04/03/2015

Royal Navy, L’AW159 « Wildcat » est opérationnel !

imgp7284-agustawestland-aw-159-lynx-wildcat-ah1-zz404-uk-army.jpg

 

 

La Royal Navy (RN) vient d’annoncer que les premiers équipages sont formés et  opérationnels sur l'hélicoptère AgustaWestland AW159 Lynx « Wildcat » HMA.2. Les onze premiers pilotes et sept membres d'équipage sont ainsi diplômé sur le nouvel hélicoptère.

 

Ces premiers pilotes et membre d’équipage font partie des escadrons n°847 du Naval Air Squadron (NAS) et du 652° Escadron de l'Army Air Corps basé à Royal Naval Air Station (ARN) de Yeovilton.  La qualification sur l’AW159 a été obtenue durant une formation de sept mois.

La Royal Navy annonce que les premiers AgustaWestland AW159 Lynx « Wildcat » HMA.2 vont prochainement participer aux prochains exercices de la Navy à bord du destroyer HMS Dauntless (Type45)

 

La Royal Navy a commandé un total de 28 hélicoptères « Wildcat » HMA.2 pour remplacer les anciens  Lynx HMA.8 qui vont progressivement partir à la retraite d’ici 2017. D’ici l’année prochaine, l'armée britannique va quant à elle commencer à  recevoir les premiers des 34 « Wildcat » de reconnaissance (désignés AH.1).

 

 

picture51.jpg

 

AW159 Lynx Wildcat :

 

L’AW159 Lynx « Wildcat » est prévu pour remplacer les Lynx de première génération, ce nouvel hélicoptère multi-rôle de six tonnes, est commandé à 62 exemplaires par le ministère britannique de la Défense. Le premier a été livré à la fin de 2011.

Doté de deux turbines Rolls-Royce Honeywell CTS800 de nouvelles générations capables d’offrir 12 % de puissance supplémentaire, face aux anciens modèles. Le poste de pilotage comprend un système entièrement intégré d’affichage, utilisant quatre écrans 10x8 pouces. Les capteurs disposés dans le nez comportent une imagerie TV/IR couplé avec un désignateur laser. La version maritime dispose d’un radar Selex-ES Galileo 7400E actif sur 360 degrés. L'AW159 intègre un système d'alerte de missiles, des détecteurs d'alerte radar et un système de distribution des contre-mesures. En outre, il dispose d’une palette complète en matière d’armement soit : des mitrailleuses, torpilles, grenades sous-marines et pourra également tirer la future arme de surface a guidage autonome (FASGW).


aw159-deck2.jpg


 

 

Photos : AW159 Lynx « Wildcat » HMA.2 @ AgustaWestland 2 & 3 En vol pour la formation @ Royal Navy


Silk Way West commande de trois B747-800 Freighters !

 

Silkway_s_new_B747_freighter_.jpg

BAKOU, Azerbaïdjan, la  compagnie Silk Way Ouest a annoncé aujourd'hui une commande portant sur  trois avions cargo B747-800 d'une valeur de plus de 1,1 milliard de dollars au prix catalogue du constructeur.

Le B747-800 "Freighter" n’a pas de concurrent dans sa catégorie. Avec une capacité de charge utile structurelle maximale de 140 tonnes, le B747-800 F offre un volume de fret supérieur de 16 % à celui du B747-400 cargo. Grâce à ce volume supplémentaire de 120 m3, cet avion peut accueillir quatre palettes supplémentaires sur le pont principal et trois autres dans les soutes. Les utilisateurs du B747-800F ont le choix entre deux options : transporter une charge utile plus importante, soit 20 tonnes supplémentaires, ou parcourir une distance supplémentaire de 2 593 km vers des marchés où les impératifs de densité de fret sont moindres. Ce nouvel appareil fait honneur à l’efficacité légendaire de son prédécesseur, avec un coût par trajet pratiquement équivalent et un coût tonne-kilomètre inférieur de 16 % à celui du B747-400 Cargo. En fait, le B747-800 Cargo affiche le coût tonne-kilomètre le plus bas de tous les avions cargo, assurant aux opérateurs un potentiel de profit sans équivalent.

Le B747-800F dispose de dimensions parfaitement adaptées au marché des avions gros porteurs, ce qui réduit les risques encourus par les compagnies aériennes dans un environnement opérationnel sujet à de fortes variations.

03/03/2015

Inde : deuxième tranche de Pilatus PC-7 !

332171a2dda7778ff3817ccff8f98dc4-_J133543.jpg

 

News Dehli, le contrat du siècle se concrétise pour l’avionneur suisse Pilatus avec la seconde tranche d’avions écoles PC-7MKII. En effet,  le Ministère indien de la Défense (MoD) a approuvé l'achat d’un second lot de 38 Pilatus PC-7MKII d'entraînement de base supplémentaire pour un montant de 230 millions de francs suisses.

 

Ce second lot va venir renforcer la première commande de 75 PC-7MKII acquis par l'Indian Air Force (IAF) en 2012 pour 1 milliard de dollars. Ce second contrat va porter à 113, le nombre de PC7MKII en service au sein de l’école de pilotage de l’Indien Air Force.

 

A ce jour, Pilatus à livré 59 appareils à l’IAF, les 16 derniers PC-7 seront tous livrés selon les termes du contrat d’ici la fin de l’année 2015. 

