28/10/2016

Le Pilatus PC-24, star à Orlando !

635d88ea7b828dc09dcc65e13dcde9b1-041IIA_160121_0317.jpg

Le 1 novembre prochain s’ouvrira à Orlando en Floride l’édition 2016 du salon NBAA-BACE (Business Aviation Convention & Exhibition), soit le grand rendez-vous annuel des jets d’affaires. Cette année l’avionneur suisse Pilatus présentera en grande première le deuxième prototype de son jet d’affaires le PC-24 en plus du PC-12 NG.

Très attendu aux USA :

Cette première aux USA est déjà considérée comme l’événement incontournable du Salon. Clients potentiels, journalistes et spécialistes de l’aviation d’affaires montrent un intérêt tout particulier à l’avion suisse, dont les performances offrent un nouveau souffle pour le marché.

Pour cette première présentation aux USA, Pilatus va mettre les petits plats dans les grands avec une plateforme de démonstration du nouveau design d'intérieur du PC-24, qui est maintenant prête pour le début de la production en série. Designworks, une entreprise de BMW Group, ont uni leurs forces avec Pilatus pour fournir six concepts élégants de couleurs pour le PC-24. Chaque concept porte le nom d’une station de ski  : "St-Moritz", "Zermatt" ou "Aspen". Les visiteurs pourront se familiariser avec les différents intérieurs proposés pour le PC-24.

 

nbaa,orlando,enbace,jet privés pilatus aircraft,pc-24,jet suisse,infos aviation,buzjet,les nouvelles de l'aviation

Le point sur le développement :

Actuellement, les deux PC-24 sont en phase terminale du rigoureux programme de vols d'essai. Un grand nombre de tests de performance clés ont déjà été conclus avec succès. Le deuxième prototype qui se trouve aujourd’hui aux Etats-Unis a subi des essais par temps chaud et par temps froid. Des essais ont également été pratiqués en ce qui concerne l'avionique et le pilote automatique. Pendant ce temps, le premier prototype, P01, a été soumis à des tests aérodynamiques en Europe.

A ce jour, les deux PC-24 ont complété un total combiné de plus de 1’000 heures de vol sur près de 600 vols. Les données recueillies à ce jour, indiquent que le « super Jet polyvalent » est susceptible de présenter des performances encore supérieures à ce qui était prévu jusqu’ici.

Par ailleurs, Pilatus est déjà très avancé en ce qui concerne la formation et le soutien à la clientèle du PC-24. L’avionneur développe ses unités de formation et de maintenance, y compris avec un simulateur de vol complet du PC-24 en partenariat avec FlightSafety International. Un réseau de soutien du PC-24 dans le monde entier est actuellement en finalisation, afin de fournir l’ensemble des services de première classe "round-the-clock" pour les clients.

Pilatus a également développé un nouveau programme d'appui du nom de « CrystalCareTM », qui permettra la couverture la plus complète pour l'entretien de l’avion.

Le troisième et dernier prototype, soit le premier avion de série rejoindra le programme d'essais en vol au début de 2017. La certification est prévue pour le 3ème trimestre 2017 et les premières livraisons pourront débuter à Planesense, fournisseur de programmes de multipropriété aux Etats-Unis et pour le Royal Flying Doctor service en Australie.

8be2af8fa51faa0a07cdd84b7866254f-PC-24-Cockpit-01.jpg

Le PC-24:

Capable d’utiliser des pistes très courtes et peu aménagées, le PC-24 est le premier jet d’affaires du monde à pouvoir bénéficier d’une porte cargo standard. Le jet dispose également d’une cabine très spacieuse dont l’intérieur peut être adapté aux exigences personnelles du client. Tout ce qui en fait un « hyper polyvalent Jet », un avion qui est conçu pour une grande variété de missions en ligne avec les besoins individuels. Le cockpit est construit autour d’une suite avionique développée sur un concept Pilatus baptisé « Advanced Cockpit Environnement » (ACE), avec quatre écrans de 12 pouces et un système de vision synthétique. Pilatus vise une certification Single Pilot (un seul pilote) IFR (vol aux instruments).

