01/03/2017

L’A321neo LEAP-1A certifié !

csm_A321neo_TAKE_OFF__d9d19c80fb.jpg

L'A321neo propulsé par les moteurs LEAP-1A de CFM International a reçu la certification de type conjointe de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et de la Federal Aviation Administration (FAA).

Le certificat de type EASA a été signé par Trevor Woods, directeur de la certification de l'AESA, et Michael J. Kaszycki, directeur par intérim de la FAA, Direction des avions de transport - Service de la certification des aéronefs. Les deux certificats ont été remis à Airbus au Premier vice-président du programme de la famille A320, Klaus Roewe et à l’ingénieur en chef du programme Airbus A320, Pierre-Henri Brousse.

L'A321neo propulsé par les moteurs CFM, a complété avec succès un programme de certification accumulant plus de 400 heures de vol dans plus de 160 vols. Les essais ont validé la cellule et les systèmes de l'avion bien au-delà de leurs limites de conception pour répondre à tous les critères de navigabilité. L'A321neo avec les moteurs CFM est le quatrième membre de la famille NEO certifié au cours des 15 derniers mois, offrant aux clients de la famille A320neo l'option de deux types de moteurs, soit le Pratt & Whitney Pure Power PW1100G-JM et LEAP-1A de CFM.

La famille A320neo est la plus vendue au monde, avec plus de 5 000 commandes de 92 clients depuis son lancement en prenant 60% du marché. Grâce à leur cabine la plus large, tous les membres de la famille A320neo offrent un confort inégalé dans toutes les classes et les sièges Airbus 18 "de large en économie en standard.

 

Photo : A321neo avec motorisé avec le LEAP-1A@ Airbus/H.Goussé

 

28/02/2017

Entrée en service du EA-18G « Growler » au sein de la RAAF !

australiangrowler.jpg

L’avion de guerre électronique Boeing EA-18G « Growler » entre en service au sein de Royal Australian Air Force (RAAF). Les deux premiers exemplaires de EA-18G sont arrivés en Australie. Les appareils ont été réceptionnés lors d’une cérémonie en présence de la ministre de la Défense Marise Payne et de RAAF chef de l'air Marshall Geoff Davies.

La ministre de la défense Marise Payne a annoncé que l'Australie s'associait avec les États-Unis pour développer un brouilleur radio de prochaine génération pour venir équiper le « Growler » sur un budget de 192 millions de dollars.

Rappel :

L’Australie a commandé un total de 12 avions Boeing EA-18G «Growler», en avril 2012. Il s’agit en fait d’une conversion 12 F/A-18 E/F «Super Hornet» en EA-18G sur un total de 24 appareils commandés, auprès de l’avionneur américain. 

 Le premier «Growler» australien est numéroté A46-301 sera déployé à la mi-2015,  avant de mener une campagne d'essais en vol de 12 mois avec l'US Navy, afin de répondre aux exigences de navigabilité australiens.

Les premiers équipages australiens ont débuté au printemps une formation sur le «Growler» au sein de l’escadron VAQ-129 de l'US Navy,  sur les installations de transformation de Whidbey Island, près de Seattle, Washington.

Le EA-18G «Growler» : 

L’EA-18G dispose du radar AN/APG-79 à antenne active (AESA) lui permettant non seulement d’être autonome en comparaison de son prédécesseur le EA-6B en mode air-air, mais intègre des possibilités de liaisons de données numériques et de brouillage dirigé indépendant du reste des systèmes embarqués.

Pour la lutte contre les défenses ennemies, l’EA-18G dispose de pod ALQ-99 de brouillage couplé à un système d’analyse à large spectre ALQ-218, lui permettant de différencier les types de radars (surveillances, poursuites, sol ou embarqué) et l’analyse des types de fréquences. Le système enregistre  et répertorie l’ensemble des menaces pour permettre leur restitution sur un écran tactique, avec une plus grande précision que par le passé.

