05/03/2014

Le Boeing Challenger MSA a volé !

2535005655.jpg


Toronto au Canada,  le premier  exemplaire du Boeing Challenger de surveillance maritime (MSA) de démonstration a terminé avec succès son premier vol. Ce vol inaugural devait permettre de vérifier la navigabilité, soit une étape importante, vers la fourniture d'une solution de surveillance maritime à faible risque et ayant un rapport coût/efficacité de premier ordre.

Le 28 février dernier, Boeing en coopération avec Field Aviation et Bombardier Aviation ont  effectué un premier  vol d’une durée de quatre heures à partir de l'aéroport international Pearson de Toronto. Field Aviation a modifié les structures d’un appareil Bombardier Challenger 604 pour l’équiper dans la configuration MSA.

Des vols supplémentaires de navigabilité sont prévus pour les deux prochains mois. Une fois qu'ils seront terminés, l'avion volera depuis les installations de Boeing à Seattle, où les systèmes de mission MSA seront installés et testés.

Le Boeing Challenger MSA : 

Boeing en collaboration avec l’avionneur canadien Bombardier prépare un programme d’avion de patrouille maritime, basé sur une cellule de Challenger 605 (un 604 pour les essais de base). Une fois équipé, le Bombardier Challenger 605 sera proposé sur le marché mondial pour répondre aux besoins en matières de surveillance maritime (MSA).


 

ai-boeing-msa-challenger-1.jpg


Cette nouvelle solution permettra d’offrir un appareil à faible risque technique, étant donné que la cellule du Challenger 605 est éprouvée et que la majeure partie des systèmes de bord seront issus de l’actuel Boeing P-8A «Poseidon». L’avion offrira un grand nombre de fonctionnalités du P-8A «Poseidon», mais avec un prix d'achat beaucoup plus faible, de plus les coûts d'exploitation sont réduits.

C’est la société Boeing Field Aviation qui est chargée de modifier la structure d’une cellule de Challenger 604 puis de 605 et d’y adapter les différents systèmes de missions. Le Challenger 605 MSA permettra en plus, de la surveillance et la détection, la lutte en matière de guerre anti-sous-marine et la lutte anti-navire, ainsi que le renseignement. Pour ce faire, le Challenger 605 MSA reprendra les équipements suivants du Poseidon : le radar multi-mode Raytheon AN/APY-10 à ultra-haute résolution, monté en radôme ventral, le capteur électro-optique rétractable en tourelle à l'arrière du fuselage et la même série d’antennes passives, sous les ailes. L’avion sera également doté d’un détecteur intégré d'anomalie magnétique (MAD). Il est également prévu de proposer le radar européen «SeaSprite» de Selex-ES.


 

MSA demo 1st flight 3.jpg


Photos: 1 & 2 Boeing Challenger MSA @ Boeing/Bombardier


Offensive du Learjet 75 en Amérique latine !

 

4255138494.jpg

Bombardier Aéronautique lance une opération de charme pour présenter que son nouvel avion le Learjet 75 dans toute l’Amérique latine durant une tournée de démonstration spéciale. L’avion atterrira dans certaines villes choisies du Mexique, du Panama, du Guatemala, du Brésil et du Chili, du 4 au 28 mars. L’avionneur canadien compte bien marquer sa place sur le marché d’Amérique latine avec la nouvelle gamme Learjet et ceci, afin, de se positionner pour pouvoir ensuite offrir les gammes Challenger et Global jets.

Le nouvel avion Learjet 75 sera en exposition statique pendant le salon Aero Expo à Toluca, au Mexique, du 5 au 8 mars et pendant le salon FIDAE à Santiago, au Chili, du 25 au 31 mars. Le biréacteur d’affaires Learjet redessiné sera également présenté à divers événements et fera quelques escales au Mexique, au Panama, au Guatemala, en Colombie, au Brésil et au Chili, entre autres.

