26/04/2015

Lancement de la production pour les Gripen brésiliens !

2134551757.jpg

 

A la mi-avril, l’avionneur suédois Saab et l’avionneur brésilien Embraer ont signé un accord de coopération en vue du transfert de technologie et le lancement de la mise en place d’une chaine de fabrication au Brésil. Cet accord conclut définitivement plus d'un an de négociations en vue du programme F-X.

 

Forte implication d’Embraer et Akaer : 

 

La coopération entre le suédois Saab se fera avec les deux sociétés brésiliennes Embraer et Akaer. La première va mettre en place une ligne de production qui sera située à Gavião Peixoto où l'entreprise assemble actuellement les KC-390, A-29 Super Tucano et Phenom 100/300. Embrasser sera également responsable du développement des logiciels de l’intégration de ceux-ci et des essais en vol sans oublier l'assemblage final et la livraison des avions du programme brésilien Gripen NG.

 

A signaler également, la mise en place d’un nouveau centre pour le développement du programme technologie sera mis en place sur ce site avec Saab et d'autres partenaires du programme. Les futurs client du Gripen NG seront également invité à participer.

En parallèle un accord similaire a été signé entre Saab et la société de services d'ingénierie aéronautique brésilienne Akaer. 

 

Biplace et avionique:

 

La transition sur Gripen E peut s’effectuer directement depuis le simulateur sans passer forcément par des vols de préparation en biplace. Mais le Brésil à émis le besoin de disposer d’une version « F » du Gripen, soit un biplace notamment pour la guerre-électronique. En conséquence, l’avionneur Embraer va participer à la production de la version « F » qui sera pour l’instant uniquement destinée au Brésil. 

 

On sait également que le Brésil a terminé de définir ses besoins en matière de choix de l’avionique des Gripen E/F. L’avionneur Saab propose deux versions à choix pour ses clients. Si la base de l’électronique et de l’interface est la même pour tous, le client peut choisir entre deux versions de cockpit : la première dispose de trois grands écrans couleurs de 11 pouces et la seconde intègre un unique, grand écran, le WAD produit par l’israélien Elbits Systems. 

 

 

10569049_788916087865778_5593417066154893007_n.jpg

 

La Force Aérienne brésilienne (FAB) a sélectionné le grand écran WAD pour équiper ses avions de combat Gripen E/F. Le système de visualisation WAD sera produit à Porto Alegre en collaboration avec l’entreprise brésilienne AEL Sistemas (AEL). Le système WAD comprend également un HUD et offre un système unique d'affichage intelligent redondant sur un écran de 19 x 8 pouces avec présentation de l'image en continu et écran tactile.

 

Commandes d’approvisionnement : 

 

 

En vue, de la production du premier lot de 36 Gripen E/F pour le Brésil et les premiers Gripen E suédois, l’avionneur Saab a attribué à l’équipementier européen Selex ES un contrat de production pour le système de recherche infrarouge Skyward-G (IRST). Le capteur électro-optique passif sera installé devant le cockpit de l'avion de combat. 

Selex ES a reçu également la commande type pour la fourniture du radar AESA « Raven » qui doit équiper les Gripen E/F.

En outre, Selex et Saab ont également annoncé qu'ils ont mené des essais de déploiement  avec succès de la nouvelle génération de leurres autonomes « BriteCloud »qui doit équiper à terme l’ensemble des versions C/DE/F du Gripen. Les tests ont utilisé une version 55mm de diamètre du « BriteCloud » qui est compatible avec les éjecteurs de paillette thermique de l’avion.

 

 

L’avenir au Brésil :  

 

L'ordre des 36 avions destinés à la FAB a été dénommée «première tranche" par le Gouvernement brésilien et les diverses sociétés du pays qui travaille sur le projet, confirmant ainsi que le partenariat entre la Suède et le Brésil s’emploie à étendre le nombre de combattant commandé, en vue d’une seconde tranche à l’horizon 2023 et la préparation de la version marine le « Sea Gripen ».

 

GripenDemo_br725.jpg

 

Photos : 1 Gripen E FAB 2 Avionique WAD 3 Gripen F FAB @ SAAB/Embraer

 

 

 

 

 

 

F-16 norvégiens en mer Baltique!

4659329724_4f927e04ed_b.jpg

 

 

La Royal Air Force norvégienne (RNoAF) va déployer quatre de ses Lockheed-Martin F-16 C/D « Fighting Falcon » dans le cadre de la mission de police aérienne en mer Baltique.

