18/09/2015

La Thaïlande opte pour le T-50 « Golden Eagle » !

1143467664.jpg

 

Bangkok, la Royal Thai Air Force (RTAF) a opté pour son nouvel avion école avancé, il s’agit du Korea Aerospace Industries (KAI) / Lockheed-Martin T-50E« Golden Eagle ». L’avion doit venir remplacer progressivement les Albatros L-39, puis les Alpha Jet acquis d’occasion auprès de l’Allemagne. La Thaïlande prévoit une première commande de quatre appareils, pour un montant de 110 millions de dollars.

 

24 appareils :

A terme, se sont 24 appareils KAI T-50 qui seront commandés en deux ou trois tranches. Il est prévu de remplacer dans un premier temps la flotte d’avions école obsolète L-39 et dans un second temps, les Alpha Jet de seconde mains en provenance de la Luftwaffe. Pour la RTAF, il s’agit également d’unifier la formation avancée avec un seul appareil et non deux comme actuellement.

 

Le KAI T-50 :

Le KAI  T-50 «Golden Eagle»  est un appareil école non armé, alors que le modèle TA-50 dispose d’un radar de tir israélien Elta EL/M2032, mais fabriqué sous licence en Corée du Sud par Lignex.  Le T-50 «Golden Eagle»  largement dérivé du Lockheed-Martin F-16 «Fighting Falcon» et dispose de nombreuses similitudes, les ingénieurs de KAI se sont largement inspiré de la production sous licence des F-16 pour la ROKAF. La gamme T-50 dispose, par contre, d’une avionique entièrement coréenne, mais couplée à un certain nombre d’éléments, d’origine américaine comme le GPS fournit par Honeywell.

Le plafond pratique est de 14.600 mètres (48.000ft) et la cellule est prévue pour une de durée de 8000 heures de vol. Question motorisation les deux versions sont dotées d’un General Electric F404-102 à double flux-produit sous licence par Samsung Techwin. Le T-50 atteint la vitesse maximale de Mach 1,4.

 

2699808725.gif

Photo : KAI T-50 Golden Eagle@ KAI

 

L’Australie n’est pas contente du Tigre !

343.jpg

 

 

 

L'Australie n’est pas contente de ses hélicoptères Airbus Tigre ARH et menace de les remplacer. Le problème vient de la capacité au combat et de la maintenance de celui-ci, lourde et onéreuse.

 

La menace :

L’armée australienne confirme que les 22 hélicoptères Tigre pourraient être remplacés, si leurs performances ne répondent pas aux exigences de combat et de maintenance. Pour l’Australie, la maintenance s’avère complexe, longue et difficilement inapplicable en combat réel, de plus l’hélicoptère ne satisfait pas aux exigences du combat actuellement.

 

Les faits :

Le rapport annuel de la défense de l'Australie a montré que les hélicoptères Tigre avaient volé 3’000 heures dans une période de 12 mois, soit bien en dessous des 6.000 heures recherchés. L'armée dénonce notamment que la motorisation des Turbomeca MTR de l'hélicoptère ont un coût plus élevé  que prévu. L’australienne se plaint de la difficulté pour obtenir des pièces détachées et que plusieurs incidents impliquant de la fumée dans le cockpit ont été relevés.

En matière de combat, l’Australie relève que ses Tigre ont été fortement impliqués dans les campagnes militaires en Irak et en Afghanistan. Mais contrairement à la France, l'Allemagne et l'Espagne, ceux-ci ont été exposés dans des zones de combat bien plus dures. Pour l’Australie, la capacité du Tigre n’est pas compatible en totalité avec la réalité terrain.

 

Volonté d’amélioration :

Pour l’Australie, qui collabore sur  une nouvelle version de l’hélicoptère de combat Tigre, surnommé le Tigre Mk3. Il s’agit de corriger les faiblesses de l’hélicoptère. Pour se faire,  l'OCCAR travail a définir le futur standard MK3 de l’EC665 Tigre. La France, l'Allemagne, l'Espagne et l'OCCAR travaillent ensemble avec l'Australie pour établir un cadre de coopération commun, qui sera utilisée pour la préparation et le développement futur de la Mk3. Ces travaux s’appuieront en outre sur l’expérience acquise suite aux nombreux engagements du Tigre au combat, notamment en Afghanistan et au Mali, ainsi que sur les dernières technologies désormais disponibles ou en cours de développement.

Gageons que les critiques sévères de l’Australie permettront d’améliorer le Tigre et de le rentre encore plus féroce !

 

437.jpg

Photos : Airbus EC665 Tigre ARH RAAF@ RAAF

 

17/09/2015

Le 75ème Pilatus PC-7 MKII pour l’Inde !

15.09.07_3757.JPG

 

Stans, l’avionneur suisse Pilatus a tenu sa promesse de livraison du premier lot de 75 avions école Pilatus PC-7MKII à l’Inde dans les délais. L’Inde a choisi le PC-7 MKII au printemps 2012. Le challenge de l’avionneur pour ce contrat était de pouvoir livrer les appareils en un temps record, tout en respectant des qualités de fabrication exceptionnelle.

