04/10/2016

Vol inaugural pour l’A330MRTT amélioré !

despegue-mrtt-singapur-2016-09-30_47-1024x683.jpg

 L’A330MRTT (Multi-Rôle Tanker Transport) amélioré a effectué avec succès son vol inaugural depuis les installations d’Airbus DS à Getafe en Espagne. Ce premier vol d’une durée de 3 heures s’est déroulé avec succès.

L’A330-200 MRTT amélioré :

Cette version améliorée de l’A330 comprend les mêmes adaptations que celles en service sur les versions civiles de l’A330. L’avionique dispose des dernières mises à jour disponibles. Des améliorations aérodynamiques permettent d’économiser 1% de carburant. Les logiciels des moteurs Rolls-Royce Trent 772 sont eux aussi modernisés. Du côté des systèmes militaires, l’IFF est amélioré, un nouveau système de mission a été installé. L’avion dispose dorénavant d’un SATCOM. De plus, un nouveau standard du système de ravitaillement ont été incorporé.

Cette nouvelle version de l’A330MRTT sera livrée prochainement à plusieurs clients, dont la France, la Corée du Sud et un consortium de membres de l'OTAN.

L’A330 MRTT :

L’A330 MRTT (Multi-Rôle Tanker Transport) d’Airbus Military est le seul avion stratégique de ravitaillement et de transport de nouvelle génération, actuellement disponible et opérationnel au monde. L’importante capacité d’emport carburant de base (111 tonnes) de l’avion de ligne A330-200, dont il est dérivé, permet à l’A330 MRTT d’exceller dans les missions de ravitaillement en vol, sans l’adjonction de réservoir supplémentaire. L’A330 MRTT est proposé avec un choix de systèmes de ravitaillement incluant la perche caudale ARBS (Aerial Refuelling Boom System) d’Airbus Military et/ou une paire de nacelles tuyau/panier sous voilure et/ou un système ventral tuyau/panier FRU (Fuselage Refuelling Unit).

Grâce à son large fuselage, l’A330 MRTT peut également servir d’avion de transport capable de transporter 300 soldats ou 45 tonnes de charge utile. Il peut également être décliné en version d’évacuation sanitaire (EVASAN) et recevoir jusqu’à 130 civières.

 

15.-A330-MRTT-RAF-copy.jpg

Photos : 1 l’A330-200 MRTT amélioré 2 A330MRTT de la RAF @ Airbus DS

 

SWISS participe à l’optimisation des approches à l’aéroport de Zurich !

swiss-hb-jhd-airbus-a330-343x-23012016-87272.jpg

Supervisé par le SESAR Joint Undertaking et Cofinancé par l’Union Européenne, le projet de validation iStream vise à optimiser les atterrissages aux horaires de pointe. Grâce à une gestion rigoureuse du temps, les séquences d’arrivées seront planifiées en amont afin de permettre une succession efficace d’atterrissages de tous les avions en approche tout en évitant les circuits d’attente au-dessus de l’aéroport. La consommation inutile de carburant s’en verra réduite, de même que les émissions de CO2.

Projet iStream: 

SWISS participe activement au projet iStream qui a fait évoluer le système de gestion des vols de la compagnie visant à gérer les vols au moyen de « Target Times of Arrival » (objectifs d’horaires d’atterrissage très rigoureux) à l’aéroport de Zurich. Aux côtés de Flughafen Zürich AG, des services suisses de la navigation aérienne skyguide et d’autres compagnies aériennes, le système d’optimisation des atterrissages à l’aéroport de Zurich a été testé pendant une année (depuis juin 2015). Skyguide a ainsi coordonné les séquences d’approche de tous les vols du matin prévus entre 06h00 et 07h00, optimisant l’atterrissage de chacun d’entre eux.

Réduire les circuits d’attente :

La phase d’essai a été très concluante, iStream a permis de réduire jusqu’à 96 % les circuits d’attente au-dessus de l’aéroport de Zurich tout en raccourcissant les trajets d’approche de 30 % en moyenne. Compte-tenu de ce résultat probant, le concept sera définitivement mis en œuvre dès le 13 octobre 2016 pour tous les vols d’approche de la vague matinale à l’aéroport de Zurich. Toutes les compagnies aériennes en bénéficieront, ce qui renforcera encore l’incidence positive globale du nouveau système sur l’ensemble de l’exploitation aérienne.

A l’avenir, le système devrait également s’appliquer à d’autres périodes de pointe à l’aéroport de Zurich et être utilisé au sein du groupe Lufthansa. S’inspirant du succès de la période d’essai à Zurich, une procédure similaire d’optimisation des vagues d’atterrissage est actuellement testée à Paris Charles de Gaulle.