 

Les F-16 norvégiens basés à Ørland en Norvège seront déployés depuis les bases aériennes de Siauliai en Lituanie ou Malbork en Pologne, d'où ils entreprendront la police de l'air en partenariat avec trois autres nations. En plus des aéronefs, se sont pas moins de 70 militaires norvégiens (pilotes et mécaniciens) qui accompagneront les avions durant près de quatre mois. La RNoAF met à disposition également trois officiers de liaison à la base militaire Karmelava en Lituanie.

 

 

Belgu%20I%20misija.jpg

Protéger les pays sans Force aérienne:

 

La mission de police aérienne en mer Baltique a débuté en 2004 comme mesure temporaire pour protéger l'espace aérien de l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie jusqu'à ce que ces pays disposent d’une capacité autonome de protection aérienne. Ces pays ne disposent pas d’avions de combat et sont par conséquent dans l’obligation d’accepter un protectorat de l’OTAN. 

Il faut par contre noter, que depuis 2012, l’OTAN a déclaré la mission de protection permanente.

La mission est actuellement dans sa 37e rotation, conduit par quatre Eurofighter italiens  et soutenu par quatre MiG-29 « Fulcrum » polonais. Il faut y ajouter quatre Eurofighter espagnols et quatre Lockheed-Martin F-16 belges. À ce jour, 16 pays de l'OTAN ont pris part à la mission.

 

768.jpg

 

 

Photo: 1 F-16C norvégien @RNoAF 2 Badges@ OTAN 2 MiG-29 polonais & Eurofighter anglais en patrouille @ OTAN

25/04/2015

Les dix ans du Global 5000 !

original-1.jpeg

 

Bombardier, célèbre le 10e anniversaire de l’entrée en service du biréacteur d’affaires Global 5000. Le premier appareil Global 5000 a été livré le 18 avril 2005.

 

« À son lancement, l’avion d’affaires Global 5000 était l’avion privé long-courrier le plus rapide du monde », a indiqué Éric Martel, président, Bombardier Avions d’affaires. « Non seulement est-ce encore le cas aujourd’hui, mais l’appareil Global 5000 a depuis été reconnu par l’industrie pour sa performance supérieure, ses décollages sur piste courte, l’excellence de ses systèmes avioniques et sa cabine, la plus large et la plus confortable. »

 

Cette gamme d’appareils de la série Global a redéfini le marché en ce qui trait à la vitesse, à la taille de la cabine et à la fiabilité, ce qui lui a mérité les louanges et la confiance de nos clients dotés d’une flotte importante. Dix ans plus tard, Bombardier Avions d’affaires possède une flotte solide et bien établie de 180 appareils Global 5000 en service, qui ont cumulé plus de 300 000 heures de vol et 140 000 atterrissages, ce qui lui donne une très impressionnante ponctualité des vols de 99,8 %.

 

DSC_45.jpg

 

Les améliorations continues apportées à la plateforme Global 5000 ont permis à Bombardier de continuer à devancer la concurrence et de répondre aux exigences élevées de ses clients. Cet engagement de Bombardier a permis à ses clients ayant une flotte importante d’incorporer l’appareil Global 5000 à leurs stratégies à long terme d’avions d’affaires. Ces améliorations comprennent l’augmentation de l'autonomie de l'avion Global 5000 à 5 200 miles marins, l’introduction du tout nouveau poste de pilotage Bombardier Vision et l’obtention de l’homologation pour approche à grand angle de la FAA et de l’AESA. Enfin, l’appareil Global 5000 sera en voie de devenir, en 2016, le premier biréacteur d’affaires à offrir le service Ka-Band, qui procurera aux passagers des avions d'affaires une connectivité haute vitesse en vol presque partout dans le monde.

 

En date de février 2015, la flotte mondiale Global de plus de 600 avions cumulait plus de 1,5 millions d’heures de vol et plus de 570 000 cycles.

DSC_79.jpg

 

Photos : 1 Global 5000@ Bombardier 2 Cockpit 3 intérieur @ P.Kummerling

24/04/2015

Biman Bangladesh opte pour le Q400 !

 

index.jpg

 

Le transporteur aérien national du Bangladesh, Biman Bangladesh Airlines « Biman », opte pour le Q400, ceci à la suite de la confirmation de la signature d’une entente avec Smart Aviation Company du Caire, en Égypte, pour la location de deux biturbopropulseurs Q400 NextGen.

