Les Lockheed-Martin F-16A/B «Fighting Falcon»  belges sont entrés en service en 1980 au sein de la Force aérienne belge. Il sont déjà subi de nombreuses mises à jour durant leur carrière opérationnelle. Propulsé un moteur Pratt & Whitney F100-PW-220. Ils sont dotés de missiles avec Raytheon AIM-9M et P4 «Sidewinder»,  AIM-7M «Sparrow» , AGM-65 missiles «Maverick». Ils disposent du radar  Westinghouse AN/APG-66 (V)3 à antenne mécanique.


 

38045793.jpg


 

Photos : F-16A belge @FAB

ATR a le vent en poupe !

Airplane-Picture-Air-KBZ-ATR-72-600.jpg

 

L’avionneur européen ATR Aircraft spécialiste des avions régionaux qui appartient à Airbus Group et Finmeccanica est au mieux de sa forme. L’avionneur annonce plus d’une centaine de commande fermes depuis le début de l’année.

 

Poussée des -600 :

Les ATR de la nouvelle série « -600 » représentent plus de 80% des commandes annoncées pour des appareils régionaux de moins de 90 places. Au cours de ces premiers quatre mois de l’année, les résultats d’ATR ont déjà dépassé les performances commerciales enregistrées pour l’ensemble de l’année 2013, à savoir 89 commandes fermes pour les appareils de cette série.

 ATR a déjà annoncé plusieurs commandes à l'occasion du dernier salon aéronautique de Singapour : 20 ATR 72-600 avec 20 appareils en option pour DAE, société de location implantée aux Émirats Arabes Unis, et 6 ATR 72-600 pour Binter Canarias, compagnie originaire des îles Canaries. Au delà de ces commandes pour 26 ATR 72-600 fermes et 20 options, ATR a signé 8 nouveaux contrats portant sur la vente de 81 avions fermes et des options pour 41 appareils supplémentaires. La plupart de ces nouvelles commandes seront annoncées lors des prochaines semaines.

 

"Cette année est déjà particulièrement dynamique en termes de ventes, et nous espérons continuer  à enregistrer de nouvelles commandes très prochainement", a précisé le président exécutif d'ATR, Filippo Bagnato, cité dans le communiqué. Et d'ajouter : "Au vu de ces résultats hors norme, notre carnet de commandes actuel dépasse largement les 300 appareils". À ce jour, ATR a vendu plus de 470 ATR-600, 150 d'entre eux étant déjà exploités à travers le monde par près de 35 compagnies aériennes.

 

Photo : ATR 72-600 Air KBZ @ATR Aircraft

 

 

12:33 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : atr aircraft, atr 72-600, atr 42-600 |  Facebook | |

14/05/2014

Record de vitesse pour le Falcon 7X!


unnamed-1.jpg

A quelques jours du début du salon aéronautique dédié à l’aviation d’affaires en Europe (EBACE) à Genève, Dassault aviation vient de réussir un nouveau record avec son Falcon 7X. 

Un Falcon 7X a établi un nouveau record de vitesse transatlantique, volant entre Teterboro dans la zone métropolitaine de New York et l'aéroport de London City à une vitesse moyenne de Mach 0,88. L’avion numéro de série 207 immatriculé F-HGHF, a décollé de l’aéroport de Teterboro dans la banlieue de New York à 8h04 heure locale, le 2 mai, avec Philippe Deleume et Olivier Froment, pilotes de la Société, aux commandes et trois passagers à bord.

L’avion était en configuration normale de vol et 5 heures et 54 minutes plus tard, à 18h58 heure locale, il a atterri sur la très courte piste de 1’200 m (4’000 ft) du London City Airport, au centre de Londres. Sur la majeure partie du trajet de 6’452 kilomètres (3’465 nm), le Falcon 7X a volé à la vitesse de Mach 0.88 à 8 800 m d’altitude (29’000 ft – FL290).

Les éléments de ce vol ont été transmis à la Fédération Aéronautique Internationale en Suisse afin de valider ce nouveau record du monde et le rendre officiel.

Le Falcon 7X :

 

Le Falcon 7X doit son succès à sa flexibilité et son faible coût d'exploitation et ses technologies d'avant garde. Le Falcon 7X a été le premier avion d'affaires entièrement conçu dans un environnement numérique et équipé de commandes de vol numériques.

 

Le Falcon 7X offre une consommation inférieure de 15  à 30 % de carburant de moins que les appareils concurrents, ce qui en réduit sensiblement le coût d'exploitation. Sa configuration tri-réacteurs l'autorise à suivre des routes plus directes au-dessus des océans et ainsi de raccourcir les distances, garantissant une économie de temps et de carburant  sur les longues liaisons transatlantiques et transpacifiques.

 

Le Falcon 7X vole plus vite, seul jet d’affaires long-courrier certifié par l’AESA et la FAA pour décoller de l’aéroport de London City, le Falcon 7X possède un rayon d’action de 5 950nm (11 000km), lorsqu’il transporte huit passagers à Mach 0.80. Il ouvre une nouvelle ère d’innovation, de confort et de performances. Le Falcon 7X parcourt 11 000 km (5950 nm) sans escale et relie Paris à Tokyo,  New York à Dubaï, Berlin à Los Angeles,  Johannesburg à Londres.