En février 2013, l’avionneur suisse livrait le premier exemplaire du PC-7 MKII à l’école de l’Indian Air Force et allait continuer à fournir l’avion de manière exemplaire. L'introduction du nouvel avion-école de base dans l'inventaire de la Force aérienne indienne (IAF) s'est déroulé sans problème et avec une ponctualité des livraisons sans faille. Le moins que l’on puisse dire à ce jour, c’est qu’au sein de l’Académie de vol indienne la satisfaction semble être générale. 

 Malgré des difficultés rencontrées en matière de conditions météorologiques défavorables dues à l’arrivée de la mousson, les premiers vols en solo ont été réalisés avec succès au cours des trois premières semaines de formation au pilotage. 

A la fin des deux premiers mois de formation, les instructeurs et les cadets ont exprimé une grande satisfaction face à l’environnement d’enseignement que procure le PC-7MKII. Les instructeurs ont mis en avant les grandes qualités de l’avion, sa facilité de mise en oeuvre et sa fiabilité. D’une manière générale, le PC-7MKII a considérablement renforcé la qualité de l'enseignement au sein de l’Indian Air Force. Les premières analyses de fond montrent que l’avion suisse et son avionique moderne forment une plateforme idéale pour l'apprentissage des jeunes équipages de la Force aérienne indienne pour leurs tâches difficiles à l'avenir.

Le 75ème PC-7 :

Cette semaine, le dernier appareil du premier lot est actuellement en cours d’essais sur les installations de l’avionneur à Stans. Doté d’une livrée spéciale (voir photo) pour commémorer cette livraison, l’avion rejoindra prochainement l’école de pilotage de l’IAF, selon le calendrier prévu.

Seconde tranche :

Mais du côté de Pilatus, on se prépare déjà à la seconde tranche de 38 Pilatus PC-7MKII, dont le contrat a été officialisé en mars dernier,  pour un montant de 230 millions de francs suisses.

 

3576065496-1.jpg

Photos : 1 le 75ème PC-7 MKII @ Stephan Widmer 2 PC-7 MKII @ Pilatus Aircraft

Missile JASSM pour F-16 polonais !

AvionPolonaisF16-bis@Pl110607.jpg

 

Lockheed-Martin a contrat pour l’intégration du missile de croisière JASSM sur la flotte de F-16 polonais. La Pologne devient ainsi le troisième client international pour le missile air-surface Standoff Missile (JASSM) après l'Australie et la Finlande.

Le Département d'Etat américain a approuvé la vente d'une première tranche de 40 missiles en Pologne, selon un avis au Congrès. La valeur de l'opération y compris les tests d’intégration, formation et des services de soutien est estimé à 500 millions de dollars. La Pologne dispose d’une flotte de 36 F-16C et de 12 F-16D.

 

L'AGM-158 JASSM :

L ‘AGM JASSM (Joint air-to-surface standoff missile) est un missile de croisière d'origine propulsé à vitesse subsonique par un turboréacteur Teledyne CAE J402. Les ailes repliées sous le fuselage afin de prendre moins de place, se déploient après le lancement. Il est doté d'un empennage vertical destiné au contrôle du missile en lacet.

Il est dirigé sur sa cible par guidage inertiel recalé par GPS. Le guidage terminal et la reconnaissance de la cible se font grâce à un autodirecteur infrarouge. Une liaison de données permet au missile de transmettre sa position et son statut durant le vol, permettant une meilleure évaluation des dommages. La précision du missile est grande, son erreur circulaire probable donnée est de 2,4 m. La charge militaire est constituée d'un pénétrateur WDU-42/B de 450 kg.

 

images-1.jpeg

Photos : 1 F-16C Block52 polonais @ FAP 2 le missile JASSM @ USAF

USAF, deux AC-130J Commando II supplémentaires !

MP12-0721 Flight and Delivery of HC'MC-C-130J 5696 to Cannon AFB.jpg

 

 

 

Marietta, Lockheed-Martin a livré deux nouveaux MC-130J « Commando II » à l’US ‘Air Force ce mercredi, les deux avions seront exploités par le commandement des opérations spéciales de la Force aérienne (AFSOC). Un aéronef est affecté à la base aérienne de Kadena, au Japon, et l'autre à Hurlburt Field, en Floride.

Le Lockheed-Martin MC-130 tire ses origines d'une demande du Pentagone concernant un avion apte à opérer des infiltrations et exfiltrations de soldats et d'agents de renseignement loin derrière les lignes ennemies. Le C-130 étant alors en pleine maturité c'est cet avion qui fut choisi comme base de travail. Le chantier de développement fut naturellement confié aux membres des très secrets Skunk Works.  Le concept même d'utilisation de ces avions était alors très proche de celui des Lysander britanniques de la Seconde guerre Mondiale.

Le « Commando II »  effectue aussi des missions de ravitaillement clandestines pour les hélicoptères en missions d’opérations spéciales. Le MC-130J vole principalement de nuit pour réduire la probabilité d’être repéré et intercepté. Sa mission secondaire comprend aussi le largage de tracts. Il doit se déployer rapidement pour exécuter par tous les temps des missions de récupération sur des aérodromes rudimentaires ou en territoire hostile. L’appareil effectue également des opérations d’aide humanitaire, la réponse aux catastrophes, l’évacuation sanitaire aérienne et les opérations d’évacuation de non-combattants.

Photo : MC-130J « Commando II @ Lockheed-Martin