10/06/2014

Si le Canada optait pour un chasseur européen ?

image.png

Ce n’est pas un secret, le gouvernement Harper tient mordicus à l’achat du Lockheed-Martin F-35 pour le remplacement de la flotte actuelle de 65 CF-18A/B « Hornet ». Ce choix est intimement lié (soutenu) aux liens tissés avec le voisin et l’allié américain. Mais ce choix ne fait pas l’unanimité au pays de la feuille d’érable. Nous avons vu notamment les différences d’appréciation en matière de coûts (voir lien), soit la plus grosse épine dans le pied dans le choix de l’avion de combat américain.

 

Sans les moteurs :

 

Il faut rappeler qu’avec ces coûts, il faut également tenir compte du supplément moteur, en effet, un contrat additionnel, doit être signé avec le motoriste Pratt & Whitney pour doter les appareils du standard moteur correspondant, soit : CRTR 6, 23 F-35A à 103 millions de dollars par appareil, tandis que 6 F-35B coûteront 109 millions de dollars chacun. Les 7 F-35C coûteront 120 de dollars millions par jet.

 

En ce qui concerne la CRTR7, sans l'inclusion du moteur est de 98 millions de dollars chacun pour les 24 avions de modèle F- 35A, 104 millions de dollars pour chacun des sept modèles de F- 35B et 116 millions de dollars par avion pour quatre avions F-35C.

L’industrie bâillonnée :

Mais il y a un autre problème dans le choix du F-35, et qui concerne la nouvelle stratégie d'approvisionnement de la défense et qui permet aux entreprises d'investir au Canada par le transfert de la propriété intellectuelle, la création d'emplois qualifiés, les activités liées à l'innovation et à l'exportation et au développement international. Hors le « système » mis en place par Lockheed-Martin n’est de loin, pas le plus intéressant. En effet, le principe d’avion « joint » nuit à la base industrielle et la diversité de celle-ci en réduisant la compétition et l’innovation. En matière de collaboration industrielle, le système fermé du F-35 rend les clients totalement dépendant du fournisseur.

L’alternative européenne :

A contrario, les offres de  Dassault avec le Rafale F-3R et Airbus Group avec l’Eurofighter T3 block20/25 permettent justement une ouverture en matière de collaboration et de développement. Les offsets sont larges et ne concernent pas uniquement l’avion mais d’autres produits de l’aéronautique ainsi que d’autres secteurs.

Une bataille de fond :

Partant de l’hypothèse que le Canada opte finalement pour l’Eurofighter ou le Rafale, permettrait par ailleurs de casser, la toute dominance américaine à vouloir imposer « son » avion. Jusqu’ici, (Australie, Italie, Turquie et d’autres) se sont simplement ralliés à l’offre US sans même étudier sérieusement les autres options européennes que représentent le Rafale, l’Eurofighter et le Gripen. Une telle décision au Canada pourrait avoir certaines répercutions en Belgique par exemple, mais ailleurs également.

 

La décision canadienne sur le F-35 ou non, concerne donc directement l’industrie aéronautique européenne et son développement à court et moyen terme. La volonté de casser cette industrie est en soi un objectif américain, le lobbying de couloir reste très actif de la part de Lockheed-Martin pour tenter se s’assurer le choix canadien.


rcaf rafale.jpg


Lien :

 

http://psk.blog.24heures.ch/archive/2014/06/07/le-canada-devrait-opter-pour-le-f-35-856233.html




Photos : 1 Eurofighter aux couleurs du Canada @Airbus Groups 2 Rafale aux couleurs du Canada@ Dassault

 

 

 

09/06/2014

La Belgique s'informe sur le successeur du F-16!

nimes_10.jpg


 

Bruxelles, cette fois l’information est confirmée, le ministère de la Défense a adressé à cinq avionneurs, une première demande d'informations dans le but de préparer le lancement de la compétition en vue du remplacement des avions de combats Lockheed-Martin F-16A/B Block15 «Fighting Falcon» en service depuis 1980.

Le 15 mai dernier, la Belgique avait anticipé le long processus d’évaluation en se lançant dans une dernière mise à jour de sa flotte de F-16, celle-ci doit permettre à l’avion de tenir une dizaine d’années, le temps de voir venir le nouvel appareil. Les F-16 belges auront atteint la limite d’âge en 2023, mais le nouvel appareils débuter son entrée en service en 2020.


 

F-35A.jpg


Premières sélections : 

Cette première demande d’informations n’engage en rien l’administration belge dans un premier temps va permettre d’évaluer les coûts en vue de l’établissement d’un budget. Puis une seconde demande plus affinée servira à établir une «Short List» qui conduira progressivement à la sélection finale d’un avion de combat. 

Cinq concurrents potentiels : 


 

rafale-20101105-1.jpg


Rien de vraiment nouveaux, on retrouve tout naturellement les principaux avionneurs occidentaux, avec deux américains : Lockheed-Martin et le F-35, Boieng avec le F/A-18E/F «Super Hornet» et trois européens : Dassault avec le Rafale F-3R, Airbus Group avec l’Eurofighter T-3 Block20/25 et le Saab avec le Gripen E MS21.

On ne peut qu’espérer une compétition à la loyale et que la tentative de faire passer le F-35 aux forceps sera abandonnée, afin de donner une chance raisonnable à chacun. On se rappelle l’épisode de septembre 2013 dans lequel, le ministre de la Défense Pieter De Crem envisageait de proposer l'acquisition de chasseurs F-35 «Lightning II» pour remplacer la flotte de F-16 A/B «Fighting Falcon» et ceci sans compétition aucune. 


