14/09/2015

Un remplaçant pour l’U2 ?

Lockheed-U-2S_LM.jpg

 

La division « Skunk Works » de Lockheed-Martin a déclaré travailler sur le développement d’un nouvel aéronef de reconnaissance (RSR) qui pourrait remplacer les actuels U-2 et le Global Hawk pour 2025.

Selon Lockheed-Martin le projet connu sous le nom de « TR-X » pourrait aussi transporter des charges de remplacement comme un laser à haute énergie ou pour la guerre électronique.

Le TR-X comporterait certaines caractéristiques clés de U-2, tels que les charges utiles modulaires, une forte puissance (45 kVA), un générateur de communications en réseau et une déployabilité rapide. L'étude devra déterminer, quel motorisation sera choisie moteur ou si il serait possible d'utiliser le moteur General Electric F118 de l'U-2, qui a prouvé être très fiable et économique. Le TR-X comporterait un système de missions ouvertes (OMS) et une architecture semblable à celle qui a été récemment testée pour la modernisation de l’U-2.

 

Remplacer l’U2 en 2020 :

Ce projet semble donc s’inscrire dans le but de prévoir un remplaçant à l’actuel U2 et ceci à partir de 2020. La flotte actuelle des U2 doit être modernisée avec une amélioration du radar synthétique Raytheon ASARS-2B et le nouveau système de communication L-3 qui peut relayer les communications avec les avions de combat de la quatrième et cinquième génération. Ces nouveaux systèmes vont être comptabilisés au programme des acquisitions 2016, pour une mise à niveau rapide de la flotte de U-2. Cette mise  à niveau des U-2 et le maintien de la flotte, s’inscrit dans le cadre des récents d’engagements de celui vers le Moyen-Orient et dans le Pacifique.  Des U-2  sont actuellement engagés dans la campagne aérienne contre le groupe extrémiste de l’Etat islamique en Irak en Syrie.

Le nouvel appareil devra donc pouvoir compenser progressivement le départ à la retraite de la flotte de U2, reprendre son rôle actuel et pouvoir s’emble-t-il faire en faire plus. Reste à savoir si le budget actuel permettra la réalisation de cet ambitieux programme.

 

Photo : l’actuel Lockheed-Martin U2 @ USAF

Airbus inaugure son site américain en Alabama !

A320_chaine3.jpg

 

 

 

L’avionneur européen Airbus a inauguré ce lundi sa première usine d’assemblage aux Etats-Unis. Le site s’étant sur près de 215 000 mètres carrés, le long de l’aéroport de Mobile en Alabama. Ce site devrait à terme permettre l’assemblage de quatre Airbus A320 par mois dès 2018. La décision d’implanter un site de montage aux USA date de juillet 2012, en avril 2013, Airbus a débuter la construction du site dans le but à terme de produire des avions de ligne de la famille A320.

 

L’inauguration d’aujourd’hui est un jalon important pour l’avionneur européen, tout l’état-major d’Airbus a fait le déplacement outre-Atlantique. Tom Enders, président de Groupe Airbus, a rallié l’aéroport de Mobile et couper le ruban en compagnie de Fabrice Brégier, président d’Airbus.

 

Airbus_FAL_Alabama_3D_aerial_view.jpg

Un site privilégier :

Le choix du site de l’aéroport de Mobile n’est pas un hasard. Airbus avait déjà retenu le site en 2009 lorsqu’il avait répondu, sans succès, à l’appel d’offres lancé par le Pentagone pour la fourniture d’avions ravitailleurs A330MRTT.  Pour le groupe européen, les atouts de l’Alabama sont nombreux. Cet Etat du sud des Etats-Unis est un site historique de l’aéronautique outre-Atlantique. On y construisait déjà des bombardiers pendant la seconde guerre mondiale. Outre ce savoir-faire, la ville possède aussi un port capable de réceptionner les tronçons d’avions venus de Hambourg.

