22/10/2014

La Finlande prépare le remplacement des F/A-18 !

DSC_874.jpg

 

 

Helsinki, la Finlande prépare le remplacement de sa flotte de 64 Boeing F/A-18C/D «Hornet» acquise au début des années 1990. Pour ce faire, le gouvernement prévoit une enveloppe de 7,6 milliards de dollars.

 

Le ministère finlandais de la Défense (MoD) a lancé un groupe de travail au début  du mois d’octobre pour examiner les capacités de maintenance et de performance des candidats potentiels. Pour la Finlande, le retrait des premiers Hornet devrait débuter en 2025 pour s’achever en 2030.

 

Première évaluation : 

 

Pour l’instant le groupe de travail est entré dans une première phase de travail qui prévoit d’analyser sur papier les différents types d’aéronefs susceptibles d’entrer en concurrence pour le remplacement des F/A-18C/D. Le groupe de travail préliminaire ne prendra pas position sur le type ou le nombre d'avions qui doivent être achetés, mais doit définir une liste d’avions potentiels. Cette première phase sera achevée à la mi-2015.

 

Le ciel restera finlandais : 

 

Il faut également noter que le groupe de travail prend en compte une éventuelle collaboration avec son voisin suédois. Mais, il n’est pas question pour le Cmdt Lindberg de la Force aérienne, de déléguer la protection du ciel finlandais, celui-ci sera protégé par des pilotes finlandais qui utiliseront leurs propres aéronefs

 

Les aéronefs en compétitions:

 

On retrouve une nouvelle fois les grands classique du moment avec le Lockheed-Martin F-35 «Lightning II», le Saab JAS-39 Gripen E MS21,  l’Eurofighter «Typhoon II» T3 Block20 et le Dassault Rafale F3-R.

 

 

Le Hornet en Finlande : 

 

C’est en 1992 que la Finlande décida d’acquérir 64 F/A-18 C/D «Hornet» pour remplacer les bons vieux MiG-21 et Saab J-35 «Draken». A l’époque, les Hornet finlandais ne sont pas complètement équipés, notamment en matière de guerre électronique et d’avionique, ce qui permis à l’époque de faire baisser le prix d’achat. Mais dès le début des années 2000, ces équipements font défaut et la Finlande décida de les moderniser. Une première phase de rénovation est lancée. Elle prévoit de doter les avions de nouveaux missiles air-air à moyenne portée de type AIM-120 AMRAAM et de système de visée plus performant et de doter en rattrapage du système de guerre électronique AN/ALQ-67.


1024px-Imx00000387_(8854989717).jpg


 

 

Photo: F/A-18C et D Hornet finlandais @ Finish Air Force

21/10/2014

Le KC-390 effectue son Roll-Out !

DSC_45.jpg

 

Embraer a présenté pour la première fois le premier exemplaire de son futur avion de transport le KC-390, depuis les installations de l’usine de Gaviao Peixoto près de Sao Polo. Les premières livraisons débuteront en 2016.

 

La prochaine étape comprendra le premier vol et la longue série d’essai en vol qui mèneront à la certification de l’avion.

 

La genèse :

 

Il faut remonter en 2006, pour  trouver les premières études de faisabilité chez Embraer sur la conception d’un avion de transport de type cargo ayant des applications civiles et militaires. De la taille d’un Hercules C-130, mais doté de réacteurs, sous l’appellation KC-390. De taille moyenne, l’avion doit permettre de remplacer les C-130, C-160 et autres AN-12. Développer avec des technologies modernes issus des Embraer E-Jets, le futur cargo sera moins chère que la concurrence, soit un prix avoisinant les US $50 millions.

Le programme débuta définitivement son envol en mars 2008, avec la décision du gouvernement brésilien d’investir 30 millions de dollars pour soutenir le lancement du projet. En parallèle, le service postal brésilien s’est porté client de la version cargo civil pour 25 appareils.  A la suite de cette première commande, le gouvernement ajouta 470 millions de dollars pour soutenir de manière définitive le programme et annonça du même coup que l’avion serait utilisé par l’ensemble des Forces armées du Brésil.

