28/11/2016

Bombardier a livré le premier CS300 à Air Baltic !

cs300-airbaltic-5.jpg

Bombardier Avions commerciaux a annoncé aujourd’hui la livraison du premier avion CS300 à l’exploitant de lancement Air Baltic Corporation AS (airBaltic), transporteur national de la Lettonie. Le CS300 est la variante de plus grande taille des avions C Series entièrement nouveaux de Bombardier et est conçu pour transporter de 130 à 150 passagers. La remise de l’avion à airBaltic a lieu seulement cinq mois après l’entrée en service réussie de la variante CS100 des avions C Series.

« Nous sommes enthousiastes de rapporter chez nous le premier avion CS300 – le membre le plus récent de la gamme d’avions de ligne la plus novatrice et la plus évoluée sur le plan technologique dans le monde », a affirmé Martin Gauss, président-directeur général d’airBaltic. « Avec sa plus grande autonomie, sa plus faible consommation de carburant et ses émissions sonores réduites comparativement aux autres avions  de son segment, l’avion CS300 permettra à airBaltic d’ouvrir de nouvelles liaisons et de connecter des gens dans toute l’Europe, tout en offrant aux passagers une expérience en vol inégalée. »

« Je tiens à féliciter toute l’équipe de Bombardier; nous sommes fiers de collaborer avec vous à cette grande réalisation », a ajouté M. Gauss.

La famille CSeries :

La famille d’avions CSeries est optimisée pour le segment de marché des appareils de 100 à 150 places avec un rendement particulièrement économique et des performances exceptionnelles. Composée de l’avion CS100 et de l’avion CS300 de plus grande capacité, la gamme d’avions CSeries constitue une fusion de la performance et de la technologie. Les sociétés aériennes peuvent maintenant exploiter des liaisons auparavant non rentables ni même possibles. L’amélioration de la distance franchissable de plus de 20 % sur des aéroports en haute altitude et au climat chaud, comme Denver, Mexico ou Lhassa est maintenant confirmée.

Bombardier a établi une nouvelle norme en fait de conception et de polyvalence de la cabine pour assurer une expérience pour les passagers incomparable. Dotés de sièges, de coffres de rangement et de hublots plus grands, les avions CSeries proposent une sensation d’espace digne des gros-porteurs qui procure aux passagers un confort inégalé.

Les avions CS100 et CS300 ont en commun plus de 99 pour cent de leurs pièces, ainsi que la même certification de type de pilote. Le moteur PurePowerMD PW1500G de Pratt & Whitney, combiné à l’aérodynamisme évolué de l’avion, permet une réduction de la consommation de carburant, du bruit et des émissions, faisant des avions CSeries les avions les plus conviviaux pour les collectivités.

bombardier,cs300,air baltic,cseries,compagnies aérinnes,nouveaux avions de ligne,les nouvelles de l'aviation

 

Photos : CS300 d’Air Baltic @ Bombardier

27/11/2016

La Royal Thai Navy teste le H145 sur ses navires de surface !

1651705_-_main.jpg

La Royal Thai Navy (RTN) a terminé avec succès une série d'essais d'atterrissage sur pont à bord de son navire le HTMS Angthong (791). Cette première phase doit permettre l’intégration de l’hélicoptère Airbus H145 sur les bâtiments de surface de la Marine de guerre thaïlandaise.

Les essais ont été conduits le 22 novembre au large de la côte de Pattaya et ont impliqué un hélicoptère airbus H145 du 202e Escadron de l'Aviation Navale confirmé. A ce jour cinq hélicotpères de type H145 ont été commandés en vertu d'un contrat en2014 avec Airbus Helicopters. Les cellules ont été mises en service au début de novembre 2016.

Selon Airbus Helicopters, les H145M de la RTN ont été équipés pour une série d'opérations militaires comprenant des missions de recherche et de sauvetage (SAR), de reconnaissance et d'évacuation médicale. Les hélicoptères sont alimentés par des moteurs Turbomeca Arriel 2E et sont équipés d'un système de radar météorologique, de crochets de chargement et d'un système interne de réservoirs de carburant longue portée. La Royal Thai Navy a également confirmé que les hélicoptères ont été équipés de deux mitrailleuses.

