16/04/2017

Un second Global 6000 pour Zetta Jet !

845_5dwm2130.jpg

 

Bombardier Avions d’affaires a annoncé que Zetta Jet, exploitant d’avions d’affaires de luxe en croissance rapide basé à Singapour, a pris livraison d’un autre biréacteur d’affaires très long-courrier Global 6000. Cet avion, qui aura pour port d’attache la base de Zetta Jet à Los Angeles, combine de façon exemplaire la performance, l’autonomie et la douceur de vol exceptionnelle de la marque Global, avec un environnement en cabine moderne qui offre aux passagers le plus grand confort qui soit et une connexion Internet ininterrompue durant leurs déplacements.

Cette livraison fait suite à la levée d’une option dans le cadre d’une commande de six avions d’affaires Global 6000 annoncée en décembre 2015. La livraison a eu lieu lors d’une cérémonie tenue récemment au Centre de finition Global de Bombardier Avions d’affaires, à Montréal.

Le tout nouveau biréacteur d’affaires de Zetta Jet est doté du système de divertissement en cabine de pointe de Bombardier et de la connexion Internet en vol la plus rapide de l’industrie à l’échelle mondiale par bande Ka.

Photo : Global 6000 Zetta Jet @ Bombardier

08/04/2017

Le T-100 de retour dans la compétition aux USA !

alenia_t-100_desert.jpg

L’avionneur italien Leonardo est de retour avec le T-100 (M346) dans la compétition en vue d’équiper l’US Air Force d’un nouvel avion école. En janvier dernier, Leonardo associé à l’époque avec l’équipmentier américain Raytheon avait annoncé son abandon. La question était alors sur toutes les lèvres, l’avionneur allait-il tenté un retour mais sans partenaire ?

Seul mais avec un projet d’usine :

Sous le nom de Leonardo DRS, l’avionneur a annoncé vouloir construire une usine de fabrication d'aéronefs à Tuskegee, en Alabama, pour produire son système de formation de jet intégré T-100, si elle est sélectionnée par l'armée de l'air américaine pour fournir le formateur de prochaine génération. 

L'équipe américaine du T-100 a choisi Moton Field Municipal Airport à Tuskegee pour l’éventuel site de fabrication d'aéronefs et la chaîne de montage finale en raison de la main-d'œuvre qualifiée, de l'infrastructure de l'aérodrome expansif et de solides ressources locales et étatiques soutenant le développement économique dans la région.

 

Le M-346/T-100  :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multifonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital « Fly-by-Wire2 programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. 

1590004252.jpeg

Photos : la version T-100 destiné au marché US @ Leonardo

 

07/04/2017

Le point sur l’oxygénation de nos Hornet !

20150066.jpg

Suite à une série de problèmes révélés aux Etats-Unis, les médias suisses rapportent des problèmes d’alimentation en oxygène dans les F/A-18 C/D « Hornet » des Forces aériennes. Il est important de clarifier la situation, car une fois de plus l’information est incomplète et peut mener à une confusion.

La situation en Suisse :

Les F/A-18 C/D « Hornet » volent depuis environ 20 ans au sein des Forces aériennes suisses et ont accumulé plus de 100’000 heures de vol. Au cours de cette période, quelque 100 plaintes de pilotes ont été enregistrées concernant l'alimentation en oxygène. Cela correspond à une plainte pour 1000 vols effectués. Cinq de ces annonces concernaient des cas d'hypoxie. Cela signifie que le pilote était insuffisamment alimenté en oxygène. Ces annonces datent des années 2002, 2008, 2011, 2014 et 2016. Sur ces cinq cas, deux ont été qualifiés de graves.

Réaction :

Les Forces aériennes ont analysé chacune de ces annonces et pris des mesures appropriées. Ainsi, une procédure supplémentaire de test a été mise en place, les instructions concernant le lavage des moteurs au terme d'un engagement prolongé des appareils à l'étranger ont été adaptées et une alarme supplémentaire a été intégrée. Les pilotes ont aussi été sensibilisés à la thématique par un entraînement en chambre de décompression et des exercices particuliers sur simulateur.

En outre, les F/A-18C/D Hornet des Forces aériennes suisses sont très bien entretenus par un personnel hautement qualifié et sont normalement stationnés à l'abri dans des hangars. Contrairement aux F/A-18 alignés par les Etats-Unis, les appareils suisses ne sont pas engagés à partir de porte-avions ou de bases aériennes situées dans le désert, ce qui a un impact positif sur l'intégrité du circuit d'oxygène des avions.

