04/07/2018

Nouvelle commande le V-22 « Osprey » !

194416_1.jpg

Bell Boeing, ont reçu un contrat d’une valeur de 4 milliards de dollars l’achat d’aéronefs V-22 « Osprey » pour la marine américaine.

Ce contrat prévoit la fabrication et la livraison de 39 aéronefs CMV-22B pour la Marine, 34 appareils pour MV-22B pour le Corps des Marines et 1 CV-22B pour l'armée de l'air ainsi que 4 MV-22B pour le gouvernement du Japon.

Le V-22 «Osprey» :

Le V-22 Osprey est aéronef de transport multirôle utilisant la technologie du rotor basculant pour combiner  les performances en vol vertical d'un hélicoptère avec la vitesse et la portée d'un aéronef à voilure fixe. Avec ses nacelles et les rotors en position verticale, il peut décoller, atterrir et décoller comme un hélicoptère. Une fois en vol, ses nacelles basculent. Pour se comporter comme  un avion à turbopropulseur capable de haute vitesse et  de vol à haute altitude.

A ce jour, 340 V-22 sont en service sur un total de 360 appareils commandés. Le programme «Joint Advanced Vertical Lift Aircraft» est lancé en 1982 sous la direction de Bell Helicopter et Boeing. Le programme fut plusieurs fois menacé d’abandon pour des raisons budgétaires et le premier prototype commencera ses essais le 19 mai 1989, en vol stationnaire uniquement. Le premier vol horizontal ayant lieu le 14 septembre. En novembre 2000 le fonctionnement depuis un porte-avions est validé.

Il faudra cependant attendre 2005 pour le lancement de la production de présérie qui devra permettre la mise en service d’une escadrille «test». 

bell boeing,v-22 osprey,tilt rotors,us navy,ssmc,blog défense,aviation et défense,transport tactique,les nouvelles de l'aviation

Photos :V22 « Osprey » @ USMC

03/07/2018

La Russie commande le premier lot de Sukhoi Su-57

sukhoi, sukhoi su-57, vvs, nouvel avion de combat,blog défense, aviation et défense

L'armée russe a signé le premier contrat d'achat d'Etat pour un premier lot portant sur 12 avions de combat de cinquième génération Sukhoi Su-57 PAK-FA, a annoncé le vice-ministre de la Défense, Alexeï Krivoruchko.

"Le premier contrat pour 12 avions a été convenu, et les livraisons dans le cadre de ce contrat commenceront sous peu", a-t-il déclaré aux journalistes lors d'un point de presse à Komsomolsk-sur-l'Amour.

Evolution des standards :

Le standard de ce premier lot n’est pas précisé pour l’instant et devrait être de type présérie. Ces premiers appareils seront fournit dans une version de base qui va évoluer au fur et à mesure des lots. Dans un premier temps, ces appareils vont permettre aux Forces russe d’apprivoiser le nouvel avion et de préparer l’arrivée en nombre des suivants.

Le Sukhoi Su-57 :

Susceptible de venir remplacer l’actuel Su-27, le nouvel avion dispose d’un nombre considérable de nouveauté avec notamment le mode « Supercroisière », l’adjonction de la fusion des données et une signature radar réduite.

jyysqbe.jpg

Le Su-57 est doté d’une centrale de navigation inertielle BINS-SP2M à gyrolasers qui permet de gérer automatiquement les informations de navigation  et ceci même si le réception GPS (Glonass) ne fonctionne plus. L’avion dispose de commandes de vol électriques et multiplexées avec un système mécanique en « back-up » permettant de ramener l’appareil à destination en cas de défaillance généralisée du système électrique. Un système de communication S111-N avec deux radios cryptées UHF/VHF, une liaison de données complète le tout.

Les moteurs actuelles du Su-57 Izd117 ne sont pas déffinitifs et représente une variante fortement modernisée de l’AL-31F équipant le Su-27 Flanker.  Le futur moteur qui est encore aux essais, l’Izd 30 permettra le mode de la Supercroisière avec un rapport poids puissance supérieur avec la poussée vectorielle.

On notera que le Su-57 dispose d’une extension mobiles le LEVCON (Leading Edge Vortex Controllers)qui vient se positionner devant l’aile et permet de combiner l’effet des plans canards avec celui des extensions des bords d’attaques. Ce système permet à l’avion moins sujet à des pertes de portances lors d’angles d’attaques élévés.

