11/08/2015

Nacelle Sniper pour le Mitsubishi F-2 !

 

f-2let.jpg

 

Lockheed-Martin a confirmé avoir fourni une nacelle  AN / AAQ-33 « Sniper » en vue de l’intégration de ce système sur la flotte de  Mitsubishi F-2 de la Force aérienne d’auto-défense japonaise.

 

Le contrat porte sur le pod Sniper, des  pièces de rechange et l'équipement de soutien pour l'intégration. Le Mitsubishi F-2 devient ainsi huitième avions à être équipé avec ce système.

Un second contrat devrait suivre pour équiper l’ensemble de la  flotte de F2 japonais.

 

 

Modernisation des F2 :

 

L’arrivée de la nacelle « Sniper » fait partie d’une profonde modernisation des F-2 japonais. Le radar du F2 soit le J/APG/1 sera modernisé vers la version J/APG-2. Bien que ce radar possède déjà la technologie AESA, celle-ci n’était pas des plus performante, faute à de nombreuses  fonctionnalités limitées au manque d’expérience de l’époque.  Cette mise à jour améliorera la puissance du rayonnement et du traitement du signal et donnera au F-2 une nouvelle capacité à engager des cibles multiples.

 

Le Japon va également doter ses F2 d’un nouveau missile le AAM-4B doté d’une tête autodirigée par le radar à balayage électronique (AESA), afin de permettre un verrouillage actif après son lancement. Cette capacité permettra au F-2 de quitter la zone de combat, ou de porter son attention vers d’autres cibles après le tir, au lieu de se focaliser sur la cible jusqu’à l’impact (et de rester vulnérable).

 

Le Japon modernise sa force aérienne dans un contexte très tendu avec la Corée du nord, mais aussi en prévention des manoeuvres aériennes et navales de la Chine et de la Russie. Cette modernisation  doit permettre de prolonger la capacité combative des F2 qui évoluent en binôme avec les F-15J dans l’attente de l’arrivée du F-35.

 

Rappel :

 

Ce chasseur, qui n’est autre qu’un F-16 de Lockheed Martin, incorpore cependant bon nombre de modifications étudiées préalablement par l’institut de recherche et de développement aéronautique japonais. Cela afin d’en faire un avion plus lourd et doté d’une autonomie plus longue.

 

Réalisé en coopération par Mitsubishi à 60% et Lockheed Martin 40%, le F-2 possède une masse à l’aire plus importante et de ce fait la masse maximale au décollage est portée à 22t.

 

Destiné à être un avion polyvalent, le F-2 emporte un canon Vulcan de 20mmm, des missiles air-air Mitsubishi AAm-3 ainsi que des AIM-7F Sparrow. La panoplie est complétée par des ASM-1 & II antinavire d’origine Japonais.

 

Nacelle AN / AAQ-33 «Sniper » :

 

Le "Sniper ATP fournira une capacité de ciblage de précision pour localiser des cibles à l'aide de l'imagerie haute résolution et permettra également d’améliorer les capacités de reconnaissance aérienne. Le « pod » détecte, identifie automatiquement les cibles, puis le laser permet de désigner les  cibles tactiques à longue portée et permet  l'emploi des armes par guidage laser et guidage GPS contre des cibles multiples et mobiles.

Si sa fonction principale est d'assurer la désignation de cible pour des bombes à guidage laser, la nacelle « Sniper" peut aussi servir de nacelle de reconnaissance tout temps grâce à son FLIR et un caméra CCD embarquée.

 

mitsubishi-f2_2.jpg

 

Photos : Le Mitsubishi F-2 @ Koryio Sakura

 

 

10/08/2015

Sikorsky S-70 pour la marine brésilienne !

 

247760217.jpg

 

Sikorsky a livré deux hélicoptères Sikorsky S-70B « Seahawk » (SH-16 au Brésil) à l amarine brésilienne. Ces hélicoptères ont été acheté en 2011 et doivent remplacer les actuels SH-3A « Sea King ».