 

Avionique moderne :


KC-390_cockpit_mock_up-johnson.jpg


 

Le KC-390 est doté d’une avionique avec double affichage tête haute avec système de mission complet. L’avion est également doté d’un système complet d'auto-protection. Les pilotes disposeront de commandes «fly-by-wire» avec  système de contrôle de vol et des fonctions optimisées qui assureront d’excellentes performance avec un équipage réduit. Avec quatre grands écrans reconfigurables et deux manches latéraux, les pilotes disposeront de se qui se fait de mieux en la matière.

Le KC-390 permettra des utilisations sécurisées à partir de pistes semi-préparées. 

 

Capacités de l’avion :

 

L’avion aura une capacité de décollage d’environ 72 tonnes avec une charge maximale de 20 tonnes. D’une longueur de 33,4 mètres et d’une hauteur de 11,4 mètres l’avion dispose d’une envergure de 33,9 mètres. Doté d’une porte cargo à l’arrière, l’avion pourra être également aménagé rapidement pour le ravitaillement en vol, ainsi que pour des missions

spécifique comme l’écoute électronique par exemple. Le KC-390 sera motorisé par  deux IAE V2500-A5.

Les commandes : 

Brésil 28, Argentine 6, Chili 6, Colombie 12, République Tchèque 2, Portugal 6.

 

DSC_62.jpg

 

Photos : 1 & 3 Roll Out du KC-390 @ Fabio Allegra 2 Cockpit @ Embraer

NetJets client de lancement du Challenger 650!

cq5dam.web.750.750.jpeg

 

Salon NBAA, Orlando en Floride, Bombardier a annoncé aujourd’hui que  la société NetJetsle sera le client de lancement officiel de l’avion du biréacteur Challenger 650. 

Les livraisons devraient commencer en 2015.

 

Le Challenger 650:

 

La cabine du Challenger 650 est la plus large de sa catégorie, elle a été entièrement redessinée pour offrir l’expérience en vol ultime, avec plusieurs percées en matière de design et des expressions uniques de confort, de contrôle et de connectivité. Inspiré par le design et l’ergonomie du nouvel avion Challenger 350, le biréacteur Challenger 650 présentera des fauteuils et un office redessinés, le système de gestion cabine le plus perfectionné et le mieux équipé de l’aviation d’affaires, les plus grands écrans HD de sa catégorie, des systèmes d’audio-vidéo à la demande, l’intégration Bluetooth et des capacités de connectivité à la fine pointe de l’industrie.

L’avion Challenger 650 sera doté du poste de pilotage Bombardier Vision, offrant aux pilotes une technologie de dernière génération et un design supérieur qui leur assurera de plus hauts niveaux de contrôle et de confort, en plus d’accroître leur conscience situationnelle et de réduire leur charge de travail. La combinaison de ces capacités procure la meilleure valeur de l’aviation d’affaires : ordinateur de gestion vol de dernière génération, système de vision synthétique, radar météo MultiscanMC et affichage tête haute disponible.

 

Les moteurs General Electric du Challenger 650 offriront une poussée plus grande, une distance de décollage plus courte, une capacité de charge payante supplémentaire et une distance franchissable plus grande au départ d’aéroports difficiles. Avec une véritable autonomie de 4 000 NM (7 408 km), le biréacteurChallenger 650 pourra relier Londres à New York, Dubaï à Londres et São Paulo à Miami sans escale.


1020_Challenger650interior.jpg

A propos de NetJets : 


NetJets est une compagnie aérienne américaine filiale du groupe Bershire et qui propose de la propriété partagée et de la location de jets privés

La compagnie a été refondée en 1986 par Richard Santulli.  La société est le leader mondial sur son marché. Elle possède ou gère environ 650 avions.

 

 

Photos: 1 Challenger 650 2 Intérieur @ Bombardier 

20/10/2014

La Grèce dit au revoir à ses A-7 Corsair II !

a7Tiger04.jpg

 

 

L'Armée de l'Air Hellénique (HAF) a organisé une cérémonie pour célébrer le départ à la retraite de ses derniers avions de combat, Vought A-7 «Corsair II» sur la base aérienne de d'Araxos.

 

Dernier opérateur : 

 

L’armée de l’air grecque était le dernier utilisateur du  LTV Vought A-7 «Corsair II» au monde, le 336 escadron volait encore 15 A-7E «Corsair II» monoplace et 2 TA-7C biplace.