Les premières livraisons d’avions Learjet 70 et Learjet 75 ont eu lieu en décembre 2013.

 

learjet75fd_web.jpg

Expansion de l’équipe de Bombardier en Amérique latine :


Pour continuer à soutenir le marché latino-américain en plein essor de l’aviation d’affaires, Bombardier Avions d’affaires a également annoncé la nomination d’un nouveau vice-président régional des ventes et de deux nouveaux directeurs des ventes en Amérique latine. Stéphane Leroy, auparavant directeur des ventes, Amérique du Sud et Antilles, est nommé vice-président régional des ventes, Bombardier Avions d’affaires. M. Leroy bénéficiera du soutien de Nicolas Aliaga, directeur des ventes, Amérique latine et centrale. Celui-ci occupait jusqu’à tout récemment le poste de chef des ventes, Avions d’occasion, Amérique latine. Enfin, Michael Anckner est nommé directeur des ventes, Amérique du Sud et Antilles. M. Anckner occupait précédemment le poste de chef des ventes, Amérique latine. Les nouveaux directeurs des ventes, se joindront à l’équipe des ventes existante, formée de Fernando Lacerda, directeur des ventes, Brésil et Saul Arceo, directeur des ventes, Mexique.

Avion Learjet 75 :

Basés sur le design intérieur et la technologie du Learjet 85, les avions Learjet 70 et Learjet 75 offrent des fauteuils au confort et au design améliorés, un système de gestion cabine avec écrans tactiles individuels à contrôle audio-vidéo complet, éclairage à DEL dans tout l’avion, généreux rangement à bagages et office spacieux offrant une aire optimisée de commissariat, de travail et de rangement. Avec une autonomie maximale de plus de 2’000 milles marins à des vitesses de croisière allant jusqu’à Mach 0,81, l’avion Learjet 75 pourra transporter quatre passagers et deux membres d’équipage sans escale de Toluca à Toronto et de São Paulo à Santiago. De plus, ses puissants moteurs et ses ailettes de bout d’aile redessinées lui permettent de transporter huit passagers avec un plein de carburant.

 

bombardier,learjet 75,learjet 70

 

Photos : 1 Learjet 75 à EBACE 2013 @Pascal Kümmerling  2 Cockpit 3 Intérieur @Bombardier

11:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bombardier, learjet 75, learjet 70 |  Facebook | |

04/03/2014

Le premier Eurofighter T3 italien !

First%20Italian%20Tranche%203%20Eurofighter%20Typhoon-1.jpg


 

Turin, le premier exemplaire de l’Eurofighter T3A Block15 (tranche 3) destiné à la force aérienne italienne, est officiellement sorti de la chaine d’assemblage d’Alenia Aermacchi. Cet appareil fait partie d’une commande 21 aéronefs. La sortie du premier Eurofighter T3A destiné à la RAF était intervenue en automne dernier depuis les ateliers de BAe Systems en Angleterre.

 

 

Airbus Eurofighter T3A Block20 :

 

L’Eurofighter T3 (F3) dispose du radar AESA E-CAPTOR. Pour permettre le bon fonctionnement de l’AESA, la puissance électronique a été augmentée et un nouveau système de refroidissement doit être adapté. L’arrivée du E-CAPTOR permettra grâce à son antenne AESA d’effectuer des tâches multiples simultanément. Le nouveau radar conserve les principales caractéristiques de l'architecture du radar ECR-90 CAPTOR-M actuel, mais il est  doté d’une antenne AESA en lieu et place de l’actuelle antenne mécanique. Il est prévu d’exploiter la maturité du système actuel et d’y adjoindre le mode AESA. Eurofighter GmbH et Euroradar et Selex-ES, de concert avec leurs partenaires industriels ont commencé le développement à grande échelle de la nouvelle génération d’antenne radar AESA (Active Electronically Scanned Array). L'objectif est de permettre une mise en service du nouveau radar pour 2018 et de ce fait, répondre aux exigences des pays partenaires et clients à l'exportation. De plus, la tranche «3» dispose d'un câblage en fibre optique pour la mise en oeuvre de futurs armements.

