26/03/2021

Ryanair dans l’attente de la certification du B737 MAX 200 !

2664026384.jpg

La compagnie « Low Cost » Ryanair est dans l’attente de la certification de version du B737 MAX 200 par la FAA américaine et l'Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne (EASA). La compagnie devrait réceptionner ses premiers appareils en avril prochain et débuter l’exploitation cet été.

Certification pour bientôt :

Les régulateurs devraient en effet, finaliser le processus de licence pour la variante MAX 200 dans les prochains jours, ouvrant ainsi la voie de la modernisation pour le transporteur Ryanair. Ce dernier est la compagnie de lancement de la variante avec un engagement pour 210 avions. Selon le calendrier de livraison de l’avionneur Boeing, révisé après les problèmes du « MAX » et du COVID, Ryanair doit réceptionner 8 appareils en avril et 8 en mai. La compagnie prévoit de répartir ses MAX 200 parmi au sein du groupe soit dans les livrées Ryanair, Buzz et Malta Air.

Grande capacité : 

Le B737 « MAX » 200 (nommé 737-8200 chez Ryanair) est un dérivé du B737 « MAX » 800 et permet à Ryanair de configurer ses avions avec 197 sièges, ce qui augmente le potentiel de revenus et de réduire la consommation de carburant de 16% par rapport aux avions précédents de la compagnie aérienne.

La compagnie reste optimiste quant aux voyages sur de courtes distances cet été en raison d'un déploiement réussi de la vaccination Covid-19 au Royaume-Uni et d'une accélération attendue du rythme des vaccinations dans l'UE d'ici le mois de juin.  

Concernant les éventuelles craintes des passagers concernant le « MAX », la compagnie ne s'attend pas à ce que les passagers aient une inquiétude particulière, selon les estimations de cette dernière le fait que le « MAX » est revenu aux opérations commerciales en décembre 2020 et ceci sans problème particulier permet de rassurer les passagers.

4226681075.jpg

Photo : B737 MAX @ Ryanair

 

 

 

 

25/03/2021

Le cap des 600'000 heures de vol pour le V-22 !

1920px-V22-Osprey.jpg

Le Boeing / Bell V-22 « Osprey » a enregistré plus de 600’000 heures de vol, fournissant un support client continu pour maintenir la préparation à la mission et transporter le fret et le personnel au sein de l’US Navy et de l’USMC, US Air Force et la Japan Ground Self-Defense Force.

Construit en partenariat par Bell Textron Inc., et Boeing la flotte de V-22 est compte plus de 400 aéronefs en service. Le V-22 est le seul aéronef à rotors basculants de production militaire au monde. Sa vitesse, sa portée, sa maniabilité et sa capacité logistique en font l'une des solutions les plus polyvalentes et les plus rentables pour ses clients.

« Il n'y a aucun autre appareil au monde capable d'égaler les capacités uniques de l'Osprey », a déclaré Kurt Fuller, vice-président de Bell V-22 et directeur du programme de Bell Boeing. « Les 600’ 000 heures de vol représentent d'innombrables missions d'assistance tactique, logistique et humanitaire, ainsi que le dévouement des hommes et des femmes qui entretiennent et exploitent chaque jour l'avion pour en faire un appareil de pointe.»

Bell et Boeing soutiennent directement la préparation du V-22 en fournissant des services mondiaux complets aux escadrons de V-22, y compris le soutien à la maintenance, la formation, les représentants sur place sur le terrain, l'analyse des données et les pièces neuves et réparées.

Parmi les réalisations récentes du programme, citons la dernière variante du V-22, le CMV-22B, affecté à l'escadron multimission 30 de la logistique de la flotte, achevant la première livraison d'un moteur F-35 à l'USS Carl Vinson, avec succès.

High-res_6432547.jpg

Le V-22 « Osprey » :

Le V-22 Osprey est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et de vol à haute altitude.

A ce jour, 340 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme « Joint Advanced Vertical Lift Aircraft » est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de présérie qui devra permettre la mise en service d’une escadrille « test ». 

