15/02/2015

Modernisation des C-5M « Galaxy » !

86-022.jpg

 

Marietta, dans le cadre de la modernisation des avions de transport Lockheed-Martin C-5 « Galaxy », ce vendredi une équipe de pilotes de l’US Air Force a transféré le 24ème exemplaire de C-5M « Galaxy » chez Lockheed-Martin en vue de sa modernisation.

 

Ce C-5M n° 86-0022 a été convoyé par un équipage l’US Air Force depuis les installations de la base aérienne de Travis en Californie à destination de Stewart Air National Guard Base, près de New York.  L’avion va subir à son tour une restauration.

 

 

Le programme de modernisation :

Le C-5M « Super Galaxy » modernisé peut transporter deux fois la cargaison des autres aéronefs de transport stratégique. Le C-5M « Super Galaxy » est le résultat d'un effort de modernisation en deux phases : la modernisation de l'avionique programme (AMP) et l'amélioration de la fiabilité et de la re-motorisation, programme (RERP).

Avec l’AMP, on ajoute un nouveau poste de pilotage moderne et numérique, un système de navigation tous temps, des  commandes de vol électrique et un pilote automatique ainsi qu’une nouvelle génération de communications.

Le programme RERP correspond à la re-motorisation avec le moteur General-Electric CF6-80C2 de type commercial (désignation militaire F108-GE-100) ces moteurs offrent une poussée de 50.000 livres, soit une amélioration de 22% par rapport aux actuels TF39. Ces nouveaux moteurs vont améliorer la maintenance et la fiabilité de l’avion.

Avec plus de la moitié de sa durée de vie utile restante en matière de structure, le C-5M « Super Galaxy » sera un multiplicateur de force jusqu'en 2040 et au-delà au sein de l’US Air Force.

 

A propos du C-5 :

 

Pour remplacer les anciens C-133 Cargomaster, l'US Air Force  lança en 1963 le programme CX-LHS (pour Cargo Experimental-Heavy Logistics System). Le cahier des charges du futur appareil était en partie basé sur les caractéristiques du C-141 : ailes hautes, dérive en T, quadrimoteurs mais avec la capacité d'atterrir sur des pistes similaires (2438 m au décollage et 1219 m à l'atterrissage). La charge maximale était portée à 100 tonnes maximum et 51 tonnes en moyenne pour une autonomie respective de 6’000 km et 10’000 km.

Deux constructeurs répondirent à l'offre : d'un côté Boeing présenta son projet qui allait devenir le B747 et de l'autre Lockheed  qui proposa le projet Galaxy. Le 22 décembre 1964, le président Johnson approuva le développement du projet de Lockheed qui devint le C-5A. Le premier vol du C-5A eu lieu le 30 juin 1968, le C-5A « Galaxy » était alors le plus gros avion du monde.


345786606.jpg


 

 

Photos : 1 Le 24ème C-5 en route vers sa modernisation 2 Chaine de modernisation @ Lockheed-Martin


14/02/2015

Le Nicaragua veut une vraie Force aérienne !

mig_29smt-001.jpg

 

 

Le Nicaragua petit pays d’Amérique latine n’avait pas jusqu’ici, une Force aérienne digne de ce nom. Les choses vont changer, car le pays prévoit l'achat d'avions de combat pour commencer à appliquer sa souveraineté de l'espace aérien de manière sérieuse.

 

Le Nicaragua ne dispose aujourd’hui, que d’une flotte aérienne limitée qui se résume à des Cessna 185 et C41D, ainsi que, de quelques hélicoptères MIL Mi-17. L'inspecteur de l’armée nicaraguayenne, le général Adolfo Zepeda a annoncé cette semaine la volonté de renforcer la souveraineté de l’espace aérien nicaraguayen, avec comme objectifs la lutte 

contre les vols illicites des organisations de trafic de drogue et l’application au sens strict de la souveraineté aérienne. La nouvelle Force aérienne devra également pouvoir jouer un rôle dissuasif et permettre de repousser toute agression.

 

Le MiG-29 pour équiper l’aviation : 

 

Les moyens financiers du pays sont limités, mais le selon les premières informations divulguées suite à l’intervention du général Adolfo Zepeda, le pays porte sérieusement son attention sur des avions de combat d’occasions de type MiG-29. La Russie semble d’ailleurs prête à livrer ce type d’aéronefs de manière très rapide. On parle d’un premier lot de 12 à 18 aéronefs. 

Ces MiG-29, dont environ 6 biplaces, proviendraient du stock actuel de l’aviation russe et seraient tous remis à neufs. 

La décision en vue de l’achat de MiG-29 par le Nicaragua devrait intervenir au printemps.

 

 

Photo: MiG-29SM russe @ VVL

Le film : AIR14 Final Cut !

Le film «AIR 14 Final Cut» montre les grands moments des shows aériens présentés lors de la grande manifestation organisée l’année passée par l’Armée suisse.

 

   

Le meeting AIR14, qui s’est tenu à Payerne du 29 août au 7 septembre 2014, a été réalisé pour célébrer les 100 ans des Forces aériennes, les 50 ans de la Patrouille Suisse et les 25 ans du PC-7 TEAM. Plus de 400 000 personnes ont assisté aux démonstrations aériennes et visité l’exposition de l’armée. 

