19/02/2015

Essais moteurs pour le Pilatus PC-24 !

unnamed-1.jpg

 

Stans, l’avionneur Pilatus progresse en direction du premier vol de son jet d’affaires PC-24. En ce moment, les ingénieurs de Pilatus travaillent aux essais de la motorisation sur les installations de l’avionneur. 

 

Deux prototypes : 

 

Le PC-24 aperçu lors des essais moteurs de cette semaine, semble être le second prototype de l’avion. Le premier ayant été dévoilé l’année dernière, lors d’une cérémonie durant la Fête Nationale suisse du 1 août.

 

Ces essais doivent permettre de vérifier et valider l’intégration complète des moteurs Williams International FJ44-4A qui équipent le PC-24. Selon les dernières informations disponibles et confirmées par l’avionneur suisse, le premier vol du PC-24 est prévu pour le mois de mai prochain. 


unnamed.jpg


 

Le Pilatus PC-24 : 

 

Le PC-24 est classé comme un jet « hyper polyvalent » de sorte que les propriétaires auront la possibilité d’un aménagement de six ou huit personnes en exécutif ou jusqu'à 10 passagers. Il sera également possible de changer complètement l’intérieur, pour permettre à l’aéronef d’être utilisé pour l’évacuation médicale (MEDEVAC).

 

A ce jour, le PC-24 a déjà accumulé plus de 80 ventes, soit les trois premières années de production de l’avion. Lors de la cérémonie du 1 août, le Conseiller Fédéral Ueli Maurer a confirmé qu’un PC-24 est commandé, pour remplacer l’actuel Cessna Citation 650 qui vole au sein de la flotte de transport de la Confédération.

La certification et les premières livraisons du PC-24 sont  prévues pour le début de 2017.


2605237092.JPG


 

 

Photos : 1 & 2 Essais moteurs sur le second PC-24@ Stephan Widmer 3 Présentation du 1août à Stans @ Pascal Kümmerling

Nouveaux records du monde pour le G650ER !

gulfstream-g650er-2.jpg

 

Le Gulfstream G650ER vient d’effectuer un tour du monde avec seulement une seule escale et ceci en battant du même coup deux records de vitesse. L’avion a décollé de l’aéroport de White Plains près de New York pour se poser 13H20 plus tard à Pékin, soit un parcours de 12851km à la vitesse moyenne de Mach 0.87. Le G650ER a ensuite redécollé de Pékin pour se rendre à Savannah 12heures sur 12171km. L’avion avait à son bord quatre membres d’équipages et trois passagers.

Le G650ER :

La gamme G650 propose la cabine la plus longue, la plus haute et la plus large de sa catégorie, ses caractéristiques sont reprises avec le G650ER, mais avec un perfectionnement au niveau de la pressurisation: les ingénieurs ont mis au point un système qui règle la pression intérieure à l'équivalent de 4060 pieds, quand l'avion vole à son altitude de croisière de 45'000 pieds. Ce qui permet réduit les efforts demandés au coeur et aux poumons des passagers pour oxygéner leur sang. Un gain de bien-être pour les personnes embarquées qui se situe dans le droit fil de la stratégie de Gulfstream visant à proposer un environnement de voyage le plus raffiné possible. Le G650ER peut parcourir près de 1000km de rayon d'action de plus que le G650 de base, la version ER (Extended Range) peut aussi embarquer davantage de cargaison: le poids embarqué maximal est de 46'992kg, contre 45'178kg pour la version «de base», afin d'optimiser l'emport de carburant.

L’avion reprend par contre les mêmes spécificités que le G650, soit un cockpit  nouvelle génération doté d’un Enhanced Vision System II couplé à un Head-Up Display (HUD). Equipé d'un système en configuration de gestion de vol Triplex, la descente d'urgence peut s’effectuer en mode automatique, il dispose d’un radar 3D météorologique. Doté de moteurs Rolls-Royce BR725 de dernière génération, plus silencieux et moins gourmand en kérosène, il se montre 25 % plus économique que la génération précédente.

