25/08/2016

La Royal New Zealand Air Force modernise ses P-3 !

20051119_029-NZ4202-Lockheed-P-3K-Orion-of-5-Sqn-RNZAF-at-RAAF-Pearce-2.jpg

Wellington, la Royal New Zealand Air Force (RNZAF) a lancé un programme de modernisation de sa flotte d’avions de patrouille maritime de type Lockheed P3K2 « Orion ». C’est Boeing qui a été choisi pour la réalisation de la mise à jour. Le contrat est estimé à près de 35 millions de dollars.

Au total se sont cinq appareils qui sont concernés par cette modernisation. Cette mise à jour doit permettre de maintenir le petite flotte opérationnelle jusqu’en 2020, date à laquelle le ministère de la défense de la Nouvelle-Zélande prévoit de lancer un programme de remplacement.

En attendant mieux, les Lockheed P-3K2 « Orion » de la RNZAF seront dotés d’améliorations en ce qui concerne les logiciels du radar, de nouvelles radios et des systèmes acoustiques améliorés. Les systèmes de guerre-électronique seront également mis à jour.

Lockheed P-3C « Orion » :

La version finale, P-3C, conserva la cellule et la motorisation de la version précédente, le P-3B, mais fut équipée d'un nouveau système de lutte anti-sous-marine et d'un Air Tactical Data Systems. Entre 1974 et 1984. Le P-3C peut emporter diverses armes dont des missiles AGM-84 « Harpoon » sur des points de charges externes, 4 torpilles Mk.46 ou 2 bombes sous-marines Mk.101 en soute et peut aussi utiliser des bouées acoustiques.

 

Photo : Lockheed P-3K2 « Orion »@ RNZAF

 

 

Entrée en service du H175 au Mexique !

H175_Fernando-Dominguez.jpg

Mexico, la société Transportes Aéreos Pegaso, spécialisée en transport aérien pour l'industrie de l'énergie dans le Golfe du Mexique, vient de prendre livraison auprès d’Airbus Helicopters de son premier H175 de la classe des 7 tonnes. Le nouvel hélicoptère sera non seulement exploité pour le transport destiné à l'industrie du pétrole, mais aussi de soutenir des activités d'exploration sismique dans les eaux mexicaines du Golfe du Mexique.

L’Airbus H175 :

Le H175 (AC352 en Chine) dispose d’une technologie de pointe qui a fait ses preuves. Il a été conçu en coopération avec les opérateurs les plus exigeants pour atteindre les plus hauts niveaux de sécurité en matière de transport de passagers. Ceci englobe une protection de l’enveloppe de vol et d’une assistance au pilotage exceptionnel avec le pilote automatique quatre axes dual duplex le plus performant du marché, dérivé de celui du H225, ainsi qu’une nouvelle avionique dotée d’une interface homme-machine optimisée. La charge de travail des pilotes est réduite grâce à une meilleure connaissance de l’environnement opérationnel et à l’utilisation d’un nouveau concept d’alarme associé à la puissance du système de surveillance intégré VMS (Vehicle Monitoring System).

Le H175 offre un niveau de confort exceptionnel grâce à son rotor « Spheriflex » et un très faible niveau de vibrations, similaire à l’appareil de référence en la matière, le H155. Il est doté de la plus grande cabine de sa catégorie, avec des fenêtres de très grandes dimensions et un système de climatisation performant en vol. Grâce à ses réservoirs de carburant internes standard d’une capacité de plus de 2 tonnes et à sa grande cabine, le H175 est l’hélicoptère le plus performant dans la catégorie des 7-8 tonnes pour les missions de recherche et sauvetage. Il affiche le meilleur rapport rayon d’action/endurance et dispose d’une cabine dont le volume convient idéalement aux interventions de recherche et sauvetage (SAR) et d’évacuation sanitaire (EVASAN).

 

4035793557.jpg

Photos : 1 Le premier H175 livré au Mexique 2 le H175 @ Airbus Helicopters

24/08/2016

Le F-35 block 3F testé !

12187775_978952018817075_5150452574881133453_n.jpg

Lockheed-Martin vient de terminer une importante phase d’essais avec de l’armement et le nouveau logiciel block 3F. Au total se sont pas moins de douze types d’armes qui ont été être tirées avec l’appareil.

