11/11/2014

Falcon Aviation augmente sa dotation en Q400 !

 

 

cq5dam_web_750_750.jpg

                                

Bombardier a annoncé ce matin que Falcon Aviation Services LLC d’Abu Dhabi a passé une commande ferme de trois autres biturbopropulseurs de ligne Q400 NextGen. Cette transaction représente la conversion en commandes fermes de trois des cinq avions Q400 NextGen inclus dans la lettre d’intention annoncée au Salon aéronautique de Farnborough, le 15 juillet 2014. Au cours de ce salon aéronautique, Bombardier et Falcon ont également annoncé la signature d’un protocole d’entente prévoyant leur collaboration en vue de répondre aux besoins en Afrique de multiples solutions d’avions de haute qualité satisfaisant aux normes internationales.

 

Au prix courant, la commande ferme de Falcon de trois  avions Q400 NextGen est estimée à quelque 90,3 millions $ US.

 

 

En incluant la transaction annoncée aujourd’hui, Falcon a passé des commandes fermes de six avions Q400 NextGen cette année. Basée à l’aéroport d’affaires Al Bateen, Falcon exploite une flotte d’avions d’affaires assurant des vols nolisés pour personnalités de marque, ainsi qu’une flotte d’hélicoptères desservant l’industrie d’exploitation pétrolière et gazière en haute mer. La société assure également des opérations de recherche et sauvetage, de la gestion, de la maintenance, des réparations et de la révision d’avions, ainsi que des services d’experts-conseils.

 

Le Q400 NextGen :

 

Optimisé pour les opérations court-courriers, l’avion Q400 NextGen est silencieux et écoénergétique. Il offre un équilibre parfait entre le confort des passagers et les caractéristiques économiques d’exploitation, avec une empreinte environnementale réduite.

 

Le Q400 NextGen est le biturbopropulseur de dernière génération le plus rapide de sa catégorie. Ses caractéristiques économiques et sa polyvalence opérationnelle permettent aux sociétés aériennes de la déployer de façon rentable de diverses façons pour desservir des liaisons court-courriers typiques d’avions turbopropulsés, ainsi que des marchés moyen-courriers d’avions à réaction. Diverses options existent pour les avions Q400 NextGen : intérieur biclasse pour un meilleur confort des passagers, configuration à capacité assise supplémentaire pouvant aller jusqu’à 86 places pour les marchés à haute densité et configuration combi passagers-fret.

 

En incluant la commande de Falcon Aviation, Bombardier a enregistré des commandes fermes totalisant 514 avions Q400 et Q400 NextGen. Dans le monde entier, les avions Q400 et Q400 NextGen ont transporté plus de 355 millions de passagers et accumulé plus de 5,7 millions d’heures de vol et plus de 6,1 millions de décollages et atterrissages. Le programme d’avions Q400 et Q400 NextGen touche plus d’une cinquantaine de clients et exploitants dans près d’une quarantaine de pays sur six continents. Reconnu de longue date comme un précieux actif par les exploitants, l’avion Q400 suscite également l’intérêt croissant du secteur de la location-exploitation.

 

Photo : Q400 Falcon Aviation @Bombardier

10/11/2014

Les Forces aériennes à l’exercice Nightway !

IMG_0632.JPG

 

Ørland en Norvège, ce matin 10 novembre et ceci jusqu’au 5 décembre 2014, des membres des Forces aériennes suisses s’entraîneront au vol de nuit avec des avions de combats Boeing F/A-18C/D «Hornet».

 

Au total, deux relèves composées dʼenviron 30 pilotes, 80 membres du personnel au sol et 10 personnes chargées de la sécurité se rendront en Norvège avec huit avions F/A-18C/D «Hornet». Cette campagne, baptisée «Nightway», constitue un élément important de l’entraînement au vol de nuit, lequel ne peut être exercé que de manière marginale en Suisse par égard pour la population. 

 

A l'instar des années précédentes, les objectifs de la campagne de vol de nuit en Norvège sont les suivants : étape finale de l'instruction de base pour les jeunes pilotes de F/A-18 (service nocturne de police aérienne), perfectionnement et consolidation des tactiques de vol de nuit avec et sans appareil de vision nocturne pour les pilotes plus avancés, et  engagements d'avions de combat dans des conditions difficiles (obscurité, froid, intempéries et topographie).

