20/05/2015

La Suède lance le programme de remplacement des Saab 105 !

Saab_105OE_10.jpg

 

 

La Suède a lancé le processus de remplacement de sa flotte d’avions écoles Saab 105 (SK 60) à réaction pour sa force aérienne. La Suède veut se doter d’un nouveau système complet de formation pour les élèves pilotes de la Flygvapnet.

 

Dans une demande d'information (RFI) publié par l'Administration de la Défense et du matériel(JVM) Stockholm demande une réponse des fournisseurs pour un aéronef capable de rester en service jusqu'en 2040 au moins.

 

Le nouveau programme de formation pour les élèves pilotes suédois vise à fournir jusqu'à 8.000 heures de vol par an en autant de sorties, plus 3,000 heures d'enseignement avec utilisation. Les suédois ont par ailleurs demandé une capacité à fournir 10% à 30% de potentiel supplémentaire et ceci dans le cas ou il faudrait former plus de pilotes pour faire face à une dégradation de la sécurité. 

 

Pour l’instant la Suède ne favorise aucune option s’agissant d’un système comprenant un avions à hélices unique ou d’un système double hélices et jets.

 

Le cahier des charges semble demander les caractéristiques suivantes :  un  formateur de base devrait inclure la capacité de fonctionner au-dessus 20,000ft, et de maintenir 230kt (425 kmh) en vol en palier à 15,000ft. Performances requises pour la formation avancée de vol et de combat à Mach 0,65pour un plafond opérationnel de plus de 25,000ft, et une vitesse de 1000 pieds au 300kt.

Le formateur doit avoir deux sièges, un système d’affichage tactique avec fusion des données permettant de préparer les élèves pilotes à une transition sur avions de chasse de quatrième / cinquième génération.

 

Les avionneurs potentiels se faire connaitre avec une première offre d’ici au 1er juillet, avec des détails sur les estimations de coûts d'acquisition et de cycle de vie pour l'ensemble du système.

 

Un contrat pour la transaction pourrait être placé à la fin de 2016 ou au début de 2017, avec une capacité initiale de fonctionnement prévu en 2018 ou 2019. La  pleine capacité opérationnelle être atteinte pour 2020.

 

Les prétendants : 

 

La génération Pilatus PC-21:


7-2012-4-pc-21.jpg


 

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

 

Le Super Tucano EMB-314 :


AIR_EMB-314_Super_Tucano_Mauritania_Embraer_lg.jpg


 

Le Super Tucano est doté d’un turbopropulseur Pratt & Whitney Canada PT6A-68C deux fois plus puissant que celui du Tucano et actionnant une hélice Hartzell à cinq pales. Son fuselage est également plus long et deux mitrailleuses de 12,7mm Herstal M3P sont incorporées dans des ailes re-profilées. Effectuant fréquemment des missions à basse altitude, et donc exposé à des tirs terrestres, l’habitacle du Super Tucano est protégé par un blindage en Kevlar. Un train d’atterrissage renforci permet d’utiliser des pistes sommairement aménagées. L’appareil possède 5 points d’accrochage, dont un sous le fuselage, permettant d’emporter jusqu’à 1’500 kg d’armement selon diverses combinaisons. Ainsi, un canon de 20 mm peut être installé sous le fuselage, auquel s’ajoutent soit des bombes lisses ou guidées, des roquettes ou des missiles. Les missiles sont soit des AIM-9 Sidewinder, des MAA-1 Piranha ou des Python 3/4. Des réservoirs extérieurs de carburant peuvent également être utilisés afin d’augmenter l’autonomie de l’appareil. 

 

Le T-6 « Texan II :


270874267.5.jpg


 

Le Hawker-Beechcraft T-6B « Texan II»  est la version la plus moderne disponible de la gamme T6, le cockpit comprend un Head-Up Display (HUD) couplé avec  panneau de configuration Up-Front (UFCP), et Hands-On Throttle and Stick, soit le système mains sur manettes et manche. Le T-6B dispose d’une avionique  avec écrans EFIS et système d’enregistrement des données de vol numérique. Le T-6B est un avion d'entraînement primaire qui permet un enseignement de base aux procédures de vol et aux instruments et permet d’effectuer les figures d’introduction à la  voltige.

 Le Beechcraft T-6 «Texan II» est un aéronef à turbopropulseur monomoteur construit par la Raytheon Aircraft Company (maintenant Hawker-Beechcraft). Basé sur une cellule de Pilatus PC-9. 

