07/09/2015

L’Australie a choisi le Pilatus PC-21 !

7-2012-4-pc-21.jpg

 

 

Département australien de la Défense (DoD) a choisi le nouvel avion école  qui équipera la Royal Australian Air Force (RAAF), il s’agit du Pilatus PC-21. L’avion de l’avionneur suisse remplacera la flotte actuelle de 69 Pilatus PC-9. Cette commande confirme que l’Australie apprécie particulièrement l’avionneur basé Stans.

 

Le perdant de la compétition l’équipe emmenée par BAE Systems Australia et le  Beechcraft T-6C en partenariat avec CAE Australie.

La commande comprend un total de 49 Pilatus PC-21 qui seront acquis dans le cadre du programme « AIR 5428 ». Pilatus travaillera avec Lockheed-Martin qui travaillera en tant que soumissionnaire. Le système de formation du PC-21 va être spécifiquement adapté pour la transition des pilotes sur le futur Lockheed-martin F-35 de la RAAF.

 

6ème client :

L’Australie devient ainsi le 6ème client pour le système d’entrainement PC-21, les autres pays sont : la Suisse avec 8 appareils (2 en options), Singapour 19 aéronefs, les Emirats arabes unis 25 appareils, l’Arabie Saoudite 55 appareils en commandes et le Qatar 24 appareils en commandes.

 

La génération PC-21:

Le PC-21 permet une formation complète des élèves pilotes et ceci avec des possibilités offrant une nouvelle dimension. En effet, il s’agit là, d’un système d’écolage en vol performant, qui remplace totalement la transition sur avion école à réaction de type Hawk ou Alpha jet. En effet, le PC-21 offre la possibilité unique au monde  d’assurer une transition directe vers des chasseurs modernes tels que F/A-18, Rafale, Gripen, Eurofighter, pour ne citer que ceux-là. Il est également possible d’opter pour une combinaison en binôme avec un jet école, dans ce cas la formation sur jet peut être réduite en nombre d’heure. Les coûts de formation, de maintenance sont très largement diminués, sans oublier la réduction significative des nuisances sonores et de l’optimisation de la consommation de kérosène. L'avion permet une simulation complète et ceci sans armement, car ceux-ci sont simulés grâce à une interface spécialement développée pour l’avion.

 

PC21_Intro_007.JPG

Photos : 1 Pilatus PC-21  2 Cockpit @ Pilatus Aircraft

06/09/2015

MiG prépare son retour !

8837jpg.jpg

 

Le célèbre avionneur russe Mikoyan-Gourevitch (MiG) aujourd’hui Russian Aircraft Corporation (RAC) a fortement perdu de sa superbe, ces vingt dernières années, dépassé par son concurrent Sukhoi /Irkut, l’avionneur peine à revenir au premier plan de l’industrie aéronautique militaire.

 

La gloire :

 

3975.jpg

Il est loin le temps ou le simple fait d’énoncer le nom de MiG était synonyme de terreur aérienne. L’avionneur russe a fait ses lettres de noblesses, lors de la guerre de Corée avec le très célèbre MiG-15, puis avec les MiG-17 et MiG-21, qui lors, de la guerre du Vietnam obligèrent les américains à revoir l’ensemble de leurs tactiques de combat. Ces deux conflits associés à l’avionneur MiG ont profondément marqué l’idéologie aérienne en Occident, les Etats-Unis ont créé le célèbre centre de perfectionnement en combat aérien de « Top Gun ». Dans les années quatre-vingt, l’arrivée du MiG-25 puis, du MiG-29 permis à l’avionneur russe de maintenir son image d’avionneur de premier plan. Mais la chute du Mur de Berlin allait changer les choses.

 

La chute :

La réunification allemande et l’intégration des MiG-29 « Fulcrum » de l’ex-RDA au sein de la Luftwaffe allait montrer que le Mig-29, certes très bon en maniabilité et en accélération, avait dix ans de retard en matière d’électronique, offrait une couteuse maintenance et une consommation de kérosène épouvantable. Le mythe allait s’écrouler peu à peu.

Les années nonante ont été un véritable calvaire pour MiG avec la défection de nombreux ingénieurs, le manque de commande du nouvel Etat russe et l’arrivée sur le marché du Sukhoi Su-27 « Flanker » et des différentes déclinaisons de celui-ci (Su-30, Su-34, Su-35).

 

Une situation encore précaire :

 

4859.jpg

Lors du dernier salon de Moscou, le général et concepteur Sergei Korotkov de RAC/MiG a déclaré que le développement du MiG-35 se poursuit, en dépit de l'échec du nouveau chasseur à obtenir des commandes nationales ou étrangères. Une rumeur au début du salon semblait annoncer la vente de MiG-35, il n’en est rien. Toujours selon l’avionneur.  le ministère russe de la Défense a promis de commencer à acheter des MiG-35 en 2018, et ceci une fois que les derniers essais en vol auront été réalisé. On parle d’un premier lot de 30 unités. Un nouveau radar AESA, lors du salon MAKS2015,

la société de KRET a dévoilé une nouvelle version du radar AESA développé par sa société, le  Phazotron-NIIR spécialement étudié pour équiper le MiG-35. Pour l’avionneur il s’agit d’une très bonne nouvelle qui devrait permettre d’engendrer de nouvelles commandes, notamment à l’exportation.