 

Répondre à la forte demande du marché :

La demande en matière d’avions monocouloirs est particulièrement forte, l’Orient, l’Asie et le marché américains sont actuellement phase entré dans une phase de renouvellement. On estime les besoins à pères de 5’880 avions dont 4’730 appareils monocouloirs comme les A320 d’Airbus ou le B737 de Boeing, dans les vingt ans à venir.

Ce nouveau site va permettre deux choses à Airbus d’une part le site de Mobile va permettre la montée en cadence de la production d’A320. Airbus prévoit en effet, de produire 46 A320 chaque mois au début de 2016.

De l’autre côté, le groupe européen devrait améliorer son image aux Etats-Unis avec les emplois directs.

 

Unknown.jpeg

 

Photos : 1 Chaine de montage A320 2 le site de Mobile @ Airbus      

 

Italie, début de formation sur T-346 !

2553854.jpg

La Force aérienne italienne a commencé à former ses premiers pilotes sur l’AleniaAermacchi T-346A (M-346A) sur la base aérienne de Lecce Galatina. Les Forces aériennes italiennes se sont préparées  à l’arrivée de l’Aermacchi M-346 comme nouvel avion école, depuis le mi-2013. Des essais au sein de la Forces aérienne ont permis de valider la nouvelle monture au sein du système d’instruction. L'Italie a commandé 15 M-346A avec trois de plus en option, actuellement 5 appareils ont été livrés.

Pour ce faire, deux Aermacchi M-346 ont été testés au sein du «Reparto Sperimentale Volo de Pratica di Mare» durant plus de 130 heures de vol. Il s’agissait d’évaluer l’avion pour préparer l’instruction à bord de celui-ci.Le programme a permis de confirmer les capacités de performance optimales du M-346, mais aussi permis à l'équipe d'identifier les aspects techniques. Des adaptations ont été faites concernant l'interface homme-machine et l'optimisation de la simulation d'entraînement tactique embarquée (ETTS) du logiciel. 

 

Les premières formations :

Le T-346A offre la Phase 4 « Lead In Fighter formation » (LIFT) soit  l’élément de la formation des pilotes conçu pour préparer les pilotes à la nouvelle génération d’avions. Aujourd’hui se sont quatre premiers élèves qui sont entrés en formation sur le nouvel avion, une fois brevetés, ceux-ci transiteront, soit sur l’Eurofighter, Tornado ou AMX et dans quelques années sur le F-35.

 

Collaboration :

L’année prochaine, dans le cadre d’une coopération, les Pays-Bas vont coopérer avec leurs homologues italiens dans le cadre de la formation des pilotes militaires. Les deux Forces aériennes vont collaborer à la formation des élèves pilotes sur le nouvel aéronef Alenia-Aermacchi M-346 (T-346). Selon Alenia, ce détachement sera le premier de ce qui est prévu pour être "une coopération fructueuse" au cours des années à venir. Il faut rappeler que pour des questions budgétaires, la Hollandes en déficit en ce qui concerne la formation de ses pilotes militaires, elle ne possède pas d'avion école de formation avancée. La formation de base s’arrête sur Pilatus PC-7 (13 exemplaires).  Actuellement, le pays envoie déjà régulièrement ses élèves pilotes aux Etats-Unis pour les former.

 

Le M-346 :