 

eurofighter-typhoon-over-abu-dhabi-1274.jpg


Photos : 1 F-16C belge @ Force aérienne belge 2 F-35 @ Lockheed-Martin 3 Rafale@ Armée de l’air 4 Eurofighter de la RAF @ RAF

 

Mi-35 pour le Pakistan !

Mil_Mi-35_Hind_3365_(8120366965).jpg


 

Moscou, la Russie a levé son embargo sur les livraisons d'armes au Pakistan et négocie la fourniture d'hélicoptères Mi-35. La Russie a engagé des négociations avec ses partenaires pakistanais en vue de la livraison d'hélicoptères Mi-35.

 

Le MIL Mi-35M

 

Le Mi-35M est version modernisée du Mi-35 au niveau de l’avionique, de la motorisation (turbines Klimov VK-2500 de 2’400 chevaux), des capteurs (GOES-342 géostabilisé par exemple) et de l’armement (missiles anti-char AT-6 « Spiral », AT-9 « Spiral-2 » et AT-12 « Ataka », missiles air air SA-18 « Grouse », canon bitubes GSh-23V de 23mm) avec notamment des éléments communs avec l’hélicoptère de combat Mi-28N, comme son rotor et sa transmission. Le poids à vide de l’appareil est réduit à 8,09 tonnes augmentant ses performances. Le Mi-35M est proposé principalement à l’export.

 

Photo : MIL Mi-35M @ Rosoboronexport

07/06/2014

Le Canada devrait opter pour le F-35!

v31882_f35-joint-strike-fighter.jpg


 

 

Ottawa, le Canada devrait prochainement confirmer la commande de 65 Lockheed-Martin F-35 Joint Strike Fighter. Cette décision qui ne sera pas une surprise, fait suite au ré-examen de 18 mois concernant l’évaluation de plusieurs candidats potentiel comme le Rafale, l’Eurofighter, le Super Hornet et le Gripen.

 

Il faut dire, que le Canada par l’entremise du cabinet du premier ministre s’était déjà engagé financièrement dans le programme F-35 à hauteur de 332 millions de dollars. Cette argent aurait été perdu en cas de retour en arrière.

 

La décision doit encore être finalisée par le cabinet du premier ministre Stephen Harper et devrait être annoncée prochainement. 

 

Estimation des coûts pour le Canada: 

 

Le principal gros problème du gouvernement canadien teint dans l’estimation des coûts réels du F-35. La Canada prévoit de commander au minimum 65 appareils de ce type, la Royal Canadian Air Force désirerait en réalité 85 à 100 appareils afin de disposer d’une dotation suffisante. 

 

Deux études diffères en ce qui concerne la facture que devra honorer le Canada pour 65 appareils au minimum :

 

  1. Selon le Government Accountability Office des Etats-Unis, le coût par appareils serait de 115 millions soit 7,475 milliards de dollars pour l’achat + 18,7 milliards pour l’entretien sur 30 ans. Soit un total de 26,2 milliards.

      B.  Selon directeur du budget canadien Kévin Page : les douze premiers F-35 couteront à l’unité 148    millions, et 128 millions pour les 53 unités suivantes. Les coûts d’exploitations sont estimé à 19,6 milliards sur 30 ans, soit un total de 28,2 milliards.

 

On le voit il existe deux visions en ce qui concerne les coûts approximatifs du F-35, la seconde tient à juste titre compte du différentiel actuel des coûts de fabrication en évolution sur le programme et ceci jusqu’en 2020. 

Il faut encore signaler en ce qui concerne les coûts d’exploitation du F-35 que  jamais un chasseur n’aura eu autant de lignes de code informatique que le F-35. En plus, sa structure en composite sera délicate à entretenir notamment sur le long terme avec de possible dégradations en augmentation. 

4053746888.jpg

Photos : F-35 en vol 2 maquette aux couleurs du Canada @ Lockheed-Martin


16:49 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : f-35 canada, lockheed-martin, f-35 jsf |  Facebook | |

Embraer livre le 500e Phenom !

AWN20140606112934.jpg


 

 

Embraer Executive Jets a célébré la livraison du 500e jet de la famille «Phenom» 500e, soit une réalisation importante ans seulement cinq ans et demi après l'entrée en service du premier avion. 

 

L'avion livré est un Phenom 300 qui a rejoint une société de leasing brésilienne. Cette livraison fut l’occasion de fêter l’événement au sein de l’entreprise. Le Phenom 300 a été lancé en 2005 pour établir de nouvelles normes de confort et de performance dans la catégorie des biréacteurs légers. L'avion, qui est entré en service en décembre 2009, après avoir été certifiés par les organismes de l'aviation au Brésil (Agência Nacional de Aviação Civil - ANAC) et les États-Unis (Federal Aviation Administration - FAA), a récemment été approuvé par l'Agence européenne de sécurité aérienne ( AESA).

Le Phenom 300 peut accueillir jusqu'à dix occupants dans un cadre spacieux et agréable, conçue en partenariat avec BMW Group Designworks USA. Les ailes en flèche dotées de Winglets et les systèmes embarqués modernes ont été développés pour offrir les meilleures performances en vol.

Le Phenom 300 est l'un des avions les plus rapides dans la catégorie des biréacteurs légers, pour atteindre 521 mph (839 km / h, ou 453 noeuds - KTAS) et il peut voler à une altitude de 45000 pieds (13716 mètres). Pour un rayon d’action  de 1,971 miles nautiques (3.650 km), y compris les réserves NBAA IFR de carburant, l'appareil est capable de voler sans escale de New York à Dallas, Londres à Athènes, ou Delhi  à Dubaï.


 

DSC_3841.jpg


Photos : 1 Le 500e Phenom livré @ Embraer 2 Phenom 300 à EBACE @Pascal Kümmerling

12:08 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : embraer, phenom, phenom 300 |  Facebook | |