31/10/2015

Airbus augmente sa production d’A320 !

 

 

A320_production_line_Hamburg_Germany_2010.jpg

 

Airbus Group a annoncé une forte hausse de la production de son modèle A320. Celle-ci atteindra 60 appareils par mois contre 42 actuellement. Pour y parvenir, l’avionneur européen va investir à Toulouse et construire une nouvelle usine sera construite à Hambourg

Ce nouveau rehaussement de la production sera atteint d'ici mi-2019 et doit permettre à Airbus de répondre à la très forte demande des compagnies aériennes pour la famille « A320 », début 2017, Airbus produira 50 avions mensuels puis 60 mi-2019. Pour y parvenir, une nouvelle ligne d'assemblage final sera construite à Hambourg qui assemble actuellement 22 A320 par mois contre 16à Toulouse. Il faut également tenir compte des 4 appareils produit en Chine à Tianjin et prochainement 4 à Mobile en Alabama aux États-Unis. Toulouse profitera quant à elle de l'arrivée d'une nouvelle activité qui concerne l'aménagement intérieur des A320. Jusqu'à présent les A320 assemblés à Toulouse décollaient à vide pour Hambourg où était installée l'intégralité de la cabine (sièges, moquettes, éclairages, toilettes).

 

L’année 2015 va être très bonne pour le secteur aérien, Airbus a engrangé 815 commandes nettes d'avions dont 87 de la famille des long-courriers A330 depuis le début de l'année, dépassant son objectif initial de 650 avions.

30/10/2015

Entrée en service du Guizhou JL-9 !

 

1538082089.jpg

 

L'armée de l'air chinoise a introduit en service l’avion école avancé Guizhou JL-9 au sein de son école d’aviation militaire. L'avion, également désigné « Shanying» FTC-2000 pour l’exportation, a commencé la formation des premiers cadets, durant ce mois d’octobre, selon un bref communiqué du ministère chinois de la Défense.

 

Le Guizhou JL-9 doit permettre de préparer les jeunes pilotes chinois en vue de leur transition sur avions de combat de types : J-7, Shenyang, J-8 Chengdu, Aeronautical Complex JF-17 et Sukhoi Su-27.

 

Guizhou JL-9/FTC-2000 « Shanying » (Mountain Eagle) :

 

Le Guizhou Jl-9/FTC-2000JL-9 est en fait un descendant du J-7, soit un Mig-21 sinisé ! Avion d’entrainement biplace en tandem, développé par Guizhou Aviation Industry Group Co (GAIGC). Le premier prototype vola pour la première fois le 13 décembre 2003.

Afin d'économiser du temps et les coûts de développement, CAIGC a conçu l'avion en s'appuyant sur le J-7, issus des Mig-21 biplaces  qui ont  servi comme avion école dans l’aviation chinoise.

 

L'avion est  équipé d'une avionique en partie étrangère, tels que le radar italien Selex Galileo S-7 Grifo. Les autres équipements de l’avionique comprennent un système d’échange de données de type  1553B MILSTD, un head-up display (HUD) viseur tête haute et dispose d’un affichage multifonctions (MFD).

Le JL-9 est propulsé par un turboréacteur WP-13F de conception chinoise, alimenté par un réservoir de carburant interne de 2660 litres. L'avion dispose d’une capacité de ravitaillement en vol à l'aide d’une sonde fixe. A noter, que l’avion emporte un canon de 23mm et peut tirer plusieurs variétés de bombes, roquettes et missiles chinois.

L’Indonésie a commandé la version FTC-2000 de l’aéronef.

 

1462392615.jpg

 

Photos : JL-9 @ Peter Pan

 

 

El Al commande le B787 « Dreamliner » !

K66451 - El Al.jpg

 

 

Tel Aviv, Israël, Boeing et El Al Israel Airlines se sont mis d'accord sur un ordre qui comprend 9 B787 « Dreamliner », pour une valeur estimée à 2,2 milliards de dollars au prix catalogue actuel de l’avionneur américain. EL AL louera également six B787 supplémentaires auprès d’une société de leasing indépendante.

«Je suis fier de dévoiler aujourd'hui le plus grand programme d'acquisition de l'aéronef dans l'histoire de EL AL. Notre contrat d'achat de B787 « Dreamliner » est une étape importante dans l'optimisation de notre réseau, l'amélioration du service des passagers et l'expérience globale de vol", a déclaré David Maimon, président et chef de la direction, d’EL AL.