Photo : A330 SWISS @ SWISS

 

Cessna livre son 5’000ème jet !

5000M2_001B_RetouchedRick_helitrip_Final_Preview.jpg

Wichita, l’avionneur Cessna Aircraft Company, a livré son 5000ème avion d’affaires de type Citation. L’avion est un Citation M2 a rejoint son client, la société Helitrip Charte au Royaume-Unis qui loue l’avion à Catreus.

Pour célébrer cette livraison historique, Cessna, Helitrip et Catreus ont tenu une cérémonie spéciale au siège de l’avionneur à Wichita.

«Nous sommes ravis de pouvoir utiliser un second M2, au sein de notre flotte grandissante», a déclaré Kriya Shortt, vice - président, Ventes et Marketing de Catreus.

La gamme Citation :

L’avionneur Cessna est entré dans le segment des jets privés en 1972, lorsque la société a livré son premier modèle de « Citation ». Depuis lors, la gamme Citation ont continué à se développer avec les Citation I, Citation II, Citation Bravo, Citation S / II, Citation V, Citation Ultra, Citation Encore, Citation Encore + et la famille CJ.

En 1989, Cessna lance la nouvelle gamme nommée CitationJet (CJ) qui comprend 7 familles distinctes d'avions. Le modèle 525 CitationJet est à la base de l'une de ces familles qui comprend les modèles CJ, CJ1, CJ1+, CJ2, CJ2+, CJ3 et CJ4.

Le Cessna Citation M2 a été lancé en septembre 2011 comme un nouveau biréacteur d'affaires léger. Le M2 est basé sur la variante CJ1.

Le Cessna Citation M2 :

Le Citation M2 est doté d’une avionique Garmin G3000 avec trois écrans EFIS LCD de14 inch, tactiles. Les pilotes peuvent afficher simultanément des cartes, des graphiques, le TAWS, la planification des vols ou des conditions météorologiques. Cette nouvelle conception de cabine, avec un cockpit deux places peut accueillir jusqu'à six passagers. L’avion intègre une cellule en aluminium, une aile droite et un empennage en T. L’éclairage sera dorénavant doté de feux LED.

L’appareil a une vitesse de croisière maximale de 400 nœuds (741 kilomètres par heure) et permet une distance maximale franchissable de 1300 miles nautiques (2408 km). Le M2 peut utiliser des aéroports avec des pistes courtes soit de 3’250 pieds (991 mètres) et devrait grimper à 41’000 pieds (12 497 mètres) en 24 minutes.

En matière de motorisation, le M2 reprend deux Williams International FJ44 turboréacteurs dans la nouvelle version 1AP-21 doté d’un FADEC. Chacun produisant 1965 livres de poussée. Cette nouvelle version améliorée du moteur FJ44 Williams intègre des améliorations tirées de plus de 6 millions d'heures de fonctionnement des 4000 FJ44 en service. Le FJ44-1AP-21 produit une poussée d'altitude de 10 à 15% supérieur  (selon les conditions) et consomme moins de carburant en croisière que les versions précédentes.

Les options sont les mêmes que pour l’ensemble de gamme Cessna Citation, mais le M2 est doté automatiquement du système d’avionique composé du radar météorologique et d’un  TCAS I, d’un système de connaissance du terrain et système d'alerte (TAWS) et ADS-B.

L’appareil dispose d’un cabinet de toilette à l’arrière, l’habitacle du M2 est de 58 pouces de large (1,47 m) et 11 pieds (3,3 mètres) de long avec une allée de 5 pouces offrant une hauteur de cabine de 57 pouces (1,45 mètres). Huit grandes fenêtres. Le tout nouvel intérieur, dont les matériaux et les couleurs peuvent être sélectionnées à la main par les clients, offre une grande palette de possibilités et de variétés. Le client pourra également choisir parmi des systèmes de connectivité et d’interface pour le travail, ainsi que pour le divertissement individuel.

1194654656.jpg

 

Photos : 1 Cérémonie pour le 5’000ème Citation 2 Le Citation M2 @ Cessna Aircraft

03/10/2016

Bahreïn veut plus de F-16 !

2522910791.jpg

Le royaume du Bahreïn veut acquérir plus de Lockheed-Martin F-16 pour un montant estimé à près de 2,8 milliards de dollars. Ces appareils devront venir remplacer la vieille flotte de 16 Northrop F-5 E/F « Tiger II » encore en service.