Le film «AIR 14 Final Cut» constitue en quelque sorte la note finale d’AIR 14. Outre une rétrospective des points forts du show aérien, il propose aux spectateurs de jeter un regard dans les coulisses de cette manifestation de l’Armée suisse, qui a rencontré un franc succès en été 2014.

 

13/02/2015

LUXAIR commande trois Q400 !

original.jpg

 

Bombardier Avions commerciaux a annoncé aujourd’hui que LUXAIR Société Luxembourgeoise de Navigation Aérienne S.A. (« Luxair »), transporteur aérien national du Grand-Duché du Luxembourg, a signé une entente d’achat ferme de trois avions Q400 NextGen et pris des options sur deux autres avions Q400 NextGen. Au prix courant de l’avion Q400 NextGen, la commande ferme est estimée à quelque 100,3 millions, ce qui pourrait augmenter à 169,5 millions de dollars, si Luxair exerçait toutes ses options.

Le  Q400 NextGen :

Optimisé pour les opérations court-courriers et pouvant accueillir jusqu’à 86 passagers, l’avion Q400 NextGen est un grand biturbopropulseur rapide, silencieux et écoénergétique. Il offre bon  équilibre entre le confort des passagers et les caractéristiques économiques d’exploitation, avec une empreinte environnementale réduite. L’avion Q400 NextGen est le biturbopropulseur de dernière génération offrant à la fois vitesse et efficacité de carburant d’un avion turbopropulsé. Ses caractéristiques économiques et sa polyvalence opérationnelle permettent aux sociétés aériennes de la déployer de façon rentable de diverses façons pour desservir des liaisons court-courriers typiques d’avions turbopropulsés, ainsi que des marchés moyen-courriers d’avions à réaction.

En incluant la commande de Luxair, Bombardier a enregistré des commandes fermes totalisant 537 avions Q400 et Q400 NextGen. Dans le monde entier, les avions Q400 et Q400 NextGen ont transporté plus de 355 millions de passagers et accumulé plus de 5,7 millions d’heures de vol et plus de 6,1 millions de décollages et atterrissages. Le programme des avions Q400 et Q400 NextGen comprend une cinquantaine de clients et exploitants dans plus de 40 pays, sur six continents.

Photo : Q400 aux couleurs de LUXAIR @ Bombardier Aerospace

La France vend le RAFALE à l’Egypte !

PHO95410c6e-b306-11e4-841c-8aeec68ecf5b-805x453.jpg

 

 

Enfin ! Le soulagement est énorme chez Dassault Aviation, ainsi que chez les nombreux fournisseurs de l’avion de combat Rafale. L’Egypte va signer ce lundi un contrat portant sur 24 avions Rafale.

 

 Les besoins Egyptiens :

 

L’Egypte se trouve dans une situation complexe et doit impérativement renforcer sa défense aérienne, composée de Mirage 5 et 2000 vieillissant. En effet,  l'Égypte fait face à un environnement sécuritaire très dégradé à ses frontières. D'un côté la Libye, livrée aux mains de milices tribales, est devenue un nouveau foyer de Daech et de l'autre, dans le désert du Sinaï, l'armée égyptienne lutte contre des intrusions de djihadistes venus de Syrie.

 

Un financement risqué :

 

La problématique principale de ce contrat vient du fait que l’Egypte n’a pas véritablement les moyens de se payer un avion comme le Rafale. En conséquence et pour appuyer cette vente, Paris a mis en place un système d’aide à l’exportation. L’Egypte ne peut payer que la moitié du contrat qui comprend également une frégate et des missiles de défense anti-aérienne de chez MBDA, soit un contrat de 5 milliards d’euros. Pour ce faire, Paris a mis en place un financement  via la Coface pour permettre à l'Egypte d'obtenir un un financement pour la seconde partie de la transaction.  Le Caire a négocié un crédit auprès d'un pool de banques que sont  le Crédit Agricole, la BNP Paribas et de la Société Générale.

 

L’anecdote :

 

Pour la petite histoire, on retiendra que Moscou a tenté ces dernières semaines d’interférer dans le dossier, mais sans succès. La Russie a en effet, essayé de placer son MiG-35 et de brûler ainsi,  la politesse à Dassault.

 

Commentaire :

 

Cette vente à l’Egypte est primordiale pour Dassault, en effet, si aucun contrat à l’exportation n’avait été signé cette année, la chaine de fabrication du Rafale aurait risqué une interruption en 2016, rendant ainsi toute chance d’exportation caduc. Cette première vente est doublement importante, d’abord du point vue industrielle et psychologique.

Mais il faudra d’autres contrats pour assurer la pérennité du programme Rafale, on pense bien sûr à l’Inde. L’Inde, justement les négociations ne sont pas terminées, New Dehli tente de faire baisser le prix, la question des responsabilités de fabrication de l’avion ne sont pas encore complètement clauses et la Russie tente de faire passer son Sukhoi Su-30MKII. Et puis il y a une chance du côté du Qatar avec 60 avions. En Suisse le dossier avion de combat n’est pas clos, on en reparlera d’ici 2018, mais là encore, les choses sont complexes.

 

Photo : Rafale en démonstration en Egypte @Dassault Aviation