Le V-22 est équipé de qautre avec écrans multifonctions (MFD, compatibles avec les lunettes de vision nocturne et une unité d'affichage centrale partagée, pour afficher diverses images, y compris: digimaps, imagerie de la tourelle système infrarouge (FLIR), instruments de vol principaux, navigation et état du système. Le panneau du directeur de vol du système de gestion du cockpit permet des fonctions entièrement couplées (pilote automatique) qui font passer l'avion du vol avant à un vol stationnaire de 15 m sans aucune interaction du pilote autre que la programmation du système. Le fuselage n'est pas pressurisé et le personnel doit porter des masques à oxygène bord au-dessus de 10 000 pieds. 

Le V-22 est doté de systèmes de commande de vol "Fly-By-Wire" triple redondance avec contrôle informatisé des dommages pour isoler automatiquement les zones endommagées. Avec les nacelles pointant vers le haut en mode de conversion à 90 °, les calculateurs de vol lui commandent de voler comme un hélicoptère, les forces cycliques étant appliquées à un plateau cycliqueconventionnel au moyeu du rotor. Avec les nacelles en mode avion (0 °), les laperons le gouvernail et la profondeur volent comme un avion. Il s'agit d'une transition graduelle, se produisant sur la plage de rotation des nacelles, plus les nacelles sont basses, plus l'effet des gouvernes en mode avion est important. Les nacelles peuvent tourner au-delà de la verticale jusqu'à 97,5 ° pour le vol vers l'arrière. Le V-22 peut utiliser l'orientation "80 Jump" avec les nacelles à 80 ° pour le décollage afin d'atteindre rapidement une altitude et une vitesse élevées.

csm_web_hero-171213-a-xk954-0003_82cbd91894.jpg

Photos : 1 V-22 Osprey USMC @Peter Gronemann 2 & 3 V-22 @ US Navy

 

24/03/2021

Des King Air 360 supplémentaires pour les douanes US !

CPB_King_Air_640.jpg

L’avionneur Textron Aviation a annoncé aujourd'hui avoir obtenu un contrat additionnel pour deux appareils de type Beechcraft King Air 360CER MEA pour les douanes et la protection des frontières (CBP) et protection maritimes (AMO) des États-Unis. Ces appareils viendront gonfler la flotte actuelle de 26 avions en plus des quatre appareils déjà en cours d’acquisition.

Ces deux aéronefs multi-rôles d'application (MEA) complèteront le programme d'acquisition en cours et rejoindront une flotte de turbopropulseurs King Air 350 protégeant la frontière des États-Unis.

Les avions de l'agence sont équipés d'une gamme sophistiquée de technologies qui peuvent être déployées pour les opérations d'interception au sol, les opérations d'interception air-air et les patrouilles maritimes à moyenne portée, y compris des capteurs actifs et passifs et une suite de communications optimisée. Les aéronefs sont exploités par des membres d'équipage qualifiés qui utilisent l'équipement de mission et coordonnent le flux d'informations vers le sol.

Le King Air 360CER :

Le Beechcraft King Air 360ER est une version à gamme étendue du bimoteur à turbopropulseur King Air 360 ce qui améliore la flexibilité de la mission. Deux turbopropulseurs PT6A-60A de Pratt & Whitney Canada ou PT6A-67A installés en usine en option avec des hélices à quatre pales Hartzell alimentent le King Air 360ER. L’appareil est doté d’une suite avionique numérique Collins Aerospace Pro Line Fusion entièrement intégrée fournit aux pilotes un état de commandes d'écran tactile de pointe.

Photo : King Air 360CER des douanes @ CBP

23/03/2021

Les H145 SAR de la Bundeswehr au complet !

 

unnamed-11.jpg


Airbus Helicopters a remis le septième et dernier hélicoptère H145 pour le service de recherche et de sauvetage (SAR) de la Bundeswehr à l'Office fédéral de l'équipement, des technologies de l'information et du soutien en service de la Bundeswehr (BAAINBw) dans les délais. Les hélicoptères livrés précédemment sont utilisés pour la formation et les essais sur le terrain et sont disponibles 24h / 24 et 7j / 7 dans les bases aériennes de Niederstetten et Nörvenich pour les opérations de sauvetage. Les opérations avec le nouveau H145 LUH SAR (Light Utility Helicopter Search and Rescue)commenceront prochainement, comme prévu, à la troisième station SAR de Holzdorf. Le nouvel hélicoptère remplace ainsi les anciens Bell UH1D vieillissants.

