27/01/2018

Plainte refusée contre Bombardier, les raisons !

jpg_cs100_delta_-_copie.jpg

Je vous l’annonçais dans un article court hier soir, la décision sur le litige qui opposait l’avionneur cannadien Bombardier à l’américian Boeing est tombé. La Commission internationale du commerce des États-Unis (USITC) a tranché en faveur de Bombardier. L’avionneur canandien n'aura pas à payer de droits compensatoires et antidumping de 292 % sur les ventes de son monocouloir de type CSeries.

Rappel :

L’avionneur américain Boeing avait déposé une plainte contre Bombardier pour concurrence déloyale. Le ministère américain du Commerce affirmait que les appareils de 100 à 150 sièges bénéficiaient de subventions du gouvernement canadien et qu'ils étaient vendus en deçà de leur prix de fabrication. Pour Boeing, cette situation donnait lieu à un préjudice en raison de ces subventions indues octroyées à son concurrent. Les avocats de Boeing donnaient comme exemple la vente de CS100 à la compagnie Delta Airlines grâce à un prix très bas.Les chances de Bombardier de l’emporter semblaient minces au départ. Plusieurs observateurs canadiens, y compris au sein du gouvernement fédéral, prédisaient une victoire de Boeing.

La fin d’un feuilleton :

« La décision d’aujourd’hui est une victoire pour l’innovation, la concurrence et la primauté du droit », a affirmé Bombardier dans un communiqué publié vendredi, quelques minutes après l’annonce de la décision de l'USITC.

Le constructeur rappelle que « les avions CSeries sont les avions les plus novateurs et les plus efficaces à avoir été créés depuis une génération. Leur développement et leur production représentent des milliers d’emplois aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni ». L'action de Bombardier à la Bourse de Toronto a bondi en quelques minutes, pour atteindre un sommet en trois ans. Par ailleurs, Bombardier entend mettre l'accent sur la finalisation de son partenariat avec Airbus, en vertu duquel l'avionneur européen deviendra l'actionnaire majoritaire du programme de la C Series.

Pourquoi Boeing a perdu ?

Pour beaucoup d'observateurs, la défaite de Boeing est une surprise. En effet, les arguments de l'avionneur américain portaient sur l'aide financière de la région du Québec à l'entreprise Bombardier. Toujours pour Boeing, ces aides auraient permis de vendre le CS100 à un prix particulièrement bas au transporteur Delta Airlines. Hors, il semlbe que le prix accordé à la compagnie américaine soit parfaitement dans la norme et que les rabaix accordés correspondent à ce qui se fait chez Boeing ou Airbus. Pas de concurrence déloyale en finalité.

Préparation des livraisons à Delta Airlines:

La commande de Delta prévoyait que les livraisons débutent ce printemps, mais quand Airbus a accepté à la mi-octobre de prendre une participation majoritaire dans le programme CSeries et d'en assembler quelques-unes sur le site de son usine A320 à Mobile en Alabama, Delta devait accepter un retard dans les livraisons pendant qu'Airbus construit la nouvelle chaîne d'assemblage américaine. Maintenant que la décision de l'USITC donne raisons à Bombardier, celà  signifie que Delta peut prendre livraisons des avions construits à Mirabel, au Québec, le site de la ligne primaire CSeries. 

 

F604FDA8-067C-4910-9E20-18B763AD0323-2808-000001B8C8375000.jpeg

Photos : La vente du CS100 à Delta Airlines a déclenché le litige@ Bombardier

26/01/2018

Plainte de Boeing contre Bombardier refusée !

F604FDA8-067C-4910-9E20-18B763AD0323-2808-000001B8C8375000.jpeg

Les quatre commissaires de la Commission américaine sur le Commerce international (USITC) ont décidé de façon unanime de rejeter la plainte de Boeing à l'endroit de Bombardier. Les avions de type CSeries ne feront donc pas l'objet de tarifs douaniers aux États-Unis. Développement à suivre...

Vol inaugural pour l’IL-78M-90A de ravitaillement !

