07/01/2015

2014, une année record pour Boeing !

737-Max-Family-2-copy.jpg

 

L’année 2014 a particulièrement bien réussi à l’avionneur américain Boeing, qui vient de publier ses chiffres. L’avionneur a dépassé ses objectifs, tant en termes de commandes d’avions que de livraisons d’appareils. Il faudra attendre encore un peu pour connaitre les chiffres d’Airbus, ceux-ci s’annoncent également très bons.

Boeing annonce avoir livré 723 avions en 2014. Il en avait livré 648 un an plus tôt. Avec un total de 1432 commandes net, Boeing bat son dernier record de 2013 qui était de 1355 contrats net. Ces commandes sont estimées à une valeur de 232,7 milliards de dollars au prix catalogue.

Les moyen-courriers représentent toujours une part écrasante des ventes (plus de 65 %). Boeing a vendu 1104 moyen-courriers de la famille « 737 ». A noter  le score historique du B777, qui dépasse le seuil des 200 appareils, à 283 exemplaires. En revanche, le compteur du jumbo B747-800 est resté bloqué sur zéro en 2014. Décidemment les très-gros porteurs n’ont pas de vents favorables.

En 2014, trois programmes commerciaux individuels obtenus des records de livraison avec : pour le B737 485 avions  livrés, pour le B777  99 avions livrés et 114 B787.

Plus de B787-900 pour Air New Zealand !

787-9_ANZ_K66264[1].jpg

 

Seattle, Air New Zealand a finalisé une commande pour deux autres B787-900 « Dreamliner », d'une valeur estimée à 514 millions au prix catalogue actuels de l’avionneur.

Cette commande fera passer la flotte d’air New Zealand à  un total de 12 B787, qui seront opérés en parallèle à 15 B777-200ER (Extended Range) et B777-300ER.

Air New Zealand est le client de lancement du B787-900 et exploite actuellement trois avions dans sa flotte. Avec l'annonce d'aujourd'hui, la compagnie aérienne a maintenant neuf 787-900 en commande.

Le B787-900 complète et étend la famille « 787 », offrant aux compagnies aériennes la capacité de croître sur les routes ouvertes avec le B787-800. Avec un fuselage allongé de 20 pieds (6 mètres), le B787-900 peut voler avec 40 passagers plus sur 450 milles nautiques supplémentaires (830 km) avec la même performance environnementale.

A ce jour, 58 clients dans le monde ont commandé B787 qui atteint un carnet de commande de  1'071 appareils.

Photo : B787-900 Air New Zealand @ Boeing

06/01/2015

Pologne: trois hélicoptères en course !

AW149Ar.jpg

 

 

Varsovie, le remplacement de la flotte d’hélicoptères de transport Mil Mi-7/17 vient d’entrer dans sa dernière ligne droite, comme prévu, trois soumissionnaires s’affronteront en pour pour fournir 70 hélicoptères multirôles (versions tactique, navale et de sauvetage) aux forces armées polonaise.

 

Dernière ligne droite : 

 

Le choix devait initialement tomber en novembre dernier, mais une étude supplémentaire des compensations industrielles proposées par les soumissionnaires a dû être réalisée. Celle-ci a permis de clarifier les propositions de fabrication de sous-ensembles d'hélicoptères, la création de centres de révision des principaux composants ainsi que de la production et la révision des armes et systèmes d'armes pour le hélicoptères.

 

La Short-list :

 

Trois compétiteurs sont toujours en concurrence depuis le mois d’avril 2013, il s’agit des modèles suivant : 

 

L’AgustaWestland AW-149 : 


webaw149.jpg


 

Cette machine s’inscrit dans le cadre d’un appareil de transport moyen tonnage de la classe 8 tonnes, pouvant accueillir 18 soldats en version militaire et capable d’effectuer une vaste gamme de missions telles que le transport de troupes, les missions de logistiques, de reconnaissance, surveillance et SAR (Search And Rescue). En version civile il sera capable d’effectuer le levage de charges importantes et le transport VIP.

Doté des dernières technologies en matière d’équipements, ce bimoteurs intègre deux turbine General Electric GE CT7-2E1 FADEC et dispose d’un tout nouveau système de transmission de puissance. De part son architecture électronique, il  sera capable d'être équipé des systèmes requis par le client en fonction de ses besoins pour effectuer une vaste gamme de rôles et être facilement «re-roled» ou mis à niveau pour répondre aux besoins futurs d’exploitations.

 

Du Sikorsky S-70i «Black-Hawk» :  


Sikorsky_S-70i_Black_Hawk_SP-YVC_ILA_2012_07.jpg


 

Le Sikorsky S-70i est un dérivé des versions MH-60 destiné à l’exportation. La nécessité d'une plate-forme d'un tout nouveau Black-Hawk. Le Hawk «M» a émergé durant les années 1990 avec l'obligation de mettre à jour l’avionique analogique des UH-60A et UH-60L avec un cockpit numérique intégré, des commandes de vol numériques doublées et des moteurs plus puissants et des améliorations structurelles. Conçu par Sikorsky est doté d’une interface de Lockheed Martin, le S-70i (MH-60) représente l’évolution des versions précédentes, grâce aux leçons apprises durant les différents déploiements et durant les nombreuses opérations de ces dernières années. Cette nouvelle version permet un engagement multi-missions en utilisant un équipage de trois personnes.

 

Outre, l’attaque de navires et de sous-marins, l’hélicoptère est susceptible de remplir l’ensemble des missions secondaires telles que : la recherche et le  sauvetage (SAR), le  ravitaillement vertical, le soutien aux incendies de surface, l’évacuation médicale (MEDEVAC)  ainsi que le relais des communications.

