15/02/2021

Le Vietnam a choisi le L-39 Next Generation !

2231428777.jpg

On ne change pas une équipe qui gagne ! La Force aérienne populaire du Vietnam (VPAF) cherchait un remplaçant à ses vieux L-39 formateurs. Le nouvel avion école doit permettre la transition des jeunes pilotes en direction des nouveaux Sukhoi Su-30MK2 que le pays a reçu depuis peu. Cette compétition visait à trouver un remplaçant aux vénérables L-39 actuellement en service. Les deux concurrents étaient le L-39NG et le Yak-130 russe.

L’avionneur tchèque Aero Vodochody a remporté le contrat d'exportation le plus important à ce jour pour le tout nouveau L-39Next Generation. Le contrat prévoit l’achat de 12 appareils qui seront livrés entre 2023 et 2024. Les coûts exceptionnellement bas de l'avion, associés à une très grande appréciation des instructeurs vietnamiens pour le "système L-39" ont été déterminant pour le choix final. 

La vente comprend également la formation du personnel au sol et des instructeurs, la fourniture de de pièces de rechange et du supports logistiques.

Aero Vodochody L-39NG :

3790873920.jpg

Le L-39NG est alimenté avec un nouveau moteur Williams FJ44-4M. L'avion a effectué son premier vol le 14 Septembre 2015 avec notamment l'essai une nouvelle centrale électrique. Le L-39NG est doté d’une nouvelle avionique produite par Genesys Aerosystems qui comprend un nouvel affichage multifonctions (MFD) et un affichage tête haute (HUD).

Pour l’avionneur tchèque le L-39NG est un avion école moderne et efficace, conçu comme un système d'entraînement complet et unifié pour les forces aériennes modernes. Le L-39NG est basé sur le concept aérodynamique du célèbre L-39, mais utilise les dernières technologies. La nouvelle avionique de l'avion permettra de venir former les futurs pilotes d'avions de 4ème et de 5ème générations. Le L-39NG est équipé de cinq points de fixation pour des armes. L'avion dispose d'un large éventail de technologies de simulation, y compris l'intégration dans les centres de simulation tactique de haute technologie dans le but d'accroître l'efficacité de l'entraînement.

Pour Aero Vodochody le L-39NG est une solution moderne ayant un faible coût. Ce concept doit répondre aux besoins des Forces aériennes qui doivent régulièrement revoir les dépenses à la baisse.

2838144417.jpg

Photos : 1 L-39NG 2 Cockpit 3 Le prototype en vol @ Aero Vodochody

 

14/02/2021

L’Argentine avance dans la certification du Pucara Fénix !

unnamed.jpg

L’Argentine travail à la certification de la nouvelle version de l’IA-58 « Pucara », le Fénix. La nouvelle version de l’avion est dotée d’une nouvelle motorisation et d’une avionique modernisée.

Le futur « Pucara Fénix » est doté d’une nouvelle motorisation, un nouveau système de navigation et de nouvelles radio cryptées. Une nacelle de désignation doit venir compléter l’équipement ainsi qu’une vision nocturne.

Rappel :

L’armée de l’air argentine prépare la transformation d’un nombre non divulgué d’avions d’attaque légers IA-58 « Pucara » en variantes de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (Intelligence-Surveillance-Reconnaissance /ISR), en le renommant IA-58 « Fénix». Actuellement, 25 IA-58 sont répertoriés en état de vol.

L'armée de l'air argentine prévoit un certain nombre d'améliorations pour maintenir sa flotte d'IA-58 opérationnelle pendant encore 15 à 20 ans et ceci dans son nouveau rôle. La modernisation du « Pucara » en « Phoenix » comprend : le remplacement des deux turbopropulseurs Turbomeca Astazou de fabrication française par des turbopropulseurs Pratt & Whitney PT6A-62. Les hélices à trois pales de l’avion seront remplacées par des hélices à quatre pales du fabricant Hartzell. L'avion bénéficiera de nouveaux équipements ISR, tels qu'un capteur multispectral, un indicateur de cible laser et un radar à ouverture synthétique. De nouveaux équipements de communication seront également installés, notamment un modem de données par satellite.

Cette modernisation à la fois technique et tactique de l’avion est une résultante des maux dont souffre aujourd’hui la FAA avec un budget austère et toujours limité par l’embargo britannique. Il a donc fallu penser de manière créative et réadapter un ancien guerrier en fonction des besoins actuels.