 

Troisième et quatrième lots : 

 

Au total, l’Inde pourrait acquérir jusqu'à 181 Pilatus PC-7MKII. Une troisième commande pourrait être lancée en 2018 et une quatrième en 2020, selon les besoins finaux de l’IAF. Mais peu importe le nombre d’avion qui sera finalement commandé, l’avionneur suisse a décroché le plus gros contrat jamais réalisé à ce jour. 

 

Les avantages du PC-7MKII :

 

Si la concurrence était très forte et certains avions assez proche techniquement, la firme suisse a su faire la différence sur plusieurs éléments, d’abord elle est en mesure de pouvoir livrer rapidement la Force aérienne indienne qui se retrouvait aujourd’hui sans appareils écoles de base. Le rapport qualité prix était également très important, le PC-7 MkII est un appareil mûr, qui évolue déjà dans de nombreuses Forces aériennes avec succès et fiabilité. Le dernier point concerne la possibilité de pouvoir équiper l’avionique de l’appareil avec un très grand choix de systèmes, selon les souhaits du futur opérateur et ceci en adéquation avec les appareils de combat en ligne et futurs comme le Rafale qui vient d’être choisit par l’Inde.

De fait, les PC-7 MkII prépareront les élèves pilotes indiens à transiter sur Bae " Hawk "ou sur le HAL "Kiran" avant de pouvoir passer sur un des nombreux appareils qui équipent l’IAF (SU-27, Mirage 2000, HAL Tejas et le futur Rafale).

 

874281711.jpg

 

Photos : 1 PC-7MKII indiens 2 Pilotes indiens sur PC-7MKII @ Pilatus Aircraft

Airbus Helicopters a présenté le H160 !

h1602.jpg

 

 

Heli-Expo d’Orlando (Floride), Airbus Helicopers a présenté en grande première 

le H160, connu jusqu’alors sous le nom de code de X4. Le H160 est le successeur du célèbre Dauphin, son entrée en service est prévue en 2018.

 

Le H160 est un hélicoptères bimoteurs de moyen-tonnage, capables d’effectuer les missions les plus variées, du transport de passagers aux évacuations sanitaires, en passant par la desserte des plate-formes pétrolières. Un segment de marché qui représente plus de 30 % des ventes d’hélicoptères civils. Le H160 est un condensé de technologies, avec notamment le nouveau moteur Arrano de Turbomeca qui offre un gain de consommation de carburant de 10% à 15% comparé aux hélicoptères actuels.  Le H160 dispose d’un fuselage 100% composite plus léger. Les ingénieurs d’Airbus ont opté pour un rotor de queue décentré et un stabilisateur biplan. 

 

Faire face à la rude concurrence: 

 

Pour Airbus Helicopters, le H160 tout comme le nouveau EC175, doit pouvoir faire la différence face à une concurrence féroce, notamment celle de la nouvelle famille d’AgustaWestland.

 

DF-AIRBUSX4_3_AirbusHelicopters.jpg

 

Photos : le H160 @ Airbus Helicopers

 

 

Assemblage final pour le C919 !

 

yourfile.jpg

L’avionneur chinois COMAC a débuté l’assemblage du C919. La cellule du premier  prototype est maintenant presque complète.Le premier COMAC C919 repose encore sur les montants, mais une partie du train d’atterrissage est déjà installé.

Il faut cependant être conscient que le gros œuvre comme l'installation de l'avionique, les systèmes de commande de vol et de l'hydraulique restent encore à faire. Les différents systèmes doivent également être intégrés et testés.

Le  COMAC C919 :

Le C919, C désigne autant la Chine que le constructeur Comac, le premier 9 étant le  symbole de longévité et le 19 final, faisant référence à ses 190 places. L’avion de type monocouloir sera capable de transporter entre 150 à 200 passagers et donc,venir se placer en concurrence directe avec les B737 et A320. Si celui-ci sera de conception chinoise dans son ensemble, les premières versions seront toutefois motorisées par le groupe CFM International (SNECMA & General Electric) qui fourniront la première version de leur nouveau moteur le Leap-X1C. La soufflante du moteur LEAP-X1C comportera dix-huit aubes, soit 50 % de moins que celle du CFM56-5C et 25 % de moins que celle du CFM56-7B. Nexcelle, société partenaire du groupe livrera les nacelles et les inverseurs de poussées. A terme ces moteurs seront fabriqués en Chine. Cependant, le groupe COMAC entrevoit déjà la possibilité d’équiper dans un deuxième temps, le C919 par une motorisation entièrement de conception chinoise.

Partenariat international :

La Chine a parfaitement compris les enjeux d’une telle industrie, si le besoin était jusqu’à maintenant d’aller chercher de l’aide en Occident, l’avenir sera la conception complète d’aéronefs en Chine, mais en ayant la même stratégie que ces concurrents. La vision chinoise n’est autre que de chercher des partenariats d’équipementiers susceptibles de lui fournir des systèmes complets. Traiter les Occidentaux en partenaire et d’ouvrir le marché des équipements (trains d’atterrissage, système de navigation, sièges passagers) pourrait permettre à la Chine d’ouvrir son marché à l’exportation pour ces avions, qui pour l’instant sont destinés aux compagnies chinoises.

 

comac-house-colors-C919-fsx1.jpg

Photos : 1 le premier COMAC 919 2 Image de synthèse @ COMAC