Ces deux S-70B vont rejoindre les quatre premiers appareils en service à la station aéronavale de São Pedro da Aldea, près de Rio de Janeiro au sein de l’escadron HS-1 Guerreiro spécialisé dans la lutte anti-sous-marine, la lutte anti-surface (ASuW), les opérations de recherche et de sauvetage, l'évacuation médicale, et des missions de fret.

Les S-70B brésilien sont optimisés pour emporter le missile  anti- navire  AGA-119 «Penguin» MK3 conçu par Kongsberg Defence & Aerospace en Norvège. Le MK3 lors de son lancement à haute altitude peut d'abord agir en tant que « glidebomb ».  Puis utilisant son moteur-fusée pour étendre la portée, ou, idéalement, atteindre une vitesse maximale avant de frapper la cible pour une meilleure pénétration.

Le système S-70B Seahawk fournit aux marines internationales un hélicoptère multirôles Anti-Submarine Warfare (ASW) / Surface Warfare Anti (LAN) . Le modèle S-70B est un mélange de technologie éprouvée sur le terrain et d’avionique dérivé de l'hélicoptère MH-60R.  Le S-70B possède une avionique de Rockwell Collins glass cockpit. Ce système est intégré à un système Rockwell Collins de gestion de vol, y compris un système de navigation supérieure et doté d’un système intégré de communication. Le système de gestion des armes dispose  d’une architecture flexible et ouvert capable d'intégrer des armes indigènes et étrangères.

 

1798246017-1.jpg

Photos : Sikorsky S-70B SeaHawk brésiliens @ Sikorsky

La Royal Jordanian Air Force a choisi le Pilatus PC-9M !

 

 

 

800px-PC-9.jpg

 

Pilatus Aircraft Ltd est heureux d'annoncer que la Force aérienne Royal Jordanian (RJAF) a signé un contrat pour l'achat de neuf Pilatus PC-9M écoles. La commande comprend également un simulateur, du matériel de formation et un ensemble complet de soutien logistique.

 

Soucieux de moderniser ses installations de formation de pilotes, la RJAF a opté pour le Pilatus PC-9 M, sachant qu'il fournira des performances excellentes et un rapport coût-efficacité pour la formation de base et avancées de ces pilotes. L'ordre a été décerné après plusieurs années de négociations particulièrement difficiles, à partir des quelles  le PC-9 M a finalement émergé comme le vainqueur.

 

 

Le PC-9 M est un système de formation éprouvée et efficace déjà utilisé avec succès par de nombreuses forces aériennes dans le monde entier. Les PC-9 M  acquis par la RJAF seront prêt pour la livraison en janvier 2017.

 

Le Pilatus PC-9 est un avion d'entraînement biplace suisse construit par Pilatus Aircraft. Son moteur est un turbopropulseur pouvant atteindre 1 150 ch 850 kW et son hélice tourne à un régime maximal de 2 000 tr/min. Il a été mis en service en 1988. L'armée suisse l'utilise essentiellement pour des missions d'entraînement de la DCA avec le remorquage de cibles. Les pays utilisateurs sont : Angola 9, Arabie Saoudite 50, Australie 67, Birmanie 10, Bulgarie 6, Croatie 20, Irelande 8, Slovénie 12, Thaïlande 36.

 

 

 

pilatus aircraft,pc-9m jordanian air froce,avions école,blog défense,infos aviation,les nouvelles de l'aviation

 

 

 

Photos :Pilatus PC-9M @ Pilatus Aircraft

09/08/2015

Avions de combat, l’Iran nouvel eldorado ?

IRIAF-F-14.jpg

 

 

L’accord sur le nucléaire iranien signé à Vienne prévoit une levée des sanctions internationales prononcées par les Nations Unies, les Etats-Unis et l’Union européenne, en échange du renoncement à fabriquer la bombe nucléaire.  Du coup, l'armée de l'air iranienne se positionne déjà pour réorganiser son inventaire vieillissant.

 

Modernisation de la flotte de combat :

Pour la République islamique d'Iran Air Force (IRIAF), c’est l’occasion inespérée pou moderniser son arsenal qui comprend des aéronefs obsolètes datant d’avant la révolution de 1979 et dont un grand nombre ont été détruit lors de la guerre avec l’Irak.

