05/10/2015

Les jeunes et l’espace à l’honneur au Musée Clin d’Ailes !

2849503315.jpeg

 

Dans le cadre de la journée de l’espace les jeunes sont les hôtes du musée le samedi 10 octobre.
Depuis 16 ans l’assemblée générale de l’ONU a proclamé la Semaine mondiale de l’espace au début du mois d’octobre. Les dates rappellent celle du lancement, le 4 octobre 1957, du premier satellite artificiel, Spoutnik I, et de l’entrée en vigueur, le 10 octobre 1967, du traité sur les principes régissant les activités des états en matière d’exploration de l’espace extra- atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes. La Semaine mondiale de l’espace est l’événement spatial annuel le plus important dans le monde. Elle inspire de nombreux étudiants et écoliers qui formeront la main d’œuvre de demain. Ces derniers peuvent montrer le fruit de leur travail lors de la journée «Space Day» qui couronne cette semaine.

Unknown.jpeg

 

A l’invitation des radioamateurs du Musée Clin d’Ailes, cette année, ce sont des classes 11 VG/1, VG/3 et D2 d’Avenches participent à cette animation. Leurs instituteurs Isabelle Luisier, Laurent Rapin, Christian Genilloud et David Moullet ont répondu favorablement à l’équipe de HB4FR, l’indicatif des radioamateurs du musée. Depuis plusieurs semaines, les élèves ont la tête dans les étoiles. Ils ont choisi eux-mêmes les diverses thématiques qu’ils ont étudiées en classe. Le samedi 10 octobre, ils se rendront au Musée Clin d’Ailes et présenteront au public les travaux qu’ils ont réalisés par groupe. Ils proposeront une série d’exposés sur le système solaire, les satellites artificiels, la conquête spatiale, Hubble, Rosetta, la colonisation de Mars, entre autres. Ils présenteront des expériences en relation avec l’espace. Des stands interactifs permettront aux visiteurs de tester leurs connaissances, avec des quiz, notamment. Très tendance, ils offriront la possibilité de diverses expériences autour d’un panneau solaire. Les plus jeunes pourront participer à un atelier bricolage avec la création de planètes. Tandis qu’un stand photos permettra aux visiteurs de figer leur visite.

En contact avec l’île Maurice

A cette occasion, ils seront encadrés par les radioamateurs. Dans l’après-midi, les enfants auront droit à un contact radio exceptionnel avec un radioamateur chevronné de l’île Maurice, Jacky. Ils auront préparé toute une liste de questions en relation avec leur sujet. Ce dernier leur répondra en direct et en public.

Les radioamateurs de HB4FR sont très actifs au sein du musée et participent à la Semaine de l’espace depuis 2006.
A voir le samedi 10 octobre 2015 au Musée de l’aviation militaire de Payerne Clin d’Ailes à la Base aérienne, de 13 h 30 à 17 h. www.clindailes.ch tél. 026 662 15 33.

 

1853329959.jpeg

Photos : Musée Clin d’ailes @ P.Kummerling

La compagnie Binter met en ligne l’ATR 72-600 !

ATR-72-600-Binter.jpg

 

 

Binter, compagnie aérienne espagnole basée aux îles Canaries, a pris livraison à Toulouse de son tout premier ATR 72-600. La commande, s'élevant à un total de 12 appareils, est issue de deux contrats signés respectivement en 2014 et au début de l'année 2015. Ces nouveaux ATR -600 permettront à la compagnie aérienne de mettre progressivement à niveau sa flotte, actuellement au nombre de 16 ATR 72-500. Partenaire d'ATR de longue date, Binter a peu à peu développé son réseau régional au sein des îles Canaries depuis 1989, grâce aux avions ATR. 

Les nouveaux ATR 72-600, dotés de 70 sièges, sont équipés des dernières technologies en termes d'outils d'aide à la navigation et offrent un niveau de confort inégalé aux passagers. Binter sera ainsi à même de poursuivre la modernisation de sa flotte pour continuer à proposer le meilleur service sur son réseau inter-îles aux Canaries et sur son réseau international opéré avec ce type d’appareil (Madeire, Marrakech, Casablanaca, Agadir y El Aaioun).