 

Nightway :

 

- Courte durée d'ensoleillement  (=plus de vols de nuit)

- La plupart des secteurs se situent au-dessus de la mer ce qui entraîne beaucoup moins de nuisances sonores pour la population

- L'altitude minimale dans les secteurs est de 5000ft/AMSL (1600m) au lieu de 13000ft/AMSL (3700m) en Suisse. Les performances des réacteurs sont bien meilleures à cette altitude ce qui nécessite une certaine adaptation.

- Les vols supersoniques ont lieu jusqu'à un minimum de 2800m au-dessus de la mer contre 10'000m (sol) pour la Suisse.

- Entraînement contre les F-16 norvégiens.

 

Le vol au-dessus de la mer ainsi que les altitudes minimales très basses ont demandé une préparation extrêmement sérieuse. Avant la campagne, chaque pilote a suivi une instruction particulière de «Sea Survival» de nuit dans le lac de Neuchâtel pour s'adapter aux manipulations sur l'équipement dans l'obscurité. Lors de cet exercice, comme pendant chaque vol, le port d'une combinaison étanche était obligatoire. Elle est nécessaire et sert à prolonger le temps de survie du pilote en cas d'éjection dans des eaux glaciales (env.+4°C). D'autres briefings tels que les procédures de sauvetage en mer, les conditions météorologiques extrêmes, les différences des procédures ATC d'avec la Suisse, les connaissances de la base d’Ørland ont été suivis.

 

1870483371.jpg

 

 

Photos: F-18C/D à Nightway @ Swiss Air Force

SMBC Aviation Capital commande 80 B737MAX !

LOM_737MAX8_K66230_sm.jpg

 

 

TOKYO, Boeing et SMBC Aviation Capital ont annoncé une commande portant sur  80 B737-800MAX, cette commande est  évaluée à plus de 8,5 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur américain. On notera qu’il s’agit de la plus importante commande unique de B737 MAX de la part d'une société de leasing à ce jour.

 

Avec cet accord SMBC Aviation Capital devient le 50e client du  «737 MAX» et pousse ainsi le carnet de commandes du programme à plus de 2’400 avions.

 

Le B737 MAX :

 

Le B737 «MAX» sera 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs actuels avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille «MAX», un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites «Advanced Technology Winglet» conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol.

 

Par ailleurs, le B737 MAX profitera des progrès accomplis dans le domaine de la connectivité. « Nous mettons tout en œuvre pour améliorer la connectivité du «737» et le B737 «MAX» offrira à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol.

 

 

La famille B737 «MAX» comprend le B737-700 «MAX», le B737-800 «MAX» et le B737-900 «MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX» se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG. La première livraison du B737-900 «MAX» est prévue en 2018, suivie par la première livraison du B737-700 «MAX » en 2019.

 

Photo : B737-800MAX aux couleurs de SMBC @ Boeing

10:55 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boeing, b737-800max |  Facebook | |

09/11/2014

Les coûts du F-35 plombent la modernisation des F-16!

f-35.jpg

 

 

Séoul, la Corée du Sud a demandé au gouvernement américain l’annulation pure et simple du contrat avec BAE Systems pour la mise à niveau de ses 134 Lockheed-Martin F-16 Block 50/52 de la ROKAF.

 

Décision américaine : 

 

Le contrat initial de modernisation des F-16 coréens qui date de janvier 2012 était estimé à près de 1,2 milliards de dollars américain, et devait permettre de changer le radar actuel à antenne mécanique avec un nouveau radar doté d’une antenne à balayage électronique.

 

Cette modernisation devait se faire en parallèle avec l’US Air Force, mais, celle-ci a finalement opté pour une mise à jour minimaliste. De fait le coût de développement devenait trop lourd à supporter pour la Corée du Sud, qui s’est par ailleurs, engagée sur l’onéreux programme F-35.

 

Equipementiers américains et anglais fâchés :

 

Le programme de modernisation initial des F-16 coréens et américains comprenait 

l’installation du radar  RACR (Radar Raytheon Advanced Combat). Il s’agit d’une version dérivée de l’AN/APG-79 développé par Raytheon de type AESA ,dont la plateforme et l’antenne sont adapté selon l’avion, soit le F-16, F-15 ou F/A-18.

Cette solution de radar AESA a été conçu, pour équiper l’ensemble des appareils de la gamme F-16, F-15 et F/A-18 déjà en service. Par rapport à l’ancien radar à antenne mécanique le radar AESA RACR apporte une détection étendue avec amélioration du suivit des cibles. La précision d’engagement est améliorée et le radar offre une nette amélioration des capacité de guerre électronique.