1717296_-_main.jpg

 

Le vol inaugural du nouveau ravitailleur destiné à la Force aérienne et aérospatiale russe (VKS), l’Ilyushin Il-78M-90A a effectué son vol inaugural hier. Le vol de 35 minutes s'est déroulé depuis les installations de l'usine de production Aviastar-SP située à Oulianovsk, à environ 600 km à l'est de Moscou.

L’Il-78M-90A (précédemment nommé le Il-478) est basé sur le nouvel avion de transport Il-78MD-90A (Il-476), qui est lui-même une version modernisée de l'Il-76 « Candid » de transport.

La VKS devrait acheter 34 de nouveaux ravitailleurs pour remplacer ses Il-78 actuels. L'Il-78M-90A peut transporter 91 tonnes de carburant dans ses réservoirs principaux, plus 36 autres tonnes dans un réservoir auxiliaire dans la cale à cargaison pour fournir 127 tonnes de carburant transférable.

L’Il-476/ IL-76MD-90A/ Il-78M-90A :

L'avion de transport lourd Il-476 (IL-76MD-90A) est une version profondément modernisée de l'Il-76 qui était produit à Tachkent (Ouzbékistan) à l'époque de l'URSS. l’IL-476 présente une voilure revue et corrigée ainsi qu’une structure simplifiée, mais sa construction a beaucoup changé et l'avion est maintenant doté de nouveaux systèmes de commande et de navigation. Le nouvel appareil a une autonomie de vol de 5.000 km avec une charge utile de 52 tonnes (contre 4.000 km et une charge utile de 47 tonnes pour son prédécesseur). Son poids au décollage a augmenté de 190 tonnes à 210 tonnes. L'avion requiert un équipage moins nombreux (six membres d'équipages contre sept pour l'Il-76 de base). Doté d’une nouvelle avionique avec des systèmes de navigation modernisés, il a reçu des moteurs de conception récente de type Aviadvigatel PS-90A-76, déjà montés sur les Tupolev 204/214.

Un premier prototype de l’IL-476 est sorti en juillet 2012 de la chaîne d’assemblage de l’usine Aviastar-SP, située dans la région d’Oulianovsk. Le développement de cet appareil, lancé en 2006, repose sur le quadrimoteur IL-76 (code Otan : Candid), dont l’origine remonte aux années 1960 et qui a été vendu à de nombreuses forces appartenant notamment à la sphère d’influence soviétique, ainsi qu’à des compagnies aériennes.

Dans le cadre de sa modernisation, la Russie développe également un système aéroporté d'alerte et de contrôle (AWACS) variante devant être désignée l'A-100 (les AWACS actuelles base-76-Il, dont il existe 20 exemplaires actuellement en service avec le VVS, est désigné l'A-50 'Mainstay'.

L’IL-78m-90A est directement dérivé du de l’IL-76MD-90A.

La nouvelle famille :

 

IL-76MD-90A : avion cargo

A100 : dérivé de l’IL-76MD-90A d’alerte lointaine AWACS

IL-78M-90A : version ravitailleur en vol multirôle

 

JAV20180125162436.jpg

Photos : IL-78M-90A @ Ilyushin

 

25/01/2018

Vol inaugural et une commande pour le nouveau Tu-160M2 « Blackjack » !

4261060_original.jpg

Le Tupolev Tu-160-M2 nouvellement construit a effectué aujourd’hui son vol inaugural, depuis les installation de l’avionneur russe à Kasan. La Russie a l'intention de se procurer 50 des Tu-160 M2 de nouvelle génération, dont la production en série débutera en 2023.

Et une commande de 10 appareils:

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré jeudi que les bombardiers stratégiques modernisés renforceraient la puissance militaire de la Russie. S'exprimant lors de sa visite à l'usine d'aviation à Kazan pour assister à ce  premier vol, Vladimir Poutine à la signature d'un contrat de 160 milliards de roubles (environ 2,9 milliards de dollars) qui prévoit la livraison de 10 avions de ce type à l'armée de l'air russe. Il a dit que le bombardier amélioré est une "étape sérieuse dans le développement des industries de pointe et le renforcement des capacités de défense de la nation."

