06/07/2016

Genève peut-elle se passer de son hélicoptère de sauvetage ?

13575532_10210220001364282_1345819092_o.jpg

Le projet de la direction des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) de se séparer à terme de son hélicoptère de sauvetage (REGA15) dans le but d’économiser un demi-million de francs par an suscite une véritable indignation collective. Alors cet hélicoptère est-il est luxe ou un outil indispensable en matière de sauvetage ?

Petit rappel :

L’unité de sauvetage en hélicoptère du Canton de Genève a été créée en 1971. C’est en1987, que la Garde Aérienne Suisse de Sauvetage (SRFW, future REGA en allemand) inclue la Base hélicoptère de l’Etat de Genève dans son réseau d’intervenants pour la région genevoise et la France voisine. L’appareil de la Protection civile est aussi sollicité dès lors sous le code radio Rega-15. La Rega (y compris la section genevoise Rega15) apporte son aide partout où, grâce à son intervention, la vie ou la santé d’autrui peut être préservée, ménagée ou protégée. Dans l’accomplissement de cette mission, elle se conforme aux Principes de la Croix-Rouge et aide les personnes en détresse sans aucune discrimination ni considération de moyens financiers, de position sociale, de nationalité, d’origine, de religion ou encore d’opinion politique: seule l’urgence médicale prime. Les hélicoptères de sauvetage de la Rega et de la Rega15 assurent un transport rapide et efficace. Leur utilisation rationnelle contribue en outre à limiter les coûts liés aux maladies et aux accidents.

L’utilité de l’hélicoptère :

Il semble donc, que pour certains l’utilité d’un hélicoptère de sauvetage sur le territoire genevois n’est plus prouvée et que les moyens terrestres suffisent. Il est vrai que le canton dispose d’un grand nombre d’ambulances et la coordination des moyens de sauvetage est particulièrement efficiente. Pourtant, ces mêmes moyens peuvent se trouver diminuer en terme de réaction aux heures de pointes à cause du trafic routier. Mais également lorsqu’il s’agit d’opérer un sauvetage complexe dans un milieu difficile d’accès, comme un ouvrier coincé sur une grue de chantier par exemple.

13582212_10210220000324256_1433531986_o.jpg

En effet, qui ira chercher la petite fille dans le fossé, le crâne ouvert, sur le territoire de Terre Sainte, le motard au col de la Faucille, à St-Cergue ou au nord du département de l’Ain, le naufragé au milieu du lac qui se voyait couler juste avant que l’hélico ne le repère et lui apporte l’aide salvatrice, le chasseur avec une balle dans le thorax dans la région de Bellegarde, Le cycliste en arrêt cardio-respiratoire à Satigny, à Russin ou à Mijoux, la jeune fille piétinée par un troupeau de vaches sur les crêtes du Jura, le plongeur suisse au lac du Bourget ou à Meillerie, ou à Hermance pour le caisson de décompression. Qui pourra assurer un transport aussi rapide que l’hélicoptère en ce qui concerne les transferts d’organe, des brûlés transférés au Chuv, des transports de couveuses pour nouveaux-nés en détresse, des transferts de soins intensifs ?

Pour certains, l’hélicoptère n’a pas sauvé plus de vie que les ambulances au sol. De l’avis même des urgentistes la rapidité avec laquelle un patient peut-être amené dans un centre d’urgence (en plus de la stabilisation de celui-ci) est primordiale pour sa survie mais aussi pour sa guérison futur. La Rega 15 est engagée en périphérie quand le besoin d’un médecin réanimateur se fait sentir et très souvent que sur des cas «lourds». Genève-Chancy 8’, Genève-Nyon 7’, Genève-Gy 5’, combien de temps avec un SMUR qui pendant tout ce temps ne sera pas disponible en zone urbaine. En d’autre terme l’hélicoptère de sauvetage est un outil indispensable au sein de la chaine de sauvetage.

 

13582216_10210219999924246_1098941897_o.jpg

Que se passera-t-il si la Rega15 disparaît ?

Que les choses soient bien claires, la compétence en matière de sauvetage aérien ne disparaitra pas et sera déléguée à la base lausannoise de la Blécherette qui se trouve à 17 minutes de vol. De plus Genève devra également augmenter le nombre d’ambulances en services.

Que se passera-t-il, si l’hélicoptère de la Rega à Lausanne est déjà en opération et donc indisponible pour répondre à une urgence sur Genève ?

