06/10/2018

Qatar Airways veut plus d’A350-1000 !

Qatar-Airways-A350-1000-launch-operator-2.jpg

Qatar Airways a converti cinq A350-900 actuellement en commande en A350-1000 de plus grande capacité. Ce nouveau signe de confiance pour l’avion de plus grande capacité de la famille A350 XWB reflète le besoin de croissance et de capacité de la compagnie cinq étoiles tout en offrant le meilleur niveau de confort et d'efficience possible.

Cette modification de commande renforce le positionnement de Qatar Airways en tant que principal client de l'A350-1000, avec une flotte de 42 avions. Le fuselage de l'A350-1000 est sept mètres plus long que celui de l'A350-900 et affiche une capacité supérieure (44 sièges de plus dans la configuration cabine de Qatar Airways) qui répond parfaitement aux besoins de la compagnie sur ses liaisons long-courriers en plein essor.

"Qatar Airways se réjouit d'avoir transformé sa commande précédente de cinq A350-900 en version A350-1000, lancée plus récemment", a déclaré Son Excellence Akbar Al Baker, Chief Executive de Qatar Airways Group. "Depuis la réception du premier A350-1000 au monde en février 2018, nous sommes très satisfaits des performances de l'avion, ce qui nous a incités à faire évoluer notre commande initiale. L'A350-1000 est un complément précieux à notre flotte et a été très bien accueilli par nos passagers qui apprécient les niveaux sans précédent de confort et de technologie de cet avion de nouvelle génération."

Les A350-1000 de Qatar Airways sont équipés des sièges de classe affaires Qsuite, véritable signature de la compagnie, qui offrent un niveau supérieur d'innovation en termes de confort durant le vol. Avec 76 appareils en commande, Qatar Airways, principal client de l'A350 XWB, exploite actuellement 30 A350 XWB, dont 27 A350-900 et 3 A350-1000.

L'A350 XWB est une toute nouvelle famille de gros-porteurs long-courriers de moyenne capacité qui contribue à façonner l'avenir du transport aérien. L'A350 XWB bénéficie d'une conception aérodynamique innovante, d'un fuselage et d'une voilure en fibre de carbone, ainsi que de nouveaux moteurs Rolls-Royce à faible consommation de carburant. Ensemble, ces toutes dernières technologies se traduisent par des niveaux d'efficience opérationnelle incomparables, notamment une réduction de 25% de la consommation de carburant et des émissions, et des coûts de maintenance significativement réduits. Outre un aménagement spacieux et calme, la cabine Airspace offre une ambiance, un design et des services supérieurs qui contribuent à de meilleurs niveaux de confort et de bien-être et définissent de nouveaux standards en termes d'expérience de vol pour l'ensemble des passagers.

À ce jour, Airbus a enregistré un total de 890 commandes fermes pour l’A350 XWB, émanant de 46 clients dans le monde, qui font déjà de cet appareil l'un des gros-porteurs les plus plébiscités de tous les temps.

Photo :A350-1000 Qatar Airways @ Aribus/P. Masclet

05/10/2018

L’AGM-88E validé sur Tornado ECR !

30.jpg

L'Aeronautica Militare Italiana (AMI, forces aériennes italiennes) a terminé les tests opérationnels du missile guidé anti-radar Raytheon AGM-88E AARGM (Advanced Anti-Radiation Guided Missile)

sur son avion de combat et de reconnaissance Tornado ECR. Les essais en vol ont été effectués au centre de guerre navale américaine de China Lake, en Californie, et ont abouti à deux frappes directes sur des cibles de défense aérienne. Ces tests réussis, la livraison d'AARGM aux unités opérationnelles va pouvoir se faire.

L’AGM-88E AARGM:

Le système AARGM est basé sur le missile original AGM-88 HARM développé par Texas Instruments et désormais produit par Raytheon. La version d'AARGM de l'AGM-88E est une mise à jour qui peut être appliquée aux armes existantes. En plus de disposer d'une antenne radar optimisée pour cibler les radars émetteurs, l'AARGM dispose d'un processeur de signal numérique et GPS. La principale différence, cependant, est que cela ajoute un chercheur de radar à ondes millimétriques pour un guidage terminal précis. Le nouveau système de guidage permet de cibler le missile sur des cibles non radar, lui permettant ainsi d’offrir une capacité tactiquement significative contre des cibles opportunistes sensibles au facteur temps. Pour ce faire le missile est doté un autodirecteur multimode pour contrer la capacité d'arrêt du radar ennemi. Le missile a une longueur de 417 cm, un diamètre de 25,4 cm et une envergure de 112 cm. Le poids du missile est de 361 kg. Il peut intercepter des cibles dans la plage de 60nm ou plus tout en volant à une vitesse de Mach 2+.

