22/07/2014

Remise du premier E-3F modernisé !


AWACS.jpg


Seattle, Boeing a livré le premier des quatre avions d’alerte lointaine et de contrôle E-3F «AWACS» modernisé à l’Armée de l’air française. L’avion a préalablement subi une série de test au sein de la DGA (Direction Générale de l’Armement). 

La flotte française une fois entièrement modernisée disposera d’un meilleur niveau de surveillance, des communications modernisées et une meilleure vue de la situation.

Le programme de modernisation à mi-vie  (Mid-Life Upgrade) des E-3F comprend la modernisation des systèmes de mission avec une amélioration des consoles et une augmentation de celles-ci. De plus, la charge de travail sera réduite. Une nouvelle liaison de donnée a été installée. Les E-3F français se retrouvent ainsi au standard Block40/45, soit le même que celui de l’US Air Force.

Si le premier avion AWACS a été pris en charge par les installations d’AFI KLM E&M situées à l’aéroport du Bourget (Seine-Saint-Denis), les trois autres appareils seront modernisés dans un site entièrement neuf dont dispose Air France Industries à l’aéroport de Paris-Charles De Gaulle. Une équipe dédiée de Boeing continuera d’assurer sur place les prestations de direction du programme, d’ingénierie, d’assistance technique et d’assurance de la qualité, ainsi que la fourniture des équipements matériels et logiciels, tout en collaborant avec l’équipe chargée des modifications chez AFI KLM E&M. 

 

L’ensemble de la flotte des E-3F sera modernisée d’ici le troisième trimestre de 2016.

 

 

Photo: le premier E-3F modernisé @ Vincent Giusano


18:50 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : boeing, awacs, e-3f, armée de l'air |  Facebook | |

21/07/2014

Le Japon va commander le V-22 !

20080406165033!V-22_Osprey_refueling_edit1.jpg

 

Tokyo prévoit d’acquérir des Bell-Boeing MV-22 «Osprey». Une commande de 5 V-22 «Osprey» devrait être passée au budget 2015, selon le ministre de la Défense japonais Itsunori Onodera.

 

Un premier escadron : 

 

Les premières informations disponibles semblent attestées que le Japon devrait acquérir un total de 17 Bell-Boeing MV-22 «Osprey» entre 2015 et 2020. Les appareils seraient déployés sur les installations de la base aérienne de Saga sur l'île de Kyushu qui est aussi un aéroport civil.

 

Bell-Boeing MV-22 «Osprey» :

 

Le V-22 Osprey est avion de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent.

Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

A ce jour, 230 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre.

En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de pré-série qui devra permettre la mise en service d’une escadrille «test». Celle-ci sera notamment mise à l’épreuve en engagement réel en Irak durant l’année 2007.

 

noche_avion_con_despegue_vertical_20130302_1936159468.jpg

 

Photos : V-22 Osprey @ Bell-Boeing

21:35 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bell-hoeing v-22 osprey, japan |  Facebook | |

MH17 et si, il avait eu un autre appareil ?

nj4zcvnT.jpg

 

 

Le vol MH17 de la compagnie Malaysia Airlines abattu au-dessus de l’est de l’Ukraine pose encore aujourd’hui beaucoup de questions. L’enquête n’a pas encore véritablement débuté et pourtant une certaine presse, comme certains politiques n’hésitent pas à donner leurs propres versions des faits. Ce qui pose problème, car le simple fait d’accuser l’une ou l’autre des parties permet en fait de marteler le nom d’un coupable tout désigner et donc de préparer la population à une version qui peut en arranger quelques-uns. Mais est- ce vraiment la vérité ? Cette méthode a souvent été utilisée, lors de la seconde guerre en Irak à propos des armes chimiques par exemple.

 

Je vous propose ici une réflexion dont le but est de garder l’esprit ouvert afin de pas tomber dans l’aveuglement hyper médiatisé. Il s’agit ici d’une hypothèse, elle vaut ce quelle vaut !