 

Dans le cadre du contrat de la Tranche 3A signé en 2009, un total de 112 appareils ont été commandés pour les quatre nations partenaires européens de l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni. Cependant, l’Allemagne vient de dénoncer sa commande (37 avions) pour des raisons financières. La commande totale d’Eurofighter de l’Allemagne s’élève au final à 143 appareils, dont 100 ont d’ores et déjà été livrés pour un montant de 14 milliards d’euro.

 

Depuis l'entrée en service du premier Eurofighter «Typhoon II»  à la fin de 2003, plus de 400 Eurofighter ont été livrés à six pays : l'Allemagne, le Royaume-Uni, Italie, Espagne, l’Autriche et Arabie Saoudite . En Décembre 2012, Oman est devenu le septième client avec une commande de 12 avions. L'Eurofighter «Typhoon II» est actuellement en service dans 21 unités opérationnelles et la flotte a réalisé plus de 220’000 heures de vol dans le monde entier.

 

Nouveau départ en Arabie Saoudite:

 

BAe Systems est parvenu re-négocier à la hausse le prix des 72 exemplaires de l’ Eurofighter destinés à l’Arabie Saoudite. Cette décision permettra de lancer la seconde tranche d’Eurofighter destiné à ce pays.


 

141756937.jpg


 

Photos : 1 Eurofighter T3A italien 2 Eurofighter T2 Arabie Saoudite @ Airbus Eurofighter

Le troisième CSeries prend son envol !

03_03_ftv3_first_flight_en.jpg

 

 

Montréal, le troisième exemplaire du CSéries no : FTV-3 a effectué hier son premier vol et rejoint ainsi les deux premiers modèles.

 

Le troisième CSeries va principalement servir aux essais de l’avionique et de l’ensemble des systèmes électriques. L’avionneur Bombardier a accumulé un peu plus de 100 heures d’essais en vol combinés entre le FTV-1 et le FTV-2.

 

Nouveau calendrier :

 

Bombardier Aéronautique a confirmé que le programme d’avions CSeries fait de solides progrès et que les résultats de performance initiaux correspondent aux attentes de la Société. Cependant, selon l’examen approfondi du programme CSeries après le vol inaugural de l’avion CS100 du 16 septembre 2013, la phase des essais en vol exigera plus de temps qu’il n’avait été prévu au départ pour veiller à ce que, entre autres, les systèmes de l’avion présentent la maturité nécessaire à la réussite de l’entrée en service. L’entrée en service de l’avion CS100 est maintenant prévue pour la seconde moitié de 2015 et sera suivi par l’entrée en service de l’avion CS300 environ six mois après. Ce report de presque une année du calendrier n’est finalement pas une grosse surprise, il est la suite logique du retard pris lors du vol inaugura,l qui avait été repoussé à de nombreuses reprises.

 

Swiss client de lancement :

Dès 2015, SWISS introduira dans sa flotte le tout nouveau Bombardier CSeries qui viendra remplacer progressivement et sur une période d’environ 2 ans les 20 appareils Avro RJ100 existants.

 Ce nouveau type d’appareil bénéficie d’une technologie de pointe pour ses réacteurs, systèmes et matériaux, montrant ainsi la voie en matière de rentabilité et d’écocompatibilité. Par rapport à la flotte Avro, la consommation de carburant diminuera du quart environ. De plus, pour la sensation auditive humaine, ce nouvel appareil n’atteint que la moitié du niveau de bruit de son prédécesseur.

 Grâce à une cabine au design innovant, les passagers pourront compter sur un confort de voyage considérablement accru.

 

yourfile.jpg

Photos : CSeries FTV-3 lors de son premier vol @ Bombardier

 

12:30 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bombardier, cseries, ftv-3, bombardier cseries |  Facebook | |

03/03/2014

La Suisse devrait produire les pylônes du Gripen E !

