23/10/2015

KAI veut augmenter la production du Surion !

2816693930.jpg

 

Korea Aerospace Industries (KAI) se prépare à augmenter le taux de production de son hélicoptère KUH-1 « Surion ». Kai espère ainsi produire un hélicoptère par mois au lieu de trois comme c’est le cas aujourd’hui.

Jusqu'à présent, l'armée a reçu 40 des exemples du type du « Surion », mais au total il en faudra 200. Pour ce faire la production, doit impérativement être augmentée. Deux versions du « Surion » sont en production, la version destinée à l’armée de terre et la version amphibie pour la marine.

 

Historique du KUH «Surion» :

Le programme coréen pour un hélicoptère multirôle (KMH) fut lancé le 12 mars 2004 avec comme objectif le développement d’un hélicoptère polyvalent entièrement Coréen. Compte tenu des besoins financiers énormes pour le développement d’une telle machine, le programme fut réorienté afin de répondre aux besoins utilitaires (KUH) de l’armée coréenne en priorité. 

Le second problème des coréens était de pouvoir compter sur la collaboration avec un constructeur étranger reconnu pour diminuer les risques industriels. La Corée lança le 15 avril 2005 un appel d’offre international pour permettre à un constructeur étranger d’intégrer le programme.  Plusieurs sociétés étrangères, telles que Boeing, Bell Helicopter, Sikorsky aux États-Unis, Eurocopter, AgustaWestland en Europe, une société russe ont répondu à l’offre.

Le 13 Décembre 2005 déjà, le gouvernement coréen a annoncé le choix d'Eurocopter comme partenaire principal de Korea Aerospace Industries (KAI) dans le programme KUH pour le développement du premier hélicoptère de transport militaire coréen.

En septembre 2013, les premiers KUH «Surion» ont été déployés au sein de l'école d'aviation de l'armée à Nonsan et déclarés opérationnels.

 

2863718913.jpg

Photos : 1 Kai KUH-1 « Surion » 2 Cockpit @ KAI

Les A-10 entrent en scène en Syrie !

3642184320.jpg

 

L’US Air Force a décidé d'accélérer ses opérations aériennes en Syrie contre les militants de l'État islamique, en déployant le Fairchild A-10 « Thunderbolt II » sur la base aérienne d’Incirlik en Turquie.

La stratégie russe en Syrie pousse aujourd’hui les USA à changer de tactique en matière de frappes aériennes. Washington a donc décidé le déploiement des A-10, pour effectuer des missions contre les unités de Daech.

Au total se sont 12 Fairchild A-10 « Thunderbolt II »  qui sont habituellement basés à Moody Air Force Base en Géorgie, qui ont été transférés en Turquie. Ils remplaceront les 6 Lockheed-Martin F-16 déployés à partir d'Aviano en Italie depuis le mois d’août.

 

Historique :

Le 6 mars 1967, l’US Air Force proposa à 21 constructeurs de lancer une étude pour son programme « Attack-Experimental » ou AX d'avion d’attaque peu coûteux. Six compagnies répondirent à l'appel, dont Fairchild et Northrop, qui reçurent des contrats pour construire des prototypes. Le premier vol du prototype YA-10A de Fairchild a eu lieu le 10 mai 1972. Le 10 janvier 1973,  le A-10 est déclaré vainqueur de la compétition face au Northrop A9. Les premiers A-10A ont été livrés en octobre 1975 à la base de l’USAF de Davis-Monthan, dans l’Arizona. 714 appareils (dont un biplace) furent construits pour l’USAF entre 1975 et 1984. L’A-10 « Thunderbolt II » a cependant été assez mal accueilli dans les forces aériennes américaines, les autorités avaient à l’époque, plus confiance dans les F-16 et F-15.

 

2778961956.jpg

Photos : Fairchild A-10 Thunderbolt II @ USAF

 

 

22/10/2015

Premier vol pour le F-16 « Viper » de série !

1623177985.jpg

 

La nouvelle version de série du Lockheed-Martin F-16 a pris l'air pour la première fois, avec une gamme complète d'améliorations, dont le radar balayage électronique (AESA).

L’avion de série a décollé des installations de Lockheed-Martin à Fort Worth au Texas, il est doté du nouveau radar APG-68 SABR (Scalabre Agile Beam Radar) couplé à un nouvel ordinateur de mission et une architecture dotée de la fusion de données. Ce radar tire profit de la renommée de la gamme des radars de type APG- 77, -77 (V) 1 (F-22 Raptor), -80, -81 (F-35). Le SABR a fait ses débuts sur un F-16 en novembre 2009. En vol, ce radar a effectués 17 sorties avec les pilotes d'essais en vol de l'USAF, avec un taux de réussite de 100%.