L'AleniaAermacchi M-346 se présente comme un monoplan à aile delta construit essentiellement en alliage d’aluminium. L’empennage horizontal est entièrement mobile et l’appareil, biplace en tandem, repose sur un train d’atterrissage tricycle. Les deux Honeywell/ITEC F124-GA-200 de 2’880 kgp sont produits sous licence par Fiat-Avio. Le M-346 dispose d’un groupe auxiliaire de démarrage (APU) MicroturboRubis. Le cockpit est pressurisé et climatisé sous une verrière articulée à droite, doté de sièges éjectables « Zero-Zero » Martin-Baker Mk16D. Il dispose également d’un système embarqué de génération d’oxygène (OBOGS) éliminant le besoin de bouteilles, d’écrans multifonctions et d’un affichage HUD (Head Up Display), d’un équipement digital Fly-by-Wire programmable en fonction du niveau de l’élève ou simulant différents types d’avions. Un équipement de navigation à longue distance est prévu, ainsi que 3 points sous chaque aile pour une capacité de 1 800 kg et des rails en bout d’aile pour missiles air-air. Un bidon largable peut être emporté sous chaque aile, un bidon de convoyage sous le fuselage, et une perche de ravitaillement en vol est prévue en option.

 

2557592.jpg

Photos : T-346A école @ Fred Willemsen 2 T-346A @ Gerry Stegmeier

 

 

 

 

13/09/2015

Des S-3A « Viking » pour la Corée du Sud ?

439.JPEG

 

 

 

Séoul, la marine de la République de Corée du sud (Rokn) semble vouloir s’intéresser aux Lockheed -Martin S-3A « Viking » guerre anti-sous-marine (ASW) anciennement en service aux sein de l’US Navy.

Séoul, serait en négociations pour acheté un premier lot de 12 Lockheed -Martin S-3A « Viking », ceux-ci seraient alors rénovés et pourraient venir compléter la flotte actuel composée de 16 Lockheed P-3 « Orion » et remplacer les  actuelles Grumman S-2 « Tracker » encore en service.

Selon l’avionneur américain Lockheed-Martin, il serait possible de rénover de 50 à 100 cellules de « Viking » qui sont actuellement stockés sur la base aérienne de Davis-Montain en Arizona. La rénovation des cellules comprendrait ensuite, l’installation de nouvelles bouées acoustiques et d’un  nouveau système de détection.

 

Et l’USN :

En avril 2013, dans un article, je vous parlais du besoin de l’USN de combler ses besoins et la l’idée  d’un possible retour des bons vieux S-3A «Viking». Lockheed-Martin était sur le point de ressusciter les «Viking» à la retraite, afin de satisfaire aux exigences à la fois de L’US Navy.

 L’USN risque en effet de se retrouver à terme avec un manque d’avions destinés au transport à bord et livraison (COD) et pour le ravitaillement air-air. Le «Viking» pourrait venir renforcer et même remplacer les C-2 «Greyhound» vieillissants. Pour l’avionneur, cette solution serait peu coûteuse et facile à mettre en oeuvre avec les 100 S-3A actuellement stockés. 

 

Avec un second client pour permettre une seconde vie aux S-3A, l’idée semble avancer tranquillement et pourrait donc bien voir le jour.

 

430.jpg

Photos : Lockheed-martin S-3A Viking @ USN

CH-47F « Chinook » pour les Pays-Bas !

ch_47_hotspot_background_960x410.png

 

Les Pays-Bas vont acquérir 14 hélicoptères Boeing CH-47$d « Chinook » de nouvelle génération. Actuellement, le pays met en œuvre 17 « Chinook » dont 11 appareils de type CH-47D et 6 modernisés aux standard « F ». Le contrat est évalué à près de 937 millions de dollars.

Les nouveaux CH-47F vont remplacer les anciens modèles et permettre de porter la flotte totale à à 20 aéronefs en lieu est place des 17 actuels. Les CH-47F sont exploités par l'escadron 298 de la Royal Netherland Air Force basé à Gilze-Rijen.

 

Le Boeing CH-47F : 

Les nouveaux CH-47F disposent de caractéristiques améliorées en vue de la survie avec notamment un système directionnel de contre-mesures électronique à infrarouges, une meilleure protection balistique et un carénage résistant à l'écrasement. L’équipage dispose de sièges blindés. Le CH-47F possède une cellule et une avionique modernisée ainsi qu'un poste de pilotage automatique numérique.

 

Photo : Boeing CH-47F « Chinook » @ Boeing