10/04/2015

L’Inde ne commande que 36 Rafale !

ob_35db6f_le-rafale-photo-source-india-defence.jpg

 

Paris, la surprise est grande, on attendait certes un nombre réduit d’avion Rafale, mais pas aussi peu. Finalement l’Inde commander 36 avions Rafale. On est malheureusement loin des 126 avions tant espérés.

 

La demande a été faite ce vendredi par le premier ministre indien Narendra Modi au premier jour d'une visite officielle en France. Le premier ministre a précisé que les termes et conditions du contrat n'étaient pas finalisés. "Nos fonctionnaires vont discuter de ces aspects plus en détail et poursuivre les négociations", a-t-il déclaré.

Plus tôt dans la matinée on parlait pourtant d’un nouveau contrat évalué à 7,2 milliards d’euros et qui porterait sur 63 avions Rafale. 

 

 

A noter, que ces avions seront construits  en France, une bonne nouvelle pour les employés de Dassault Aviation. Certes, on peut également espérer pour l’avionneur français une seconde commande de 30 appareils, mais celle-ci risque de ne pas voir le jour. L’Inde est engagée dans le programme d’avion Sukhoi T-50 et la pleine mise en place du programme indigène HAL Tejas vont sérieusement compromettre  une seconde commande pour le Rafale. 

L’Inde peut-elle s’offrir le Rafale et le T-50 ?

265485430.jpg

 

 

Le chef du gouvernement indien est actuellement en France pour une visite de trois jours. Au menu de son séjour figurent deux tables rondes avec les représentants de grandes sociétés françaises, une visite de l'usine Airbus de Toulouse et l’épineux dossier des 126 avions de combat Rafale.

 

Signature ou pas ?

 

L'Inde et la France pourraient donc, signer (enfin) le contrat sur la livraison d'avions de combat français Rafale à l’Inde lors de négociations entre le premier ministre indien Narendra Modi et le président français François Hollande, ce vendredi ? 

 

 

La problématique indienne :

 

L’Inde pourrait donc offrir le contrat tant attendu chez Dassault Aviation, pourtant le choses ne sont pas si simple. New Delhi doit faire face à une série de décisions sur les marchés d’avions de combat qui sont directement motivées par sa réelle capacité d’achat. Pour l’Inde le problème aujourd’hui consiste à avoir suffisamment d’argent pour s’offrir à la fois le Rafale et le Sukhoi T-50. 

 

Moins de Rafale : 

 

Dans les coulisses nombreux sont ceux qui avancent que l’Inde pourrait renoncer au chiffre de 126 Rafale et finalement se contenter d’un nombre inférieur. L’avantage de ce choix permettrait de ne pas compromettre les deux projets. On parle ce matin d’un nouveau contrat évalué à 7,2 milliards d’euros et qui porterait sur 63 avions Rafale.

 

Les éléments perturbateurs : 

 

En plus de l’engagement indien sur le programme d’avion de combat russe Sukhoi T-50 PAK-FA, les négociations pour les 126 Rafale ont buté sur deux points essentiels, le prix élevé de ces appareils qui est passé de 12 à 20 milliards de dollars et le refus de Paris de transmettre des technologies à la partie indienne. De plus, un désaccord sur les responsabilités du montage des Rafale en Inde est venu s’ajouter aux négociations.

 

Commentaire : 

 

Un compromis sur l’achat d’un nombre réduit de Rafale pourrait donc débloquer la situation et permettre à l’Inde de continuer sur le programme T-50 et son programme national, le Tejas. Paris sauverait ainsi les meubles et pourrait annoncer un second client pour son fleuron. Il est par contre nécessaire que les négociations aboutissent maintenant, car sinon, l’Inde pourrait purement et simplement renoncer au Rafale. 

 

199ab850a6f3.jpg

 

 

Photos : 1 Dassault Rafale @ Paul Marais-Hayer 2 Sukhoi T-50 PAK-FA @ Sergy

09/04/2015

Le Pakistan achète l’AH-1Z « Viper » !

27436.jpg

 

 

Washington, le gouvernement américain a approuvé la vente de quinze hélicoptères d’attaque Bell Helicopter AH-1Z « Viper » au Pakistan. Le contrat est estimé à près de 952 millions de dollars US.

 

L’Agence américaine de défense de la sécurité et de la coopération (de DSCA) précise que ces quinze hélicoptères AH-1Z seront livrés avec un lot de 1’000 missiles antichars 

Lockheed-Martin AGM-114R Hellfire II. En plus des hélicoptères et des missiles, le forfait comprend les ordinateurs de mission, des viseurs de casque, des canons de 20mm et des pièces moteur de rechange. Le forfait couvre également la logistique, la formation.

