25/09/2015

Nouveau succès pour le drone Hermes 900 !

3337775121.jpg

 

 

 

Elbit Systems a annoncé ce vendredi avoir remporté un nouvel appel d’offre pour son drone Hermes 900. Le nom du client n’est pour l’instant pas divulgué. Le contrat est estimé à près de 70 millions de dollars. Selon Elbit Systems, les premiers drones Hermes 900 seront livrés d’ici 12 mois à un client en Amérique Latine.

 

Un 7ème succès :

Le drone Hermes 900 vient de remporter son septième succès, soit le sixième à l’exportation. Après Israël, le Brésil, le Chili, la Colombie le Mexique et dernièrement la Suisse un nouveau client est à l’ordre du jour.

 

Le système Hermes 900 :

Le rapport coût/qualité du drone Hermes 900 semble avoir une fois de plus jouer en sa faveur. L’Hermes 900 a été conçu comme un dérivé de la famille Hermes d’Elbit Systems, il a effectué son premier vol en décembre 2009. Il est un dérivé de la famille «Hermes» 450.  Dérivé du Hermes 450, le 900 hérite d’un bloc de construction fiable de l'équipement de soutien au sol, des charges utiles et des contrôles de mission au sol, tout en élargissant l'enveloppe de vol et de l'endurance à des niveaux supérieurs. Le décollage et l’atterrissage sont entièrement automatiques.

Parmi les fonctionnalités clés offertes par ce drone, on trouve l'endurance, l'altitude de vol de 30’000 pieds et une capacité de charge utile importante jusqu'à 350 kg.Iil est capable d'accueillir jusqu'à 250 kg de charge en soute avec une charge utile modulaire. L’avionique est innovante, ainsi que ses systèmes électroniques, un moteur ROTAX à faible bruit, le train d’atterrissage est escamotable.

L’Hermes 900 emploie une  station au sol pour le contrôle, basée sur l’expérience du modèle 450, le nouvel aéronef bénéficie de la logistique et de la réduction des coûts opérationnels.

Un ensemble de capteurs comprend : la cartographie électro-optique et les systèmes de numérisation de zone (LASSO) avec une charge utile hyperspectrale à pouvoir d’identification de systèmes (véhicules, éléments divers en mouvement). La taille du drone permet le déploiement d'autres capteurs comme par exemple,  a communication sécurisée SIGINT, qui inclut le COMINT Skyfix / DF et Skyfix-G et les systèmes GSM.

Pour la configuration d'attaque électronique le drone comprend un système de brouillage SKYJAM pour les communications et AES 210 V/V2 ESM (ELINT) pour les systèmes électroniques.

L’Hermes 900 utilise un ensemble de données intégrées de communication par satellite, permettant de lier les opérations au-delà de la ligne de mire et dans les zones montagneuses, où la ligne de visée UAS SATCOM est restreinte.  

 

38687886.jpg

Photos : Elbit Systems Hermes 900 @ P.Kummerling

 

 

.

24/09/2015

Un Super F-15 pour compenser le manque de F-22 ?

yourfile.jpg

 

Le chef du commandement de combat l’US Air Force voudrait relancer la production du Lockheed-Martin F-22 « Raptor », afin de pouvoir contrer efficacement, l’arrivée de nouveaux avions de combat russes et chinois. Mais cette idée est en soi un rêve qui ne se réalisera pas.

 

Boeing offre un « Super F-15 » :

Parfaitement conscient de la situation actuelle, l’avionneur Boeing travaille sur une solution basée sur des améliorations de l’actuel F-15.  Pour Boeing, il s’agit de reprendre les travaux engagés sur le « Silent Eagle » mais avec une capacité d’emport d’armement élargie. Le concept de Boeing « F-15 2.040C » doit permettre d'étendre la durée de vie de la quatrième génération F-15C en service au sein de l’US Air Force, afin de renforcer la cinquième génération d’avion de combat.  La version 2. 040C permettrait également, selon les études de Boeing, de doubler le nombre de missiles à par avions.