L’IA-58 « Pucara » :

L’appareil, construit par la société publique Fabrica Militar de Aviones, est entré en service en 1975. L’avion d’attaque bi-turbopropulseurs a été piloté pour la première fois en 1969 et 107 exemplaires ont été produits entre 1974 et 1999. C'est en août 1966 que les responsables argentins décidèrent de se lancer dans le développement d'un avion de combat destiné à l'attaque au sol et à l'appui aérien rapproché. Le programme fut tout d'abord désigné AX-02 « Delfin » et devait également déboucher sur une version destinée aux forces aéronavales sous la désignation AX-04. L'avion fut baptisé « Pucara », désignant les murailles de pierres.

Le Pucará a été initialement conçu comme un avion STOL (Short Take Off and Landing) avec des spécifications pour les opérations de contre-insurrection, et a été testé au combat pendant la guerre des Malouines.

270874267.21.jpg

Photos : Le prototype du Pucara Fénix @ FAA

13/02/2021

Les L-39 Ouzbeks modernisés au complet !

FG_3892730-JDW-10448.jpg

Aero Vodochody a livré les six avions d'entraînement à réaction L-39C Albatros modernisés à l'Ouzbékistan, concluant un contrat de révision lancé en 2018.

Le constructeur tchèque a annoncé le 10 février que la livraison finale à la République d'Asie centrale avait eu lieu trois jours auparavant le délai final du contrat.

Les L-39 Albatros, ont subi une révision générale chez Aero Vodochody. Une partie de la révision des avions ouzbeks comprenait une modernisation partielle de leur équipement à bord. L'Ouzbékistan a confié à l'entreprise, la révision de ses six L-39 avec l'aide d'Omnipol en septembre 2018. En 2019, les six machines sont arrivées dans les installations d'Aero à Vodochody, en République tchèque, dans le plus strict secret.

Pour les travaux de modernisation, l'équipement de communication soviétique d'origine a été remplacé par des systèmes de fabrication tchèque. L’avionique et des aides à la navigation sont de type Garmin et ont également été installées. La boussole radio a également été remplacée par une technologie plus moderne, et l'indicateur de givrage a été remplacé par un nouvel équipement fabriqué par Rosemount Aerospace.

L'Ouzbékistan est le premier d'un certain nombre de clients à avoir opté pour des révisions et des modernisations effectuées par le fabricant d'origine, Aero Vodochody, qui est le seul au monde autorisé pour ce type de révision.

Photo : L-39C modernisé Ouzbek @ Aero Vodochody

 

 

 

12/02/2021

Le premier Tornado allemand avec une durée de vie allongée a volé !

csm__4342-1_Zeitler_fc88e2c759.jpg

La Luftwaffe en collaboration avec Airbus DS a effectué le vol du premier avion de combat Panavia Tornado dont la durée de vie a été prolongée. Ce premier Tornado,de série 43 + 42 de la Tactical Air Force Wing 33, s’est  envolé des installations d’Airbus à Manching, à la suite du processus qui a vu la durée de vie de sa cellule étendue à 8’000 heures de vol contre les 6’000 heures de vol actuelles.

Jusqu’en 2030 :

Le ministère fédéral de la Défense a confirmé que 85 Tornado devraient rester en service jusqu'à la fin de 2030 grâce à cette prolongation de la vie de la cellule de l’avion.

Pour la prolongation de la vie cellule, Airbus a dû procédé au remplacement de plusieurs pièces de structurelles importantes comme par exemple l’élément de liaison entre la partie avant et la partie médiane du fuselage. Pour se faire les équipes de maintenance ont dû reproduire des pièces de qui n’existaient plus. Au total, ce sont près de 400 pièces structurelles requises qui ont été fabriquées, puis installées à bord de l’avion. Selon un porte-parole de la Luftwaffe, il aura fallu exécuté près de 2’000 étapes pour démonter et remonter le Tornado.

En effet, cette mise à jour cellule implique le démantèlement quasi-complet de l'avion à l'usine d'Airbus Defence and Space à Manching, dans le sud de l'Allemagne. La société d'ingénierie d'analyse et de test Industrieanlagen-Betriebsgesellschaft (IABG) à Ottorbrunn détermine quelles pièces ont atteint la fin de leur vie et doivent être remplacées, qui doivent ensuite être construites et installées.

Le programme allemand d'amélioration de la durée de vie (SLE) engage les responsabilités de conception de systèmes d’Airbus et BAE Systems.

csm__4342-0681_Zeitler_1ddbaf1324.jpg

Photos : Premier vol d’un Tornado avec une vie allongée @ Airbus DS

Bombardier cesse la fabrication du Learjet !

2735358394.jpg

C’est une double mauvaise nouvelle pour les passionnés d’aviation, l’avionneur canadien Bombardier va cesser de fabriquer la famille d’avions d’affaires Learjet et supprimera du même coup 1’600 emplois dans le cadre d'un vaste plan visant à accroître la rentabilité et à réduire les coûts.