 

Bien que sa plaque tournante principale soit à l’aéroport international Shahjalal de Dhaka, Biman exploite également des vols de ses plaques tournantes secondaires de l’aéroport international Shah Amanat de Chittagong et de l’aéroport international Osmani de Sylhet. Le transporteur assure des services internationaux passagers et cargo pour l’Asie et l’Europe, ainsi que d’importantes liaisons intérieures au Bangladesh. Biman a conclu des ententes de service de transport aérien avec 42 pays et dessert actuellement 16 pays différents.

 

Le Q400 NextGen :

 

Optimisé pour les opérations court-courriers et pouvant accueillir jusqu’à 86 passagers, l’avion Q400 NextGen est un grand biturbopropulseur rapide, silencieux et écoénergétique. Il offre un bon entre le confort des passagers et les caractéristiques économiques d’exploitation, avec une empreinte environnementale réduite.L’avion Q400 NextGen est le biturbopropulseur de dernière génération le plus rapide. Diverses options existent pour les avions Q400 NextGen : intérieur biclasse pour un meilleur confort des passagers, configuration à capacité assise supplémentaire pouvant aller jusqu’à 86 places pour les marchés à haute densité et configuration combi passagers-fret.

 

 

800px-Q400_flight_deck.jpg

 

 

Photos :1 Q400NG 2 Cockpit @ Bombardier

23/04/2015

Le B-1B à nouveau porteur de l’arme nucléaire !

B-1B_Lancer_Awaits_Inspection.JPG

 

La situation internationale a changé, l’US Air Force prévoit donc de ré-organiser sa dissuasion nucléaire. Pour ce faire, l’Air Force Global Strike Command regroupera désormais l’ensemble des forces de frappes à longue portée de l’USAF, qu’elles soient conventionnelles ou nucléaires. Celle-ci reprend donc le rôle de jadis occupé par le Strategic Air Command (SAC).

 

Ré-armement des B-1B « Lancer » : 

 

L’une première étape de cette ré-organisation qui doit faire face à l’augmentation des menaces faites par la Russie et la Chine et de remettre en activité l’arme nucléaire à partir des bombardiers B-1B « Lancer ». Ceux-ci étaient à l’époque le symbole de la dissuasion nucléaire durant la "guerre froide ».

 

Profonde ré-organisation : 

 

Pour l’USAF il s’agit de transférer l’Air Combat Command (ACC) vers l’Air Force Global Strike Command (AFGSC). Ce changement va permettre de regrouper sous un commandement unique les trois types de bombardiers stratégiques déjà existants (B-1B *Lancer », B-2 « Spirit » et B-52 « Stratofortress »), puis à terme de pouvoir y joindre le futur bombardier hypersonique en développement (programme Long Range Strike-B).

A terme, cela veut dire que les 66 bombardiers B-1B « Lancer » vont à nouveau pouvoir rejoindre la capacité de frappe nucléaire et ceci en plus des 21 B-2 et des 76 « bon vieux » B-52.

 

 

Le B-1B modernisé : 

 

Les B-1B modernisés sont doté d’un nouveau système électronique intégré avec une mise à jour du système de navigation et d’affichage, d’un système de la communication plus rapide. Le radar et les systèmes d’armes, ont subit une mise à jour des logiciels. Un prototype dont les essais ont été effectués en 2011 sur la base d’Edwards en Californie, a permis de valider le concept. 

Cette mise à niveau et le plus vaste programme de modifications de l’histoire du B-1B.  L’arrivée d’un affichage sur écrans couleurs, un système de liaison de données, permet de renforcer de façon significative l’emploi de ce type d’avion au sein de l’US Air Forces. L’ensemble va permettre une meilleure redondance des systèmes, pour offrir aux équipages, une situation plus claire de l’espace de combat autour d'eux. A terme, se sont 66 machines qui sont concernées par ces améliorations.

 

Petit Rappel :

 

Développé par la firme Rockwell à partir de 1974, le B-1B «Lancer» est un bombardier à long rayon d’action et utilisant des ailes à géométrie variable. C’est l’administration dirigée par le président Reagan, qui, en 1981 lance le développement de cet avion. Le premier B-1B est sorti d’usine en septembre 1984 et le premier avion fût livré au 96e Bomb Wing à Dyess AFB au Texas. Commandé à 100 exemplaires à l’époque, le «lancer» subit plusieurs améliorations pour  l’adapter aux multiplications des menaces.

 

b1_patrol_20090106.jpg

 

 

Photos : le B-1B @ USAF