26/02/2016

Pièces de rechange pour les F/A-18 !

DSC_3197.jpg

Dans le cadre du programme d’armement 2016 (PA16) il est notamment prévu de combler les besoins en pièces de rechange, pour la flotte de 31 avions de combat Boeing F/A-18C/D « Hornet ». Le montant de l’acquisition des pièces détachées est de 127 millions de francs.

Les besoins :

Les avions de combat F/A-18 « Hornet » vont être de plus en plus sollicités en vue de la souveraineté de l’espace aérien, avec le mise en activité progressive de la QRA24/24 (fin des heures de bureau). La non disponibilité des quelques 30 F-5 « Tiger II » encore en service pour ce type de tâches et la récente renonciation à acquérir pour l’instant de nouveaux avions de combat, qui auraient déchargé les appareils existants dans les domaines du service de police aérienne, oblige les Forces aériennes à augmenter les heures de vol sur les F/A-18. En conséquence les besoins en maintenance de la flotte de « Hornet » vont augmenter ces prochaines années. Il est donc nécessaire de palier rapidement à cette demande, afin que la flotte de F/A-18 puisse garder une bonne disponibilité jusq’en 2025.

Par ailleurs, avec le retrait de la flotte de F/A-18 C/D « Hornet » au sein de l’US Navy prévue en 2023, il est devenu nécessaire d’acquérir ce matériel de remplacement (pour les avions et l’équipement au sol), car celui-ci ne sera bientôt plus disponible sur le marché.

Acquisition :

Pour répondre rapidement aux besoins de la maintenance de la flotte de F/A-18, il est prévu d’acquérir les éléments suivants : des gouvernes de vol, des cylindres pour commandes de vol, des pièces de rechange pour réacteurs, divers engrenages, des composants de train d’atterrissage, des réservoirs de carburant.

FA18_freigestellt_black_lowrez.jpg

On précise au DDPS que l’acquisition du matériel de remplacement est nécessaire indépendamment d’une prolongation de l’utilisation des F/A-18 et de la futur réforme des F-5 Tiger.

La situation d’approvisionnement :

La fin de la production du standard C/D du F/A-18 et le prochain retrait de celui-ci, au sein de la Marine américaine, va considérablement compliquer l’approvisionnement en pièces détachées, si actuellement certaine lignes de production sont encore en fonctionnement, celles-ci vont progressivement fermer d’ici trois ou quatre ans. Cette situation aura comme conséquence d’augmenter le coûts des pièces encore sur le marché. Il faudra également tenir compte que certaines d’entres-elles se feront rares et ne seront plus disponibles d’ici quelques années.

Photo : Boeing F/A-18 C Hornet à Payerne @ P.Kümmerling

L'Embraer E190-E2 a effectué son Roll Out !

0876.jpg

Sao Jose dos Campos, l’avionneur brésilien Embraer a présenter ce matin, en grande première, son nouveau monocouloir Embraer E190-E2 au public. Cette nouvelle génération de monocouloirs brésiliens a nécessité un investissement de 1,7 milliard de dollars, le programme E-Jets E2 a été lancé en juin 2013.

Une nouvelle famille :

L’Embarer E190-E2 de 106 places effectuera son premier vol d’ici la seconde moitié de 2016 et l'entrée en service est prévue pour 2018. Les deux autres avions de la deuxième génération, le E195-E2 et E175-E2, sont programmés pour entrer en service en 2019 et 2020, respectivement.

Infographics.jpg

Le programme E2 réaffirme l'engagement de l’avionneur brésilien pour maintenir sa position de leader dans le segment des avions de 70 à 130 sièges. La nouvelle génération est motorisée avec des Pratt & Whitney PurePower Geared turbofan à taux de dilution élevé (PW1700G sur le E175-E2, PW1900G sur le E190-E2 et E195-E2). La nouvelle génération dispose également de nouvelles ailes aérodynamiquement avancées, des contrôles complets « fly-by-wire » et des améliorations sur divers systèmes. La gamme E2 va considérablement réduire la consommation de carburant, les émissions et le bruit extérieur. L’avionneur brésilien a également travaillé à la réduction des coûts d’entretien.

 Actuellement, la famille E2 revendique 267 commandes fermes et 373 options et droits d'achat.

 

6930.jpg

Photos : Roll Out de l’E190-E @ Carlos Mayor

Livraison du 75ème Learjet 75 !

34.JPG

Bombardier Avions d’affaires a livré à la société Aurora Jet Partners d’Edmonton (Alberta), au Canada, le 75e biréacteur d’affaires Learjet 75. L’étape a été franchie un peu plus de deux ans après que le premier Learjet 75 soit entré en service en novembre 2013.