Photo : Gulftream G650ER @ Gulfstream

18/02/2015

Rafale, la méthode Trappier !

Bapteme-du-feu-afghan-pour-le-Rafale.jpg

 

 

Le récent succès du Rafale en Egypte n’est pas une simple coïncidence, mais le résultat du travail d’une équipe, dirigée par un homme qui a le sens de la clientèle. Dassault peut aujourd’hui comme jamais, vendre son avion de combat à des clients encore frileux, il y a peu.

 

Le changement : 

 

Dassault aviation cherche à vendre elle Rafale à l’exportation depuis plus de douze années sans succès. Pourtant, la semaine dernière les choses ont changé avec l’Egypte. Il n’y a en fait, pas de miracle dans cette vente. Derrière ce premier succès, il a y le travail d’une équipe et d’un chef: Eric Trappier. 

 

Jusqu’ici, l’image du Rafale a été écornée face à la concurrence pour diverses raisons, Je l’expliquais dans un post antérieur, le Rafale ne manque pas de qualités, bien au contraire.   Le fait que celui-ci ne dispose pas encore de viseur de casque (système Gerfaut prévu pour 2006) faute de financement, ne doit pas écorner la réalité des compétences réelles de l’avion. Les erreurs de coordinations et communications entre politiques et l’équipe de vente de Dassault ont particulièrement affectés les dossiers d’exportations. Les méthodes parfois arrogante de l’ancien responsable des ventes également. 

 

Mais en janvier 2013 lorsqu’Eric Trappier prend ses fonctions de PDG de Dassault Aviation, le vent semble tourner. En effet, Eric Trappier jouit d’une image d’un vendeur hors pair. On parle même dans les coulisses de « commerçant dans l’âme ». Il faut se rappeler, que la vente des 60 Mirage 2000 aux Emirats Arabes Unis en 1998, c’est lui. Tout comme le programme de drone de démonstration nEUROn, dont il est à l’origine. Mais Eric Trappier 

sait également faire l’unanimité au-delà du groupe Dassault Aviation. Cet homme connait ses dossiers et peut se montrer très convaincant. 

 

Pourtant Eric Trappier n’est pas homme a ce laisser manipuler par les clients, il déclarait récemment à propos du dossier indien : «Chacun est responsable de ce qu’il fait. Nous sommes responsables de l’organisation du programme, c’est-à-dire de fournir la licence et à ce titre, on fournit les outils, la documentation, l’assistance technique, la formation, on vérifie les normes de qualité... Après, celui qui prend le marteau et qui tape sur la tôle, c’est un Indien. S’il tape à côté, il sera responsable, c’est normal».

 

 

Ce qui change : 

 

Mais l’homme est capable d’écouter ses clients et d’y répondre, prenez par exemple le dossier du Rafale aux EAU. Son prédécesseur avait fini par fâcher les Emiratis, qui ne voulaient plus entendre parler de Dassault. Ceux-ci avaient d’ailleurs entamés des discussions avec Airbus sur l’Eurofihgter. Et bien aujourd’hui, la méthode Trappier a permis de renouveler le dialogue sur la question du Rafale aux EAU. De la même manière, au Qatar, le dossier était passé à la vitesse minime ces derniers mois. L’arrivée de la nouvelle communication lancée par Eric Trappier semble raviver les espoirs. 

 

Analyse : 

 

Il fallait un changement au sein de Dassault Aviation, il est là ! La nouvelle communication, la prise ne compte du besoin de clients et les qualités du commercial Eric Tappier semble enfin porter leurs fruits. Bien évidemment, nous ne sommes plus à l’époque du Mirage III, et le Rafale ne pourra pas réitérer le succès de celui-ci à l’exportation. 

 

1093506_eric-trappier-ce-contrat-garantit-notre-implantation-en-france-web-tete-0204160843941_660x352p.jpg

 

 

Photos 1 le Rafale de Dassault 2 Eric Trappier @ Dassault Aviation

 

 

 

Niki Lauda reçoit son Global 6000 !