 

L’avenir : le MiG-41 :

Mais l’avenir, RAC/MiG le voit dans le développement du futur MiG-41 qui doit à terme venir remplacer l’actuel MiG-31. Les ingénieurs de RAC/MiG travaillent sur un projet capable de voler jusqu'à Mach 4,3. Ce futur « super » intercepteur devrait également être doté d’une nouvelle génération d’armes elles, aussi particulièrement, rapides.

 

La situation aujourd’hui :

L’avionneur termine la modernisation des MiG-31 de la force aérienne russe tout en perfectionnant son MiG-35. Cette année, le carnet de commandes de MiG a augmenté à 4 milliards de dollars. RAC/MiG dispose de commandes de l’Etat russe pour 14 MiG-29SMT et deux MiG-29UBT.Un total de 32 MiG seront livrés à des clients nationaux et étrangers encore cette année, dont 24 MiG-29K/Kubs commandés par la marine russe en 2012, ainsi qu’un nombre non divulguer pour la marine indienne.  

 

8930.jpg

Photos : 1 MiG-29 « Fulcrum » 2 le célèbre MiG-15 3 MiG-35 4 MiG-31  @ Sergy

 

Fret aérien, la chute s’accélère !

90.jpg

 

 

 

Genève - L'Association du transport aérien international (IATA) a publié des données pour les marchés mondiaux de fret aérien montrant une baisse de la demande de fret aérien en juillet par rapport au même mois de l'an dernier. Les volumes de fret aérien mesurés en kilomètres de fret (FTK) tonnes ont reculé de 0,6%, en ligne avec la croissance économique mondiale plus faible.

La baisse se généralise dans toutes les régions à l'exception de l'Afrique et le Moyen-Orient. Les baisses les plus prononcées étaient dans les Amériques, où les volumes ont reculé plus de 5% par rapport à juillet ici 2014.

 

"La récente tourmente boursière montre que les investisseurs ont des craintes réelles quant à la vigueur de l'économie mondiale. Et la performance décevante de fret en juillet est symptomatique d'un ralentissement de la croissance économique plus large. La combinaison de la transition continue de la Chine vers les marchés domestiques, la faiblesse plus large dans les marchés émergents, et le ralentissement du commerce mondial indique qu'il continuera d'être malmené pour le fret aérien dans les mois à venir ", a déclaré Tony Tyler, directeur général de l'IATA.

 

    Les transporteurs d'Asie-Pacifique ont connu une baisse de FTK de 1,9% en juillet par rapport à juillet 2014, et la capacité accrue de 5,3%. La région a connu des baisses notables dans les importations et les exportations au cours de 2015, avec notamment la fabrication chinoise en difficulté.

 

    Les transporteurs européens ont signalé une baisse de la demande en juin de 1,5% par rapport à il y a un an et la capacité a augmenté de 3,9%. Europe centrale et orientale a eu un quelques mois particulièrement difficile, avec le commerce dans cette région de tomber autour de 10% depuis la fin du premier trimestre.

 

    Les compagnies aériennes nord-américaines ont connu une baisse de 3,7% d'année en année et la capacité a augmenté de 5,4%. Malgré la faible performance de l'économie américaine au premier trimestre, le fret aérien a bénéficié d'un transfert vers l’aérien à la suite des grèves des ports de la côte Ouest. Cet impact a disparu et même si la performance économique probablement amélioré en Q2, cela ne semblent pas propulser une plus forte demande de fret aérien.

 

    Les transporteurs du Moyen-Orient ont vu la plus forte croissance de la demande en expansion de 10,8%, et la capacité croissante de 18,3%. La raison de la performance légèrement plus modérée en juillet est attribuable au calendrier du Ramadan, qui donne traditionnellement un coup de pouce au fret aérien. Le Ramadan a commencé en juin de cette année, alors qu'elle a eu lieu essentiellement en juillet en 2014.

 

    Les transporteurs d'Amérique latine ont signalé une baisse de la demande de 5,1% d'année en année, et les capacités élargies de 3,2%. L'activité commerciale régionale au Brésil et en Argentine était très solide dans la première moitié de 2015, mais cela n'a pas traduit une plus forte demande pour le fret aérien.

 

Les transporteurs d'Afrique ont connu une croissance de la demande de 3,6%, et la capacité a augmenté de 11,4%. Contrairement à l'Amérique latine, la forte performance commerciale régionale dans la région a soutenu la croissance du fret aérien solide, malgré la sous-performance des économies du Nigéria.