Le H145 :

Le H145M est conçu à partir de la version civile et parapublique modernisée du H145 (anciennement dénommé EC145 T2 sous Eurocopter). Avec une masse maximum au décollage en augmentation (3 700 kilos), il peut être équipé d'équipements de mission, notamment d'un canon latéral monté sur pivot, il peut transporter des armes sur des mâts multifonctions ; des capteurs électro-optiques/infrarouges avec moyen de repérage d'objectifs ; ainsi que des solutions d'avionique militaire pour les communications, la navigation et la gestion de vol.

Équipé d'un dispositif de descente sur corde pour les opérations spéciales, le H145M bénéficie d'une capacité de survie améliorée par la protection balistique de l'équipage, des réservoirs de carburant auto-obturant et un système de guerre électronique d'autoprotection contre les menaces de missiles.

Bénéficiant de la robustesse, des faibles coûts d'exploitation et de la disponibilité élevée des hélicoptères éprouvés de la famille EC145/H145 d'Airbus Helicopters, le nouveau H145M est doté de moteurs Turbomeca Arriel-2E, un système numérique de régulation des moteurs à pleine autorité (FADEC) sur deux canaux, un rotor de queue caréné Fenestron®, ainsi que des boîtes de transmission modernisées pour les rotors principal et de queue. La masse maximum au décollage de cet hélicoptère modernisé est augmentée de 50 kg, tandis que ses performances en vol stationnaire - même avec une seule turbine opérationnelle - sont cruciales pour la sécurité en vol et le succès des missions, en particulier dans le cadre d'opérations spéciales ou de recherche et de sauvetage au combat.

 

13043507_770964663039237_8043246945478816132_n1.jpg

Photos : 1 Essais sur le HTMS Angthong 2 H145 de la RTN @ RTN

Le Breitling Jet Team a conquis l’Amérique !

unnamed-1.jpg

La plus grande patrouille professionnelle civile volant sur jets a achevé la tournée de deux ans aux Etats-Unis et au Canada qui a marqué sa première incursion sur le sol américain. Au cours de ce «Breitling Jet Team American Tour», les pilotes des sept L-39C « Albatros » ont enthousiasmé les foules grâce à leurs spectacles d’acrobatie, où les avions évoluent à moins de 3 mètres les uns des autres, à près de 700 km/h. Après avoir participé à 30 shows aériens, offert au public 70 démonstrations, touché terre dans 35 Etats américains et parcouru près de 46 300 kilomètres, l’ambassadeur de la marque horlogère suisse indépendante Breitling a pris congé du Nouveau Monde les 21-23 octobre lors du premier Breitling Huntington Beach Airshow, en Californie.

«L’American Tour a été une expérience absolument incroyable», explique Jacques Bothelin, leader du Breitling Jet Team. «Nous avons eu la chance de pouvoir partager la passion de Breitling pour l’aviation avec des centaines de milliers de fans et de vivre des moments inoubliables, comme le survol de Manhattan.»

Le Breitling Jet Team a effectué des vols spectaculaires au-dessus de quelques-uns des lieux les plus mythiques des Etats-Unis, comme le Grand Canyon, le Mont Rushmore, le Golden Gate Bridge, le Zion National Park et Monument Valley. La patrouille a pu faire la démonstration de son savoir-faire et de son professionnalisme en embarquant des passagers d’exception, dont Mark Kelly, ancien de l’U.S. Navy et ex astronaute de la NASA. Des pilotes appartenant aux U.S. Navy Blue Angels et aux Snowbirds des Forces canadiennes ont également eu le plaisir de fendre les airs avec le Breitling Jet Team – une fois n’est pas coutume, sur le siège passager.