TURN-NEW.jpg

 

Bombardier a livré un avion Global 6000 neuf au champion de Formule 1 Niki Lauda, hier au Centre de finition Global de l’avionneur, à Dorval, au Canada. L’entreprise a annoncé également que M. Lauda sera un porte-parole de Bombardier Avions d’affaires. Grâce à ce partenariat, M. Lauda pilotera son avion Global 6000 neuf aux Grands Prix du monde entier et réalisera des passages aux événements de Bombardier Avions d’affaires durant toute la saison 2015 de la Formule 1.

 

« Nous sommes enchantés de livrer notre très populaire biréacteur d’affaires Global 6000 à Niki Lauda », a affirmé Éric Martel, président de Bombardier Avions d’affaires. « Nous sommes également privilégiés de travailler en étroite collaboration avec M. Lauda; tout comme notre avion Global, il est la référence en matière de performances et de réalisations exceptionnelles. »

 

Le Global 6000 : 

 

Le biréacteur Global 6000 offre plus de volume en cabine et plus d’espace de plancher que tout autre avion dans sa catégorie. Aucun autre biréacteur d’affaires de la catégorie des très long-courriers d'aujourd'hui n’affiche pareille autonomie à grande vitesse. Offrant le confort ultime en cabine, cet impressionnant biréacteur peut relier Vienne à Brasilia sans escale avec huit passagers et de trois à quatre membres d’équipage à bord. Il peut franchir 6’000 milles marins (11’100 km) à Mach 0,85 avec jusqu’à huit passagers.


20120328-Lauda_MG_0101_300.jpg


 

 

Photos : Le Global 6000 de Niki Lauda @ Bombardier Aviation

17/02/2015

Gripen, Tirs de validation du A-Darter !

 

A-Darter-Tiro-2-580x387.jpg

La semaine dernière, l'Afrique du Sud achevé la campagne de finalisation d’intégration du missile A-Darter sur la famille d’avion de combat Gripen. Cette série de tirs de vérification permet de valider la dernière version du missile sur l’avion suédois.

 

1465316083.jpg

 

Ces essais, clôturent la série de tests débutée en 2010 par la SAAF (South African Air Force), sur une  zone d'essai à Overberg en Afrique du Sud. Le Gripen a été choisi comme la plate-forme pour ces tests d'intégration et les a abouti avec des résultats remarquables. Le missile A-Darder est une collaboration  de développement dans le domaine des missiles entre l'industrie locale, de la société sud-Africaine Denel Dynamic et la société Brésilienne Mectron.

 

Lors des tests, le missile A-Darter a atteint avec succès la cible, qui était un avion sans pilote volant à une altitude supérieure à 600 mètres. Dans le cadre de ces essais, le missile  a été lancé vers un aéronef télécommandé, afin de tester la manoeuvrabilité du missile. Le A-Darter est guidé par un autodirecteur a infrarouge et peut soutenir des accélérations jusqu’à  100G. Le système de capteur qui équipe le A-Darter, peut faire la différence entre un aéronef et un leurre sensé le dévier.

 

Le A-Darter est conçu pour fonctionner avec la norme de bus électronique MIL-STD-1553 des systèmes et l'utilisation commune des lanceurs de type  LAU-7. Il équipera les JAS39 C/D Sud Africain, ainsi que les Hawk Mk.120 écoles. Au Brésil, il équipera le nouveau JAS-39 Gripen E, ainsi

que l’italo-brésilien AMX d’attaque légère. La coopération avec la société Israélienne Elbit Systems permet l’intégration d’un viseur de casque.

Le missile A-Darter préfigure la génération de missiles à courte portée air-air à utiliser pendant le combat aérien avec la nouvelle génération d'avions de combat.

 

996676171.jpg

 

Photos : 1 & 2 Tir du A-Darter depuis un Gripen C @ SAAF 2 le missile A-Darter @ Denel