 

À propos de Binter :

Créée en 1989, Binter a commencé à exploiter son premier ATR en 1989 sur les liaisons inter-îles aux Canaries. À ce jour, la compagnie aérienne opère la flotte de l’archipel la plus vaste, la plus moderne, mais également la plus respectueuse de l'environnement. Appartenant à l’origine à Iberia, la compagnie aérienne nationale espagnole, Binter a été achetée en 2002 par un groupe local d’entrepreneurs. Sa flotte de 18 ATR représente l’une des plus grandes flottes d’ATR en Europe. Ces appareils ont transporté plus de 55 millions de passagers, non seulement à l’intérieur de l’archipel, mais aussi sur des vols directs vers des destinations internationales. 

 

Photo : Le premier ATR72-600 de Binter @ ATR Aircraft

04/10/2015

Des CL-415 pour Terre-Neuve-et-Labrador !

482.jpg

 

 

Bombardier Avions commerciaux a annoncé la livraison de deux avions amphibies Bombardier 415 au gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador. Cette commande avait été annoncée en mars 2014. Le premier appareil a été livré en mai 2014. La livraison du second avion a été effectuée en septembre 2015 et l’avion a été dévoilé aujourd’hui à St-Jean, Terre-Neuve.

Tel qu’annoncé précédemment par Bombardier, la transaction du contrat pour les deux avions est évaluée à 73,7 millions de dollars et comprend plusieurs améliorations du produit.

«L’avion Bombardier 415 construit au Canada a fait ses preuves en matière de lutte contre les incendies et constitue un outil essentiel pour la protection de nos collectivités, notre environnement,  nos ressources et notre faune. L’avion a été un élément majeur de la priorité stratégique du gouvernement pour accroître notre capacité à combattre les incendies de forêt dans la province », a précisé l’Honorable David Brazil, ministre des Transports et des Travaux publics du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador. « Nous entrevoyons avec plaisir le maintien de nos relations avec Bombardier. »

Il existe plus de 160 avions Bombardier 415 et de ses prédécesseurs, les avions CL-215 et CL-215T, en service dans le monde entier. Le Canada compte près de 60 de ces appareils, soit l’une des plus importantes flottes nationales de ce genre dans le monde.

 

Le CL-415 :

L’avion de lutte contre les incendies Bombardier CL 415 atteint une vitesse de croisière normale de 180 nœuds (333 km/h), dans certaines conditions. Pour une mission moyenne de six milles marins (11 kilomètres) de distance entre le plan d'eau et le foyer d’incendie, il peut effectuer neuf largages à l'heure, déversant avec précision quelque 55 233 litres (14 600 gallons US) de liquide extincteur.

Bien qu’étant, comme son prédécesseur, un appareil tout en métal amphibie à aile haute, il est équipé de turbopropulseurs Pratt & Whitney Canada PW123AF au lieu d’un moteur à pistons, d’un poste de pilotage à écrans EFIS (LCD), de l’air conditionné et de commandes de vol assistées. L’électronique embarquée a été améliorée afin de faciliter la maintenance. C’est un appareil robuste et fiable. Il opère souvent dans des environnements difficiles où ses principales menaces sont la corrosion, les manœuvres brusques et fatigantes pour la structure, les conditions atmosphériques ainsi que le vol à basse altitude. Une version spéciale anti-incendie permettant une plus grande capacité d’emport existe sous le nom CL-415GR.

En dehors de la version « classique » de lutte contre le feu, il existe une version appelée CL-415MP (MP : Multi purposes, soit Multi usages) qui permet des missions de recherche et de sauvetage, de surveillance des côtes ou des ressources naturelles ainsi que de transport.

 

ezdi.jpg

Photos : Bombardier CL-415 en action@ Bombardier

Modernisation des simulateurs de F-22 !

CRVS_Still_Hi_res.jpg

 

 

ST. LOUIS, Boeing a terminé la mise à niveau de tous les simulateurs de l’avion de combat F-22 « Raptor » de  US Air Force. Le système de simulation amélioré va permettre aux pilotes d’évoluer dans un environnement visuel plus réaliste que les simulateurs actuels, et leur permettre de faire l'expérience de manœuvres extrêmes, qui ne sont normalement pas pratiquées dans un simulateur.

 

Les installations des simulateurs modernisés par Boeing disposent désormais du nouveau système Constant Resolution Visual System (CRVS) qui améliore le réalisme de la formation permet  une  augmentations de préparation aux missions. L'affichage du CRVS brevetée de Boeing est la pièce maîtresse du nouveau système de visualisation des simulateurs de F-22.  Le système fournit des images à haute résolution pour les pilotes avec près de 20/20 d'acuité sur 360 degrés d’environnement immersif, visuelle. En utilisant des projecteurs « hors-the-shelf », le système tire parti de la technologie commerciale en plein essor.