En cas de disponibilité de celui-ci, que de temps perdu, car qu’il ne faut que 6 à 8 minutes pour l’EC135 de la Rega 15 pour intervenir n’importe où sur le territoire genevois. Ce record minimal de durée ne peut être réalisé avec un véhicule au sol, alors que le taux de survie d’un patient en détresse est de 85% s’il est traité dans les 5 minutes et de 72% s’il est traité dans les 15 minutes. Une augmentation du nombre d’ambulances aura également un coût additionnel et ne permettra pas d’intervenir au milieu du lac ni au Salève et dans le Jura.

 

13621375_10210220000364257_501060284_o.jpg

Si vous soutenez le maintien de l’hélicoptère de la Rega 15, vous pouvez signez la pétition en ligne sur :  

 

https://www.change.org/p/eric-aventure-ch-non-%C3%A0-l-ab...

  

Remerciements à Jean-Jacques Steiner, paramedic Rega15 pour les informations et les photos.

 

 

 

Pilatus a livré le 1400ème PC-12 !

117e32721c1d5635f81233b5d9a2cb16-16-1009_1557.jpg

Pilatus Aircraft Ltd a livré son 1400ème PC-12. Le nouveau PC-12 NG avec le numéro de série 1612, a été livré à un client dans le sud-ouest des États-Unis.

Une étape supplémentaire a été réalisé par la flotte de 630 PC-12 NG (Next Generation), la dernière version du PC-12 a dépassé le 1 million d’heures de vol depuis son introduction en 2008. La flotte mondiale de tous les PC-12 avions a accumulé un total plus de 5,6 millions d'heures de vol depuis sa certification.

Le Pilatus PC-12 «Next Generation» : 

Le PC-12 «Next Generation» offre nombres d'améliorations significatives par rapport à son prédécesseur, il intègre une  avionique Honeywell Primus Apex qui s’intègre dans un tout nouveau cockpit conçu par BMW Group Designworks USA, doté d’une plus puissante turbine  Pratt & Whitney Canada PT6A, le PC-12 offre une plus grande rentabilité pour ses opérateurs, ainsi, qu’une plus grande fiabilité pour répondre à des besoins de transport dans une économie toujours plus exigeante. Les PC-12 équipent non seulement de nombreuses sociétés de transport d’affaires, mais également les «Flying Doctors of Australia» et plusieurs sociétés d’ambulance notamment au Canada, les «Smokejumper» (pompiers volants) aux USA, ainsi que diverse Forces de police et récemment la Force aérienne Finlandaise.

 

e4482f5c7c23eb63fcf11041842186ca-16-1009_1687.jpg

Photos : le 1400ème PC-12 @ Pilatus Aircraft

Calendrier respecté pour le Sukhoi T-50 !

2827301.jpg

Moscou, le sous-ministre russe de la Défense Iouri Borisov a effectué une visite, début juillet, dans le cadre de la vérification du plan de mise en œuvres du calendrier de défense 2016 à l’usine Sukhoi de Komsomolsk-sur –Amour.

Yuri Borisov a salué les progrès des obligations contractuelles: "Nous sommes satisfaits de l'organisation du travail. À ce jour, pratiquement tous les avions sont en phase finale de montage montage, ce qui nous donne confiance en ce qui concerne le calendrier de remise l’année ».

L’arrivée du T-50 :

Yuri Borisov a visité la partie fermée de l'usine d'assemblage ou le premier lot du Sukhoi T-50 (PAK FA) est encours d’assemblage à taux faible. Selon le sous-ministre russe de la Défense, le nouvel avion entrera en pleine production en 2018 conformément au plan actuel. L’avion entrera progressivement en service en 2019 au sein de l’armée de l’air russe.

Le Sukhoi T-50 :

Le projet PAK-FA trouve son origine dans les années 1990, lorsque la Russie décide de lancer deux programmes, afin, de remplacer les MiG-29 et les Su-27. L’un concernait un biréacteur lourd, l’autre un monoréacteur léger. Le premier projet donnera naissance au Sukhoi S-37 «Berkut» et l’autre au MiG 1.44.

Sukhoï sera en définitive choisi sur la base de son démonstrateur le 26 avril 2002, évinçant MiG. C’est le lancement du programme PAK-FA. L’Inde est devenue un partenaire financier à 50% et apporte son expérience dans le domaine de l’informatique et des matériaux composites. L’avion disposera d’un OSF et d’une fusion des données. Le moteur choisit est le NPO Saturn 117S de 14,5 tonnes de poussée.