Les systèmes embarqués du « Growler » lui permettent d’agir sur trois modes tactiques :

- Reconnaissance électronique (analyse des diverses menaces, radar et missiles)

- Suppression des menaces connues et mémorisées selon un scénario prévu.

- Réaction immédiate à l’engagement d’une nouvelle menace non répertoriée.

Du point de vue des communications, l’avion dispose du système AlQ-227 qui lui permet d’épier et de brouiller les communications adverses, en contre partie le « Growler » dispose pour sa propre protection le nouveau concept INCANS qui améliore les communications et transferts de données à l’intérieur d’un groupe naval.

 

Capacités ECM :

-          Détection passive/active.

-          Analyse des menaces et classifications.

-          Brouillage actif, perturbation électronique (radar et communication).

-          Paralysie électronique avec des virus informatiques.

Capacités de tirs :

 

-          air-air (AIM-9X Sidewinder, AIM-120 AMRAAM,) 

-          Elimination de radars ennemis (AGM-88 HARM)

L’ensemble de ces possibilités offrent l’opportunité aux équipages du « Growler » de pouvoir participer directement à l’escorte d’un groupe d’attaque tout en étant susceptible de se défendre face à n’importe quelles menaces en vol.

 

AIR_F-18F_RAAF_Armed_AIM-9X_ATFLIR_AGM-154C_lg.jpg

Photos : EA-18G « Growler » de la RAAF @ Boeing

 

 

 

 

Air Caraïbe réceptionne son A350XWB !

 

A350-900_Air_Caraibes-_Take_off.jpg

La compagnie Air Caraïbe a réceptionné aujourd’hui son A350-900XWB. Avec cette livraison, elle devient la première compagnie aérienne française à exploiter l'A350XWB. L'avion, loué à AerCap, a été livré lors d'une cérémonie qui s'est tenue au centre de livraison Airbus à Toulouse.

L’avion a décollé à 14h00 en direction de Paris Orly Sud avant d'entreprendre son premier vol commercial vers Pointe-à-Pitre et Fort-de-France le 2 mars prochain.

Cet A350-900 peut accueillir 389 passagers dans une configuration de trois classes soit : 18 en Business, 45 en Economie Premium et 326 en Economie. Le confort exceptionnel et la tranquillité de la cabine «Airspace by Airbus», combinée à son nouveau système d'éclairage très apprécié par les passagers pour la façon dont il réduit les effets du décalage horaire renforcent le sentiment de bien-être et de détente sur les vols long-courriers.

Air Caraïbes prévoit d'exploiter son A350 XWB aux côtés de l'A330 qu'il a déjà en service sur ses routes de Paris en Caraïbe française.

L'A350 XWB bénéficie des dernières innovations technologiques et aérodynamiques, offrant un niveau d'efficacité opérationnelle sans précédent tout en réduisant significativement son empreinte écologique. Son fuselage et ses ailes sont en fibre de carbone et il est alimenté par les moteurs Rolls-Royce Trent XWB de nouvelle génération.

A ce jour, les commandes de 821 A350 XWB ont été placées auprès d'Airbus par 44 clients dans le monde entier, ce qui en fait l'un des programmes les plus réussis dans le segment des aéronefs à long terme.

 

800x600_1488282402_A350-900_Air_Caraibes_-_wing_close_up.jpg

Photos : l’A350-900XWB d’Air Caraïbe Airbus/P.Pigeyre

 

27/02/2017

La Russie recevra plus de 200 avions et hélicoptères cette année !

1907317492.jpg

Moscou, les Forces aérospatiales russes recevront 160 avions et hélicoptères pour l’année 2017 selon un communiqué du Ministère de la défense. Selon le commandant en chef des Forces aérospatiales russes, général Viktor Bondarev, l’état des Forces aériennes s’améliorent avec un taux de 55% appareils neufs.

La modernisation de l’aviation russe se poursuit à grand pas, l’année dernière ses ont 139 nouveaux avions de combat qui sont entrés en services. Cette année l’Armée de l’air devrait recevoir 140 nouveaux avions et une vingtaine d’hélicoptères.