1899579420.jpg

 

 

Emmen, l’entreprise suédoise de défense et de sécurité Saab a signé avec la société Ruag d’Emmen (LU) un contrat évalué à 68 millions de francs pour le développement et la production des pylônes du Gripen E. 15,5 millions de francs prennent effet immédiatement.Ruag a convenu d’exécuter le contrat en y associant des sous-traitants de taille petite et moyenne de la Suisse Romande et de la Suisse italienne.

 

Les pylônes, qui constituent des éléments structurels importants et significatifs du Gripen E, ont une fonction de support pour les armes, les nacelles de reconnaissance et les réservoirs de carburant externes. Ils ont été commandés en vue d’équiper les 22 Gripen E destinés à la Suisse ainsi que les 60 Gripen E destinés à la Suède (les futurs Gripen E brésiliens seront également concernés).«Les pylônes sont des produits de haute technologie», a déclaré Henry Johansson, responsable chez Saab du programme de coopération industrielle. «Tout comme le Gripen E lui-même, ils doivent avoir une forme aérodynamique et supporter des charges extrêmes. Ils contiennent également des éléments électroniques et mécaniques, notamment un mécanisme de largage.»Lennart Sindahl, CEO adjoint de Saab, a déclaré : «Il s’agit d’une nouvelle étape dans la mise en place de relations d’affaires à long terme avec l’industrie suisse dans le cadre du programme Gripen E.

 

 Par ailleurs, nous sommes en train de sous-traiter d’autres éléments du Gripen E en Suisse afin de renforcer la collaboration entre nos pays au sein du programme.» La commande à Ruag comporte quatre lots de travaux. Trois d’entre eux pour une valeur de 15,5 millions de francs prennent effet immédiatement: la conception des pylônes, leur développement jusqu’à la phase de production en série et la fabrication des prototypes pour trois avions d’essai Gripen E. La production effective à grande échelle pour l’ensemble des Gripen suédois et suisses pourrait – en cas d’un résultat négatif du référendum Gripen, être attribué a des tiers. En effet, l’achat du Gripen E par la Suisse – qui est subordonné à l’issue du référendum de mai – est lié à la réalisation par Saab d’un programme de coopération industrielle avec l’industrie suisse pour un montant de 2,2 milliards de francs. Fin 2013, Saab avait déjà conclu pour plus de 300 millions de francs d’affaires avec 125 entreprises en Suisse.

 

 

 

 

gripen,gripen offsets,gripen suisse,blog gripen,référendum gripen,oui au gripne,gripne ja,gripen e,votation gripen,votation 18 mai

 

A ce jour, armasuisse, le centre de compétences de la Confédération pour l’acquisition de matériels de défense, a analysé et accepté des transactions représentant 250 millions de francs au titre de la compensation. Le solde est cours d’examen. Les fournisseurs des armes du Gripen E ont par ailleurs une obligation de compensation supplémentaire de 300 millions de francs, ce qui porte la totalité du programme industriel à 2,5 milliards de francs en faveur de la Suisse.Saab dispose de dix années pour honorer le reste de ses obligations. «Nous travaillons sans cesse à accroître le nombre de partenaires avec lesquels nous serons en mesure de construire des relations d’affaires à long terme», a déclaré Lennart Sindahl.

 

Parmi ceux-ci pourrait figurer un consortium suisse chargé du développement de logiciels avancés dans le cadre du programme Gripen E. Parmi les points forts de 2013, il convient de mentionner: la conclusion par Saab de contrats pour plus de 20 millions de francs dans toutes les régions de Suisse,·la commande d’un montant de 25 millions de francs passée par General Electric, le fabricant du moteur F414, à Sauter Bachmann, implanté à Netstal (GL), pour la production de composants, le contrat de 8 millions de francs conclu par Selex, le fabricant du radar du Gripen E, avec la société Orolia de Neuchâtel.