L’armée grecque avait à l’origine commandé 60 A-7H et cinq TA-7H auprès de LTV entre 1975 et 1980. Puis, après la première guerre du Golfe, la Grèce avait acquis 50 A-7E et 18 TA-7C provenant de l’US Navy. Ces appareils étaient à cette époque stocké dans le désert de Mojave en Californie. 

 

Durant les années 90, la Grèce fut le plus grand utilisateur du A-7 «Corsair II» avec une flotte de 133  aéronefs.

 

Le Vought A-7 Corsair II : 

 

Le Vought A-7 «Corsair II» est  à l’origine un avion d'attaque au sol destiné à être embarqué à bord de porte-avions construit par les Etats-Unis au milieu des années 1960, il est un dérivé du F-8 «Crusader».  Le A-7 a été construit à un peu plus de 1’500 exemplaires.

 

En mai 1963, l’US Navy émet un appel d'offre pour un avion d'attaque destiné à remplacer le A-4 Skyhawk. Elle exige que le nouvel appareil soit d'un coût limité et puisse être mis en service au plus tard en 1967. La compagnie Vought propose un dérivé du F-8 «Crusader» équipé d'un réacteur sans post-combustion et sans l'aile à incidence variable, mais avec une structure renforcée permettant d'emporter plus de 4 tonnes de charge sur six pylônes alaires. Deux canons de 20 mm sont également installés.

Ce projet est accepté en février 1964, et le premier prototype fait son vol inaugural le 27 septembre 1965. Les six avions d'essais ne révèlent aucun problème, ce qui permet d'équiper les premières unités dès le second semestre 1966. Un an plus tard, l'avion est opérationnel et effectue ses premières missions au Viêt Nam.  En parallèle, une version destinée à l'US Air Force est développée à partir de 1965. Elle est équipée d'un réacteur 20% plus puissant, d'une électronique de bord améliorée et d'un seul canon au lieu de deux. Le premier vol avec le nouveau réacteur a lieu en septembre 1968.


TA-7-Camo-Aviano-Jul-2014.jpg


 

 

Photos : 1 A-7 E Corsait II @ HAF 2  TA-7C @ Simone Gazzola

19:08 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : haf, armée grecque, vought a-7 corsaire |  Facebook | |

19/10/2014

L'E-2D Hawkeye est opérationnel !

2083991.jpg

 

L'US Navy a annoncé la capacité opérationnelle initiale de ses nouveaux Northrop- Grumman E-2D Hawkeye d’alerte avancée. 

 

A ce jour, Northrop-Grumman a livré 15 aéronefs de type E-2D sur les 52 appareils en commande. Les deux premiers escadrons sont aujourd’hui opérationnels, il s’agit du VAW 120 basé à Norfolk et du VAW-125 qui volera l’année prochaine à bord du  porte-avions USS Theodore Roosevelt. La marine commencera l'élimination progressive des anciens E-2C en 2017. En 2025, tous les escadrons de Hawkeye devraient être équipés du nouveau modèle  E-2D.

 

 

Le Hawkeye E-2D « Advanced » :

 

Les systèmes du E-2D représentent un bond de plusieurs générations dans la technologie des systèmes embarqués d’alerte lointaine et doit permettre de s’adapter aux menaces d’aujourd’hui et de demain, en s’intégrant totalement dans les nouveaux systèmes, mis en oeuvres par l’US Navy, que ce soit en matière de bâtiments de surface que de nouveaux appareils tels : les Super Hornet et le futur F-35.

Le Hawkeye E-2D « Advanced » dispose d’un grand nombre de nouveautés avec un radar AESA  AN/APY-9 qui remplace l’ancienne antenne de type mécanique, le radar permet une couverture totale à 360° et un suivi complet air et mer. L’appareil dispose également d’une nouvelle motorisation, soit le Rolls-Royce T-56-A-427A. Un cockpit entièrement numérique, d’un nouveau système d’identification ami/ennemi, de nouveaux postes de travail tactique, ainsi que d’une nouvelle architecture électronique et de communication couplée à une liaison de données. 


3014014700.jpg


 

 

Photos : 1 Northrop- Grumman E-2D Hawkeye @ Kewin Whitehead E-2D @ Northrop-Grumman

19:39 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : northrop grumman, e-2d hawkeye, us navy |  Facebook | |