440px-AGM-88E_HARM_p1230047.jpg

Déjà opérationnel aux USA :

L ‘AGM-88 E est déjà opérationnel depuis 2012 et la pleine production a débuté cette année. L’arme est entrée en service au sein de l’US Navy et le Marine Corps sur le F/A-18C/D « Hornet » et le F/ A-18E/F « Super Hornet », ainsi que sur le EA-18G « Growler ». Le missile est également qualifié sur le F-35. Le Tornado ECR devient le quatrième appareil à pouvoir utiliser l’engin.

L’Italie a lancé un contrat d’acquisition de 171 millions de dollars avec le Naval Air Systems Command pour la production à plein tarif du Lot 7 de l’AGM-88E. Ce lot couvre la conversion de 32 AGM-88B fournis par le gouvernement américain dans la configuration AARGM.

098.jpg

 

 Photos : 1 & 3 Tornado ECR italien @ AMI/Duncan Monk 2l’AGM-88 E @ Raytheon

 

 

Le S-97 « Raider » a atteint les 200 nœuds !

raider.jpg

Sikorsky a révélé que son prototype d'hélicoptère S-97 « Raider » avait atteint plus de 200 nœuds (370 km/h) lors des tests effectués par le centre de développement de West Palm Beach. Cet exploit a été accompli par le second de deux prototypes, qui a repris les activités de test du «  Raider » en juin après que le premier aéronef eut subi un accident lors de l’atterrissage en août 2017.

Le programme en vol du S-97 « Raider » dépasse les attentes prévues par l’hélicoptériste Sikorsky et démontre sa vitesse, sa maniabilité et son agilité révolutionnaires. La technologie X2 représente un ensemble de technologies nécessaires au combat à venir, permettant au futur combattant de s’engager dans un conflit de haute intensité à tout moment, n’importe où.


Le «Raider» est basé sur la technologie du X-2 développé par Sikorsky à la fin des années 2000. Le démonstrateur X-2 est une plate-forme de 5’000 livres, alors que le «Raider» est d'environ 11’000  livres et permettra d’emporter jusqu’à six soldats en mode assaut. En mode reconnaissance, cet espace pourrait être utilisé pour l'équipement supplémentaire ou des munitions avec 2 pilotes et réservoirs de carburant auxiliaire. Outre, sa vitesse maximale presque deux fois supérieure, à 250 nœuds, le S-97 sera plus manœuvrable et aura une signature acoustique plus faible qu’un hélicoptère standard.

Le principe des rotors contrarotatifs coaxiaux à hélices propulsives offrent des vitesses de croisière allant jusqu'à 250 kt (253 mph), plus du double de la vitesse des hélicoptères classiques, selon Sikorsky. Le S-97 est propulsé par un moteur General Electric YT706, une variante du CT7. 

Pour Sikorsky, ces attributs permettront au S-97 d’égaler ou dépasser les exigences de l’US Army pour son prochain hélicoptère léger polyvalent, car celui-ci, sera en plus, très performant dans les opérations à haute altitude qui posent problème aux hélicoptères légers actuels.

3375231291.jpg

Photos : le S-97 « Raider » @ Sikorsky

 

 

 

 

 

 

04/10/2018

Boeing offre le E-7 « Wedgetail » aux anglais !

2058568210.jpg

Le ministère britannique de la Défense (MOD) est en pourparlers avec l’avionneur Boeing en vue de l’acquisition du système d’alerte précoce et de contrôle aéroporté de type E-7 « Wedgetail ».

Après une analyse du marché et des discussions avec des fournisseurs d'autres systèmes, le ministère de la Défense britannique a conclu que le E-7 « Wedgetail » était l'avion le plus économique disponible et qu'il pourrait potentiellement être utilisé en collaboration avec l'Australie, alliée et membre du groupe «Five Eyes».

"Le Wedgetail est l'acteur le plus remarquable dans notre quête d'un nouvel avion de surveillance des espaces de combat et a déjà fait ses preuves en Irak et en Syrie avec la Royal Australian Air Force", a déclaré le secrétaire à la Défense, Gavin Williamson. «Notre avenir avec l'Australie nous verra déjà opérer le même avion de patrouille maritime, des navires de guerre de type 26 de classe mondiale et des avions à réaction supersoniques F-35. Le « Wedgetail » pourrait rejoindre ce formidable arsenal et nous aider à travailler ensemble pour faire face aux menaces globales auxquelles nous sommes confrontés. "

S'il était sélectionné par les anglais, l'avion remplacerait l’actuel Boeing E-3D « Sentry », entré en service dans la Royal Air Force en 1992. Le nombre d'avions que le MOD envisageait d'acheter et à quel prix n'a pas été révélé, mais quatre ou six avions pourraient être achetés. On estime le prix d’un E-7 à près de 1 milliard de dollars.

Le ministère de la défense précise que les discussions avec Boeing permettront ensuite de se faire une idée complète de l’avion. La décision finale ne sera prise qu’avec un processus d’approbation formel qui examinerait les exigences de la RAF et le prix de l’avion.