 

2745130.jpg

Photos : Sukhoi T-50 @ Alexey Mityeav

 

 

 

05/07/2016

Pologne, l’hélicoptère W-3PL modernisé !

403699.jpg

PZL-Swidnik a remis aux forces polonaises la dernière mise à niveau de l’hélicoptère de transport et d’appuis W-3PL « Gluszec ». La mise à niveau des hélicoptères W-3PL a été faite en collaboration avec la filiale d’AgustaWestland de Leonardo Helicopters.

L’armée polonaise a reçu les quatre derniers hélicoptères modernisés sur un total de huit. Développé par PZL-Swidnik en collaboration avec les forces armées polonaises et l'Air Force Institute of Technology, le W-3PL « Gluszec » est équipé d'un cockpit doté d’une avionique moderne qui comprend un affichage tête haute et un nouvel ordinateur de mission. L’appareil dispose d’une tourelle Rafael Defense Advanced Systems avec capteur infrarouge de type « Toplite », montée sur le toit, d’une tourelle de mitrailleuse 12,7 mm sous le nez. L’hélicoptère peut également emporter un double canon de 27 mm, des paniers lance-roquettes de 57/70/80 mm, des missiles air-air et des bombes de petit diamètre. Pour sa protection, le W-3Pl est doté de lance paillettes et de contre-mesures infrarouges.

Selon PZL-Swidnik, le W-3PL sera utilisé par l’escadron 56 basé à Inowroclaw pour la recherche et sauvetage de combat (RESCO), transport de troupes, la protection des convois, des agressions et de la surveillance. Ainsi modernisés, la flotte de W-3PL devrait rester en service jusqu'en 2025-30.

p1423725.jpg

Le PZL W-3 :

Le PZL W-3 « Sokol » produit pas PZL-Swidnik est un hélicoptère bimoteur, polyvalent et de taille moyenne. Le W-3 Sokoł (faucon, en polonais) est le premier hélicoptère à être entièrement conçu et construit en série en Pologne. Les travaux sur le projet ont débuté chez WSK PZL-Świdnik en 1973 par l'équipe de Stanislaw Kamiński. Le Sokoł a fait son premier vol le en novembre 1979. À la suite d'un programme de développement assez long, la lente production du Sokół commença en 1985. Les premières ventes de l'appareil se firent en Pologne et parmi les voisins du bloc de l’Est. Plus tard, pour élargir les ventes, PZL améliora le Sokół initial (W-3) en W-3A, pour tenter d'obtenir les certifications des pays de l'ouest. Le Sokół est de conception classique, avec deux turbomoteurs PZL-10W, qui sont dérivés des PZL-10S - des turbomoteurs TVD-10B russes construits sous licence, qui propulsent les Antonov AN-28 polonais. Des matériaux composites sont utilisés dans les 3 pales du rotor anticouple et dans les 4 pales du rotor principal.

 

PZL_W-3PL_Głuszec_(16702201527).jpg

Photos : 1 & 3 PZL W-3PL 2 Cockpit @ N.Roman

Le premier A350 destiné à Thai Airways !

A350-900_Thai_Airways_rolls_out.jpg

Le premier A350 XWB destiné à la compagnie Thai Airways International (THAI) a été déployé depuis les installations d’Airbus à Toulouse. L’avion est maintenant prêt à procéder à d'autres essais au sol et en vol. Ce premier A350-900 pour Thai sera livré au 3ème trimestre de 2016.

Thaï Airways a passé commande pour un total de 12 A350-900. Le premier exemplaire sera exploité sur la route Bangkok – Melbourne. L’appareil est aménagé en deux classes pour total de 321 passagers, dont 32 en Affaires et 289 en Economie.

L’A350 :

L'A350 XWB, est le tout dernier membre de la famille de gros-porteurs Airbus. Grâce à une toute nouvelle conception aérodynamique, un fuselage et une voilure en fibre de carbone, ainsi que de nouveaux réacteurs Trent XWB de Rolls-Royce à faible consommation de carburant, l'A350 XWB affiche une réduction de 25 pour cent de la consommation de carburant et d'émissions et des  coûts de maintenance significativement réduits. Sa cabine extra-large offre aux passagers plus d'espace personnel toutes classes confondues et des sièges d'une largeur standard de 18 pouces en classe économique.

A ce jour, Airbus a enregistré 777 commandes fermes émanant de 41 clients dans le monde, faisant déjà de l'A350 XWB l'un des gros-porteurs les plus plébiscités de tous les temps.

 

Photo : A350-900 XWB de la Thai @ Airbus/A.Tchaikovski