Le T-6 est un développement du Pilatus PC-9, modifiés de manière significative par Beechcraft en vue d'entrer dans le système commun de formation primaire d'aéronef (JPATS) prévu pour les Forces aériennes américaines. Des modifications mineures ont été introduites sur la cellule d’un PC-9, mais des conflits entrer l’USAF et la Navy ont entraîné des retards et des augmentations de coûts (par rapport aux estimations initiales de 3,9 millions à près de 6 millions dollars par avion). De plus, le T-6 se retrouve avec un surpoids de 22% vis-à-vis du PC-9 initial.

 

 

Le M-346 :


1074982081.jpg


 

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multi-fonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

 

 

Photos : 1 Saab 105 Flygvapnet @ Flygvapnet 2 Pilatus PC-21 @ Pilatus 3 EMB-312 Super Tucano @ Embraer 4 M-346 @ Alenia-Aermacchi

Second AWACS modernisé pour l’Armée de l’air !

 

E-3F_Overhead_10_07_med_res.jpg

 

Seattle, Boeing vient de livrer avion de détection et d’alerte lointaine E-3F AWACS destiné à l’Armée de l’air. La mise à jour fait partie d'une vente militaire à l'étranger entre Direction générale de l'Armement - DGA) et le gouvernement américain.

La modernisation à mi-vie, la plus importante entreprise à ce jour sur les AWACS français, permettra à ces avions de disposer d’une vision plus complète de l’espace de combat, ainsi que d’informations davantage exploitables, tout en réduisant la charge de travail imposée à l’équipage.

 

Photo : E-3F de l’Armée de l’air  Boeing

 

 

Premier vol pour l’A320neo avec le LEAP !

 

leapneo1.jpg

 

 

Airbus a annoncé mardi que la dernière version en date de son modèle A320 avait volé pour la première fois avec le nouveau réacteur fourni par CFM International le LEAP-1A.

 

Le tout premier A320neo équipé du LEAP a volé mardi pendant plus de quatre heures, a précisé Airbus dans un communiqué.

 

Le réacteur LEAP-1A de CFM (coentreprise de General Electric et Safran ) est quant à lui une alternative au Geared Turbofan de Pratt & Whitney, avec lequel l'A320neo a effectué un premier vol en septembre dernier.

 

L'A320neo est plus économe en carburant que la version actuelle de l'A320, le modèle le plus vendu de la gamme du constructeur aéronautique européen. Il a déjà enregistré plusieurs centaines de commandes.

 

Les premiers A320neo motorisés par Pratt & Whitney doivent entrer en service en fin d'année, ceux équipés du LEAP de CFM en 2016.

 

L’A320neo est une nouvelle option de motorisation pour la famille A320, dont la mise en service est prévue à compter de 2015. Les appareils sont équipés de réacteurs de la dernière génération et de “Sharklets”, grands dispositifs d’extrémité de voilure, deux innovations qui permettront une réduction de 15% de la consommation de carburant. Cela équivaut à une économie de 1,4 millions de litres de carburant, soit la consommation de 1’000 voitures de taille moyenne. L’A320neo permet également une réduction annuelle de CO2 de 3’600 tonnes par appareil et par an. Les émissions de NOx sont inférieures de 50% à la norme CAEP/6, et le bruit perçu est considérablement réduit.

 

L’A320neo offre deux motorisations à choix avec le Leap-X de CFM (Snecma-GE) et le nouveau moteur de Pratt & Whitney PW1100G-JM «PurePower».

 

Icelandair s’envole vers Portland en Oregon !

 

3937412936.jpg

 

Lundi, la compagnie aérienne régulière islandaise a opérer son premier vol entre Reykjavík en Islande et Portland aux USA. Cette ligne estivale sera effectuée en Boeing B757 jusqu’au 21 octobre 2015 avec 2 vols par semaine. Il s’agit de la 10ème destination américaine de la compagnie cet été.

 

Les passagers de ce vol inaugural qui a décollé de l’Islande en fin d’après-midi à 17h15 (soit 19h15 heure française) ont eu la chance de voyager à bord du dernier appareil d’Icelandair, le « Hekla Aurora », peint aux couleurs des aurores boréales. Ils ont profità du spectacle de lumières à bord de ce Boeing B757-200 grâce au système de LED reproduisant les effets des aurores boréales ainsi que du nouveau service WiFi dernièrement primé parmi les meilleurs dans le secteur aérien par CNN.