 

1692004897.jpg

Un kit de modernisation :

Pour transformer une partie de la flotte actuelle de F-15C/D, Boeing prévoit un paquet de mesures qui comprendraient une mise à niveau du radar Raytheon APG-63 (V) 3 radar à balayage électronique actif avec une nouvelle suite de guerre électronique dénommée EPAWSS «  Eagle Passive/Active Warning Survivability », et un capteur IRST et une liaison de données améliorée permettant  de travaillant en binôme avec le F-22.

Le F-15 ainsi modernisé, offrirait la possibilité de travailler directement avec le F-22 en appuis avec une forte capacité de tir grâce au transport de missiles accrut, mais il permettrait également de fonctionner de manière plus furtive avec l’armement monté dans les trappes. La particularité résident dans le fait, qu’il sera possible en fonction de la mission, de choisir entre le transport en interne ou de revenir au transport traditionnel, emport de carburant et armes en externes.

 

Un défi :

Il semble donc que les Etats-Unis se retrouvent avec un véritable défi en ce qui concerne la supériorité aérienne d’ici les quinze à vingt prochaines années, entre les soucis du F-35 et le maintien d’une partie de la flotte de F-15 et peut-être même des A-10 et autres F-16, il va falloir choisir quoi retirer et si, il faut moderniser certains aéronefs.

 

531907724.jpg

Photos : 1F-15 2.040C  2 Silent Eagle 3 Trappes d’armement @Boeing

Premier fuselage du Bell V-280 « Valor » !

 

 

 

yourfile.jpeg

 

 

Spirit AeroSystems se prépare à expédier le premier fuselage du Bell V-280 au Texas, à l'usine de Bell Helicopter pour l'assemblage final.

Le Bell V-280 «Valor» dont le design a été présenté pour la première fois le 10 avril 2013, lors de l'Army Aviation Association of America Annual Professional Forum and Exposition à Forth Worth au Texas. Le V-280 est un aéronef multi-rôle susceptible de répondre au programme «Vertical Lift Program» du département de la Défense. L'armée américaine et le ministère de la Défense sont en effet, à la recherche d’un hélicoptère capable à l’avenir de voler a une vitesse de 230 nœuds, en lieu et place des 140 actuels.

Le concept du V-280 «Valor» est basé sur la gamme des «tilt-rotor» de troisième génération, fortement inspiré du V-22, mais légèrement plus petit. Une des grosses différences avec le V-22 est que les moteurs du V-280 seront fixes et ne pivotent pas avec le rotor, ce qui réduit la complexité et le nombre de pièces mobiles.

Le Bell V-280 «Valor» à rotors basculants doit offrir selon son concepteur, les plus hauts niveaux de maturité et de préparation technique. Le Bell V-280 aura la capacité d'effectuer une multitude de missions avec une vitesse inégalée avec une grande agilité. 

 

 

Spécifications de l’appareil :

    Vitesse de pointe de 280 nœuds

    Autonomie maximum : 2100 nm

    Autonomie en mission : 500-800 nm

    Contrôles de vol fly-by-wire à triple redondance

    Trains rétractables

    Deux portes latérales de 1,80 m de largeur

 

1526441_-_main.jpg

Photos : 1 Premier fuselage du V-280 2 Image de synthèse @ Bell Helicopter

 

23/09/2015

L’Eurofighter prépare le tir du Storm Shadow !

1642925_-_main.jpg

 

 

L’intégration finale du missile «Storm Shadow» sur l’Eurofighter est phase terminale, un Eurofighter d’essais n° IPA  italien, est arrivé à l'usine de BAE Systems à  Warton dans le nord de l'Angleterre, afin, de débuter les essais de tir réel du missile de croisière « Storm Shadow » de MBDA. La série de tirs doit finaliser la qualification du missile sur l’avion européen.

L’avion d’essais IPA2 va emporter le missile MBDA « Storm Shadow »  sous l’aile droite, une nacelle caméra sous le ventre,  afin de vérifier la parfaite séparation du missile avec l’avion.

 

Rappel :

La première série d'essais au sol, a été réalisée en Italie avec un Eurofighter IPA2 équipé avec deux « Storm Shadow ». Ces essais ont permis de valider la compatibilité électromagnétique, ainsi que la bonne liaison des systèmes électriques. L’avion porteur, un Eurofighter IPA2 italien déployé sur les installations de Decimomannu en Italie,  a volé est testé l’intégration du «Storm Shadow».  Ces essais ont permis de récolter les informations nécessaires pour la finalisation des logiciels.