Début de production en avril dernier :

L'usine aéronautique de Kazan, a officiellement annoncé la reprise de la production du Tu-160M2 « Blackjack » en avril dernier. Il s’agit de la version modernisée du célèbre bombardier. Les futurs nouveaux « Blackjack » vont venir compléter la flotte actuelle qui en pleine modernisation. Le Tu-160M2 est doté une avionique modernisée avec un nouveau cockpit doté d’écrans et de la nouvelle génération d’ordinateur de gestion de vol disponible. Une liaison électronique permettant la communication avec l’ensemble des aéronefs et des éléments des Forces russes sera installée.

Les moteurs Kuznetsov NK-32 sont dotés d’un nouveau FADEC (Full Authority Engine Control) et de diverses améliorations concernant la maintenance.

En matière d’armement, le programme de modernisation va permettre de renforcer la capacité nucléaire de l'avion et la capacité de transporter 12 missiles Raduga NPO Kh-555 (AS-15 Kent) de croisière à longue portée ainsi que des bombes à guidage laser.

4261842_original.jpg

Le Tu-160 sera également doté des nouveaux missiles Kh-101 et le Kh-102, avec des ogives nucléaires et conventionnelles. La puissance des ogives nucléaires est estimée à 180-200 kilotonnes. En outre, leur portée atteint les 5’500 km. Toutefois, pour augmenter la portée, il a fallu augmenter la masse de lancement de missiles de 700-800 kg, bien que le poids de l'ogive soit resté la même 400-410 kg.

 Avec une charge jusqu'à 40’000 kg et un rayon d’action (sans ravitaillement) de 12’297 km, et une vitesse maximale de 1’800 km/h le Tu-160 est l’une des armes les plus redoutable de la Russie. Conçu par le Bureau d'études soviétique Tupolev pendant les années 1970-1980, le bombardier porte-missiles stratégique Tu-160 «Blackjack» selon le code de l'OTAN (Cygne Blanc en Russie) est le plus grand et le plus puissant avion supersonique militaire doté d'ailes à géométrie variable. Le Tu-160 est aussi le plus lourd avion de combat au monde et le bombardier ayant la plus grande masse au décollage.

En service opérationnel depuis 1987, le Tu-160 est destiné à détruire des cibles importantes au moyen d'armes nucléaires et conventionnelles. Son équipage comprend quatre pilotes.

Selon le commandant de la Force aérienne russe (VVS) le Général Viktor Bondarev, la Russie devrait construire 35 bombardier stratégique Tupolev Tu-160 « Blackjack » se qui portera à 50 le nombre d’appareils en activité.

4261163_original.jpg

Photos : le nouveau Tu-160M2 @ Marysa Lysteva

Le Portugal salue le départ de ses Alpha jet !

IMG_0500.JPG

La Força Aérea Portuguesa (FAP) a organisé une cérémonie d’adieux à ses 6 derniers avions écoles de type Alpha Jet en présence du Commandant Général des Forces Armées et de l'Armée de l'Air Manuel Teixeira Rolo et du commandant de la FAP, le général de corps d'armée Joaquim Borrego.

Ces 6 Alpha Jet faisiaient partie d’un lot de 50 appareils acquis d’occasion aurpès de l’Allemagne en 1993 pour venir remplacer le Northrop T-38 «Talon » et les derniers Fiat G.91.

Les six derniers Alpha Jet portugais étaient actifs au sein de l'Esquadra 103 «Caracóis». Cette escadrille de formation avancée prépare les jeunes pilotes à la transition sur les avions de combat F-16AM/BM.

Un vide qui doit être comblé :

Avec le retrait de l’Alpha Jet, la Froce aérienne portugaise se retrouve avec un vide au sein de son école de formation. Il semble que dans un premier temps les nouveaux pilotes effectueront une fin de formation au sein d’une école étrangère, qui doit encore être trouvée. De son côté, la Force aérienne réfléchit aux différentes options, telle que l’achat d’un nouvel avion école ou le maintien d’une externalisation de la formation avancée.

IMG_0501.JPG

Photos : cérémonie de départ des derniers Alpha Jet @ FAP