 

Et de L’ Eurocopter EC-725 :


eads-12232008-hr.jpg


 

L’Eurocopter EC725 est la dernière version du «Super Puma» et de la famille «Cougar». Cet hélicoptère de 11 tonnes  bimoteur est équipé d'un rotor à  cinq pales et d'un réservoir de carburant de grande capacité, offrant des performances et une autonomie plus grande de vol. Il a été conçu pour effectuer de multiples missions, telles que la recherche et sauvetage de combat (SAR), Le  de transport aérien tactique, longue distance le  transport en ambulance aérienne (MEDEVAC), l'appui logistique et  les  missions navales.

L'EC725 est également équipé d'une tourelle FLIR qui lui donne une capacité d'intervention nocturne et tout temps.

 

 

Le vainqueur devrait être connu dans la seconde moitié de cette année.

 

 

Photos : 1 Image de Synthèse AW149 2 l’AW149 @ AgustaWestland 3 Sikorsky S-70i @ Sikorsky 4 Airbus Helicopter EC725 @ Airbus Group

Israël, avionique des F-16 au plus haut niveau !

 

1708638142.jpg

L’Etat Hébreu maintiendra au plus haut niveau sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 C/D. La modernisation actuelle de la flotte touche à sa fin, mais Ministère de la Défense vient  d’accorder une Elbit Systems une enveloppe d’environ 90 millions de dollars en vue  de maintenir l'avionique de ses chasseurs.

L’objectif est de tenir l’avionique au plus haut degré de performance en assurant des mises à jour sur 11 ans. Par ailleurs, un centre national de maintenance destiné à la flotte de F-16 sera créé.  Cette méthode de service offre la disponibilité de modernisés les systèmes tout en économisant les coûts.

L’aviation israélienne dispose de 324 avions de combat F-16, ce qui en fait le premier utilisateur dans la région.

Photo : F-16C Block60 israélien

05/01/2015

Rafale, l’Inde met la pression !

1759.jpg

 

New Dehli, en ce début d’année l’Inde vient de lancer une petite bombe, concernant le programme d’avion de combat Rafale. En effet, la division de la communication du ministère indien de la Défense annonçait en fin de semaine dernière, que celle-ci, pourrait remplacer l’achat de l’avion de combat français, par des chasseurs russes Su-30 MKI.

 

Cette déclaration fait suite à l’annonce du ministre indien de la Défense concernant les «difficultés» rencontrées, dans les négociations qui portent sur l’achat de 126 avions Rafale, pour un contrat estimé  à plus de 20 milliards d'euros, armements et soutien compris. Pour le ministre indien de la défense: « la France refuse de respecter les conditions posées par l'Armée de l'air indienne lors de l'appel d'offres».

 

La Russie se profile : 

 

La Russie tente de jouer les troubles-fêtes avec en arrière plan, le conflit qui envenime ses relations avec la France, en ce qui concerne la livraison retardée du premier bâtiment de type Mistral. Le ministère indien de la Défense confirme pour sa part que la Russie a offert un lot de Sukhoi Su-30MKI, avec construction en Inde pour un prix de revient de l’ordre de de 56 millions de dollars, soit plus de deux fois moins cher que le prix d'un Rafale. L’Inde est déjà en contrat avec le Su-30MKI, il serait donc facile de compléter ceux-ci

 

Réelle menace ou coup de bluff ?

 

Si l’offre de Moscou doit être prise au sérieux, l’annonce indienne a de quoi surprendre. En effet, si des erreurs ont été commises de part et d’autres dans le cadre de la proposition du Rafale à l’Inde au début du projet. Les deux parties ont réussi ces 12 derniers mois, à faire avancer de manière positive le dossier. Le cadre du montage des Rafale par Hindustan Aeronautics LTD (HAL) n’est plus un problème aujourd’hui, par exemple. Les négociations franco-indiennes sont désormais entrées dans une phase terminale, qui doit conduire à la signature de l’ambitieux contrat Rafale, d’ici six mois au plus tard.

 

Alors pourquoi cette annonce ? Justement, nous voici arrivé dans le dernier carré des négociations, L’Inde se retrouve en situation de force face à l’avionneur français qui peine à vendre son fleuron. Les indiens mènent en parallèle plusieurs programmes militaires particulièrement coûteux, avec les avions de combat Tejas et T-50 PAK-FA, avions ravitailleurs, avion de détection avancée, nouveaux avions écoles et hélicoptères (sans oublier la modernisation des Mirage 2000 et des Jaguar). Ce pays a tout intérêt à faire pression sur le prix ! Cette annonce indienne est une tentative de faire baisser le prix du Rafale, ni plus ni moins.

 

Analyse  :

 

Cette dernière ligne droite pour le Rafale en Inde est aussi l’occasion d’un dernier bras-de-fer dans des négociations qui durent depuis plus de deux ans. L’Inde n’a pas intérêt à faire capoter cet achat, bien au contraire. L’offre de transfert de technologie est bien trop importante pour cela.

Finalement, le plus grand risque aujourd’hui, concerne une éventuelle vente à perte du Rafale (si le prix devait par trop baisser). Perte qui serait compensée par l’Etat français, soit le contribuable. La vente du Rafale à l’Inde comporte encore quelques embûches qu’il ne faut pas sous-estimés. 

 

su302.jpg

 

Photos : 1 Rafale aux couleurs indiennes, encore incertain ? @ Dassault 2 Sukhoi Su-30MK1 Indien@ IAF