Le Sukhoi Su-57 dispose de cinq radars intégrés développés par NIIP Tikhomirov MIRES (MultifunctionIntegrated Radio-Electronic System) ce dernier est composé de deux ensembles de capteurs principaux: soit le radar AESA en bande X N036 dans le nez, deux radar AESA en bande X N036B placés à côté du cockpit en amont, deux radars AESA en bande L N036L placés sur les bords d’attaques. De fait, le Su-57 peut "voir"  sur une plage de 270° autour de l’appareil. Les performances précises des radars ne sont pas encore connues malgré tout les premiers chiffres parlent d’une capacité de détection montant jusqu’à 400 Km (donnée estimée) en air-air et en fonction de la taille de la cible avec la possibilité de détecter 62 cibles et d’en engager 16 simultanément en air-air tandis que le système peut assurer l’engagement de 4 cibles en air-sol simultanément.

unnamed.jpg

En ce qui concerne la guerre-électronique, l’avion dispose du système de contremesures L402, soit un ensemble de nombreux capteurs qui assure une protection spécifique.

En ce qui concerne l’armement, l’avion emporte une vaste gamme de missiles air-air : K-74M2, K-77M et IZD80. Pour l’air-sol : le Kh-38M, Kh-58USK, Kh-59MK2 et KAB-250 sans oublier le BrahMos. Un canon GDh-301 de 30mm vient compléter l’équipement.

2-660x430-620x404.jpg

Photos : Su-57 @ Sukhoi et Cockpit & schéma @ Air& cosmos

 

 

Premier B737-8 MAX pour Ethiopian Airlines !

yourfile.jpg

Ethiopian Airlines a célébré la livraison de son premier des B737 MAX sur un total de 30 appareils en commande.

Le porte-drapeau de l'Ethiopie a longtemps fonctionné le Boeing B737. Avec le MAX, le transporteur sera en mesure de parvenir à une amélioration à deux chiffres de l'efficacité énergétique et offrir aux passagers une expérience plus confortable.

« Nous sommes heureux d'inclure le Boeing B737-8 MAX, dans notre jeune flotte de plus de 100 avions avec un âge moyen de moins de cinq ans », a déclaré le PDG du groupe Ethiopian Airlines M. Tewolde Gebremariam. Dans la configuration éthiopienne, le B737-8 MAX pourra accueillir 160 passagers.

« Ethiopian Airlines continue de voler à l'avant - garde de l'industrie de l'aviation commerciale de l'Afrique par l'exploitation des avions les plus avancés », a déclaré Marty Bentrott, Boeing vice - président des ventes pour le Moyen – Orient.

Le B737 MAX :

Le B737 «MAX» est 13 % plus économe en carburant que les plus performants des monocouloirs actuels, avec un coût opérationnel par siège inférieur de 8 % par rapport à son futur concurrent. La configuration inclut les nouveaux moteurs LEAP-1B de CFM International qui sont optimisés pour la famille «MAX», un cône arrière redessiné et les nouvelles ailettes dites « Advanced Technology Winglet » conçues par Boeing pour réduire la consommation de carburant. Parmi les autres modifications intégrées, figurent des améliorations apportées aux écrans du poste de pilotage, au système de prélèvement d’air et au système de commande de vol. Par ailleurs, le B737 MAX profite des progrès accompli dans le domaine de la connectivité. Le B737 «MAX» offrira à ses clients la possibilité d’utiliser des données en temps réel, pour prendre en cours de vol des décisions opérationnelles concernant la maintenance au sol. La famille B737 "MAX" comprend le B737-700 «MAX», le B737-800 «MAX» et le B737-900 «MAX», trois appareils qui occuperont le marché des monocouloirs de 100 à plus de 200 sièges. Le B737 «MAX » se caractérisera par un rayon d’action supérieur à celui de la famille B737 NG, avec une autonomie de 6’482 km (3’500 milles nautiques), soit 741 à 1’000 km de plus que le B737 NG. La première livraison du B737-900 «MAX» est prévue en 2018, suivie par la première livraison du B737-700 «MAX » en 2019.

Photo :L’avion au décollage de Seattle @ Boeing

 

 

02/07/2018

Singapour prépare le remplacement des F-16 !

RSAF_F-16 taxi.jpg

Singapour prépare activement le remplacement de sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 avec un nouveau type de chasseur. Le remplacement devrait commencer à partir de 2030, a déclaré le ministre de la Défense le Dr Ng.

S'adressant aux médias, le ministre de la Défense a déclaré que le remplacement des F-16 faisait partie d'un effort à long terme visant à équiper une nouvelle génération d’avions de combat les forces armées singapouriennes pour affûter sa force tout en faisant face à la contraintes financière.