 

 

Bell Textron AH-1Z Viper :

 

L’ultime version du célèbre « Cobra » est dotée d’une nouvelle motorisation, soit le General-Electric T700-GE-401, l’appareil est doté d’une nouvelle avionique qui incorpore un FLIR de troisième génération et fournit actuellement, une des plus longue portée du marché. En outre, le système complètement passif et automatique de balayage du champ de bataille, permet d’identifier de façon positive et suivre des cibles multiples à des distances, au-delà, de la portée maximale de son système d'armes. L’AH-1Z permet l’usage varié d’un armement complet comme les AGM-114A, B, C, F « Hellfire », des roquettes de 70mm et missiles air-air AIM-9 « Sidewinder ». Le poste de pilotage rénové comprend des écrans couleurs de grandes tailles, multifonctionnel et combinés avec la technologie de carte mobile.

8793.jpg

Photos : Le Bell AH-1Z « Viper » @ Bell Textron

 

La Croatie veut des OH-58D « Kiowa » :

croatie,bell textron,bell oh-58d kiowa,oh-58 warrior,blog defense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

 

 

 

La Croatie a confirmé sa volonté d’acquérir des hélicoptères Bell OH-58D « Kiowa » d’occasions auprès des Etats-Unis. Le pays qui exploite déjà des Bell 206B, désire se doter de 16 « Kiowa » en provenance de l’US Army.

 

Le Bell OH-58 « Kiowa » : 

 

Le Bell OH-58 Kiowa est un hélicoptère militaire  léger de reconnaissance dérivé du du célèbre Bell 206 « Jet Ranger ». Il entra en service en mai 1969 sous la dénomination OH-58A et fut ensuite maintes fois amélioré. Il est un des hélicoptères les plus polyvalents de l'US Army. Son armement est extrêmement variable, les versions A et C disposaient d'un minigun M134 tandis que l'OH-58D portait une mitrailleuse M2 et un pod de 7 roquettes « Hydra" de série et d'optiques améliorées, la caméra sur la photo au-dessus des pales n'existait pas dans les version A et C. La version Kiowa « Warrior » est quant à elle équipée de quatre missiles Raytheon AGM-114 « Hellfire ».

 

OH-58D_850x-3.jpg

 

Photos : Bell OH-58D «Kiowa » ou « Warrior » @ US Army/Bell Textron

 

 

08/04/2015

Pilatus génère un nouveau record !

unnamed.jpg

 

2014 a été l'année la plus réussie de Pilatus, jamais le chiffre d'affaires n’a été aussi élevé! Le chiffre final a atteint 1’174 milliards de francs, ce qui représente une augmentation de 16%  sur 2013. Le résultat d'exploitation est également mieux que jamais, déjà en hausse de 30% sur 2013.

 

Pilatus a construit et livré 127 avions au cours de l’exercice, soit 15 de plus qu'en 2013. La moitié des aéronefs sont allés à des clients civils et l'autre moitié à des Forces aériennes.

 

Des livraisons dans les temps : 


14380912674_3873ca456a_b.jpg


 

La vente d’avions écoles pour les Forces aériennes a repris, après une légère baisse, en parallèle l’aviation générale continue de bien se porter et ceci, malgré les difficultés rencontrées sur le marché de l’aviation d’affaires. La stratégie de Pilatus à deux piliers,  permet à l'entreprise d'égaliser les fluctuations à travers ses unités d'affaires. 

Les trois grands projets en cours concernent: l’Inde avec la fin de la livraison du premier lot de PC-7MKII (75 aéronefs) et la préparation de la commande du second lot, qui comprend 38 aéronefs, l'Arabie saoudite et le Qatar progressent comme prévu avec l’arrivée du PC-21, et ceci avec des livraisons dans les temps.

 

Reprise tangible dans l'aviation d’affaires : 


dffc51dd1ff5e96d185c76667d69161e-twentytwo.jpg


 

La reprise de la croissance aux Etats-Unis a impacté positivement les résultats. Pilatus a livré 66 avions de type PC-12 NG en 2014 dont 50 outre-Atlantique. Le marché chinois a également soutenu la progression. Des dix appareils Porter PC-6 vendus, neuf l'ont été aux chinois.

 

 

 

Investissement au siège social à Stans :

 

Dans le passé, Pilatus a beaucoup investit dans des projets d’aviation, plutôt que dans le béton. Mais il arrive un moment où un changement d'approche est nécessaire, en particulier à la lumière de la situation intenable du stationnement à Stans. Pilatus a donc pris le taureau par les cornes avec la construction d'un nouveau parking de quatre étages et de l'espace pour plus de 1000 véhicules. Le nouveau bâtiment de la logistique est encore en construction. Doté d'une baie de 24m « highstorage » entièrement automatisée.

Et enfin, avec l’arrivée du premier Jet de Pilatus, le PC-24, un nouveau hangar d’assemblage est déjà en cours d’assemblage.

 

PC-24 avance:

 

Pilatus a ouvert le carnet de commandes en mai dernier pour le PC-24, au salon EBACE à Genève, même si l'avion n’existait que sur le papier à l'époque. Pilatus a pris 84 commandes fermes en seulement deux jours! La production devrait débuter en 2016.

Le premier vol du PC-24 est toujours agnelé pour le mois prochain.

 

5bb332af9d06e3e76e34067d3276ec51-_J121435.jpg

 

 

Photos : 1 PC-24 2 PC-21 Arabie Saoudite 3 PC-12NG 4 PC-7MKII indiens @ Pilatus Aircraft