 

Un second avion proche du vol MH17:

 

Depuis quelques jours une hypothèse d’un second avion à fait face. CE idée est à prendre avec des pincettes, cependant elle mérite que l’on s’y attarde. Selon le chef du commandement opérationnel de l'Etat-major général de l'Armée russe  Andreï Kartapolov, un chasseur ukrainien de type Su-25 «Frogfoot» se trouvait à une distance de 3 à 5 kilomètres du Boeing malaisien qui s'est écrasé un peu plus tard.


201892098.jpg


 

La Russie a enregistré une intensification de l'activité des radars le jour où le Boeing malaisien s'est écrasé, Le 15 juillet, sept radars ont été en service dans ce secteur et le 16 juillet il y en avait huit. Ensuite le nombre des radars opérationnels n'a cessé de diminuer. A l'heure actuelle, seuls 2 ou 3 radars ukrainiens fonctionnent dans cette région.

 

Erreur de tir ?

 

Si l’on s’en tient à cette hypothèse encore non vérifiée, cela voudrait dire que l’avion de Malaysian Airlines a été abattu par erreur. Reste à savoir par qui ?

 

De plus, je vous rappelle qu’en 2001 un avion civil russe avait été abattu par erreur par l’Ukraine, lors d’un exercice. Enfin, ce fut la version officielle. A l’époque, le vol Siberian Airlines reliant Tel Aviv à Novosibirsk avait à l'époque été touché par un missile S-200 de l'armée ukrainienne, causant la mort de 78 personnes. Vladimir Poutine avait réagi en parlant d'acte terroriste». Mais cela faisait suite à un exercice de l'armée de l'air visant à tester des missiles sol-air sur des drones. Un de ces missiles avait dévié de sa trajectoire touchant l'appareil russe. Pour la petite histoire, un agent de liaison israélien du mossad (service secret extérieur) était à bord. Coïncidence ?

 

Prendre du recul: 

 

En conséquence, une fois de plus il faut rester calme et prendre du recul et ne surtout négliger aucunes pistes, dans cette nouvelle tragédie.

 

Photo : Sukhoi Su-25 Frogfoot @ Rian

 

 

 

20/07/2014

Eurofighter, Rafale et Gripen en embuscade face au F-35!

DSC_2183.jpg

 

 

Les ennuis du Lockheed-Martin F-35, pourraient à terme favoriser les trois avions européens. Le F-35 dont les américains espèrent qu’il deviendra comme son prédécesseur le F-16, l’avion clef des forces l’Otan pourrait voir son avenir s’assombrir.

 

Nouvelle situation :

 

L’image du F-35 est aujourd’hui au plus bas, la situation internationale ne cesse de se dégrader et nombres de forces aériennes vont devoir se moderniser en tenant compte de budgets serrés, mais aussi peut-être d’un nombre d’acquisition revu à la hausse. En conséquence, se doter d’un avion européen moins cher, mais sophistiqué et pouvant être livré rapidement d’ici 2020 devient prioritaire. A ce petit jeu les trois avionneurs européens que sont : Airbus Group, Dassault Aviation et Saab sont parfaitement susceptibles de répondre à la demande.

 

Concrètement : 


Gripen Demo.jpg


 

Moderniser l'électronique est le moyen le plus efficace pour mettre à niveau une conception d’avion de chasse et les gouvernements européens et l'industrie investissent dans ces domaines, afin de maintenir leurs programmes compétitifs. 

 

Le programme le plus complet de modernisation d'avionique de combat en Europe est le tout nouveau capteur destiné au Saab JAS-39 Gripen E. Ses principales composantes produites par l’européen Selex-Es, dont le nouveau radar AESA  Raven ES-05 à balayage électronique (AESA) doublé du plateau cyclique qui offre une plage de détection inégalée  couplé au détecteur frontal  Skyward-G (IRST) de recherche infrarouge vont propulsé l’avion suédois aux avant postes de la technologie. 