Il est nécessaire de remplacer les avions de chasse, qui ont maintenant 30 ans, car ils devraient devenir obsolètes au-delà de 2030, a déclaré le Dr Ng.

Pour l’instant les différents concurrents ne sont pas encore annoncés, mais la bataille s’annonce rude au sein des avionneurs occidentaux.

 Photo : F-16 singapourien @ FAS

ATR Aircraft optimiste sur les prévisions des turbopropulseurs !

ATR-72-large_tcm85-3678.jpg

L’avionneur européen ATR publie a publié i ses nouvelles Prévisions de Marché (2018-2037). Celles-ci prévoient un marché pour 3 020 turbopropulseurs au cours des 20 prochaines années. Cette demande attendue pour les deux décennies à venir confirme la stabilité de la position des turbopropulseurs sur le marché des appareils régionaux de moins de 90 places. Depuis 2010, les turbopropulseurs représentent 50 % des ventes totales de ce segment, sur lequel ATR s’est affirmé comme premier choix des compagnies aériennes régionales.

Cette perspective positive s’appuie principalement sur la croissance du trafic régional, tant sur les marchés traditionnels, où les villes les moins connectées se voient desservies par de nouvelles routes régionales directes, que sur les marchés émergeants, où les liaisons aériennes assurées par des turbopropulseurs s’imposent comme la solution la plus viable pour transporter aussi bien des passagers que des marchandises.

Selon les prévisions de marché pour la période 2018-2037, près de 80 % (2 390 avions) de la demande totale émaneront de la catégorie des 61 à 80 places, un segment de marché dominé depuis des années par l’ATR 72. Les 20 % restants (630 avions) proviendront du marché des avions de 40 à 60 places, un segment où l’ATR 42, seul avion de 50 places encore en production, permet à la fois d’apporter une capacité de sièges supplémentaires par rapport aux appareils de 30 places, et de remplacer des avions régionaux de 50 places.

Sur les 20 prochaines années, la plus forte demande de turbopropulseurs devrait venir d’Asie (43 %), devant l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient (31 %) et le continent américain (26 %).

Outre le transport de passagers, ATR estime que l’augmentation du trafic du fret aérien générera, au cours des deux prochaines décennies, un potentiel de livraison de 460 turbopropulseurs cargos. Ce potentiel inclut à la fois les conversions d’appareils et l’ATR 72-600F, récemment lancé, unique avion régional à sortir de la chaîne d’assemblage en configuration cargo.

Plusieurs facteurs permettent d’expliquer la forte demande attendue pour les turbopropulseurs :

L’aviation régionale s’est remarquablement développée, puisque 58 % des réseaux régionaux actuels dans le monde ont été créés ces 15 dernières années. Le développement des routes aériennes régionales a été particulièrement intense entre 2012 et 2017, ATR en étant l’un des principaux acteurs, avec une moyenne de plus de 100 nouvelles routes par an et un record de 155 nouvelles routes en 2017. À ce jour, la moitié des vols de moins de 330 NM dans le monde est opérée par des turbopropulseurs, de sorte que leur utilisation représente la solution la plus économique en matière de consommation de carburant pour les trajets courts. Les ATR sont particulièrement reconnus pour leur efficacité écologique, leur consommation de carburant pouvant être jusqu’à 45 % inférieure à celle des jets régionaux, et 30 % inférieure à celle des turbopropulseurs concurrents.

Fort des succès rencontrés actuellement et récemment par les turbopropulseurs dans l’ouverture de nouvelles routes au moindre risque, ATR estime que ceux-ci offrent un potentiel de création de 2 770 nouvelles routes dans les 20 années à venir. Au cours de cette période, le trafic régional devrait augmenter de 4,5 % par an et en 2037, 30 % du trafic devrait être généré par des routes encore inexistantes.

La connectivité aérienne joue un rôle essentiel dans le développement des économies locales. Ainsi, une augmentation de 10 % des vols permet à son tour de générer une augmentation de 5 % du tourisme, de 6 % du PIB régional et de 8% des investissements étrangers directs. Référence mondiale sur le marché des avions régionaux, ATR jouera ainsi un rôle majeur en soutenant le développement social. Les turbopropulseurs sont primordiaux pour relier les communautés à travers le monde : 36 % des aéroports commerciaux s’appuient en effet exclusivement sur les turbopropulseurs, et 50 % exclusivement sur les avions régionaux.

 

Photo : ATR 72-600 @ ATR Aircraft