 

r8390.jpg

Photos : 1 B777F Thaï Cargo @ Tei 2 B747-400 UPS @ Marc Buchler

05/09/2015

Sukhoi Su-30SM pour la marine russe !

8495jpg.jpg

 

 

 

L’aéronavale russe prépare une commande portant sur 50 avions de combat Sukhoi Su-30SM. Cette information vient d’être confirmée par le général Igor Kozhin, lors du salon aéronautique de Moscou MAKS.

Selon le général Igor Kozhin, la longue portée du Su-30SM et sa capacité à effectuer des  ravitaillements en vol ainsi que sa capacité à porter des armes guidées en font un outil particulièrement précieux pour le développement de l’aéronavale.

La force aérienne russe a déployé un certain nombre de Su-30SM sur la péninsule de Crimée et la marine a l'intention de faire la même chose, probablement sur les installations de la base de Saki (Novofedorovka).

Cette décision d’acquisition fait suite a l’approbation de la marine pour un approvisionnement à large taux de production. Selon l'amiral Chirkov, Cette acquisition de SU-30SM est prévue dans le cadre d'un achat important de nouveaux avions qui devront être livré d’ici 2020. Les SU-30SM se différencient des SU-30MKI indiens par leurs équipements entièrement russes, leur système d'identification "ami/ennemi" et par d’autres éléments. Pour développer cette version, Sukhoi profita de son expérience avec le programme SU-35 en ce qui concerne par exemple l’avionique. Tout comme la version MKI, le SM dispose de plans canard et de tuyères à poussée vectorielle couplées aux moteurs Saturn Lyulka AL-31Fl.

L’appareil dispose d’un radar à antenne à balayage électronique (AESA) de type Zhuk-AE du fabricant russe Phazotron. L’antenne en bande X permet de suivre 30 cibles aériennes en mode piste, pendant l’exploration et d’engager 6 cibles simultanément en mode attaque. L’avionique est également de dernière génération avec écrans multifonctions (EFIS), système de positionnement par satellite GLONASS et un nouveau système de communication sécurisé.

L’armement est multiple pour permettre l’engagement air-air et air-sol mais également air-surface. L’option de dissuasion nucléaire est également possible avec capacité de frappe d’interdiction et la suppression des défenses antiaériennes.

Intégration du Brahmos :

A signaler également que la société indo-russe prépare activement le premier tir d'essai du missile supersonique Brahmos PJ-10 de croisière à partir d'un Su-30MKI d'ici la fin de cette année. La marine russe veut aussi utiliser le missile sur ses Su-30SM. Le Brahmos est un missile supersonique à propergol solide pesant 2,55 tonnes. Sa version originale est longue de 8,3 mètres pour 0,67 m de diamètre. Doté d'une ogive de 200 à 300 kg, le Brahmos est capable de neutraliser les cibles à une distance de 290 km.

Le Brahmos est un acronyme composé des premières syllabes du fleuve indien Brahmapoutre et de la rivière russe Moskova.

 

Sukhoi_Su-30SM,_Russia_-_Air_Force_JP7671112.jpg

Photos : Sukhoi Su-30SM @ Sergy

Second RC-135W « Airseeker » pour la RAF !

68439.jpg

 

 

La Royal Air Force britannique (RAF) a réceptionné son deuxième Boeing RC-135W « Airseeker » de renseignement, surveillance et de reconnaissance (RSR). Au total la RAF a commandé trois appareils de ce type.

L'avion est arrivé à la base de la Royal Air Force de Mildenhall dans le Suffolk où il recevra des équipements de survie. L’avion sera prêt à être déployé dans quelque semaine. Par ailleurs, Boeing confirme que la livraison est en avance de sept mois sur le calendrier initial, le dernier aéronef sera livré pour 2017.

Les Boeing RC-135W « Airseeker » sont exploités au sein de l’escadron 51 basé à Waddington dans le Lincolnshire.  Nommé « Airseeker » le RC-135W plus connu par son surnom dans US Air Force de « Rivet Joint ».

 

De nombreuses améliorations :

Depuis la livraison du premier « Airseeker «  à la RAF en en 2014, plus de 60 améliorations ont été intégrées dans ce deuxième avion, allant de la mise à niveau des systèmes de mission à l'amélioration des moteurs en vue d’une efficacité accrue en terme de consommation et de durabilité. Le premier avion sera être équipé de ces améliorations à une date ultérieure.

 

Le RC-135W :

Le Boeing RC-135 est la base d'une famille d'avions de reconnaissance électronique conçue à partir du C-135. Le RC-135V/W « Rivet Joint « est l'avion de type  SIGINT (Renseignement électromagnétique  et électronique) de l'US Air Force. Il surveille à la fois les communications radio et les signaux électroniques émis par les radars adverses. Il dispose par ailleurs de capacités de brouillage de ces signaux.

Photo: Boeing RC-135W « Airseeker » de la RAF @ RAF