Le jet offre un rayon d’action de 3’610 km avec quatre passagers (3’300 avec six passagers) et une vitesse de croisière maximale de 787 km/h. Il peut emporter jusqu'à 10 passagers en cabine pressurisée.

Son généreux compartiment bagages accessible en fond de cabine est desservi par une véritable porte cargo située entre les ailes et le moteur, à l'instar de son petit frère à hélice, le PC-12NG. Le PC 24 peut donc, lui aussi, proposer une palette d'aménagements très diversifiée. Il est alimenté par deux réacteurs Williams FJ-44-4A montés à l'arrière du fuselage.

Avec une distance de décollage de 820m et une distance d'atterrissage de 770 m, le PC-24 est destiné à être utilisé également sur des pistes non revêtues (neige, herbe, sable).

L'appareil a également la possibilité d'atteindre rapidement un niveau de vol élevé (45 000 pieds), comme de nombreux jets d'affaire, pour échapper à l'intensité du trafic sur les principales routes aériennes et garantir ainsi, une meilleure souplesse d'utilisation dans les régions au ciel encombré.

 

a961b15302420fb0d6975aa477a6ea33-041IIA_160121_0248.jpg

Photos : 1 & 4 Le PC-24 en vol 2 intérieur 3 Cockpit @ Pilatus Aircraft

 

UPS commande des B747-800 « Freighter » !

747-8F First Flight .jpg

Everett, Washington, Boeing a annoncé une commande portant sur 14 B747-800 « Freighter » assorti d’une option pour 14 avions supplémentaires de la part d’UPS Airlines.

"Ces avions sont un investissement stratégique pour une capacité accrue pour les clients UPS dans le monde entier», a déclaré Brendan Canavan, président, UPS Airlines.

UPS est un leader mondial dans la logistique, offrant un large éventail de solutions, y compris les paquets et le fret. Basée à Atlanta, UPS dessert plus de 220 pays et territoires dans le monde entier.

Le B747-800 « Freighter » :

Le B747-800 "Freighter" n’a pas de concurrent dans sa catégorie. Avec une capacité de charge utile structurelle maximale de 140 tonnes, le B747-800 F offre un volume de fret supérieur de 16 % à celui du B747-400 cargo. Grâce à ce volume supplémentaire de 120 m3, cet avion peut accueillir quatre palettes supplémentaires sur le pont principal et trois autres dans les soutes. Les utilisateurs du B747-800F ont le choix entre deux options : transporter une charge utile plus importante, soit 20 tonnes supplémentaires, ou parcourir une distance supplémentaire de 2 593 km vers des marchés où les impératifs de densité de fret sont moindres. Ce nouvel appareil fait honneur à l’efficacité légendaire de son prédécesseur, avec un coût par trajet pratiquement équivalent et un coût tonne-kilomètre inférieur de 16 % à celui du B747-400 Cargo. En fait, le B747-800 Cargo affiche le coût tonne-kilomètre le plus bas de tous les avions cargo, assurant aux opérateurs un potentiel de profit sans équivalent.

Le B747-800F dispose de dimensions parfaitement adaptées au marché des avions gros porteurs, ce qui réduit les risques encourus par les compagnies aériennes dans un environnement opérationnel sujet à de fortes variations.

 

Photo : B747-800F aux couleurs d’UPS@ Boeing

 

 

27/10/2016

Le H225M doté de l’Exocet !

1686927_-_main.jpg

La société Helibras filiale brésilienne d’Airbus Helicopters vient de terminer l’intégration du missile MBDA AM39 « Exocet » sur l’hélicoptère H225M.

Une cérémonie a eu lieu à l'usine de Itajuba d’Helibras, a permis de dévoilé le premier exemplaire d’un H225M doté de son nouveau missile antinavires développé pour la Marine brésilienne (Marinha do Brasil: MB) dans le cadre du programme H-XBR. Quatre autres hélicoptères H225M sont actuellement en préparation pour l’intégration du missile.

Les H225M brésiliens seront doté de deux missiles AM39 Block 2 « Exocet » d’un radar de surface Telephonics APS-143 de recherche, de capteurs d'avertissement d'approche de missile (MAW) et d’une tourelle FLIR Star « SAFIRE III » électro-optique ainsi que d’une console de travail tactique dans la cabine principale.