 

Le vol Paris-Portland via Reykjavík est disponible à partir de 808€ TTC l’aller-retour.

 

+ Horaires des vols (heures locales) :

Aller Paris-Portland via Reykjavík les mardis et jeudis :

Départ de Paris-CDG à 14h10 - Arrivée à Reykjavík à 15h40

Départ de Reykjavík à 17h15 – Arrivée à Portland à 18h15

Retour Portland-Paris via Reykjavík les mercredis et vendredis :

Départ de Portland à 15h40 – Arrivée à Reykjavík à 06h15 (J+1)

Départ de Reykjavík à 07h40 - Arrivée à Paris-CDG à 12h55

 

Pour rappel, au départ de Paris-CDG, les passagers peuvent rejoindre quotidiennement l’Islande tout au long de l’année.

 

De plus, dans le cadre de la coopération entre Icelandair et Alaska Airlines, des connexions seront disponibles pour les passagers européens via le hub de Portland notamment vers Phoenix, Los Angeles, Las Vegas, San Francisco, Oakland, San Jose, Hawaï et l’Alaska.

 

+ Réservation en ligne sur www.icelandair.fr ou en agences de voyage.

 

+ Connexions optimales et stopover en Islande

 

Les passagers Icelandair à destination de Portland profiteront d’une connexion quasi-immédiate à l’aéroport international de Keflavík en Islande. Ils pourront également faire une escale à Reykjavík jusqu'à 7 nuits sans supplément sur le prix de leur billet à l’aller et/ou au retour. Cette offre combinée "Islande-Amérique du Nord" est idéale pour découvrir 2 destinations pour le prix d’une !

 

 

19/05/2015

USAF, le X-37B devrait re-décoller demain !

1385790289.jpg

 

 

Cap Canaveral, L’US Air Force prépare activement le quatrième vol de son avion spatial ultra-secret X-37B. Celui-ci devrait en effet, retrouver l’espace dès demain. 

 

Selon l’USAF, ce quatrième vol du très secret X-37B doit retrouver dans l’espace pour y tester des nouvelles technologies spatiales. Le X-37B serait selon certaines sources doté du moteur ionique appelé « Hall ». Ce propulseur est une version avancée des trois autres utilisés précédemment et doit révolutionner les vols en orbite des satellites.

 

Le commandant du laboratoire de recherche de l'Air Force, le major Gen. Tom Massiello a exprimé son enthousiasme au sujet du moteur  « Hall » : “La capacité de propulsion en orbite est énorme et ce propulseur consommera moins et diminuera donc significativement le coût des missions avenir.

 

Le principe du moteur Hall:

 

Un propulseur à effet Hall est un type de propulseur électrique qui utilise un champ électrique pour accélérer des ions. Il est dit à  effet Hall car il utilise un champs magnétique pour piéger les électrons qui servent à ioniser un gaz. Il est parfois appelé « Stationnary Plasma Thruster (SPT) » ou Moteur à plasma stationnaire. Il entre dans la catégorie des propulseurs électrodynamiques.

 

Le programme X-37B : 

 

Le programme X-37B consiste, selon Boeing en une plate-forme fiable de démonstration réutilisable sans pilote, utilisable dans l’espace pour répondre aux besoins de l’US Air Force. Le X-37B pèse 5 tonnes et mesure 8,9 mètres de long pour 2,9 mètres de haut.

Le X-37B est basé sur le concept de véhicule sans pilote basé qui réduit les risques de développement. Il est issus des technologies de véhicules spatiaux réutilisables qui pourraient devenir des éléments déterminants pour les futures missions spatiales.

 

Ce que l’on sait également sur ce projet, concerne les essais menés sur les systèmes de protection thermique, la récupération d’énergie solaire, les algorithmes de contrôle et de pilotage et atterrissage entièrement automatique. Il semble également que le ventre du X-37B puisse emporter de nombreux capteurs, comme des radars et des systèmes optiques. 

 

Un super drone ?

 

Si les véhicules dérivés des programmes automatiques serviront pour ravitailler la station spatiale internationale, le X-37B pourrait lui donner naissance à une famille de futurs «Super Drones» utilisable depuis l’espace et pouvant être re-configuré à volonté. 

 

15683671.jpg

 

 

Photos : Le X-37B lors de son dernier retour de missions @USAF