Des craintes et un choix :

Au mois de juillet, le Comité parlementaire de la Défense du Royaume-Uni, composé de représentants de plusieurs partis britanniques, a fait part de leurs préoccupations quant à l’intention, selon la rumeur du moment, de proposer un contrat pour le E-7 « Wedgetail » sans mise en concurrence ouverte, soulignant qu’il existait des plates-formes alternatives. Un autre candidat possible pourrait être le système « GlobalEye » de Saab, basé sur le biréacteur d’affaires Bombardier Global 6000 et en cours de développement pour le client de lancement, soit les Émirats arabes unis.

Pour autant le « Wedgetail » semble le favori pour le contrat anglais, et ceci pour deux raisons : D’une part le E-7 est déjà en service dans trois pays (Australie, Corée du Sud et Turquie) et de l’autre l’avion permettrait une bonne communité avec l’allié australien.

Le B737 «Wedgetail» AEW &C :

1971763277.gif

Basé sur le Boeing 737-700  «Next-Generation» commercial, l'AEW&C E-7A « Wedgetail » est conçu pour fournir la surveillance de l’espace aérien et la gestion de celui-ci  grâce à son  radar à balayage électronique radar qui retransmet à  l’équipage de la mission l’ensemble des cibles aériennes et maritimes en temps réel. L'équipage de mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

Le radar MESA peut détecter jusqu’à 1’000 objets volants dans le même temps. Lorsque le degré de surveillance est en mode 360°, il peut détecter les avions ennemis dans un rayon de 370 km, et lorsqu’il concentre le faisceau dans une direction, il peut détecter des cibles à des distances allant jusqu'à 500 km. En d'autres termes, si l'avion vole près de la frontière. Avec les différents modes, le radar peut même détecter des cibles en mer. L'équipage de la mission peut diriger les forces offensives et défensives tout en maintenant une surveillance continue de la zone opérationnelle.

875519261.jpg

Photos :Le E-7 Wedgetail de la RAAF @ RAAF

 

 

Livraison du premier G500 !

1003864128.jpg

Gulfstream Aerospace a livré le premier exemplaire de son nouveau jet d’affaires le G500 à un client nord-américain, marquant ainsi officiellement l'arrivée d'une nouvelle génération d'avions d'affaires à grande cabine dans la société basée à Savannah, en Géorgie. Le client a réceptionné le Twinjet fly-by-wire quatre ans à peine après l'annonce du lancement du G500.

"Nous sommes fiers du travail accompli par nos fournisseurs et nous-mêmes pour fournir un avion à la fine pointe de la technologie qui dépasse les attentes de nos clients et perpétue la longue tradition d'excellence des avions Gulfstream", a déclaré le président de Gulfstream, Mark Burns.

Le G500, qui a reçu à la fois ses certificats de type FAA et de production le 20 juillet dernier, entre en service avec les garanties de performances et de confort de la cabine. Une flotte d'essais en vol de cinq G500 a enregistré plus de 5’000 heures de test de développement, de démonstration et de certification. En outre, le G500 a également établi plus de 20 nouveaux records de vitesse lors d'un tour du monde à grande vitesse plus tôt cette année.

Pendant ce temps, son grand frère le G600 progresse vers la certification d’ici la fin de l’année et les livraisons suivront en 2019.

2478255484.jpg

La nouvelle gamme G500 & G600 :

De conception entièrement nouvelle, ces deux nouveaux jets d’affaires entreront en service respectivement en 2018 et 2019. Le G500 et le G600 remplaceront respectivement dans la gamme de l’avionneur les actuels  G450 et G550. 

Le G500 et G600 représentent l'aube d'une nouvelle ère dans la conception du poste de pilotage, l'intégration, la fonctionnalité, l'ergonomie et même esthétique. Gulfstream intègre un nouveau mini-manches de contrôle actif sur les deux nouveaux avions.  L’avionique sera dotée du système Gufstream Symmetry Flight Deck dérivée du Primus  Epic d’Honeywell.

En matière de cabine, le G500 et G600 offrent un environnement de cabine pressurisée à l'altitude la plus basse de la cabine sur le marché. Alors qu'ils volent à 51’000 pieds ( 15’545 mètres), les passagers se sentiront comme s'ils étaient debout sur ​​la terre ferme  à peine 4’850 pieds (1478 mètres). Quant à l'air frais, les ingénieurs de Gulfstream ont mis au point, un moyen d'introduire 100% d’air frais dans la cabine. Ce système permettra de  renouveler l’air en cabine toutes les deux minutes. 

Le G500 est capable de voler 5,000nm (9260 km) G500 et reliera Doha non-stop avec Londres, Genève et Paris à Mach 0,90. Les G500 et G600 seront dotés de moteurs Pratt & Whitney Canada PW814GA, un changement important, puisque la gamme Gulfstream était fidèle à Rolls-Royce jusqu’ici. Le G600 sera capable de voler 6,200nm (11’482km). Les deux appareils pourront voler avec 19 passagers en configuration maximum. 

4077743099.png

Photos : 1le G500 présneté à EBACE @P.Kümmerling 2Intérieur 3G500 & G600 @ Gulfstream