 

Un condensé de technologies :

Le B787 est presque fait entièrement de matériaux composites, plus légers et plus résistants. Une nouvelle architecture électronique permet de nouvelles fonctionnalités. Par exemple, la surveillance complète des systèmes qui permettent à l'avion de s'auto-évaluer et signaler les besoins en maintenance à des systèmes terrestres et ceci non plus seulement sur les organes primaires mais également secondaires.

Boeing en choisissant General Electric (GEnx) et Rolls-Royce (Trent) pour développer les moteurs de l’avion, permet de réduire laconsommation de kérosène et donc le rejet de CO2 de près de 30%.

 

Photo : B787 aux couleurs d’El Al @ Boeing

 

29/10/2015

US Navy, dernière tranche d’EA-18G « Growler » !

31038.jpg

 

L'US Navy va progressivement recevoir la dernière tranche d’avions de combat EA-18G « Growler », il s’agit de 15 appareils pour un montant de 1898 milliards de dollars. Si aucune nouvelle commande ne venait s’ajouter à celle-ci dans les 12 mois qui viennent, la chaine d’assemblage de Boeing viendrait à fermer courant 2019.

 

Baisse de la fabrication :

Boeing est entré dans un processus de réduction du taux de sortie sur sa chaine d’assemblage de  St –Louis avec trois avions par mois pour l’instant, puis deux à partir du premier trimestre de l'année 2016 ,dans une tentative de garder la ligne viable au moins jusqu'en 2019.

La nécessité de garantir de futures offres avec le  « Super Hornet » vient de prendre de l’importance la sélection mardi (voir article avia news) de Northrop-Grumman pour construire le futur bombardier de l’US Air Force.

En outre, le changement de gouvernement au Canada la semaine dernière pourrait voir Boeing venir concurrencer  Lockheed-Martin pour remplacer la flotte actuelle de CF-18 de la Force aérienne royale du Canada. Boeing espère aussi placer son « Super Hornet » au Danemark, et en Finlande.

 

Rappel concernant les EA-18G & Super Hornet :

Le «Super Hornet» Block II, ainsi que la version de guerre électronique le «Growler» sont des appareils de première ligne à capacités multi-rôles. l’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur  EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage  couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218 lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

De son côtés, le F/A-18 E/F «Super Hornet» est un avion multi-rôles, capable d'effectuer pratiquement toutes les missions dans le spectre de tactiques, y compris la supériorité aérienne, de jour comme de nuit avec des armes à guidage de précision, chasseurs d'escorte, de soutien aérien rapproché, la suppression de défenses aériennes ennemies, de reconnaissance.  En comparaison du «Hornet» le «Super Hornet» permet des missions à très grand rayon d’action. Le «Super Hornet» est doté tout comme le EA-18G du radar AESA (Active Electronically Scanned Array) APG-79 de Raytheon.

 

img_3948.jpg

Photos : Boeing EA-18G « Growler » @ USN

 

 

Grosse commande chinoise pour Airbus !

A330-200_PW_AIRBUS_V10_300dpi.jpg

 

 

China Aviation Supplies Holding Company (CAS) a signé un accord général (GTA) avec Airbus portant sur l'acquisition de 30 appareils de la famille A330 et 100 avions de la famille A320.  La GTA a été signé à Pékin par Li Hai, Président et PDG de CAS, et Fabrice Brégier, Président et CEO d'Airbus, en présence du Premier ministre chinois Li Keqiang et la chancelière allemande Angela Merkel.

 

Répondre aux futurs besoins :

Selon les prévisions du marché mondial d'Airbus, la Chine est le leader mondial dans la croissance du trafic passagers. Le trafic aérien intérieur de la Chine deviendra le plus grand du monde dans les 10 prochaines années, et les volumes de trafic vont quadrupler au cours des 20 prochaines années. Dans les 20 prochaines années, Airbus prévoit une demande en Chine pour quelque 5.400 nouveaux avions passagers et de fret, y compris 1’700 gros-porteurs comme l'A330, l'A350 et l'A380.

À l'heure actuelle, la flotte d’Airbus en service avec les opérateurs chinois comprend plus de 1’200 avions (plus de 1000 avions de la famille A320, plus de 160 appareils de la famille A330 et cinq A380 ainsi que des cargos Airbus et jets d'affaires).

Cette nouvelle commande vient renforcer la place de l’avionneur européen dans l'économie chinoise. Alors que le premier A 310 a été livré à la Chine en 1985 à la China Eatern, Airbus détient aujourd'hui près de 50% du marché. Sa flotte d'avions au sein des compagnies aériennes chinoises est en croissance continue, à raison d'un doublement du nombre d'appareils tous les quatre ans.

 

Photo : A330 @ Airbus