«Nous sommes ravis d'avoir terminé cette commande du début à la fin dans les délais et dans les limites du budget et que la mise en service se déroule comme prévu», a déclaré Wolfgang Schoder, PDG d'Airbus Helicopters Germany. «Les commentaires que nous avons reçus de nos clients ont été très positifs. En raison de leur flexibilité et de leur très grande disponibilité, les hélicoptères de la famille H145 ont fait leurs preuves en Bundeswehr. Nous voyons beaucoup plus de possibilités pour un large éventail de tâches dans toutes les branches des forces armées pour le modèle fiable. "

Entre autres caractéristiques, les hélicoptères sont équipés de caméras haute performance, de projecteurs de recherche, de systèmes de localisation de balises d'urgence, d'une gamme complète d'équipements médicaux, de treuils de sauvetage et de crochets de charge pouvant être utilisés pour les réservoirs d'extinction d'incendie, par exemple. Ils sont faciles à identifier grâce à la peinture orange vif caractéristique de leurs portes, avec 'SAR' en lettres bleues.

23.jpg

Photos : H145 SAR aux couleurs de la Bundeswehr @ Airbus Helicopters

 

 

22/03/2021

Le standard F3-R du Rafale pleinement opérationnel !

355394504.jpg

Les chefs de l'armée de l'air et de la marine ont annoncé le 17 mars que les deux services avaient officiellement accepté la dernière configuration opérationnelle du Rafale au nouveau standard F3-R.

La nouvelle de cette étape est intervenue 15 mois après la déclaration de capacité opérationnelle initiale (IOC) en décembre 2019 et 20 mois après l'acceptation officielle de du standard F3-R en juillet 2019. La nouvelle norme F3-R pour le Rafale a été développée par Dassault Aviation, Thales, MBDA et Safran dans le cadre d'un contrat signé en janvier 2014.

Une mise à jour importante : 

A l’instar des standards précédents, le nouveau standard F3-R apporte des évolutions logicielles et matérielles majeures.

En particulier, deux nouvelles capacités changent profondément la donne dans le domaine de l’aviation de combat :

- L’association du nouveau missile air-air à très longue portée « Meteor » avec le radar à balayage électronique « RBE2 » à antenne active.

- L’arrivée de la nacelle de désignation de nouvelle génération « Talios » qui améliore considérablement les capacités dans le domaine de la détection, de la reconnaissance et de l’identification de cibles, de jour comme de nuit en vue de frappes air-sol de grande précision. 

En termes de capacité air-sol, le pilote pourra sélectionner le mode d'impact de la bombe guidée laser/GPS AASM. Par ailleurs, le Rafale sera aussi capable de tirer la bombe guidée laser GBU-16 Paveway II, dont le kit de guidage se monte sur un corps de bombe Mk 83. D'un poids de 500 kg, dont la charge explosive est de 200kg, elle est aujourd'hui utilisée par les M2000D uniquement. Son intégration permettra au Rafale de frapper des cibles faiblement durcies et d'une taille petite à moyenne.

Dans le cockpit et de manière moins visible, le Rafale disposera d'un nouvel IFF mode 5/S, le système SPECTRA se renforce avec de meilleures capacités de guerre électronique et le système de communication cryptée OTAN, la Liaison L16, sera amélioré. En outre, le radar RBE2-AESA (antenne active, ou Active Electronically Scanned Array) sera modernisé et le Rafale dispose d'un système AGCAS (Automatic Ground Collision Avoidance System) qui permet de récupérer l'avion en cas d'une perte de contrôle.

On retrouvera aussi le système SAASM (Selective availability anti-spoofing module). Ce dernier permet, entre autres, d'éviter le brouillage électronique du GPS par l'adversaire. Les Rafale Marine disposeront pour le ravitaillement en vol du système « buddy-buddy » qui sera effectué avec la nacelle NARANG (Nacelle de ravitaillement nouvelle génération).

Le nouveau standard F3-R prend également en compte les retours d’expérience opérationnelle, notamment pour l’armement air-sol modulaire (AASM), l’interopérabilité et les exigences réglementaires. La démarche d’amélioration continue du Rafale se poursuit donc en renforçant le caractère omni-rôle de l’avion.

A noter que la prochaine étape du Rafale concerne le standard F4 disponible en 2025. Ce standard permettra notamment de rentre l’avion encore plus efficient en matière de connectivité.

Photo : Rafale @ Armée de l’air