On retrouve d’ailleurs Selex-Es avec une antenne AESA similaire pour équiper le radar CAPTOR-E de l’Eurofighter Typhoon T3 ainsi que l’IRST. La gamme offerte d’antenne radar offerte par Selex-Es pour le Gripen E et l’Eurofighter sera en mesure de générer des faisceaux de brouillage agiles et à haute puissance sur un large spectre. On retrouve également cette équivalence sur le Rafale F3-R de Dassault qui devrait entrer en service à partir de 2018/2020 et plus récemment sur le F3-04T qui comprend le radar balayage électronique (AESA) RBE2 et la DDM-NG. Pour les missions tactiques et stratégiques de reconnaissance, le F3-R comprendra  une relecture et une analyse de l'imagerie avec un nouveau pod de reconnaissance de Thales. Le pilote du Rafale ou l'exploitant du système d'armes seront en mesure d'examiner des images sans interrompre le processus de collecte de la nacelle. 

 

Saab travaille également sur ​​son expérience avec les liaisons de données pour améliorer les connexions qui sont possibles entre avion de type Gripen. En effet, le nouveau la famille Gripen C/D/E dispose de deux systèmes de liaison électronique. Le système Link16 de l’Otan qui rend les Gripen compatibles et un système unique à la famille «Gripen» le Link TAU qui permet une communication électronique sécurisée unique entre les avions suédois. 

 

L’arrivée prochaine des Rafale F3-R, Gripen E et Eurofighter T3 en production pour 2018 pourraient donc bien freiner un peu l’appétit de Lockheed-Martin. Reste évidemment la volonté politique en Europe de s’ouvrir aux offres européennes et de ne pas céder aux sirènes américaines.


605852-un-avion-rafale-a-dubai-le-13-novembre-2013.jpg


 

Photos : 1 Eurofighter  @ Airbus Group 2 Gripen E @ Saab 3 Rafale  @ Dassault Aviation

 

 

 

 

19/07/2014

L’AW149 certifié militaire !

AW149_-_Swidnik3.JPG

 

AgustaWestland vient d’obtenir la certification militaire pour son hélicoptère AW149. Une cérémonie s’est déroulée lors du salon aéronautique de Farnborough en Angleterre pour marquer l’évènement.

 

Les essais de certification de l’hélicoptère AW149 ont été menés au cours des derniers mois avec le Reparto Sperimentale di Volo: le centre militaire italien officiel de test de la base aérienne de Pratica di Mare base près de Rome. Le premier hélicoptère AW149 avait effectué son premier vol le 13 novembre 2009. 


p1526536.jpg

 

L’AW149 s’inscrit dans le cadre d’un appareil de transport moyen tonnage de la classe 8 tonnes, pouvant accueillir 18 soldats en version militaire et capable d’effectuer une vaste gamme de missions telles que le transport de troupes, les missions de logistiques, de reconnaissance, surveillance et SAR (Search And Rescue). En version civile il sera capable d’effectuer le levage de charges importantes et le transport VIP.

Doté des dernières technologies en matière d’équipements, ce bimoteurs intègre deux turbine General Electric GE CT7-2E1FADEC et dispose d’un tout nouveau système de transmission de puissance. De part son architecture électronique, il  sera capable d'être équipé des systèmes requis par le client en fonction de ses besoins pour effectuer une vaste gamme de rôles et être facilement re-roled ou mis à niveau pour répondre aux besoins futurs d’exploitations.

L’appareil sera disponible d’ici 2020 pour les Forces armées italiennes.


2432726845.jpg

 

Photos : 1 & 3 AW149 2 Cérémonie de certification à Farnborough @ AgustaWestland

23:48 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agustawestland, aw149, farnborough 2014 |  Facebook | |