MBDA AM39 « Exocet » :

Produit par le missilier européen MBDA, l’AM39 « Exocet » fait partie des missile antinavire de type subsonique autonomes, volant à basse altitude (quelques mètres au-dessus de la surface de la mer).Il peut être lancé par des bâtiments de surface, des aéronefs ou batteries côtières.

Durant sa phase d'approche à basse altitude, il est très difficilement détectable par les bâtiments de surface, car il reste en-dessous de l'enveloppe de détection des radars de défense du navire visé. Par ailleurs, son radar n'est activé qu'en phase terminale, ce qui rend donc plus difficile la mise en place et l'activation de contre-mesures à son encontre. Dans la toute dernière phase du vol, il effectue des manœuvres évasives pour éviter les défenses terminales adverses. Il dispose de contre-mesures électroniques pour déjouer les leurres. Il pénètre le navire au-dessus de la ligne de flottaison pour exploser à l'intérieur du bâtiment, avec un léger décalage entre l'impact et la détonation.

1965741484.jpeg

Photos : 1 H225M doté de l’Exocet 2 Au sol @ Helibras

26/10/2016

SAS a reçu son premier A320neo !

csm_First_A320neo_for_SAS__e5b7c4f0ca.jpg

Scandinavian Airlines (SAS), a pris livraison de son A320neo sur une commande de totale de 30 appareils. La compagnie devient ainsi la première en Scandinavie à fonctionner avec le nouvel appareil. L'A320neo se joindra à la flotte actuelle d'Airbus de SAS qui comprend 25 avions de la famille A320, huit A330 et huit A340.

L'A320neo SAS est configuré avec 174 sièges. L'avion est propulsé par des moteurs LEAP-1A de CFM International et sera déployé sur les courts et moyen-courriers à partir de ses bases scandinaves vers des destinations dans toute l'Europe.

 

Photo : le premier A320 de SAS@ Airbus/C.Brinkmann

25/10/2016

F-35 : Mise en garde de l’Australie !

CbvAMMhUYAEpTgH.jpg

Canberra, les nombreux retards du programme F-35 commencent à agacer les parlementaires australiens ce qui pourrait avantager le « Super Hornet » de Boeing.

Un plan B :

La semaine dernière, une commission parlementaire a demandé au ministère de la Défense de préparer un plan de sauvegarde au cas ou de nouveaux retards viendraient à nouveaux alourdir le programme d’acquisition du F-35.

Certes, la proposition ne va pas jusqu’à demander un abandon du programme F-35, mais doit permettre de combler le vieillissement des « Hornet ». Le « Plan B » consisterait dans l’acquisition d’un nombre encore non défini de « Super Hornet ». La même commission précise également que si une telle décision devait être prise, le budget militaire du pays ne permettrait pas de supporter l’achat de type d’avions. En conséquence l’Australie pourrait reporter les futures livraisons de F-35 à une date encore indéterminée.

Cette réaction fait suite à une autre apparue au printemps dernier de par l’Air Power Australia (groupe à but non lucratif ayant pour idéal la recherche, l’analyse du développement de la Force aérienne) qui déclarait : Quand le produit ne fonctionne pas, vous recrutez autant de clients que vous pouvez, en assurez la promotion de ce dernier du mieux que vous le pourrez, amassez autant d'argent que possible tant que le marché ignore ses défaillances". Le responsable d'Air Power Australia a également qualifié le calculateur du F-35 de « laisse de chien numérique », en référence à la volonté américaine de ne pas partager les codes-source de ce dernier.

Rappel :

L’Australie a prévu d’acquérir 58 appareils (72 initialement) de type F-35A, qui seront livrés entre 2017 et 2021. La capacité opérationnelle initiale est prévue pour le service en 2021 et la pleine capacité opérationnelle des trois escadrons est prévue pour la fin 2023. Et dans un même temps, le pays a également renoncé à l’achat de la version F-35B STOVL dont 14 à 20 appareils devaient initialement venir équiper sa Marine.

 

Photos : 1 F-35A @ Lockheed-Martin