Deux problèmes différents:

Il faut différencier deux problèmes survenu au USA. D’un côté, il y a un problème rare de décompression avec les « Hornet » de séries A/B/C/D au standard Block10 (Espagne, Canada), doté du système d’alimention en oxygène avec des bouteilles d’oxygène. Par contre, la maintenance est adaptée en fonction du vieillissement de ces appareils.

Par contre, Les Hornet C/D Block18 (Suisse, Finlande, Koweit) et les « Super Hornet » et plus précisement les E/A-18G « Growler » de la Marine américaine sont eux dotés du système d’alimentation de type OBOGS. Ces appareils ont un problème différent. En effet, il est apparu que le système OBOGS pouvait être contaminé par des lubrifiants et les fluides des moteurs qui se sont infiltrés dans le système de génération d'oxygène. Il apparaît également que les avions écoles de l’US Navy de type BAe T-45 « Goshawk » subissent le même problème de contamination par des fluides. Ce problème semble d'ailleurs plus grave sur les T-45, car les instructeurs de la Navy refusent depuis plusieurs semaines de continuer à voler, tant que le problème n'est pas résolu.

 

fa18g.jpg

Photos : 1 Boeing F/A-18 C/D Hornet @ Swiss Air Force 2 E/A-18 « Growler » @ US Navy

L ‘A350-1000 a terminé ses essais de bruit !

 

A350-1000_noise_test.jpg

 

L’Airbus A350-1000 de test n°MSN065 a complété une série d'essais de bruit à Moron, au sud de l'Espagne, du 27 mars au 5 avril, dans le cadre des tests de vol de certification de type.

L'avion et les installations de la Force aérienne espagnole basée à de Morón, ont été équipés d'instruments et de capteurs pour mesurer les niveaux de bruit externes lors des phases de décollage et d'atterrissage, ainsi que des arrêts de moteur. Les moteurs Rolls-Royce de dernière génération combinés à des technologies aérodynamiques ultramodernes contribuent à réduire l'empreinte acoustique de l'A350-1000. Les premiers résultats confirment que le -1000 est très silencieux. L’avion répondant facilement aux exigences de certification du bruit externe avec des marges significatives par rapport aux exigences actuelles applicables (EASA CS-36 et FAA Part 36).

Trois avions de test de vol A350-1000 (MSN059, MSN071 et MSN065) volent dans la campagne de certification de type intensive qui progresse comme prévu. L'A350-1000 est le dernier membre de la famille Airbus, offrant des niveaux d'efficacité opérationnelle sans précédent, un faible niveau de bruit et de vraies capacités à long terme. En plus d'avoir un fuselage plus long pour accueillir 40 passagers supplémentaires que l'A350-900, l'A350-1000 dispose également d'un train d'atterrissage principal à quatre roues.

 

Photo : L’A350-1000 lors des essais à Moron @ Airbus/H.Goussé

06/04/2017

La Kawasaki C-2 prêt pour le service !

8976.jpg

Le nouvel avion de transport lourd japonais Kawasaki C-2 a atteint son dernier objectif de qualification en vue de son entrée en service. Le ministère de la Défense et Kawasaki Heavy Industries (KHI) prépare l’entré en service du nouvel avion.

Le 30 mars dernier, les trois premiers avions de série ont été réceptionné par la 3e Escadre de transport aérien tactique basé sur l’aéroport de Miho-Yonago. Au total se sont 60 appareils qui vinedront progressivement remplacer les Kawasaki C-1 et Hercules C-130 utilisé par les forces japonaises.

Le Kawasaki C-2 :

Le Kawasaki C-2 est un avion de transport bi-moteur à longue portée, qui peut transporter des charges utiles lourdes telles que des hélicotpères Mitsubishi H-600, des blindés lourds et des batterries de missiles Patriot. Selon l’avionneur japonais, le C-2 peut transport des charges de 126 tonnes métriques. L’avion peut aisément voler des routes aériennes internationales. Le C-2 est alimenté par une paire de moteurs de turboréacteur General-Electric CF6-80C2K. Il dispose d'un système automatisé de chargement et déchargement pour réduire les charges de travail. Les pilotes dispsoent d’une avionique dotée d’un système tactique de gestion de vol, d'un système de navigation de haute précision et de système de d’autoprotection.

5643.jpg

Photos : 1 Kawasaki C-2 @ KS SJST 2 Au sol @ Katsunori Kimura