03/04/2015

Nouveaux C-130J pour l’USAF !

MP15-0456 C-130 5765 Delivery.jpg

 

Marietta, deux variantes du Lockheed-Martin C-130J «  Super Hercules »  ont été livrées à l’US Air Force.

 

Le 19 mars, une équipe de l’US Air Force a pris livraison et transporté une version MC-130J « Commando II » ravitailleur pour les opérations spéciales, qui a rejoint le groupe des opérations spéciales du 353e « Special Operations Command Air Force » à la base aérienne de Kadena, Japon.

 

Puis le 24 mars, une autre équipe de l’US Air Force a réceptionné un HC-130J « King II » de récupération de personnel qui est attribué au 347e « Rescue Group Air Combat Command » qui opère depuis les installations de Moody Air Force Base, en Géorgie.

 

Le  C-130J «Super Hercules» :

 

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté des nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales. 

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

La version « Commando II »  effectue les missions de ravitaillement clandestines pour les hélicoptères en missions d’opérations spéciales. Le MC-130J vole principalement de nuit pour réduire la probabilité d’être repéré et intercepté. Sa mission secondaire comprend aussi le largage de tracts. Il doit se déployer rapidement pour exécuter par tous les temps des missions de récupération sur des aérodromes rudimentaires ou en territoire hostile. L’appareil effectue également des opérations d’aide humanitaire, la réponse aux catastrophes, l’évacuation sanitaire aérienne et les opérations d’évacuation de non-combattants.

 

 

5763.jpg

 

Photos : Très similaires, les deux modèles de 130J @ Lockheed-Matin/Andrew MacMurtrie

Un second Falcon 8X pour les essais !

 

Falcon_8X_04_02.jpg

 

 

 

Saint-Cloud, Dassault Aviation annonce l’arrivée du second Falcon 8X d’essais. Ce deuxième Falcon 8X a rejoint la campagne de test en vue de la certification de l’avion.

 

Le Falcon 8X n° 02 a pris son envol à partir de l'usine de Bordeaux-Mérignac de Dassault Aviation, le lundi 30 mars à 15h24 heure locale avec les pilotes d'essai Hervé Laverne et Etienne Faurdessus aux commandes. Le plan de vol était similaire à celle du premier vol du 6 Février dernier.

 Après les vérifications initiales sur les commandes de vol et les systèmes numériques des moteurs, les pilotes ont poussé  l'avion à 43’000pieds et atteint la vitesse de  Mach 0,8 pour les tests de performance. Après la procédure d'essai, l'avion a mené une série de contrôles supplémentaires avant de toucher le sol après 2h et 45 minutes dans l'air.

 

Dassault rappelle que le programme complet totalisera environ 200 vols et 500 heures de vol pour obtenir les certifications de l'AESA et de la FAA à la mi-2016.

 

 

falcon 8x,dassault aviation,jet privés,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

Le Falcon 8X :

 

La cabine du Falcon 8X sera haute de 1,88 m, large de 2,34 m et longue de 13 m. Elle offrira aux clients la plus grande variété d’aménagements intérieurs du marché. Plus de 30 configurations seront possibles. Trois tailles de « galley » seront disponibles, dont deux offrants un compartiment de repos équipage en option. Les opérateurs pourront choisir parmi une large sélection de dispositions d’aménagement des sièges et des salons passagers. La zone des toilettes, en  arrière de la cabine, pourra également accueillir une douche en option.

 

Le Falcon 8X pourra parcourir 6’450 nm sans escale à Mach 0,80 avec huit passagers et trois membres d’équipage à bord. Il sera équipé d’une version améliorée du réacteur Pratt & Whitney Canada PW307 particulièrement efficace en économie de carburant et permettra de réduire les coûts d’exploitation.

 

Le 8X sera doté d'une panoplie de systèmes de bord innovant, largement éprouvés à bord du 7X, dont une version améliorée du système de commandes de vol numériques. Il offrira également un cockpit redessiné équipé en option d'un affichage tête haute (HUD), combinant les modes de vision infrarouge et synthétique.

 

Au total, trois avions prendront part à la campagne d'essais en vol et de certification, dont un entièrement aménagé. Les premières livraisons devraient intervenir au second semestre 2016.

 

falcon 8x,dassault aviation,jet privés,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

 

Photos : 1 Le second Falcon 8X 2 A l’intérieur en préparation du premier vol 3 Image de synthèse @ Dassault Aviation

 

02/04/2015

Le « Super Hercules » pour compenser l’A400m ?

A400MTUDM-colours.jpg

 

Paris,  la France pourrait acquérir une dizaine d'avions de transport militaire américain Lockheed-Martin C-130J  « Super Hercules » et ceci pour compenser les carences de l’Airbus A400M « Atlas » en matière de ravitaillement en vol pour hélicoptères.