La production de l'emblématique avion privé, qui est arrivé sur le marché il y a près de six décennies, cessera au quatrième trimestre. Cette décision doit permettre à l’avionneur de se concentrer sur ses jets d'affaires « Challenger » et « Global » plus gros, plus rapides et plus lucratifs. Il est vrai que la concurrence sur le marché des jets de petite et moyenne cabine s’est accrue ces dernières années et pour Bombardier, il fallait faire un choix crucial.

Ces mesures iront vers un objectif d'économies de coûts de 400 millions de dollars par an d'ici 2023. Cette décision est l’ultime travail de réorganisation engagé par l’avionneur canadien après la vente de son programme d'avions C Series à Airbus et du Q400 à De Havilland. Sans oublier le mois dernier la vente de sa division ferroviaire à Alstom SA.

Fin 2021 :

La ligne d’assemblage des LearJet sera fermée d’ici la fin de 2021. Le LearJet est devenu en quelques années l’un des avions d’affaires les plus populaires au monde. L’avion a accumulé plus de 3’000 livraisons depuis ses débuts en 1963 et était autrefois l'incarnation même du voyage de luxe pour des célébrités du monde entier.

Bombardier continuera d’offrir à long terme un plein soutien pour la flotte d’avions Learjet et, à cet effet, elle a lancé le programme de refabrication Learjet RACER pour les avions Learjet 40 et Learjet 45. Ce programme inclut un ensemble d'améliorations comprenant des composants intérieurs et extérieurs, une nouvelle avionique, une connectivité à haut débit, des améliorations des moteurs et une amélioration des coûts de maintenance des avions. Le programme de refabrication RACER sera offert exclusivement par le centre de services de Bombardier situé à Wichita, au Kansas.

Les installations de Bombardier à Wichita continueront de servir de principal centre d’essais en vol de l’entreprise et d’être un élément clé de son réseau mondial de service. De plus, Bombardier a désigné Wichita comme le Centre d’excellence pour ses activités liées aux avions spécialisés et prévoit que les installations joueront un rôle de premier plan dans les futurs contrats de modifications d’avions pour missions spéciales.

Le LearJet est petit morceau de la Suisse :

Initalement, Learjet était un fabricant aérospatial américain de propriété canadienne de jets d'affaires à usage civil et militaire basé à Wichita, au Kansas. Fondée à la fin des années 1950 par William Powell Lear sous le nom de Swiss American Aviation Corporation, elle est une filiale du Canadien Bombardier Aéronautique depuis 1990, qui la commercialise sous le nom de « Bombardier Learjet Family ». La conception préliminaire de Lear était basée sur un avion militaire américain expérimental connu sous le nom de Marvel, remplaçant les turboréacteurs montés sur le fuselage par des turbomoteurs à soufflante canalisée. Cependant, cette conception préliminaire a été abandonnée et la conception finale du Learjet a été plutôt adaptée à partir d'un avion de combat d'attaque au sol suisse des années 1950, le FFA P-16. La structure de base de l'avion suisse P-16 a été considérée par Bill Lear et son équipe comme un bon point de départ pour le développement d'un avion d'affaires, et a formé la Swiss American Aircraft Corporation, située à Altenrhein, en Suisse et composée d'ingénieurs de conception de Suisse, Allemagne et Grande-Bretagne. L'avion était à l'origine destiné à s'appeler le SAAC-23. L'aile avec ses réservoirs de carburant et son train d'atterrissage distinctifs des premiers Learjet a peu changé par rapport à ceux utilisés par les prototypes de chasseurs. Bien que la construction du premier jet ait commencé en Suisse, l'outillage pour la construction de l'avion a été déplacé à Wichita, en 1962. Bill Jr a déclaré qu'il avait fallu trop de temps pour faire quoi que ce soit en Suisse malgré les coûts de main-d'œuvre moins chers. LearJet était dans un bureau temporaire qui a ouvert en septembre 1962 alors que l'usine de l'aéroport de Wichita était en construction. Le 7 février 1963, l'assemblage du premier Learjet a commencé. L'année suivante, la société a été rebaptisée Lear Jet Corporation. Le Learjet 23 original était un six à huit places et a volé pour la première fois le 7 octobre 1963, le premier modèle de production étant livré en octobre 1964. Un peu plus d'un mois plus tard, Lear Jet est devenu une société publique. Plusieurs modèles dérivés ont suivi, avec le premier vol du modèle 24 le 24 février 1966 et le premier vol du modèle 25 le 12 août 1966. Le 19 septembre de la même année, la société a été renommée Lear Jet Industries Inc.

615868795.jpeg

Photos : 1 LearJet 75 2 le premier LearJet 23 @ Bombardier