Modernisation de la Force aérienne :

La Royal Air Force de Bahreïn est entrée dans une importante phase de modernisation concernant sa flotte d’avions de combat Lockheed-Martin F-16 en service depuis 1990. La première étape de la modernisation de la Force aérienne, concerne la mise à jour de la flotte de 20 F-16C/D actuellement en service. La modernisation comprend l’ajout d’un radar SABR de Northrop-Grumman de type AESA. L’Emirat va doter ses F-16 de missile AIM-120D «AMRAAM», de l‘AIM-9X «Sidewinder» ainsi que du pod de désignation laser «SNIPER» afin de pouvoir tirer des bombes à guidage de précision. L’avionique est également modernisée avec l’ajout d’une liaison16 (Link16). Les quatre premiers chasseurs modernisés vont d'être remis en service à la fin de cette année.

La seconde phase :

Le second objectif de la modernisation vise le remplacement des 16 Northrop F-5E/F «Tiger II» en service par un appareil de combat multirôle. Trois appareils étaient en compétition, l’Airbus DS Eurofighter «Typhoon II», le Dassault Rafale et Lockheed-Martin avec le F-16E/F «Viper». C’est ce dernier qui a été retenu, principalement dans un but d’homogénéité de la flotte et en raison de son prix très avantageux.

Une vente pas encore totalement acquise :

Pourtant, cette vente qui concerne 19 Lockheed-Martin F-16 « Viper » n’est pour l’instant pas complétement acquise pour l’avionneur américain. En effet, l'administration Obama semble vouloir joindre une condition à celle-ci, concernant l’amélioration des droits de l'homme au sein de l'allié du Golfe.

Pour le porte-parole de Lockheed-Martin, cette demande est inacceptable, car en cas de blocage l’Emirat n’hésitera pas à aller se fournir ailleurs en avions de combat et ceci sans autre cas de moralité. De plus. Cette vente est particulièrement importante pour le maintien de la ligne de production du F-16.

 

1298085988.jpg

Photos : 1 F-16 Viper @ Lockheed-Martin 2 F-16 du Bahreïn @ RAFB

 

Les gouvernements priés de réduire l’empreinte carbone de l’aviation !

empreinte-ecologique-d-un-avion.jpg

L’Association du transport aérien international (IATA) a prié instamment les gouvernements réunis à la 39ème Assemblée de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) de s’entendre sur une mesure mondiale basée sur le marché destinée à aider l’industrie aérienne à gérer son empreinte carbone.

En tête de l’ordre du jour de l’Assemblée de l’OACI se trouve la proposition en vue de mettre en place le Régime de compensation et de réduction de carbone pour l’aviation internationale (CORSIA).

« L’industrie aérienne mondiale s’est manifestée vigoureusement pour encourager les gouvernements à écrire une page d’histoire en s’entendant sur la mise en œuvre du CORSIA. Ce sera le premier accord mondial du genre destiné à un secteur industriel. Nous nous sommes engagés à poursuivre une croissance neutre en carbone à partir de 2020. Le CORSIA, ainsi que d’autres mesures d’amélioration des technologies, des opérations et des infrastructures, maintiendra l’aviation au premier plan des industries qui gèrent de façon responsable leurs impacts sur le climat», a déclaré M. Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Les compagnies aériennes membres de l’IATA ont adopté des résolutions lors de leurs assemblées générales annuelles de 2013 et de 2016, demandant aux gouvernements de mettre en place une mesure mondiale basée sur le marché (GMBM) pour aider à gérer l’empreinte carbone de l’aviation. La GMBM doit viser des réductions d’émissions réelles (et non servir de source de revenus pour les gouvernements), tenir compte des différentes situations des compagnies aériennes en fonction de la maturité des marchés, et ne pas causer de distorsion de la concurrence.

« Nous avons, dans l’actuelle proposition de CORSIA, un compromis pragmatique. Et comme 60 États se sont déjà engagés pour une période volontaire, une dynamique se dégage. Il faut que d’autres États fassent preuve de leadership et d’engagement envers la durabilité en s’engageant aussi », explique M. de Juniac.

La GMBM doit être mise en œuvre dans le cadre du bouquet de mesures comprises dans la stratégie à quatre piliers de l’industrie concernant les changements climatiques. La GMBM est une solution d’appoint en attendant que les améliorations des technologies, des opérations et des infrastructures permettent d’atteindre pleinement les objectifs de durabilité de l’industrie. Ces objectifs sont les suivants :

  •   Amélioration moyenne de l’efficacité énergétique de 1,5 % d’ici 2020 

  •   Croissance neutre en carbone à partir de 2020 

  •   Réduction de moitié des émissions nettes de carbone d’ici 2050, par rapport au niveau de 2005