 

La nouvelle a de quoi faire bondir les initiés, pourtant, il y a bien un problème avec l’A400M « Atlas » d’Airbus, celui-ci ne peut en effet, ravitailler de manière sécuritaire les hélicoptères en vol. En cause, le système d’hélices contra-rotatives (dans le cas de l'A400M les hélices tournent en sens contraire) qui produit beaucoup trop de tourbillons marginaux et rend ainsi l’opération dangereuse. En effet, les essais ayant eu lieu jusqu’à présent ont clairement démontrés que l’alignement derrière la nacelle de ravitaillement en vol pose d’énormes problèmes. L’une des solutions consistait à allonger de plusieurs mètres le tuyau flexible déroulé par la nacelle de ravitaillement pour éloigner l’hélicoptère de la zone dangereuse. Mais les récents essais ont malheureusement démontrés l’insuffisance de la solution.

L’information est, par ailleurs, confirmée la Direction Générale pour l’Armement (DGA). Par ailleurs, la DGA émet également des doutes sur la capacité de l’A400M en ce qui concerne le largage de matériel par les portes latérales. Certes, il reste la porte cargo. 

 

A400M-1866.jpg

 

Pour la RAF les choses sont claires:

 

Au sein de la prestigieuse Royal Air Force, il est d’ailleurs prévu d’utiliser les Lockheed-Martin C-130J pour  effectuer ce type de travaux, alors que l’A400M sera quant à lui utilisé au transport tactique uniquement. La RAF a purement et simplement rayé l’idée de l’utilisation de l’A400M en tant que ravitailleur pour ses hélicoptères.

 

Des essais qui contredisent Airbus : 

 

Le choix de la RAF et les résultats de la DGA contredisent Airbus, en effet, l’avionneur affirmait jusqu’ici que l’A400M était capable de ravitailler la gamme complète d’avions et d’hélicoptères militaires. Si les avions de combats ne sont pas concernés et peuvent être ravitaillés sans difficulté, les hélicoptères de type AW101 « Merlin », CH- 53 « Sea Stallion »  EC725 « Caracal » et HH-60 «-Pave Hawk » en sont eux exclut.

 

On ne sait pas à l’heure actuelle, si Airbus prépare une solution à cet épineux problème. Si, le choix des hélices contra-rotatives offrent un excellent gain de puissance pour l’A400M, cette solution est aujourd’hui à double tranchant pour l’avionneur européen. 

 

10191276.jpg

 

 

Photos : 1 A400M malaisien 2 Les hélices contra-rotatives en causes 3 Ravitaillement de Mirage 2000B @ Airbus

KLM Cityhopper commande 17 E-Jets !

 

E175%20KLM.jpg

 

L'avionneur brésilien EmbraeR a annoncé hier la commande par KLM Cityhopper,  filiale régionale d’ Air France-KLM, de 17 appareils, dont la valeur au prix catalogue de l’avionneur brésilien est estimée à près de 764 millions de dollars. La commande est assortie d'une option sur l'achat de 17 avions supplémentaires qui, si elle est réalisée, portera la valeur totale du contrat à 1,5 milliard de dollars.

 

La commande comprend : 15 Embraer E175 et 2 Embraer  E190, ils seront configurés en classe unique et se joindront aux 28 E190 déjà en service chez  KLM Cityhopper pour remplacer les Fokker  F100 encore en service.

La livraison du premier E190 devrait avoir lieu en fin d'année. Le premier E175 rejoindra la flotte de KLM Cityhopper durant le premier semestre de 2016. Le groupe Air France / KLM a lancé le processus de remplacement du Fokker 100 pour des E-Jets au sein des compagnies  Regional / Air France et KLM Cityhopper en 2008.

 

Depuis son entrée en service en 2004, Embraer a reçu plus de 1’560 commandes pour sa famille de E-Jets. L'avion  vole auprès de 65 clients dans 45 pays. Plus de 1 100 E-Jets ont été livrés.

 

Photo : Embraer E175 aux couleurs de  KLM Cityhopper @ Embraer

01/04/2015

Nouvelle-Zélande : les T-6C au complet !

yourfile.jpg

 

La dernière paire de Beechcraft T-6C « Texan II » école a été livrée à l’école de vol de la Royal New Zealand Air Force (NZDF).  Les deux derniers T-6C n° NZ1410 et NZ1411 ont décollé de  Wichita,  le site d'assemblage du constructeur américain dans le Kansas pour rejoindre leur base d’affectation au sein de la NZDF.

 

Rappel : 

 

Le contrat prévoit en plus des 11 appareils Beechcraft T-6C, un simulateur de vol, ainsi que des postes individuels d’entraînement. Les T-6C seront exploités au sein de l’escadron 14 basé à Ohakea, qui volait des Aermacchi MB339C, jusqu'à la dissolution de la force aérienne de combat de la Nouvelle-Zélande en 2001.

 

Le T-6 « Texan II » :

 

Le Hawker-Beechcraft T-6B « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec  panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6B dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6B est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la  voltige.

 Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifiés de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

 

Le modèle T-6C est le même que le modèle que le  «B» mais permet l’usage d’armes de bord, telles que : canons, roquettes et bombes.

 

T_6C_NZ1401_N2824B_RNZAF_Official_2.jpg

 

 

Photos : Hawker-Beechcraft T-6C « Texan II  NZDF @ NZDF