Il faut ajouter à cela les nouveaux appareils qui vont venir moderniser l’aviation embarquée, soit presque autant d’avions et d’hélicoptères.

En parallèle à la livraison de nouveaux aéronefs, la Russie poursuit la modernisation de son parc de bombardiers stratégiques avec notamment les Tupolev Tu-22M et le Tu-160 « Blackjack » et la relance de la production de celui-ci.

MiG-29KUB-RAC-MiG-copy-1024x683.jpg

70% de l’armée doit être moderne en 2020 :

L’objectif de l’armée russe : toutes forces comprises, devra comporter 70% de systèmes modernes en 2020. En ce qui concerne les Forces aérospatiales russes, elles opèrent une incontestable remontée en puissance. Avec l’arrivée en service ces dernières années des appareils de types Su-35, Su-34, Su-30SM, en attendant celle du T-50 PAK FA prévu en 2018, ces nouveaux aéronefs ont redonner un tonus indéniable aux escadrons de chasse. Les pilotes, qui bénéficient pour leur formation de l'entrée en service d'un nouveau jet école le Yak-130, retrouvent par ailleurs des taux horaires d'entraînement proches, voire supérieurs dans certains cas, à ceux de l'OTAN. Avec la modernisation d'une partie des MiG-31, Su-24, Su-27, les Forces aériennes russes se dirigent indéniablement à l'horizon 2020-2025 vers une capacité accrue et particulièrement moderne. Le repositionnement de près de 260 avions de combat en Crimée, en plus, de ceux déjà présents, le long de la frontière avec les pays nouvellement membres de l’Otan lui donne une capacité très supérieure à celle que peut lui opposer aujourd’hui l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord.

Deux points faibles :

A ce jour, il reste encore deux points faibles qui devront être comblés au sein des Forces aérospatiales russes, il s’agit d’une part de combler le manque d’avions ravitailleurs. L’autre point concerne les drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) et HALE (Haute Altitude Longue Endurance) dont elles sont dépourvues à ce jour. Mais ces deux points faibles vont être progressivement comblés d’ici 2020.

 

3483670450.jpg

Photos : 1 Su-30SM @ Fyodor Borisov 2 MiG-29K @ RACMIG 3 Tu-160@VVS

 

 

Un troisième Saab GlobalEye pour les EAU !

402869836.jpg

Les Émirats arabes unis (EAU) ont commandé un troisième exemplaire du Saab « GlobalEye » d’alerte précoce et de contrôle aéroporté (AEW&C). Le contrat est estimé à près de 238 millions de dollars. Cette commande vient compléter la première qui avait été passée en juin 2016.

Le Saab GlobalEye :

Le système GlobalEye est basé sur une cellule de Bombardier Global jet 6000 est doté d’une électronique suédoise de chez Saab. Le système AEW&C GlobalEye dispose de la nouvelle version du radar « Erieye », le SRSS de type AESA qui offre une détection supérieur à 600 kilomètres. Les caractéristiques du système comprennent, la production d'onde adaptative (y compris la compression numérique, codées en phase d'impulsion), le traitement du signal et de poursuite de cible (TWS) tout au long de la couverture angulaire du système à l’aide de fréquences basses et moyennes. Le système permet une capacité de détection avant et en arrière du cap de l'avion.

En matière de détection maritime, le système est couplé avec le radar Selex-ES 7500E en bande I (8 à 12,5 GHz) ventral. Le GlobalEye est capable de détecter des navires à environ 400 km et même des contacts plus petits, comme par exemple un jet ski et des bateaux gonflables (CPCR) et un périscope de sous-marin à très longue portée au-delà des 100 nautiques miles. L’ensemble du système est capable de fonctionner dans un environnement de guerre-électronique et de cyberguerre. L’identification de piste aérienne est facilitée par un IFF Mode 5 (ou norme nationale du client).

 

2854457948.jpg

Photos : Le GlobalEye @ Saab