Des F-35 basé à Edward ont réalisé plusieurs séries de vol avec des tirs. Ceux-ci ont permis de valider la séparation avec l’avion avec précision. Une trentaine de systèmes d’arme comme le Raytheon AIM-120C7 « AMRAAM », des AIM-9X « Sidewinder » ainsi que des bombes Boeing JDAM (Joint Direct Attack Munition) ainsi que des bombes Paveway de divers calibres ont pu être tirées.

Cependant, les capacités offensives du F-35 sont encore restreintes et les livraisons de F-35 ayant une pleine capacité ne pourront pas être effectuées avant deux ans au minimum selon les responsables de Lockheed-Martin.

 

Photo : F-35A avec bombes Paveway et missiles AIM-9X @ Lockheed-Martin

23/08/2016

Lockheed-Martin, une centaine de C-130J à produire !

4567.jpg

Lockheed-Martin a reçu un montant de 10 milliards de dollars en vue de la production d’une centaine d’avions de transport de type C-130J « Super Hercules ». Ces appareils seront livrés pour l’US Air Force, l’US Navy, l’US Marines Corps, ainsi que de nombreux clients étrangers. La production du C-130 a commencé au début des années 1950. La dernière génération de l’avion a commencé à être livrée en 1998.

Le C-130J « Super Hercules » :

Le C-130J «Super Hercules» est la version la plus avancée du célèbre  C-130 cargo,  il incorpore une technologie de pointe pour réduire les besoins en personnel, de fonctionnement de soutien avec des coûts de cycle de vie plus actuel que pour les anciens C-130. Le modèle dispose également d'une maniabilité accrue et une manutention plus courtes. Il est doté de nouveaux moteurs Rolls-Royce Allison AE 2100D3 dotés d’hélices à six pales.

Du point de vue de l’extérieur, le C-130J semble n’être qu’une version allongée du célèbre Hercules, cependant, il est équipé d’un poste de pilotage informatisé permettant de réduire le nombre de pilotes à deux. Il a une capacité de 26.000 kg de carburant et il est configuré pour recevoir des réservoirs additionnels de 11.000kg de carburant.

Les nations qui exploitent actuellement le C-130J sont : l’Australie (Royal Australian Air Force), le Canada (Royal Canadian Air Force), le Danemark (Royal Danish Air Force), l'Inde (Indian Air Force), l'Irak (armée de l'air irakienne), Israël (Israeli Air Force), Italie (Italian Air Force ), Corée (République de Corée Air force), le Koweït (Koweït Air force), la Norvège (royal Norwegian Air force), Oman (royal Flight of Oman et la royal Air force d'Oman), Qatar (force Qatari Air), la Tunisie ( Tunisie Air force), le Royaume-Uni (royal Air force), et les États-Unis (USAF, y compris le service actif, la Garde nationale aérienne et Air force Reserve Command, de la Garde côtière des États-Unis, et USMC).

 

Photo : C-130J « Super Hercules »@ Lockheed-Martin

Simulateur d’Apache pour la Corée du Sud !

LCT (00000002)_high-res.jpg

Boeing a livré à la République de Corée du Sud le premier simulateur de l’AH-64 E Apache block III. Ce simulateur complet va permettre compléter la formation des futurs équipages de l’hélicoptère de combat. Les premiers AH-64 E « Apache » seront livrés d’ici la fin de cette année.

Le système de simulateur utilise la dernière version de logiciel de vol de l'Apache. Les modèles de simulation de vol et de l'avionique de dernière génération permettent de créer un environnement de formation précis, qui augmente la préparation aux missions. L’ensemble des missions peuvent être simulées avec la palette d’armement disponible. La navigation, le vol sans visibilité et la gestion des pannes pourront être entrainés dans un environnement terrain réaliste typique du pays.

Rappel :

La Corée du Sud avait annoncé le choix du Boeing AH-64 E « Apache » dans le cadre du programme AH-X en avril 2013. Séoul a passé commande pour un premier lot de 36 appareils pour un montant estimé à 1,6 milliards de dollars.

L’Apache E block III est la variante la plus avancée de l'hélicoptère d'attaque. Il dispose d’une avionique et d’un système d’arme amélioré. L’appareil dispose d’une meilleure interopérabilité avec les systèmes aériens sans pilote (drones). Ceci comprend un JTRS (Joint Tactical Radio System), de nouvelles commandes électriques, le nouveau radar de contrôle de tir « Longbow block III ». L’appareil dispose également d’une capacité en réseau permettant une connectivité avec l’ensemble des moyens aérien et terrestre. Question maintenance, les systèmes permettent une diminution des charges notamment en engagement.

 

Photo : Simulateur Apache E @ Boeing