Les centres de simulation de la base aérienne Tyndall en Floride, de Hickam à Hawaii, d'Elmendorf, en Alaska et de Langley Air Force Base de Virginie sont équipés du nouveau système.

 

1447064625360091204.jpg

 

Photos : 1 Simulateur de F-22@ Boeing 2 F-22 Raptor en vol @ USAF

 

 

 

03/10/2015

Modernisation des Mirage 2000D !

mirage-2000d.jpg

 

 

Le projet tant attendu de modernisation de Mirage 2000D de l’Armée de l’air va officiellement se concrétiser très prochainement. Selon le programme du Ministère de la Défense français, la modernisation des « 2000D » va débuter fin 2015 et les premiers appareils seront opérationnels en 2019.

 

Les grandes lignes de la modernisation :

La première partie de la modernisation des « 2000D » concernera le Système de Navigation et d'Attaque (SNA) qui va être complètement revu, retravaillé, et modernisé par Dassault Aviation. En effet, il y a maintenant quelques temps, le système de navigation du Mirage 2000D reposait sur des fonds de carte en carton, scannés, et projetés à l'officier navigateur système d'armes (NOSA) via un agrandisseur. Le nouveau système sera numérique. Le Mirage 2000D ne possède pas de canon de bord, la mise à niveau va permettre de combler ce manque avec l’intégration d’une nacelle développée par Dassault Aviation et qui sera montée selon les besoins sur le point avant gauche des Mirage 2000D, en symétrique des nacelles de désignation laser.

Enfin, la modernisation prendra aussi en compte la possibilité pour les Mirage 2000D de pouvoir s'équiper et décoller avec un emport assymétrique. Aujourd'hui, ces appareils ne peuvent emporter que le même type de bombes sur les emports ouverts pour les tirs air-sol, ce qui avait pour effet, par exemple, d'avoir des appareils qui décollaient avec uniquement deux GBU-49 sous le ventre. A la suite de cette rénovation, les 2000D pourront décoller et aller frapper avec, au moins, deux types de bombes différents, comme par exemple une GBU-12 couplée à une GBU-49. Pour terminer les missiles air-air Magic II seront remplacés par des MICA IR (InfraRouge).

 

L’importance des « 2000D » :

Sans la modernisation des Mirage 2000D, la flotte de combat  française s’écroulera aux alentours de 150 avions en ligne en comptant les Rafale air et marine. Le Mirage 2000D est un avion relativement récent qui joue un rôle déterminant dans la capacité de projection de puissance de l’armée de l’air. Mis à part le Rafale, il compte parmi les meilleurs avions de combat français. Sa rénovation lui permettra d’acquérir davantage de polyvalence et permettra de valoriser les investissements déjà consentis en tirant le maximum du potentiel de cet avion. D’autant qu’il s’agit d’un appareil mature dont le coût de possession est maîtrisé, qui est présent en opération et qui permet une montée en puissance progressive du Rafale.

 

tab_a11-108s.jpg

L’industrie au cœur de la rénovation :

Cette opération de rénovation est très importante pour les industriels concernés. Il s’agit non seulement de Thales, mais aussi de PME à forte valeur technologique qui risquent tout simplement de faire faillite si l’opération ne se fait pas. C’est le cas en particulier à REALMECA, qui a par ailleurs des compétences critiques dans la construction du Rafale. La rénovation du Mirage 2000 assurera du travail à cent cinquante personnes chez Thales pendant quatre ans dans la région Aquitaine et permettrait à REALMECA d’employer trente personnes, sur un total de cent trente personnes. En outre, il est prévu qu’une partie de la rénovation sera confiée au SIAe (Services Industriels de l’Aéronautique) à Clermont Ferrant.

Livre : Pour ceux et celles qui désirent découvrir la vie et le travail d’un pilote de Mirage 2000D, je vous engage à lire : « La guerre vue du ciel », par le Cmdt et pilote Marc Scheffler aux éditions Nimrod. Un livre qui raconte le métier de pilote de chasse, ses difficultés, la vie d’un escadron et les contraintes politiques qui découlent des engagements. Marc est en plus, pour l’avoir rencontré brièvement, un homme d’une rare gentillesse !

3016_1-auto_downl.jpg

Photos : Dassault Mirage 2000D @ Armée de l’Air