 

Avec la sortie du 250e exemplaire de l’appareil et ce nouveau record, Dassault aviation peut se réjouir face à une concurrence toujours plus rude et débuter l’ouverture du salon EBACE dans d’excellentes conditions. 


 

unnamed-2.jpg


 

Photos : 1 Le 7X à l’atterrissage 2 l’équipage @ Dassault Aviation


13/05/2014

Gripen : Souveraineté ou mise sous Tutelle ?

1899579420.jpg


 

 

Il semble que certaines personnes n’aient pas encore compris l’enjeu fondamental de la votation de dimanche prochain. On ne vous demande pas de choisir entre un avion ou de nouvelles chaussettes pour nos soldats ! On parle de l’avenir de notre Force aérienne.

 

 

Maintenir les partenariats et rester neutre : 

 

Aujourd’hui notre Force aérienne travaille en collaboration avec nos voisins directes, mais nous avons également mis en place plusieurs collaborations étendues avec des pays plus éloignés avec lesquels nous travaillons lors d’exercices aériens (TigerMeet, Epervier, TLP, Wittmund, Nightway, Noam, Elite ) et d’échange de pilotes.

 

Ce système nous permets d’entretenir de bonnes relations, également d’échanger nos connaissances et pratiquer des entraînements rigoureux. En parallèle, nous restons souverain de notre espace aérien.

 

D’ici 2016, il est prévu de renforcer nos capacités de police aérienne et donc prendre part plus activement à la collaboration directe avec nos voisins avec la mise en oeuvre de QRA 24/24/7.



 

minima.png


 

32 F/A-18 Hornet ne suffiront pas :

 

La flotte actuelle de Hornet peut en principe remplir la tâches de police aérienne, mais uniquement en situation normale sans restriction du trafic aérien. Lors de tensions ou restrictions du trafic lors du WEF, la protection de l’espace aérien requière une présences permanente d’avions de combat en vol. avec l’unique flotte de F/A-18, notre capacité serait de trois semaine. Les appareils devant alors entrés en maintenance. Avec l’arrivée des 22 Gripen E, cette capacité sera doublée.

 

Par ailleurs, la flotte unique de 32 Hornet accomplit  5’000 heures de vol par avion. L’ensemble de la flotte des F/A-18 vole en moyenne 6’000 heures par année, ce qui représente environ 200 heures de vol par avion. Ceci en tenant compte de l’engagement des F-5 Tiger. Les chiffres de fin 2013 démontrent qu’en moyenne, chaque F/A-18 a d’ores et déjà 2’500 heures de vol à son actif. En continuant sur cette lancée, partie des F/A-18 aura atteint la limite de 5’000 heures de vol dès 2025 et l’autre en 2017. Mais comme les F-5 Tiger seront mis au rebut en 2016, et qu’ils ne seront pas remplacés en cas de non au Gripen, la vie des F/A-18 pourrait bien s’achever en 2025 déjà.

 

Mise sous tutelle de notre espace aérien : 

 

La première conséquence en cas de NON au Gripen concernera donc bien la capacité à durer des Forces aériennes tant dans les domaines du service de police aérienne que de celui de la défense aérienne. 

La seconde conséquence proviendra du retrait des F/A-18 dans la période 2025/2030 sans pouvoir disposer d’un avion de combat moderne. A ce moment là, nous ne pourrons plus assumer la protection aérienne ni les partenariats avec nos voisins ! En résulterait la fin de notre Force aérienne et une mise sous tutelle de notre espace aérien par l’Otan. 

 

 

Une tutelle = perte de souveraineté : 

 

A ce propos, je vous livre le commentaire du Président du Centre de politique de sécurité de Genève, François Heisbourg détaillant les enjeux de la crise ukrainienne pour l’Europe et la Suisse. «Un pays qui n’affirme pas sa souveraineté est diplomatiquement et politiquement vulnérable», avertit l’expert en faisant référence à l’achat des avions de combat Gripen !

Le fait d’avoir des avions de combat n’a pas seulement pour objectif de repousser une possible invasion. C’est un signal. C’est l’affirmation de la souveraineté.


 

10013822_671330649598991_4359381910014370790_n.jpg


 

 

Pour le reste vous trouverez encore les nombreux articles détaillés sur le sujet :



Les mensonges des référendaires :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/14/gripen-les...

 

Gripen, un besoin fondamental : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/01/22/gripen-un-...

 

Anti-Gripen un comité de pieds-nickelés : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/06/anti-gripe...

 

Gripen l’avenir des FA : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/13/gripen-l-a...

 

L’obligation de police 24/24 : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/02/17/l-obligati...

 

Gripen, un contrat béton : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/02/gripen-un-...

 

Gripen, des radios clean : 

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/31/gripen-des...


Gripen E, un choix technologique: 


http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/03/30/gripen-e-u...