 

Le Storm Shadow : 

Le missile de croisière conventionnel autonome à longue portée de type «Storm Shadow», dénomination anglaise du «SCALP» soit :  arme de précision tirée à grande distance, est un missile est un missile de croisière développé par MBDA. Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne grâce à ses caractéristiques de furtivité.  Ce missile «fire and forget» est programmé avant le lancement. Une fois largué, il ne peut être contrôlé, sa cible modifiée ou être autodétruit. Sa mission est préparée au sol, en définissant sa cible et les zones de défense adverse. Le missile suit une route de façon quasi-autonome, en vol à basse altitude en suivant le relief en utilisant le GPS et le recalage altimétrique. A proximité de la cible, le missile remonte jusqu'à une altitude optimale permettant d'identifier au mieux la cible. Sa coiffe est éjectée pour permettre l'utilisation de sa caméra infrarouge à haute résolution lui permettant d'identifier la cible. Si le missile ne parvient pas à identifier la cible prévue et qu'il existe un risque de dommages collatéraux il peut alors décider de s'écraser dans une zone déserte.

 

2936958190.jpg

Photos : 1 l’IPA2 avec les Storm Shadow à Warton 2Essais en en vol en Italie @ Airbus DS

22/09/2015

Le premier F-35A destiné à la Norvège !

 

 

lockhed-martin,f-35a,norvège,blog défense,infos aviation

 

 

Le premier des 52 F-35A « Lightning II » de Lockheed-Martin destiné à la Norvège est sorti de la chaine d’assemblage de Fort Worth au Texas.

L’avion nommé AM-1 a été construit dans le cadre de la production initiale à faible cadence (PIFC) du lot 7 de production.  Il s’agit du premier avion destiné à la Norvège et marque ainsi, une étape en vue du remplacement au sein de la Royal Air Force norvégienne (RNoAF) des 55 Lockheed-Martin F-16AM/BM d’ici la fin de 2024.

Une fois les essais au sol et en vol réussi, l’AM-1 sera maintenu aux Etats-Unis pour la formation des pilotes dans le cadre de la flotte internationale à Luke Air Force Base (AFB) en Arizona avant d'être livré à la Norvège en 2017.

 

 

lockhed-martin,f-35a,norvège,blog défense,infos aviation

 

La Norvège a rejoint le programme F-35 en tant que partenaire de niveau 3, au cours du développement du système du projet et de démonstration (SDD). Le pays a sélectionné le F-35 en octobre 2008. A ce jour, la Norvège dispose d’un plan de financement pour 22 F-35 sur les 52 avions prévus. D'autres contrats de financement et d'approvisionnement seront signés annuellement selon le gouvernement norvégien.

 

Un bon vieux parachute :

Les F-35 seront dotés d’un parachute de freinage « à l’ancienne » installé à l'intérieur d'une gousse à l'arrière du fuselage. Cette modification permettra au F-35 de s’arrêter sur les pistes glacées du pays. Les F-35 norvégiens seront principalement basés à Orland dans le centre de la Norvège.

 

 La Norvège et le F-35 :

La Norvège a rejoint le programme F-35 en tant que partenaire dans le développement du système et de la phase de démonstration. En novembre 2008, le gouvernement norvégien a choisi le F-35 en remplacement de la flotte de F-16. En 2011, le gouvernement a approuvé l'acquisition de quatre avions d'entraînement avec les deux premiers F-35A conventionnels.

L'industrie locale bénéficie déjà de ce programme, Kongsberg développe le missile d'attaque interarmées pour l'intégration sur le F-35, afin d’étendre les capacités de lutte antisurface.

Le coût total du programme F-35 norvégien est estimé à près de 62,6 milliards de couronnes (10,65 milliards de dollars). Il s’agit de la plus grosse dépense jamais réalisée en matière d’armement pour ce pays.

 

21135_img___2012061512041.jpg

Photos : 1 & 2 Le premier F-35 norvégien avant et avec peinture 2 Image de synthèse F-35 norvégien et missile Kongsberg @Lockheed-Martin