Cette modernisation, doit permettre de mieux préparer et interagir avec les appareils de 5e génération ou de génération 4++. L’avion dispose également d'une mise à jour de son système de guerre électronique.

 

Destiné à l’exportation :

La nouvelle variante du F-16 C/D Block60 « Viper » est principalement destinée à l’exportation avec en premier lieu Singapour comme client de lancement. Mais cette nouvelle version a été très récemment présentée à l’Indonésie.  

 

3342091311.jpeg

Photos : 1 Le F-16 « Viper » @ Lockheed-martin 2 Radar SABR @ Northrop-Grumman

 

 

Norwegian commande 19 B787-900 !

 

AWN20151022112044[1].jpg

 

 

Boeing et Norwegian ont finalisé une commande portant sur 19 B787-900 « Dreamliner », soit un contrat d'une valeur de plus de 5 milliards de dollars au prix catalogue de l’avionneur. La commande comprend également des options pour 10 autres B787-900.

 

Norwegian exploite actuellement 8 B787-800 et a déjà commandé 11 B787-900 travers des contrats de location. Avec l'ordre d'aujourd'hui, le transporteur, dont le siège est à Oslo, va étendre son total de « 787 » à 40 appareils.

 

Le B787-900 complète et étend la famille « 787 ». Avec un fuselage allongé de 6 mètres (20 pieds) par rapport au B787-800, l’avion peut emporter jusqu'à 20% de plus de passagers et 23 % plus de marchandises plus et plus loin encore, avec la même performance environnementale, soit 20 % d'émissions de CO2en moins que les avions actuels.

 

Photo : B787-900 Norwegian@ Boeing

21/10/2015

La Finlande lance la compétition pour remplacer ses Hornet !

 

capture-d_c3a9cran-2014-10-22-c3a0-22-20-20.jpg

 

Helsinki, cette fois c’est officiel, la Finlande lance la compétition en vue de remplacer sa flotte de d’avions de combat Boeing F/A-18 C/D « Hornet ». Pour ce faire, le gouvernement prévoit une enveloppe de 7,6 milliards de dollar, qui doit encore être validée par le Parlement.

Le Ministre de la Défense Jussi Niinistö a autorisé l'armée de l'air à ce mardi à débuter, le processus de sélection pour le projet « HX ». Le cahier des charges comprend 64 pages (les coûts et la basse observabilité étant les mots clefs) et va être envoyé, avec une demande de renseignements aux différents avionneurs potentiels, d’ici le mois de février 2016. Les avionneurs ont jusqu’en février 2018 pour transmettre une première offre à la Finlande. Le choix devrait normalement être connu, selon le calendrier actuel, au début de l’année 2021, afin de permettre une entrée en service du premier appareil en 2026.

 

Les aéronefs en compétitions:

On retrouve une nouvelle fois les grands classiques du moment, avec le Lockheed-Martin F-35 «Lightning II», le Saab JAS-39 Gripen E MS21,  l’Eurofighter «Typhoon II» T3A/B Block20 et le Dassault Rafale F3-R, ainsi que le Boeing F/A-18 E/F « Super Hornet ».

 

Le Hornet en Finlande : 

C’est en 1992 que la Finlande décida d’acquérir 64 F/A-18 C/D «Hornet» pour remplacer les bons vieux MiG-21 et Saab J-35 «Draken». A l’époque, les Hornet finlandais ne sont pas complètement équipés, notamment en matière de guerre électronique et d’avionique, ce qui avait permis à l’époque de faire baisser le prix d’achat. Mais dès le début des années 2000, la Finlande décida d’équiper ses « Hornet » des systèmes manquants. Depuis les « Hornet » finlandais ont reçu les missiles air-air à moyenne portée de type AIM-120 AMRAAM avec un système de système de visée plus performant et de doter ceux-ci, du système de guerre électronique AN/ALQ-67.

Le groupe de travail du ministère de la Défense finlandais a recommandé que la flotte de F/A-18C/D puisse entrer en retraite durant la période 2025-2030. A signaler, que la Finlande considère que le coût d'un programme d'extension de vie des « Hornet » est à la fois risqué et prohibitif.

 

4200365317.jpg

Photos : Boeing F/A-18 C/D Hornet @ Finish Air Force