 

1815443847.jpg

 

Cette décision porte un coup au développement du radar RACR de Raytheon ainsi que de celui de son concurrent le SABR de Northrop-Grumman. De plus, les différents systèmes connexes qui devaient entrer dans la modernisation du F-16, dont BAE Systems était le maitre d’oeuvre se retrouve eux aussi en difficultés. 

 

Il faut comprendre que pour ces divers fournisseurs, la modernisation du F-16 était une alternative intéressante face aux coûts énormes du F-35 «Lightning II». Cette décision est justement motivée par le fait, que les pays ayant choisi le F-35 se retrouvent avec des surcoûts tels, qu’ils ne peuvent aujourd’hui plus assumer la modernisation des aéronefs en service. 

 

Trop cher F-35 :

 

L’US Air Force et la ROKAF comptaient justement compenser le nombre de F-35 en gardant une flotte mixte avec les F-16 et autres F-15 modernisés. Cette option devait normalement permettre de garder une dotation suffisante en avions de combat. Ce revirement pose aujourd’hui donc une problématique supplémentaire aux futurs utilisateurs du F-35.

 

Israël vient justement de prendre une décision inverse, l’Etat Hébreu vient de refuser l’achat de F-35 supplémentaires, afin justement de ne pas péjorer sa flotte de F-16, par ailleurs modernisée (voir article sur le sujet). L’Israël compte bien garder la main et disposer d’une flotte modernisée et en nombre suffisant qui ne dépendrait, donc pas, des surcoûts du F-35, sage décision. 

 

aae.jpg

 

Photos : 1 F-35 en vol @ Lockheed-Martin 2 F-16 d’essai avec le radar RACR@ Raytheon 3 F-16 ROKAF@ ROKAF

 

 

 

 

17:40 Écrit par Pascal dans aviation | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : lockheed martin, f-35 lightning 2, f-16, racr, sabr, rokaf |  Facebook | |

China Express, nouvelle commande de CRJ900NG !

3782986640.jpg

 

Beijing, le transporteur aérien régional Express Airlines (China Express) a passé une commande ferme de 16 biréacteurs régionaux CRJ900 NextGen et pris des options sur huit autres avions de ligne du même type. En 2013 China Express avait déjà commandé trois CRJ900NG.

 

L’annonce a été faite aujourd’hui à Beijing, en présence de son excellence Li Keqiang, premier ministre de la République populaire de Chine, du très honorable Stephen Harper, premier ministre du Canada, de Hu Xiaojun, président du conseil d’administration, China Express, de Wu Longjiang, président, China Express, de Pierre Beaudoin, président et chef de la direction, Bombardier Inc. et de Jianwei Zhang, président, Bombardier Chine.

La commande ferme est estimée à quelque 727 millions $ US. Cette valeur pourrait passer à 1,12 milliard $ US si China Express exerçait ses options.

 

Le CRJ900 NextGen :


1739919950.jpg


 

Comme les autres membres de la gamme d’avions de la série CRJ, le faible poids et l’aérodynamique évoluée du biréacteur régional CRJ900 NextGen se combinent pour assurer une efficacité améliorée et des coûts d’exploitation réduits par rapport aux autres avions de sa catégorie. La combinaison d’une ailette de bout d’aile plus grande et d’autres optimisations depuis le lancement de l’avion CRJ900 assure au biréacteur régional CRJ900 NextGen une faible consommation de carburant en vol et sur piste. Tous les avions CRJ NextGen présentent un nouvel aménagement intérieur qui comprend de plus grands coffres de rangement supérieurs, de plus grands hublots et un éclairage amélioré, ainsi que des parois latérales et des panneaux de plafond redessinés.

Au 30 septembre 2013, Bombardier a enregistré des commandes fermes de 1’779 avions de la série CRJ, dont 306 biréacteurs CRJ900 et CRJ900 NextGen. À l’échelle mondiale, des avions de la série CRJ sont en service auprès de plus de 60 sociétés aériennes et plus de 30 clients exploitent des variantes d’entreprise de ces avions. Ces avions sont exploités dans plus de 50 pays sur 6 continents et, en moyenne, un avion CRJ décolle toutes les dix secondes quelque part dans le monde. Les avions CRJ ont transporté plus de 1,4 milliard de passagers et accumulé plus de 38 millions d’heures de vol et plus de 32 millions de cycles de décollage et atterrissage.

 

Photos : 1 CRJ900NG aux couleurs de China Express 2 Cockpit @ Bombardier