Le Learjet 75 :

Le biréacteur Learjet 75 est doté du poste de pilotage avant-gardiste Bombardier Vision avec un intérieur conçu pour le style et le confort. C’est le seul biréacteur d’affaires de sa catégorie à présenter une configuration de huit fauteuils club doubles, un plancher plat dans toute la cabine et beaucoup d’espace pour les jambes. Le Learjet 75 existe également en configuration de six fauteuils de classe affaires, offrant des caractéristiques améliorées de confort et de productivité. L’avion vol à une vitesse de croisière de Mach 0,81 et peur atteindre un plafond pratique de 51 000 pi (15 545 m). Son autonomie de plus de 2 000 milles marins (3 704 km). Son intérieur moderne comprend un nouveau système de gestion cabine avec écrans tactiles individuels à contrôle audio-vidéo complet, un éclairage à LED, un généreux rangement à bagages et un office offrant un grand espace optimisé de commissariat. Le Learjet 75 peut transporter quatre passagers et deux membres d’équipage sans escale de Los Angeles à Toronto.

Bombardier-Lear-75-Flight-Deck.jpg

A propos de Aurora Jet Partners :

Fondée en 2007 comme division distincte de Morningstar, une entreprise de fret aérien express pour tout le Canada, Aurora Jet Partners est une société d’aviation d’affaires qui connaît une croissance rapide et offre à ses clients une série complète de services de voyage privé à travers le Canada. Leurs services comprennent la multipropriété, le nolisement et la gestion et la vente de flotte, de leurs bases de Vancouver, d’Edmonton et de Toronto. Bien que le nouvel avion représente la livraison du 75e avion Learjet 75 de Bombardier, c’est le premier biréacteur Learjet à entrer en service auprès d’Aurora Jet Partners et une première étape du plan de cette société pour renouveler sa flotte plus ancienne d’avions à réaction légers et intermédiaires en offre standard. La flotte en multipropriété et en gestion d’Aurora comprend également des avions superintermédiaires Challenger 300, des avions Challenger 604 et Challenger 605 à large fuselage et l’avion long-courrier Global 5000 de Bombardier.

 

original.jpeg

Photos : 1 Learjet 75 2 Cocpkit 3 Cérémonie de livraison @ Bombardier

 

25/02/2016

L’Australie va remplacer ses hélicoptères Tigre !

342.jpg

Australie va remplacer sa flotte de 22 hélicoptères AirbusTigre ARH de reconnaissance armés au milieu des années 2020. Il semble que cette décision soit motivée, par les nombreux problèmes rencontrer avec l’hélicoptère européen.

Rappel :

En septembre dernier, l’armée australienne parlait déjà de remplacer les Tigre ARH, si leurs performances ne répondaient pas aux exigences de combat et de maintenance. Pour l’Australie, la maintenance s’avère complexe, longue et difficilement inapplicable en combat réel, de plus l’hélicoptère ne satisfait pas aux exigences du combat actuellement. Le rapport annuel de la défense de l'Australie avait montré, que les hélicoptères Tigre avaient volé 3’000 heures dans une période de 12 mois, soit bien en dessous des 6.000 heures recherchés. L'armée dénonce notamment que la motorisation des Turbomeca MTR de l'hélicoptère, ont un coût plus élevé que prévu. L’australienne se plaint de la difficulté pour obtenir des pièces détachées et que plusieurs incidents impliquant de la fumée dans le cockpit ont été relevés.

Améliorations insuffisantes :

Canberra remet aujourd’hui en cause, le programme d’améliorations mis en place avec les utilisateurs que sont : la France, l’Allemagne et l’Espagne. Pour les australiens ce programme ne va pas assez loin et ne permettra pas de répondre de manière satisfaisante aux besoins actuellement identifiés.

 

8740.jpg

Photos : 1 Tigre Australian Army @ Lance Broad 2 Tigre australien @ Brian Chidlow

 

Le V-22 ravitailleur en vol !

1565624_-_main.jpg

Boeing a développé un système de ravitaillement, destiné à équiper son aéronef à rotors basculants V-22 « Osprey ». Cet équipement pourrait venir équiper les appareils en service au sein de l’US Marines Corps (USMC) en 2018.

L’USMC a besoin de compléter ses capacités en matière de temps de vol, pour cela, Boeing a développé un kit de ravitaillement destiné au V-22. Le système VARS (V-22 Aerial Refueling System) qui est actuellement en test devrait prochainement recevoir un premier contrat destiné à fournir l’USMC. Ce système doit permettre de ravitailler l’ensemble des aéronefs du Corps des Marines, soit les hélicoptères et les avions de combat.

Cette nouvelle possibilité pour la flotte de V-22, fait partie d’une variété d'améliorations prévues pour l’exploitation de l’aéronef sur les prochaines vingt années de service.

Le V-22 « Osprey » est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

A ce jour, 230 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions a été validé.

 

Photo : Tests du système VARS @ Boeing