«Une patrouille française volant sur des jets tchèques et soutenue par une marque horlogère suisse, c’était une grande première pour les autorités américaines. Mais après avoir admiré ses performances en Europe, je savais que nous devions faire venir le Breitling Jet Team aux Etats-Unis», explique Jim DiMatteo, ancien de l’U.S. Navy et directeur du Breitling Jet Team American Tour. «Nous avons étroitement collaboré avec la FAA (Federal Aviation Administration) pour négocier un nouveau cadre permettant à la formation de se produire en Amérique du Nord. Il a fallu beaucoup de travail et de détermination, mais je suis très fier du résultat.»

Breitling a constitué le Breitling Jet Team il y a 13 ans pour faire partager sa passion de la voltige aérienne à un vaste public. Avec ses engins rapides et puissants, pilotés par des as du ciel, cette formation unique en son genre est une parfaite illustration des valeurs chères à la marque: performances, précision, recherche esthétique et innovation.

Le Breitling Jet Team American Tour en quelques chiffres :

*     46 300 km parcourus

*     255 atterrissages

*     Escales dans 35 Etats

*     Participation à 30 shows aériens

*     70 démonstrations acrobatiques

*     220 heures de vol

 

 

26/11/2016

Air Calédonie a reçu son premier ATR 72-600 !

12324.jpg

Air Calédonie a pris ce jour livraison du premier de ses 4 appareils ATR 72-600, à l'occasion d'une cérémonie organisée dans les locaux toulousains d'ATR. L'ATR 72-600 d'Air Calédonie accueillera 68 passagers en classe unique, et sera exploité sur le réseau intérieur de la Nouvelle-Calédonie.

Un partenariat unit Air Calédonie à ATR depuis 1986, avec l'entrée en service du premier ATR 42, qui était destiné à développer les liaisons inter-îles. Aujourd'hui, 30 ans plus tard, avec l'entrée en service des turbopropulseurs ATR 72-600 de dernière génération, la compagnie va compléter et progressivement remplacer sa flotte d'ATR actuelle, et ce faisant augmenter sa capacité de transport de passager tout en offrant le plus haut niveau de confort à ses clients. 

Le nouvel ATR 72-600 devrait effectuer son premier vol commercial le 7 décembre prochain, entre les aéroports néocalédoniens de Magenta et de Koné, liaison qu'il assurera ensuite à une fréquence moyenne de 26 vols aller-retour hebdomadaires. 

 

Photo : ATR 72-600 Air Caledonie @ ATR Aircraft

La Nouvelle-Zélande va remplacer ses P-3 « Orion » !

1289044751.jpg

 

La Nouvelle-Zélande a défini ses priorités en matière d'acquisition de défense pour la prochaine décennie avec en priorité le remplacement de ses avions de patrouille maritime (MPA) Lockheed-P-3 « Orion ». La seconde étape concernera les avions de transport tactique.

Le premier objectif concerne donc le remplacement des 6 Lockheed-Martin P-3K2 « Orion » de la RNZAF dans le milieu des années 2020. Bien que ces appareils aient été continuellement améliorés au cours de leur vie, avec notamment une ultime modernisation qui est actuellement en chantier, la durée de vie des cellules arrive progressivement à expiration.

Nouvel avion, nouvelles missions :

En plus de la mission traditionnelle de guerre anti-sous-marine et recherche et de sauvetage. Le nouveau type d’avion devra permettre également la conduite de l'air avec la surveillance de la zone économique exclusive néo-zélandaise et du domaine maritime. Ces missions vont comprendre la surveillance des activités de pêche légales et illégales.

Les prétendants :

Trois avionneurs ont déjà fait connaître leur intérêt à concourir pour cette compétition, il s’agit de Boeing avec son P-8A « Poseidon », Saab/Bombardier avec l’Espadon (Swordfish) et le japonais Kawasaki avec le P-1.