Avant la révolution de 1979 les États-Unis ont fourni au Shah d'Iran environ 500 avions de combat de dernière génération pour l’époque, il s’agissait notamment de 79 Grumman F-14A « Tomcat » de 177 McDonnell Douglas F-4E, 32 F-4D et 16 RF-4E « Phantom II », auxquels il faut ajouter 141 Northrop F-5E/F « Tiger II ». Une flotte de Lockheed-Martin C-130 E/H « Hercules » et Boeing 707 de transports, des Lockheed-Martin P-3F « Orion » de patrouille maritime, et Boeing CH-47A « Chinook, ». Le tout agrémenté d’une flotte d’hélicoptères  Bell UH-1 « Iroquois », et de Bell AH-1 « Cobra ». Cette imposante flotte faisait de l’Iran l’une des forces aériennes les plus puissante de la région.

 

Les vendeurs aux portillons :

Le récent accord de vienne, aiguise donc l’appétit de plusieurs avionneurs. Si l’on a beaucoup parlé dans la presse du nucléaire iranien, les premières tractations en vue de fournir l’aviation iranienne ont été jusqu’ici très discrètes.

 

La Chine a mené une première offensive avec l’avionneur Chengdu Aircraft (CAC) qui propose la vente de 150 J-10B « Super Dragon Véloce » ainsi que les armes associées. La France a proposé une première offre qui concerne sa flotte de Mirage 2000 excédentaires, soit une petite vingtaine d’avions qui seront progressivement remplacés par le Rafale au sein de l’Armée de l’air. Moscou vient d’annoncer à son tour, qu’une double offre a été transmise à l’Iran en vue de lui fournir des MiG-35 et des Sukhoi Su-30MKI.

 

Commentaire :

L’Iran est redevenu un pays « fréquentable » et la levée des sanctions, lui permettra de renouveler  sa flotte d’avions ainsi que l’ensemble de ses systèmes d’armes par la même occasion. Cependant, on constate déjà que cette « nouvelle » confiance dans l’Iran, n’est pas perçue par tous de la même manière. Entre l’offre d’avions neufs de dernière génération et des aéronefs d’occasions, la perception du nouvel ami n’est pas la même et on le comprend.

 

F-4-Iran_Reuters.jpg

Photos : 1 Grumman F-14A « Tomcat » iraniens 2 McDonnell Douglas F-4 E « Phantom » iranien@ IRIAF

Inde & Russie, négociations sur le Sukhoi T-50!

4198372765.jpg

 

La Russie et l'Inde ont débuté les négociations définitives en vue du lancement et de l’acquisition de l’avion de combat Sukhoi T-50 PAK-FA a annoncé vendredi le ministre indien de la Défense Manohar Parrikar.

Fin juillet, Manohar Parrikar a annoncé que l'Inde avait investi 14,8 milliards de roupies (plus de 212 millions d'euros) dans la mise au point, conjointement avec la Russie, du chasseur polyvalent T-50 (PAK FA) de cinquième génération, connu en Inde comme le FGFA.

Les livraisons duT-50 aux forces aériennes indiennes doivent débuter 94 mois après la signature du contrat, mais ce dernier n'est pas encore signé.Selon le ministère russe de la Défense, les premiers avions seront livrés à l'armée russe en 2016.

 

Le projet PAK-FA trouve son origine dans les années 1990, lorsque la Russie décide de lancer deux programmes, afin, de remplacer les MiG-29 et les Su-27. L’un concernait un biréacteur lourd, l’autre un monoréacteur léger. Le premier projet donnera naissance au Sukhoi S-37 «Berkut» et l’autre au MiG 1.44.

Sukhoï sera en définitive choisi sur la base de son démonstrateur le 26 avril 2002, évinçant MiG. C’est le lancement du programme PAK-FA. L’Inde est devenue un partenaire financier à 50% et apporte son expérience dans le domaine de l’informatique et des matériaux composites. L’avion disposera également d’un OSF et d’une fusion des données. Le moteur choisit est le NPO Saturn 117S de 14,5 tonnes de poussée.

 

2499534338.jpg

Photo : Sukjhoi T-50 PAK-FA