Le Kawasaki P1 :

t8p2i9gr.jpg

La petite surprise concerne l’offre japonaise, en effet, le Japon a assoupli sa législation, afin de pouvoir désormais exporter son matériel militaire. La Kawasaki P-1 est un aéronef maritime spécialement conçu sans équivalent civil et a été conçu dès le début pour ce rôle. Il a la particularité d'être le premier avion opérationnel dans le monde à faire usage d'un « Fly-By-Light »système de contrôle. Le P-1 est entré en service au sein de la Self Defense Maritime du Japon (JMSDF) en remplacement du P-3C « Orion » en 2013. Le P-1 est équipé de différents capteurs pour permettre à l'avion d'effectuer son principal objectif la détection de sous-marin et navires de surface. Il est doté d’un radar Toshiba HPS-106 à antenne active (AESA) qui utilise un total de quatre antennes pour fournir une couverture de 360 degrés. L’avion est doté de systèmes de détection infrarouge pour la détection de surface. Le P-1 est également équipé d’un détecteur d’anomalie magnétique (MAD) intégré dans la queue de l'avion. Il peut déployer des bouées acoustiques. La particularité de l’avion japonais est d’être doté d’une intelligence artificielle (AI) qui fournit une aide aux opérateurs. Les armes disponibles sur le P-1 comprennent des torpilles, mines de profondeur, grandes et missiles air-surface.

Le Saab/Bombardier Espadon (Swordfish) :

swordfish-front-calm-sea234.jpg

Le système Saab/Bombardier Swordfisch (Espadon) s'appuie sur les nouveaux systèmes de commandement et de contrôle mis au point pour le GlobalEye, qui sont en phase de production. En effet, plus de 60% du système est commun. La configuration de l'Espadon comprend quatre consoles d'opérateur, bien que jusqu'à six peuvent être installées si nécessaire. La cellule de l’avion basée sur le Bombardier Global 6000 est équipée de Capteurs "secs" avec le radar AAES Finmeccanica-Selex ES Seaspray 7500E Spinning à antenne active (AESA) couplé à un systèmes FLIR Star SAFIRE électro-optique. Le système est doté de mesures de soutien électronique complets et des systèmes d'autoprotection. Un système d'identification automatique simplifie le travail des opérateurs avec un IFF (d'identification ami ou ennemi). Pour les fonctions anti-sous-marines, le système "humide" comprend une centaine « sonoboules » distribuées par un lanceur rotatif dans la section non pressurisée du fuselage arrière et deux tubes chargés manuellement dans la cabine sous pression. Le poids combiné des bouées est d'environ 3 750 lb. Typiquement, quatre points d'appui sont fournis sous les ailes, bien que six soient possibles sur le Global 6000, qui peut être chargé avec des armes telles que des missiles antinavires ou des torpilles. Saab entreprend tous les travaux d'intégration et de test associés aux nouveaux systèmes, avec l'aide de Bombardier.

Le Boeing P-8A :

1979557705.jpg

 Le P-8A "Poseidon" est un avion de longue portée de lutte anti-sous-marine (ASM) et antisurface (LAN), renseignement, surveillance et reconnaissance (RSR). Le P-8A est capable de longues patrouilles proche et loin des côtes.

Le P-8A "Poseidon" est conçu pour assurer l'avenir de la Marine à long rayon d'action dans les missions de patrouille maritime. Le P-8A offre une plus grande capacité de combat et demande moins d'infrastructure tout en se concentrant sur la réactivité et l'interopérabilité avec les forces traditionnelles. L’avion peut échanger ses informations avec l’ensemble des bâtiments de surface, sous-marins, avions et drones en service dans l’US Navy.

Pour Boeing, le choix de base d’une cellule de B737 NG permet une importante réduction des coûts, le constructeur estime cette base permettra de décliner d’autres versions du P-8A afin de remplacer plusieurs appareils actuellement en services et destinés à des opérations spéciales. Pour Boeing, il sera possible par exemple de remplacer les B707 et autres C-130 spécialisés dans les domaines de l’écoute électronique, commandement volant, guerre psychologique (PsyOps), brouillage. Cet avion est équipé de liaisons 11 et 16 et de systèmes internet, doit agir dans un concept de guerre en réseau en collaboration avec des drones.

 

Photos : 1 P-3 RNZAF @ RNZAF 2 Kawasaki P-1 @ JMSDF 3 Saab Swordfish @ Saab 4 P-8A @ Boeing